Chasseur d'héritiers

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Chaque année en France, plus de dix mille personnes décèdent sans parent connu ni testament. L'État hérite alors de l'intégralité des biens du défunt. À moins qu'un "chasseur d'héritiers" ne mette la main sur un héritier légal. Entre analyse minutieuse des dossiers et course-poursuite, pour sa première investigation, Lélio enquête sur le meurtre d'un baron, lié à la disparition d'un tableau... [Texte de présentation de l'éditeur]


Secrets de famille...

En France, quand une personne meurt sans héritier, c'est l'État qui récupère ses biens. À la fois rat de bibliothèque et limier globe-trotter, Lélio est un investigateur dont la spécialité est de mettre la main sur d'éventuels héritiers inconnus. Moyennant un pourcentage conséquent du pactole, il mène l'enquête afin de rendre les héritages en souffrance à leurs bénéficiaires inconnus. Sa première enquête l'amène à rechercher la famille potentielle d'un nobliau de province récemment retrouvé assassiné…

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Avril 2014
Statut histoire Série terminée (1 cycle terminé, pas de suite prévue) 2 tomes parus
Couverture de la série Chasseur d'héritiers
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

13/04/2014 | Eric2Vzoul
Modifier


L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Sujet (relativement) original ; traitement (très) classique… Un héros notaire ça change, même s'il s'avère plutôt être un détective privé et qu'on le présente d'emblée comme un homme d'action capable de retrouver le bénéficiaire d'un héritage en pleine jungle péruvienne pour le soustraire à des trafiquants de drogue furieux… Lélio, le personnage principal, a un vague physique de bobo branché, avec ses petites lunettes, et il passe beaucoup de temps à fouiller dans les vieux papiers pour trouver la trace de ses clients potentiels. Mais il pratique le kendo et n'est pas empoté s'il faut se suspendre à un hélicoptère ou utiliser un pistolet. Bref, un intellectuel musclé mais pas trop, qui me rappelle un peu Le Tueur physiquement, mais sans le cynisme ni la profondeur de caractère. Un personnage bien dans l'air du temps… En plus, sous son allure de jeune cadre dynamique, il cultive le mystère sur sa personne et cache un secret en rapport avec ses parents disparus. Son enquête le mène sur les traces des éventuels héritiers d'un baronnet provincial assassiné dans des circonstances horribles. Et voici que la quête des cousins cachés se mêle à l'histoire de tableau soustrait à une famille juive durant la guerre… En somme, Chasseur d'héritiers ne fait pas spécialement dans l'originalité ; le thème de l'énigme policière qui plonge ses racines dans le passé, avec ses flashbacks allumés par des lettres oubliées, n'est pas exempt de clichés. Les scénaristes travaillent en duo sur cette série. Je ne connais que Nicolas Jarry, dont j'ai énormément apprécié le travail sur Le Trône d'argile, mais je ne connais pas le reste de son œuvre ; Il me semble qu'il fait plutôt dans l'héroïc-fantasy d'habitude. Dans ce premier album, le rythme est correct sans que les rebondissements m'aient passionné ; les personnages manquent quelque peu de consistance mais leur caractère est suffisamment développé pour servir l'histoire. Je pense que l'enquête devrait pouvoir se conclure dès le second volume. À mon avis, un diptyque suffira à clore une enquête qui n'est pas spécialement palpitante. Le dessin de Guillaume Tavernier pour sa part est classique, propre, du genre ligne claire, beaucoup plus réaliste que dans Paul Neutron. Pour conclure, voici une bande pas mal dessinée, avec une intrigue qui se laisse lire, mais les scénaristes devront se creuser les méninges pour surprendre le lecteur et sortir du lot s'ils comptent poursuivre longtemps cette série. Je donne provisoirement un 3-/5, mais attends la conclusion de l'enquête en cours pour savoir si Chasseur d'héritiers mérite qu'on choisisse de l'acheter dans la masse des albums qui paraissent chaque semaine. Après lecture du tome 2… Bof, bof, bof… L'intrigue poussive et peu vraisemblable ne rebondit pas vraiment dans ce second opus qui clôt l'enquête. La recherche de l'héritier caché se poursuit en alternance avec une série de flashbacks qui permettent de comprendre ce qui s'est passé durant la guerre… Les scènes d'actions manquent de dynamisme, les rebondissements sont téléphonés et le récit rejoint finalement le tout-venant des scénarios que l'on oublie à peine l'album refermé. Non pas que cette lecture soit désagréable pour les raisons évoquées l'an dernier, mais elle est aussi lisse et plate qu'une aventure de Louis la Brocante… Un moment de détente un peu soporifique en somme ! Finalement, ça ne vaut que 2+/5.

13/04/2014 (MAJ le 14/07/2015) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Chaque année, plus de 10000 personnes décèdent en laissant toute leur fortune à l'Etat. On pourra dire que ce sont de bons patriotes qui contribuent à ce que les caisses de l'Etat soit mois vides. Il faut bien payer le train de vie d'un Etat ou distribuer des aides sociales à des millions de personnes en difficultés. Pour autant, l'autre solution serait de dénicher des héritiers cachés qui peuvent se retrouver à la tête d'une petite fortune de manière soudaine comme s'ils avaient gagné à l'euromillions. La première scène paraît assez pathétique à cet égard puisque c'est un jeune trafiquant de drogue en difficulté qui a la chance d'hériter et qui mégote pour lâcher les honoraires pourtant bien mérités. On aurait franchement préféré l'Etat ! Ceci dit, on va se concentrer sur le petit groupe de chasseurs d'héritiers qui sont confrontés à une enquête qui se révèle passionnante car elle renvoie à l'occupation allemande en France pendant la Seconde Guerre Mondiale. Certaines femmes ont ainsi succomber aux charmes des officiers nazis en faisant des bébés. Bref, un fond d'amour interdit... Malgré ses incohérences, on se laisse embarquer par le récit mené tambour battant. On ne s'ennuie pas et c'est bien là l'essentiel. L'éditeur a indiqué que chaque tome serait une histoire indépendante Or, celle-ci nous laisse sur notre fin. On peut se demander s'il y aura bien une suite. Si ce n'est pas le cas, c'est loupé.

30/11/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Sans intérêt. Les scènes d’action sont à la limite du stupide (alors que nous ne sommes pas dans une série Z, ni même dans une série B). L’enquête avance à renfort de gros coups de chance ou d’ellipses heureuses (bien pratique d’avoir un copain qui enquête pour soi et qui nous donnes les infos nécessaires à heure et à temps sans qu’on ait à se soucier de savoir comment il se les est procurées). Le dessin est bon mais n’a pas de réelle personnalité. Il sert bien le récit mais ne lui apporte pas une dimension supplémentaire. Trop faible à mes yeux pour que je poursuive l’aventure.

21/05/2014 (modifier)