Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Before Watchmen - Le Hibou

Note: 3.83/5
(3.83/5 pour 6 avis)

Dans les années 1940, Hollis Mason était le Hibou, mais une dernière enquête et le poids des ans ont fini par le pousser à une retraite méritée.


DC Comics Les prix lecteurs BDTheque 2014 One-shots, le best-of Prequel Watchmen

Dans les années 1940, Hollis Mason était le Hibou, mais une dernière enquête et le poids des ans ont fini par le pousser à une retraite méritée. Mais, peu avant cette grave décision, Hollis a fait la connaissance d’un garçon ingénieux du nom de Daniel Dreiberg, qui a su percer à jour le secret de sa double-identité. Le prenant sous son aile, Hollis lui a confié tous les secrets de la lutte anti-crime et l’a formé afin d’en faire non pas son partenaire, comme il le croyait, mais son successeur. Contenu : Before Watchmen : Nite Owl #1-4 (Texte de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Mai 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Before Watchmen -  Le Hibou

12/05/2014 | Tomeke
Modifier


Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Before Watchmen souffle le chaud et le froid. Si certains opus sont clairement loupés comme celui traitant du Comédien, on n'est pas non plus à l'abri de bonnes surprises comme Before Watchmen - Minutemen ou même Before Watchmen - Rorschach. Cette histoire réservée aux origines du second Hibou fait justement partie des points positifs. En oubliant la complexité de Dr. Manhattan dans sa version Before Watchmen, Straczynski développe une histoire sans temps morts sur les origines de ce clone de Bruce Wayne au look et à l'humanité identique. Daniel Dreiberg partage également un héritage inestimable qui lui permettra de développer tout un tas de gadgets dont l'aéronef Archie et on apprend dès les premières pages le malaise vécu adolescent entre les brimades de l'école ou les reproches incessants d'un père violent. Dan va donc découvrir l'identité du véritable Hibou, en devenir son disciple et prendre la relève ainsi que le titre... Batman a eu droit à son Year One, voici clairement l'équivalent pour le Hibou 2 avec son apprentissage de l'amitié pour son mentor, les conflits avec son team buddie Rorschach et ses premiers émois amoureux (et sexuels) avec une jolie rousse. Si on ajoute à tout ceci une histoire bien glauque de tueur en série constituant le fil rouge "détective" de cette histoire, on tient un récit haletant et sans aucune baisse de rythme. Car JMS a su doser tous les éléments pour rendre le cocktail attrayant. Certes centrée sur le jeune Hibou et ses hésitations, l'histoire n'oublie pas en route de hisser Rorschach à un rôle presque aussi important et d'épaissir également Hollis Mason. L'ensemble passe ne manque pas d'humour mais n'est pas non plus avare de quelques jolies scènes de baston. La Dame du Crépuscule est un chouette personnage féminin. Indépendante et charismatique, elle rappelle également le jeu sensuel que livre constamment Catwoman pour Batman. Les dessins d'Andy Kubert encrés en partie par son père Joe dont il s'agira hélas de son dernier travail avant sa disparition font le café ! Ils sont classiques mais tout à fait réussis avec un découpage impeccable et des décors chargés de détails. Alors certes cette histoire n'apportera pas d'énormes bouleversements pour la trame principale de Watchmen. Il s'agit d'une récréation, une mise en bouche qui fait la lumière sur le caractère effacé et introverti d'un Gardien véritablement pur : Dan Dreiberg. Quelques chapitres de plus n'auraient pas été un luxe tant l'histoire file vite. L’enquête menée au cœur du récit abat un peu trop vite ses cartes et aurait méritée d'être un peu plus développée. Cela nous aurait permis de profiter encore un peu plus de la jolie conquête du Hibou ou davantage de pétages de plomb de Rorschach. Bref peu importe, cela fait vraiment plaisir de retrouver les origines de ces Gardiens en particulier avec toute une foule de petits détails notamment sur la fin permettant de raccrocher les wagons à la trame principale.

