Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Maori

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Un polar chez les maoris scénarisé par l'excellent auteur de romans Caryl Férey


Océanie

Jack Kenu est Maori, seul depuis le départ de sa femme, et accessoirement officier de police à Auckland, Nouvelle-Zélande. L'effondrement du pays, ruiné par la crise financière devenue mondiale, ne l'intéresse pas plus que la bataille électorale faisant rage entre Kirwan, Premier Ministre du parti conservateur, et le très controversé Witkaire, un député Maori adepte de "la Voie Humaine", programme s'appuyant sur une approche économique et sociétale radicalement novatrice. On découvre le corps d'une jeune femme sur une plage, le crâne fracassé. Sandra, la fille de Witkaire. Jack, chargé de l'enquête, apprend que Sandra a quitté l'école expérimentale de son père pour frayer avec des voyous Maoris, discréditant le discours émancipateur de Witkaire. Crime crapuleux, manipulation ? Jack Kenu n'est pas au bout de ses (mauvaises) surprises...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Octobre 2013
Statut histoire Série terminée (en principe) 2 tomes parus
Couverture de la série Maori
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

31/10/2013 | PAco
Modifier


Par Yann135
Note: 3/5
L'avatar du posteur Yann135

Voilà un bon thriller comme j’aime ! Le décor de ces 2 albums est inhabituel. Vous embarquerez vers la Nouvelle Zélande pour suivre l’enquêteur de police Jack Kenu qui recherche activement les commanditaires du meurtre atroce de Sandra Witkaire, la fille de Pita Witkaire, le député maori qui se présente aux futures élections en prônant une approche économique et politique innovante. Beaucoup de rythme dans ces deux albums. Pas de temps mort. Un peu de brutalité, un zeste de violence, de l’hémoglobine, des meurtres, du suspens, des rebondissements, une fin qui tient la route … voilà la cadence infernale qui vous attend ! Vous ne lâchez pas – ce n’est tout simplement pas possible – la lecture de cette aventure aux antipodes. A découvrir également, la culture maori, à travers les tatouages des différents personnages et le fameux haka. Le trait de Giusseppe Camuncoli est un peu anguleux [et voilà pourquoi tu ne coches pas les 4 étoiles ! ]. Les personnages sont donc affublés d’expressions un peu trop rigides à mon goût. Je suis peut-être un peu trop exigeant. Mais ça reste tout à fait convenable. Les couleurs utilisées sont éclatantes et les ombrages plutôt réussis. Voilà donc un récit bien sombre qui est le mélange d’un polar et d’une chronique sociale. Belle idée d’utiliser du texte dans quelques cases, un peu comme une voix off, pour soutenir l’histoire et pour avancer plus en avant dans l’enquête. Ce n'est pourtant pas original mais c'est efficace. J’encourage vivement la lecture de ce diptyque. note 3,5

20/10/2020 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Caryl Ferey est un grand auteur de polar pour qui aime le dépaysement, il s'essaye ici à la BD et c'est avec plaisir que l'on retrouve dans un contexte peu familier les personnages entiers ou plein de fêlures auxquels il nous a habitué dans ses romans. Que dire ? L'intrigue est ici habilement construite et l'on suit l'enquête du lieutenant Kenu avec un certain plaisir même si assez vite on devine d’où est venu le coup. Personnellement je suis assez déçu. Peu de temps après sa sortie j'avais lu le génialissime, l'implacable "Haka" qui est un polar avec une tension et un cliffhanger particulièrement époustouflant. Pourquoi nous parle t-il d'autre chose que de cette BD me direz-vous ? Tout simplement parce que dans ce roman je trouve que Caryl Ferey avait atteint des sommets tant au niveau de l'intrigue que dans la narration. Aussi, bêtement, je m'attendais à quelque chose du moins aussi puissant et puis finalement comme dit plus haut le soufflé retombe assez vite. Rien à dire de particulier sur le dessin, nerveux, en parfaite adéquation donc avec le style de l'histoire et son ambiance. Pour son exotisme ce diptyque est toutefois recommandable même s'il ne laissera pas le souvenir de l'année.

11/09/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

C'est plutôt original d'avoir une bande dessinée qui se passe en Nouvelle-Zélande. Les premières planches avec le politicien maori sont passionnantes. Je pensais lire un truc qui dénoncerait les conditions de ce peuple, mais très vite cela tourne au thriller. On a droit à à peu près tous les clichés du genre. Donc l'originalité que j'avais perçu au début a très vite disparu ! Cela reste tout de même un bon petit polar. Le scénario est prenant et le seul défaut c'est qu'il n'apporte pas grand chose de nouveau dans le genre policier. Le dessin est correct sans plus.

19/03/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Il est rare de lire des récits ayant pour cadre le pays du tournage du Seigneur des anneaux ou des fameux All Black et leur chant de guerre. Bon, La France n’a pas bonne presse depuis la période des essais nucléaires dans le Pacifique et du sabotage d’un navire écolo dans le port de leur capitale. Qu’importe car il est toujours intéressant de s’intéresser à la culture Maori. Le début nous offre des réflexions par rapport au programme politique de l’un des natifs qui laissent à réfléchir. Cela élève d’emblée le niveau. Cependant, on va vite retomber dans la trame d’un polar classique avec les meurtres qui s’accumulent, l’enquête qui piétine, les fausses pistes, les retombées etc… Au final, c’est un diptyque à découvrir malgré l’absence d’originalité.

24/07/2014 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Voilà que le célèbre romancier Caryl Férey, très remarqué pour ses polars "Haka", "Utu" ou "Zulu" se lance dans la bande dessinée. Comme dans ces deux premiers, Caryl Férey, grand voyageur, nous propose avec "Maori" un polar en BD dont l'action va se situer en Nouvelle-Zélande. On est d'emblée confronté à l’ambiguë et torturé personnage principal de Jack Kenu. Tout policier de son état qu'il est, Férey est loin de nous embarquer dans un récit au manichéisme convenu. Les frontières légales ont vite fait d'être transgressées et donne à ce personnage une identité forte. Maori, flic et un peu paumé dans sa vie, ce Jack Kenu nous accroche rapidement et nous embarque dans une enquête sur le meurtre d'une jeune femme retrouvée morte sur une plage et qui n'est autre que la fille d'un des deux prétendant à l'élection présidentielle qui bat son plein... Passer de la mort d'une inconnue à celle de la fille d'un des candidats va forcément changer la donne de cette enquête... Un premier tome assez prenant, qui pose de très bonne bases à une intrigue qui peux sembler convenue, mais dont le cadre Néozélandais apporte une richesse culturelle intéressante et loin d'être fortuite dans la trame scénaristique. J'attends donc la suite et fin annoncée dans un second tome pour affiner ma notation, même si tout cela me parait assez bien parti. Tient au passage, on retrouve même Luc Brunschwig en soutient à l'écriture et au découpage :) Du côté dessin, on retrouve l'auteur italien Giuseppe Camuncoli qui évolue par ailleurs pas mal Outre-Atlantique dans des parutions comics de chez DC ou Marvel, et ça fait plus que se sentir. C'est même plutôt agréable et ce trait un peu anguleux, aux lignes très marquées signe la personnalité de son dessin, loin d'y imposer rigidité ou un côté statique. Alors, en attendant d'avoir le fin mot de ce thriller, "Maori" se révèle pour l'instant être un bon premier tome qui n'appelle qu'une conclusion à la hauteur des très bons jalons qui sont ici posés. 3.5/5 en attendant la conclusion...

31/10/2013 (modifier)