Le Chien qui louche

Note: 3.08/5
(3.08/5 pour 12 avis)

Une histoire d’amour chahutée, un chien qui louche et une mystérieuse République du Louvre composent une comédie alerte, intelligente et tout à fait réjouissante! Avec pertinence, Étienne Davodeau pose un regard impertinent sur l’Art et la gigantesque machine muséographique qu’est le Louvre.


Davodeau Le Musée du Louvre Paris Peinture et tableaux en bande dessinée

Fabien est surveillant au Louvre. Il aime son métier. Il aime aussi Mathilde. Celle-ci le présente à sa famille, dans la vaste maison de campagne près d’Angers. Non sans appréhension, car le clan Benion est un peu spécial. Il y a son père, Louis, qui est à la tête depuis 1975 de l’entreprise familiale de meubles, fondée en 1947, et ses deux frères, Maxime, l’aîné, et Joseph. Ils ne sont pas méchants, plutôt maladroits et ont un humour qui n’est pas forcément subtil. Le fait que Fabien travaille au Louvre est une coïncidence bienvenue, puisqu’ils viennent de retrouver au grenier, le tableau d’un aïeul, peint au XIXe siècle. C’est une affreuse toile représentant un pauvre clébard qui louche. Que vaut le travail de l’ancêtre ? demandent les Benion. Est-ce une croûte ou un chef-d’œuvre ? Fabien, bien emmerdé, botte vaguement en touche. Alors, pour les Benion, la cause est entendue, tant que l’inverse n’est pas prouvé, nul doute que le tableau ait sa place sur les cimaises du musée du Louvre ! On s’en amuse et Fabien espère que tout ça n’est qu’une lubie. Jusqu’au jour où, les deux frangins débarquent au Louvre et s’enquièrent de ses démarches. Le Chien qui louche au Louvre serait la preuve de son engagement pour marquer son entrée dans la famille Benion ! Alors là, Fabien est très mal. C’est de Monsieur André Balouchi que viendra son salut. Il est l’un des visiteurs les plus assidus du musée et fait partie de la très secrète République du Louvre, qui s’intéresse au bizarre, à l’aléatoire, à l’improbable… Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Octobre 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Chien qui louche
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

15/10/2013 | Alix
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Un album sympathique, qui se lit comme un amusant divertissement, mais qui ne marque pas tant que ça les esprits. J'ai bien aimé la petite plongée dans l'univers des gardiens du musée du Louvre. J'ai bien aimé l'affection avec laquelle Etienne Davodeau traite ses différents personnages et l'originalité de leurs caractères. J'ai été amusé par l'intrigue autour de ce tableau ridicule et la tronche hilarante de ce chien qui louche. Ensuite j'ai un petit peu décroché avec le côté un peu loufoque de cette République du Louvre et un peu déçu par le peu qu'elle finit par apporter au final. Mais pas de réel reproche, j'ai passé un plutôt bon moment.

30/06/2019 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Un album de commande éminemment sympathique. Il offre quelques réflexions pertinentes sur l'art. A cela vient s'ajouter une petite étude de mœurs sur la bourgeoisie provinciale qui nous offre quelques cases humoristiques. C'est léger, primesautier, ça se lit très vite et je pense que je n'en garderais pas un souvenir impérissable. Soyons sports et disons que pour Davodeau c'est un album récréatif, de transition. Cette histoire permet de se familiariser avec le style du bonhomme, mais il vaut mieux aller voir ses autres productions pour faire connaissance avec son talent.

27/06/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Avec les années, je suis devenu beaucoup moins réceptif aux oeuvres d'Etienne Davodeau. Et pourtant, c'est notamment par cet auteur que j'ai découvert le genre roman graphique à la française. Il faut dire que depuis, j'ai fais plein d'autres découvertes qui correspondaient mieux à mes aspirations. Nous avons une oeuvre qui rend hommage à la république et au Louvre ou les deux à la fois. l'angle choisi sera celui de l'un de ses gardiens Fabien qui aime son métier mais également sa nouvelle compagne dont la famille ne sera pas facile à maîtriser en raison de leur arrogance de riches propriétaires. Ainsi un tableau représentant un chien qui louche doit absolument entré au Louvre comme une marque de reconnaissance. C'est futile et même indécent par rapport à notre époque où tant de gens souffrent. Moi, je ne les ai pas trouvé sympathique... Maintenant, ce récit loufoque est parfaitement maîtrisé. Le dessin est toujours aussi bon. La lecture s'avère agréable car très légère. Et nous découvrons sous un autre jour le plus grand musée du monde. Que demander de plus ? Un chien qui louche ?

