Le Trésor de Cibola

Note: 2.25/5
(2.25/5 pour 4 avis)

Qui n'a pas rêvé de trouver les fabuleuses Cités d'Or ?


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Amérique du sud Auteurs Italiens Civilisations précolombiennes Sergio Toppi

Cibola, la mythique cité de l'or existe-t-elle ? Nul géographe ne peut la situer, aucun conquistador n'en est revenu, pas même le légendaire Cuchillo, compagnon de Cortès. Mais toi, lecteur, grâce au concours de Toppi, tu as cette chance inouie, tu parviendras à Cibola ! Il te faudra bien sûr en payer le prix et boire à la plante qui fait perdre la mémoire, le suc rouge du nupatli qui colore de sang l'encrier du magicien Toppi. (texte BDNet) Ami lecteur, suivras-tu Cuchillo à la recherche du Trésor de Cibola ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Trésor de Cibola
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

07/07/2006 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

je n'ai jamais été fan du dessin de Toppi, il est froid et pas séduisant, et ne possède pas de jolis contours ; je trouve cet auteur très surestimé. Cependant ici, j'ai eu moins de mal avec son dessin grâce à la couleur, même si ces couleurs sont pâles et fades par endroits. J'aime le noir & blanc pourtant, mais pas celui de Toppi. Sur cet album, les fonds de cases et de ciel donnent une contenance, un habillage, il n'y a pas ce sentiment de vide qu'on trouve dans ses fonds blancs habituels. Sinon, question récit, il y avait un intéressant potentiel encore sur ces éternels conquistadores pilleurs des Amériques, mais la narration m'a semblé trop évasive ou trop expédiée pour être passionnante. D'après le dialogue de Cuchillo, le récit se situe après la fameuse Noche Triste qui a anéanti une partie de l'armée de Cortez, il y avait donc matière à construire une histoire intéressante et développer le côté indien avec les Yaquis, peuple très méconnu ; dommage... Le récit ne sert qu'à prouver le côté vain et la soif de l'or des conquistadores, mais ça on le savait depuis longtemps.

10/01/2016 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

J'ai avant tout apprécié l'ambiance étouffante qui ressort de cette BD lorsque les personnages sont dans le désert. La quête du trésor est trop rapide et l'on n'apprend pas grand chose sur la tribu des Yaquis à mon grand regret. Finalement, on a une sorte de "merveilleuse cité d'or" à la sauce adulte résumée à son strict minimum. En fait, cette BD donne l'impression d'être un résumé... Le dessin original est correct mais les couleurs sont parfois limites décalées. Je regrette le manque de développement de ce récit qui promettait sur les éléments lus mais insuffisants pour fournir une bonne BD. A découvrir plutôt sous forme d'emprunt.

02/08/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Une BD sympathique de Toppi mais pas ma préférée de sa part. On y trouve un récit assez proche dans l'ambiance de sa série Le Collectionneur, une chasse au trésor et terrain dangereux, ici le désert du nouveau-monde à l'époque des conquistadors et des civilisations indiennes. Le dessin est dans le pur style de Toppi. Il est beau et travaillé mais moins impressionnant que dans d'autres de ses albums. Hormis des personnages et des décors désertiques, il ne se permet pas beaucoup de fantaisie. Le scénario est classique et un peu vite résumé. Il est cependant bien raconté et plaisant à lire. Je crains cependant qu'il ne me laisse pas beaucoup de souvenirs à la longue.

01/11/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Sergio Toppi est considéré -par une frange un peu intello de la presse BD- comme un maître de la BD d'aventure. C'est vrai qu’il se dégage de cet album une ambiance teintée de western, d'histoire des pionniers du Nouveau Monde, l'attrait mystique et insondable de la nature telle qu'elle est, mais aussi des mystères des civilisations disparues... Alors, et même si l'histoire tourne un peu court, on ne peut s'empêcher d'admirer la maîtrise narrative de Toppi. Mais par contre, son dessin... Je ne peux pas m'empêcher de trouver ça laid. Fait d'un encrage fin complété par des hachures, je le trouve un peu... difforme. Et pour couronner le tout, les couleurs sont couleur vomi. Enfin, toutes les variations autour du vomi : biliaire, marronasse, grisâtre... même le soleil a un air maladif. C'est dommage, vraiment dommage, car ce style a vraiment gêné mon plaisir de lecture...

07/07/2006 (modifier)