05/01/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

N° 6 de la série des Before, on sait que le Hibou est un super-héros les plus attachants car très gentil avec un bon fond. Son histoire d’amour avec Laurie avait ému le public autant que son engagement progressif en sortant de sa retraite. L’autre particularité est qu’ils sont deux personnes à avoir enfilé ce costume à savoir Hollis Mason (des Minutemen) et son successeur Daniel Dreinberg. En l’occurrence, on va surtout s’intéresser au second hibou. Je peux dire que c’est l’un des titres les plus réussi de la saga Before Watchmen car on découvre un peu mieux ce personnage qui était apparu un peu fade et assez complexé dans l’œuvre originale. J’ai beaucoup aimé sa relation amicale avec Rorschach qui s’associe avec ce dernier ayant pour point commun une enfance malheureuse. Il y a également sa relation sentimentale avec une femme de la nuit surnommé la dame du crépuscule ou la reine du vice. Elle le mènera au doigt et à la braguette. On retrouve pour la quatrième fois la même scène concernant la réunion provoquée par le capitaine Métropolis qui voulait former le groupe des vigilants. On sait que cela sera une tentative avortée du fait de la violente réaction du Comédien. Cela commence à faire réellement répétition. Je regrette également le fait qu’il y a une absence totale de volatiles ou de quelque chose qui rappellerait l’ornithologie. Ce n’est qu’un petit détail mais cela aurait apporter de la crédibilité dans la cohérence de l’œuvre. A noter que Laurie Jupiter possède bien un oiseau en cage dans sa chambre. Je chipote bien sûr. On a également assez reproché à ce titre de faire la part trop belle au personnage de Rorschach qui joue d’ailleurs un meilleur rôle que dans son propre one shot. C’est dire ! Il y a du vrai mais il faut le voir comme une imbrication dans la mesure où ces deux personnages vont souvent collaborer ensemble. Dans Watchmen, le Hibou n’hésitera pas à faire sortir de prison son compagnon. D’où il fallait bien expliquer les prémices de cette relation. Outre ces défauts, ce tome a énormément de qualité à commencer par une excellente toile de fond qui rappelle le bouleversement politique et social des années 60 et 70. Puis, il y a surtout ce traumatisme lié à l’enfance et à la violence sexuelle du père envers la mère. On arrivera mieux à cerner ce personnage qui semble si enfermé. On verra également l’origine du désaccord entre le Hibou et Rorschach qui n’ont pas les mêmes méthodes pour venir à bout du crime. J’ai également trouvé les dessins assez agréables avec une prestation assez correcte et une colorisation adaptée. Bref, nous avons là le plus humain de ces super-héros et pour notre plus grand plaisir. Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4,5/5 – Note Globale : 4.25/5

05/02/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Je fus agréablement surpris par ce one-shot. Je m'attendais à un truc sympathique qui fait passer le temps et je me suis retrouvé avec un scénario plutôt captivant. Il faut dire que si j'aime le hibou, il n'est pas le personnage le plus charismatique de Watchmen, D'ailleurs, il est parfois un peu effacé et c'est d'ailleurs le seul reproche que je fais au scénario. J'aime bien comment sont traités sa relation avec Rorschach et la dame du crépuscule. D'ailleurs, je trouve Rorschach plus intéressant ici que dans son propre one shot. En prime, il y a un méchant charismatique. Le dessin est pas mal et je trouve que le mélange entre le dessin d'Andy Kubert et l'encrage de son père vraiment bien fait et d'ailleurs lorsque quelqu'un d'autre a pris la relève après la mort du père, je n'ai remarqué aucune différence !

