Les Prométhéens

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Et si les dieux de l'Olympe existaient encore ? Et si, pour éviter de mourir, ils devaient sortir de leur retraite ?


Dieu(x) sur Terre Mythologie Mythologie Grecque Super-héros

Ils nous ont vus naître, ils nous ont façonnés. Nous les avons craints, adulés. Aujourd'hui, nous sommes leur seule chance de survie. Décimés par le seul être capable de leur tenir tête, ils se cachent parmi nous, espérant échapper au sort qu'ont déjà connu nombre d'entre eux. Toutes les familles ont leurs problèmes. Et les dieux de l'Olympe n'y échappent pas.

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Janvier 2015
Statut histoire Série abandonnée (abandon éditeur - initialement prévue en 5 tomes) 3 tomes parus

Couverture de la série Les Prométhéens © Le Lombard 2015
Les notes
Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

05/02/2015 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Tomdelapampa

Ma note ne tient même pas compte de l’abandon de la série. Une idée de départ qui me plaisait bien, les dieux de l’Olympe vivent encore parmi nous, un 1er tome qui fait le taf … malheureusement la suite est de moins en moins bonne, ça devient poussif, je me suis littéralement ennuyé et le dessin ne m’a pas attiré. Quand je vois qu’ils sont 2 derrière le scénario, je m’interroge. Bof, bof.

22/11/2022 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Prométhée est réellement à la mode ces derniers temps, sans doute depuis la fameuse série de Christophe Bec faisant intervenir des extraterrestres sur fond de fin du monde. Les prométhéens mettent en scène les dieux de l’Olympe qui vivent parmi nous, un peu comme les quatre divinités de L'Histoire Secrète. Là encore, on se base sur des événements de l’Histoire pour la détourner et expliquer une guerre que livre un de ses membres privilégiés. Je pense par exemple au bombardement atomique d’Hiroshima qui ne visait qu’à éradiquer l’un de ces dieux néfastes. Les réelles victimes apprécieront sans doute. Il ne se passe pas grand-chose dans ce premier tome. Certes, on y voit la mort du célèbre Neptune qui régnait jadis sur les océans. Bon, cela a fait des vagues jusqu’à provoquer un tsunami sur le Maghreb. Là encore, les intéressés apprécieront. Le spectaculaire semble de mise pour aguicher la curiosité des lecteurs. Avec moi, cela ne prend pas. La destruction du Maghreb ou même du Vatican avec la mort du pape ne suffisent pas. C’est un effet d’esbroufe. Il a fallu un tome pour mettre en place le contexte ! On observera également que cette bd est calée sur un langage plutôt vulgaire avec quelques chansons paillardes. La grâce et l’élégance n’ont pas vraiment leur place. Cela s’adresse à un public ciblé ado. Malgré le bon accueil, je considère cette bd comme assez moyenne. La mythologie grecque aurait pu être employée à bon escient. Là, il ne s’agit au fond que d’une banale histoire de vengeance certes joliment dessinée.

02/09/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà une série qui débute et qui entre autre est fort rafraichissante. Les anciens Dieux et Déesses de la Grèce antique sont ici convoqués, car rien moins que menacés d'extermination. Jusqu'à nos jours ils ont survécus tant bien que mal et avec plus ou moins de réussite. En fait cette série est pleine d'humour, elle désacralise le mythe et à grands coups de tatanes envoie valdinguer tout ce qu'on nous a inculqués sur ces héros qui du haut de l'Olympe étaient, il faut bien le dire, un peu chiant. Leurs problèmes ou plutôt leurs relations étaient, à moins d'être un helléniste de haut vol, totalement incompréhensibles. Dans ce premier tome il est fait allusion aux bisbilles qui par le passé, ont fait que ces Dieux se soient aujourd'hui éloignés les uns des autres, évidemment sans les références de nombreuses choses nous échappent. Cependant je gages que certaines seront expliquées dans les suites à venir. Quoiqu'il en soit c'est ici parfaitement jubilatoire de voir Dionysos en baron de la drogue alcoolique, Hadès, une sorte de comptable, etc, etc. Nous avons donc là un premier tome introductif plutôt fun ou le dessin effectivement très américain ne tombe cependant pas dans les travers de celui ci, a savoir des personnages débordant des cases et un texte parfois encombrant. C'est personnellement une découverte très agréable et je lirai la suite avec grand plaisir, il est bien possible que cette série devienne vite incontournable.

