Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

La Princesse des Glaces

Note: 3.8/5
(3.8/5 pour 10 avis)

Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. La Princesse des Glaces est l'adaptation en bande dessinée de la célèbre série de polars de Camilla Läckberg.


Adaptations de romans en BD La BD au féminin Les prix lecteurs BDTheque 2014 One-shots, le best-of Pays scandinaves Petits villages perdus Secrets de famille...

Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard – encore une mise en scène de suicide…

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Janvier 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Princesse des Glaces

25/02/2014 | Mac Arthur
Modifier


Par zébu
Note: 3/5

L'histoire se déroule dans une bourgade suédoise où notre héroïne va essayer de retrouver le meurtrier de son amie d'enfance. Elle va donc mener son enquête et faire resurgir les vieux squelettes des placards et autres secrets enfouis inavouables. J'avoue avoir eu du mal à entrer dans le récit la faute à des dessins qui ne me plaisent pas vraiment (non pas qu'ils soient mauvais, mais disons que je n'accroche pas au style) et à un nombre de page que je juge conséquent ; mais il ne faut pas s'y fier car, au final, l'ensemble est assez vite lu. En effet cette histoire policière rondement menée s'avère fort palpitante avec son lot de révélation et de rebondissement ; de plus la narration est efficace et sobre allant direct à l'essentiel. Par contre j'ai trouvé le dénouement final plutôt arbitraire dans le sens où le coupable aurait très bien pu être une autre personne sans que cela pose le moindre problème de crédibilité ; c'est un peu comme si on avait choisi au hasard le "grand gagnant" entre plusieurs personnages aux motivations toutes aussi légitimes. Bref, malgrès quelques faiblesses, ce petit polar vaut le coup d'oeil.

26/01/2016 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Glaçant. Je ne suis pas allé vers cet album par hasard. En effet je lis depuis trois ans un certain nombre de polars scandinaves, et en éprouve un grand plaisir, tant ces récits sont tendus, efficaces, nerveux. Je n'ai jamais lu -pour l'heure- de roman de Camilla Läckberg, mais cette introduction donne franchement envie. Car elle réunit une nouvelle fois tous les ingrédients que j'affectionne. Un drame passionnel qui trouve ses racines dans une tragédie du passé. Un flic au caractère fort sans être une caricature. Et aussi une partenaire dont la curiosité permet de dénouer le noeud de l'affaire. J'ai dévoré l'album. Pourtant je trouve que le dessin de Léonie Bischoff est maladroit, qu'il manque de constance. Une fragilité qui apporte au récit une dimension particulière, et ne fait que le renforcer, curieusement. Il a fallu le concours de trois coloristes pour décliner les différentes atmosphères, mais le résultat est remarquable. J'ai vu que les adaptateurs ont travaillé sur un autre bouquin de Läckberg, Le Prédicateur. Je pense que je vais le lire au plus vite.

09/07/2015 (modifier)
Par Tom
Note: 4/5

Vraiment sympa. Je ne connaissais pas les auteurs mais une heureuse découverte de ma médiathèque. Pourtant à la base, le genre "meurtre enquête" n'est pas ma tasse de thé, mais là pas grand chose à redire. Ça m'a fait penser à Millenium. Ambiance nordique mais plus légère dans sa froideur quoique tout aussi glaciale (?! - Attention phrase du mois). Avec un dessin assez rond et de belles couleurs qui illustrent le tout : village natal, non-dit... L'histoire est des plus agréables à suivre, on la lit d'une traite. Un bon one shot à lire ou à offrir... Nota : J'ai bien aimé les portraits des personnages en début d'album, ça met en bonne condition pour l'intrigue et ça permet de ne pas être trop perdu durant la lecture.

12/04/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Après La reine des neiges, voici la Princesse des glaces. Cependant, on sera assez loin du conte pour enfants de Disney. Attention au titre trompeur. On se situe dans un récit à la Millénium dans un contexte suédois. D'ailleurs, la Princesse des glaces est un roman policier de Camilla Läckberg, publié en Suède en 2003. Cette auteure a publié par la suite une série de roman à succès. Bref, il n'y a pas que Stieg Larsson. J'ai beaucoup aimé ce récit où l'on suit une certaine Erica Falk, biographe de métier, et qui mène l'enquête dans le lieu où elle est née, une petite ville paisible de la côte est suédoise. Sur le thème des secrets de famille, cette enquête se révélera fascinante jusqu'à la révélation finale à la toute dernière page. Et puis, il y a cette phrase terrible : "Si les gens pouvaient croire qu'on avait pris la peine de l'assassiner, alors ils devraient admettre que sa vie comptait pour quelque chose. On ne tue pas quelqu'un d'insignifiant". Cette adaptation est des plus réussies dans une ambiance assez glaciale. La lecture s'est révélée aussi fluide qu'agréable. C'est également servi par un dessin de bonne facture qui joue aussi bien sur les tons chauds que froids. Bref, cela m'a permis de découvrir l'univers de cette romancière. Nul doute qu'il y aura d'autres adaptations avec toujours la même héroïne et son compagnon.