08/09/2014 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Le Hibou et Rorschach sont des personnages de Watchmen que j'aime beaucoup, je ne pouvais donc pas passer à côté de l'album décrivant les débuts du premier, la rencontre entre les deux et quelques-unes des premières aventures de ce duo justicier bien particulier. Et j'ai eu ce que je voulais. Le personnage du Hibou est présenté de manière intéressante et assez attachante. Sa relation avec Hollis Mason, le Hibou originel est bien rendue. La rencontre avec Rorschach est un peu abrupte mais OK. Leurs premières aventures en duo sont présentées brièvement mais soit. J'ai bien aimé la rencontre et la relation avec la Dame du Crépuscule. Et l'intrigue finale qui forme le fil rouge du récit n'est pas mal. Le tout est mis en image dans un graphisme agréable même si l'encrage initial d'un Joe Kubert très vieillissant n'a pas toujours été à mon goût. Son remplacement par Bill Sienkiewicz à partir des deux tiers de l'album ne m'a pas dérangé mais là non plus, je n'en suis pas un grand fan. En définitive, ce fut une lecture agréable mais pas mémorable. J'espérais bien plus de ce duo de personnages. Là, nous sommes dans le convenu, ne sortant jamais des rails bien tracés par Alan Moore dans son oeuvre initiale, et offrant au final une histoire un peu plate qui manque d'impact tant narratif qu'au niveau du contenu. Les auteurs n'ont pas su sublimer leur extrait de la création de Moore. Ils n'y apportent pas grand chose de plus que de l'attendu et rien qui touche autant que les mêmes personnages du Hibou et de Rorschach tels que mis en scène dans Watchmen. Pas mal mais malheureusement dispensable, même si j'en retiendrais quand même la romance entre la Dame du Crépuscule et Dan Dreiberg.

27/05/2014 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Je continue ma découverte de l’univers « Avant Watchmen » avec cette minisérie de 4 épisodes s’intéressant au personnage le plus bedonnant et faiblard de la série originale : le hibou. Notez que la série aurait pu s’appeler « Le hibou et Rorschach », tant elle s’intéresse à ces deux personnages et à leur relation compliquée. On en apprend aussi beaucoup sur Hollis Mason, le hibou original, et sur le passage de relai entre deux générations de hiboux. Tout cela est forte intéressant, mais du coup Dan Dreiberg (le hibou actuel donc) peine un peu à s’imposer dans l’ombre de ces deux grosses pointures, Rorschach en tête. Reste que l’histoire est prenante et intéressante, même si j’ai trouvé que Rorschach « sonnait faux » sur certains passages un peu trop humoristiques. Niveau graphisme, ça a dû être compliqué à gérer, avec le décès de Joe Kubert en plein encrage du 3ème épisode. Bill Sienkiewicz prend le relai « en catastrophe » et fait de son mieux pour adapter son style à celui de Joe, et le résultat est ma foi bluffant. J’ai trouvé le trait est un peu gras, mais globalement les planches sont magnifiques et très lisibles. Cette minisérie m’a beaucoup plu. On en apprend énormément sur le trio Hollis Mason - Dan Dreiberg – Rorschach, et l’histoire s’intègre habillement à l’œuvre originale (voir pancarte de Rorschach). Un bon moment de lecture !

13/05/2014 (modifier)
Par Tomeke
Note: 4/5

Nous continuons la découverte de cette série de récits provenant de l’univers Watchmen. Une nouvelle fois, l’album est réussi. Légèrement moins épais que d’autres opus, les auteurs nous démontrent qu’il ne faut pas spécialement un gros pavé pour faire dans l’éfficacité. Alors certes, le récit n’est pas complètement inédit, mais l’objectif premier n’est sans doute pas là. Ici, il est question de nous faire découvrir Dan Dreiberg, successeur de Hollis Mason en tant que Le Hibou, dans son enfance puis dans ses débuts, en duo, avec le génial Rorschach, dont on en apprend aussi un peu plus, pour notre plus grand plaisir évidemment ! Graphiquement, c’est une belle réussite, tant dans la précision du trait, tantôt fin, tantôt plus nerveux, que dans la colorisation. Au final, je suis toujours aussi satisfait de ces créations qui nous replongent dans l’univers de la série mère, même si cet album développe moins les grosses ficelles de la série de Moore et Gibbons.

12/05/2014 (modifier)