06/02/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette série vous plaira très certainement si vous répondez aux deux critères suivants : Primo : être fan d’histoires de superhéros à la Watchmen, entendez par là des superhéros un peu sur le retour, aigris sur les bords et qui nourrissent des rancœurs les uns vis-à-vis des autres pour d’anciennes querelles. Secundo : être calé en histoires et légendes de la Grèce Antique. Zeus, Dionysos, Jason, Ulysse et tous les autres ne sont pas que des noms associés à de vagues légendes pour vous mais bien plus. Car, avec les Prométhéens, Emmanuel Herzet (professeur d’histoire, faut-il le rappeler ?) et Henscher (qui, avec « Le Banni » et « Le Seigneur des couteaux » nous avait plus habitué à œuvrer dans le médiéval le plus sombre) se proposent de revenir aux vieilles racines du genre superhéros : les dieux de l’Olympe et leur descendance, bâtarde ou non. Aussi, plutôt que de placer ces personnages dans un contexte d’avant p’tit-Jésus-eau-en-vin-touça (autre cas de superhéros atypique, croisement improbable de David Copperfield et du Mahatmah Gandhi, fallait y penser mais c’est pas le sujet), ils nous les offrent dans un contexte résolument moderne. On reprend donc l’esprit des récits de l’époque, avec des dieux qui se font des crasses entre eux (ici, l’un d’eux supprime méthodiquement tous les autres pour un sale coup fait durant leur période de gloire) quitte à générer quelques cataclysmes pas piqués des hannetons (un tsunami par ici, Tchernobyl par là) et des demi-dieux appelés à la rescousse pour un peu calmer le bazar… ce qui ne se fait pas sans petites tensions internes. Honnêtement, je trouve l’idée plaisante et bien mise en scène. Je ne suis, d’ordinaire, absolument pas fan du genre superhéros mais cette revisite me semble non seulement très respectueuse de l’esprit de ces séries mais aussi très prometteuse puisqu’elle peut s’appuyer sur un passé très riche et complexe. Alors, quitte à faire du superhéros en Europe, autant user de ce que nous, Européens, possédons dans le genre. Et très sincèrement, je vois pas ce que Dionysos a de moins que Batman (en tous les cas, sa cave m’attire plus que celle de la chauve-souris). Les références aux anciens mythes sont nombreuses et c’est un bel obstacle pour qui, comme moi, ne maîtrise que superficiellement ces légendes grecques (à ce titre, un petit glossaire en fin d’album aurait pu s’avérer judicieux pour nous resituer en quelques mots l’origine de certaines querelles évoquées ou la nature d’exploits passés). C’est regrettable car, immanquablement, je n’ai pas saisi tous les sous-entendus, toutes les petites piques que se lancent les différents personnages. Et de ce fait, les tensions entre eux me restent obscures alors qu’elles doivent être évidentes pour qui connait ces légendes. Côté dessin, c’est très… américain, comme style. Là encore, les fans de superhéros devraient apprécier cet encrage très prononcé, ces visages sombres et ridés. Et l’amateur de bande dessinée européenne que je suis n’a pas été dégoûté pour autant. On évite la colorisation criarde pour un travail plus réaliste, les décors ne sont pas oubliés, les personnages sont bien typés, le dynamisme est présent si nécessaire. Le travail est réalisé par deux jeunes artistes espagnols... Et oui, encore ! Ce premier tome est donc prometteur (même si un peu trop bavard à mon goût) et s’il se concentre sur la présentation de l’intrigue et des principaux personnages, une plus grande place devrait être laissée à l’action dans les tomes suivants. Pas vraiment ma tasse de thé mais pas mal quand même. Et, comme je le disais au début de cet avis, un achat que je ne peux que conseiller aux fans de superhéros déchus et de mythologie grecque.

05/02/2015 (modifier)