08/02/2015 (modifier)
Par Canarde
Note: 4/5
L'avatar du posteur Canarde

Autant l'adaptation de Millénium m'a parue la parfaite correspondance en BD du roman original, (l'ambiance, les personnages, notre rapport avec eux) autant celle-ci dépasse le roman. L'univers graphique apporte une couleur épanouie à l'enquête glacée de départ. L'héroïne est plus incarnée, le rose lui monte aux joues, la poitrine se soulève, il n'y a plus seulement la tête qui travaille. Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est une autre histoire, c'est la même, bien ficelée: on entre dans la vie autant que dans l'enquête d'Erica. La vie intime de l'enquêteur fait partie de l'histoire comme chez Mankel ou Larson. Mais c'est comme un autre monde, plus multiple, et plus proche de nous à la fois, sans cette dépression nordique si pesante... et déprimante. Laissez-vous séduire par la première page (évidemment superbe), vous ne lâcherez plus l'intrigue... Et puis j'aime bien ces formats réduits, c'est plus confortable à lire au lit.

05/02/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un bon polar nordique. Comme le dit Mac Arthur, cette histoire reprend tous les codes du polar et personnellement cela ne me dérange pas lorsque c'est bien fait et c'est le cas ici. Le scénario est bien maitrisé quoique cela m'a pris plusieurs pages avant de totalement rentrer dans l'histoire. J'aime bien qu'on présente les personnages au début. Cela fait en sorte que je n'ai pas passé mon temps à me demander qui est qui. Le seul défaut est que l'aspect humain de l'histoire ne m'a pas trop touché sauf dans la dernière scène. Le dessin est bon. Je le trouve dynamique et agréable pour les yeux.

10/12/2014 (modifier)
Par fab11
Note: 4/5

Eh bien moi je ne connaissais pas le roman de Camilla Läckberg. C'est donc sans a priori que je me suis lancé dans ce one shot qui ne m'a pas déplu, bien au contraire. Je vais même rajouter que je ne connais absolument pas les polars suédois car je n'ai jamais lu la série de romans Millénium ni même regardé ses adaptations cinématographiques. Vous pouvez donc me croire quand je vous dis que je n'ai pas de point de comparaison en ce qui concerne ce récit étonnant et très plaisant. Je commence à apprécier de plus en plus les polars en bande dessinée et celui-là m'a particulièrement plu car j'ai trouvé l'intrigue très originale et les personnages attachants. Le guide des personnages au début de l'album m'a beaucoup aidé durant ma lecture, il n'est donc pas inutile. L'histoire en plus d'être prenante est très intéressante même si elle reprend la plupart des codes du polar à savoir un assassinat déguisé en suicide, des histoires de famille qui ont un lien avec le meurtre, des proches de la victimes menant l'enquête etc... En plus de ces éléments l'auteur utilise également l'humour pour nous livrer un thriller très bien pensé du début à la fin, car le dénouement est surprenant. Le dessin est simple mais réussi ainsi que la colorisation. J'avoue que ce style de graphisme , même si ce n'est pas celui-ci que j'affectionne le plus, s'accorde plutôt bien au récit. Alors je ne peux que rester dans la moyenne de la BDthèque en ce qui concerne ma note et conseiller la lecture et même l'achat de ce sympathique one-shot.

29/03/2014 (modifier)
Par Tomeke
Note: 4/5

Surfant sur la vague des romans suédois Millenium & co, j’ai trouvé que La Princesse des Glaces faisait honneur aux adaptations de romans policiers en BD. Tous les ingrédients sont réunis, comme dans Millenium. Si j’ai beaucoup apprécié cet album, je lui préfère encore Millenium, que je trouve plus percutant. Mais que l’on ne s’y trompe pas, cet album est très bon : un petit village aussi glaçant que sa température, des pseudo-notables détestables et détestés par le reste du village, des histoires de famille inavouables et une enquête policière qui s’annonce complexe et riche en rebondissements. Franchement, cela fonctionne ! J’ai été happé dans ma lecture, dès le début, sans aucun doute grâce à une introduction qui présente les protagonistes du récit. Ils dévoilent dès le départ quelques clés, juste assez pour booster votre curiosité, qui ne sera rassasiée que par la fermeture de l’album ; bien pensé ! Le dessin et la colorisation sont également réussis. Le trait, s’il peut paraître par moments approximatif, n’en demeure pas moins maîtrisé. Je lui ai trouvé de ci de là des similitudes avec le travail de Baru, en moins nerveux tout de même, mais la dynamique y est. La colorisation est juste, bien travaillée pour présenter les quelques flashbacks du récit. En conclusion, ce one-shot devrait ravir les amateurs de polars car il est bien construit et réserve quelques surprises, même si je lui préfère Millenium. Me concernant, à n’en pas douter, je suivrai avec attention les futures adaptations de ces romans, car pour l’instant, je trouve que le travail est fichtrement bien fait !

01/03/2014 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Je ne connais pas le roman d'origine donc je ne pourrais pas dire si l'adaptation est fidèle au bouquin. Par contre je peux dire qu'elle est réussie tant j'ai trouvé cette lecture agréable et prenante. La double page initiale permettant de présenter tous les protagonistes est une très bonne idée. On peut facilement y jeter un coup d’œil en cours de lecture, lorsqu'on a un doute sur tel ou tel personnage. Après on rentre vite dans le vif du sujet pour ne plus lâcher l'album avant le dénouement. On a vraiment une bonne histoire, qui pour ne rien gâcher est vraiment bien racontée ! Tout y est. L'ambiance, le petit village où bon nombre d'habitants ont quelque chose à cacher, un meurtre, une enquête prenante et pleine de mystères, des rebondissements, plusieurs suspects potentiels, des liens avec des événements passés... Je crois qu'il y a là absolument tous les éléments d'un bon polar. D’ailleurs cette BD se lit exactement comme un très bon roman policier, d'une traite. Le dessin est également très agréable, on ne confond pas les personnages, malgré leur nombre. L’ambiance est bien rendue. Un album sans aucune fausse note.

26/02/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

La Princesse des Glaces est l’adaptation d’un roman policier nordique. Et qui dit roman policier nordique pense Millénium. A raison dans le cas présent puisque nous nous retrouvons un peu devant le même genre d’intrigue : un village paumé, un secret de famille, des notables, des ratés et des tordus… et bien sûr un cadavre. La Princesse des Glaces exploite une multitude de personnages. Et qui dit personnages multiples pense risque de confusion. Ici, le risque est subtilement esquivé grâce aux deux premières pages de l’album qui nous présentent les différents protagonistes. Il est alors facile, en cours de lecture, de revenir sur ces deux pages pour bien visualiser les acteurs. C’est bien vu, très pratique et utile, surtout au début du récit lorsque les têtes de ces personnages ne sont pas encore bien ancrées dans notre esprit. La Princesse des Glaces est un roman policier. Et qui dit roman policier pense codes. La majeure partie de ces codes sont bien présents. Fausses pistes, liens secrets entre certains protagonistes, suspense entretenu jusqu’à la fin, coupable tout désigné, ce sont des passages obligés pour un récit du genre. Et cette enquête tient toutes ses promesses ! J’ai vraiment eu du plaisir à suivre son déroulement jusqu’à sa résolution finale tout aussi logique que surprenante (du moins durant les deux premiers tiers de l’album, le faisceau d’indices permettant au fil des pages de cerner les tenants et aboutissants). J’ai grandement apprécié la cohérence de l’intrigue. La Princesse des Glaces est un roman policier à dimension humaine. Et qui dit dimension humaine pense soin accordé aux profils psychologiques. Et c’est un fait que les multiples acteurs peuplant ce récit ont tous une personnalité propre. Certains sont plus intéressants que d’autres mais tous ont leur utilité. L’histoire est vraiment construite sur ces personnages, ce qu’ils sont et ce qu’ils furent. On s’attache facilement à certains d’entre eux (à raison, parfois). On se plait à en détester d’autres (à tort, parfois). De ce point de vue également, ce récit est une belle réussite. Qui dit bon roman pense conclusion qui impacte son lecteur. Et c’est un fait que la toute fin du récit, qui apporte un dernier éclairage sur l’affaire en question, m’a vraiment bien plu. C’est hyper classique mais tout aussi efficace. Qui dit bande dessinée pense dessin. Le style employé ici m’a ravi car il permet de facilement différencier les multiples acteurs. La colorisation est elle aussi agréable tant elle parvient à créer des atmosphères tantôt glaçantes (quoi de plus logique), tantôt plus chaudes. En définitive, et même si le récit ne contient pas de grosses surprises, la Princesse des Glaces est un excellent roman policier. Et qui dit excellent roman policier pense que vous seriez vraiment trop cons de passer à côté. … A bon entendeur…

25/02/2014 (modifier)