18/01/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Si l’on tient compte du fait que cet album est un exercice de style (puisque coédité par le musée du Louvre) et si on le compare aux autres albums paru dans cette collection, je pense que l’on tient là un bon album. Si l’on se contente de le comparer aux autres albums de l’auteur, Le Chien qui louche peut s’apparenter à un album sympathique mais mineur de l’auteur. On y retrouve cependant ce qui, à mes yeux, fait la force de Davodeau : l’humanité. Ses personnages sont extrêmement bien typés et il se dégage d’eux une bonhomie communicative. Difficile de ne pas avoir le sourire aux lèvres et l’envie de partager l’apéro avec cette galerie de personnages (même si certains sont plus lourds que d’autres). L’idée de départ est bonne également. Elle est absurde et pourtant, on se plait à la croire plausible. Reste que, comparativement aux meilleurs récits de l’auteur, il manque à cet album un thème fort. Ici, c’est sympathique mais léger. Un album apéritif, en somme. Une bonne manière de découvrir Davodeau (si ce n’est déjà fait) et de se balader dans le Louvre, avant d’attaquer les choses « sérieuses ». Ceci dit, l'album ne fait certainement pas tâche dans la bibliothèque et se relit avec plaisir. Ce serait donc stupide de se priver...

10/04/2014 (modifier)
Par gruizzli
Note: 2/5
L'avatar du posteur gruizzli

Pas un mauvais Davodeau, c'est sûr, mais ce n'est pas le meilleur de l'auteur, loin de là. Une histoire sympathique, bien que les personnages soient un peu caricaturés dedans, notamment la fratrie. On suit au fil des événements cette brochette de gens centrés sur l'art et sur le Louvre. Alors il est vrai que c'est très intéressant tout ce qu'on apprend sur le musée, notamment les méthodes de fonctionnement et tout ce qu'il contient. Après, la BD est très centrée dessus, on voit beaucoup de choses qui en font partie. Une petite visite intéressante. Mais pour le reste, l'histoire m'a moyennement convaincu. Cette question de l'entrée d'un tableau d'un illustre inconnu au Louvre ne m'a pas convaincu, et la société de la République du Louvre m'a paru un peu trop artificielle. J'ai bien aimé le fait qu'on retrouve de temps en temps l'intimité du couple, ça donne de la profondeur au personnage principal. En général, c'est une histoire sympathique et pas dénuée d'intérêt, mais par rapport à ce qu'a déjà produit Davodeau, c'est en-dessous, largement. Je ne déconseille pas l'achat, mais en tant que tel je ne vous le recommande pas explicitement.

09/04/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Une histoire bien sympathique. Au lieu de ne faire qu'une visite guidée du Louvres, Davodeau raconte une vraie histoire un peu absurde (la confrérie est un peu n'importe quoi je trouve) autour de personnages attachants (j'aime surtout les deux frères). Plusieurs passages sont très drôles et j'ai parfois été touché par certaines scènes. J'aime bien comment Davodeau nous montre la vie quotidienne d'un type qui travaille au Louvre, ses réflexions sur l'art et aussi les différences entre la campagne et la ville avec les membres de cette belle-famille qui font des trucs qu'un type de la ville n'oserait pas faire ! Un des meilleurs albums de l'auteur.

04/04/2014 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Moi qui ne suis pas forcément un inconditionnel de l'auteur, mais qui suis sa production depuis un moment, j'étais curieux de voir ce qu'allait donner son dernier album en date. "Le chien qui louche", album de commande annuel du Louvre, tout en laissant entière liberté à l'auteur choisi, impose donc quand même une thématique : le Louvre... Étrange, non ^^ Restait à trouver un angle d'attaque pour construire une histoire qui plaise et permette au Louvre de trouver une place naturelle dans ce récit, sans trop s'imposer non plus et ne plus apparaitre comme un prétexte flagrant. Etienne Davodeau, s'il se plie à l'exercice de façon efficace, n'a pas non plus réussi à m'emporter complètement, comme il avait su le faire dans certains de ses autres albums, comme "Rural", Lulu Femme Nue ou Les Ignorants. L'histoire se laisse lire, l'idée de cette "société secrète" est amusante, mais ça ne va pas plus loin. Heureusement les questions sur la place de l'art, sur l'artiste et son œuvre ou encore sur le regard du public, qui émaillent cet album donnent un peu de consistance au tout. Côté dessin, pas de surprise, on aime ou on n'aime pas le style de Davodeau. Moi il me convient. Un album sympa mais sans plus, qui n'est pas son meilleur à mon goût.

05/02/2014 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Depuis des années je suis de très près le travail d'Etienne Davodeau. J'adore particulièrement ses chroniques sociales comme Rural ! ou encore Un homme est mort. Après le très réussi Les Ignorants, je m'attendais à une nouvelle chronique autour du monde de l'art. Mais, petite déception, j'ai trouvé cette aventure légère, très éloignée du Davodeau habituel et puis quelque peu irréaliste avec cette Répubique du Louvre. Et puis, sans jeu de mot, je n'ai pas accroché au fameux "tableau". La visite des beaux-frères au musée du Louvre m'a sérieusement fait songer à celle décrite par Emile Zola dans" L'Assommoir" lorsque Gervaise et son nouveau mari, Coupeau, visitent le Louvre en compagnie de sa belle-famille. Sinon, il y a quelques bonnes idées à travers le travail de Fabien, comme agent de surveillance. J'aurai préféré voir cet aspect plus développé dans ce récit. Un livre qui se lit avec plaisir mais qui s'oublie vite.

04/01/2014 (modifier)
Par dut
Note: 4/5

Ha le nouveau Davodeau ! Apres le très réussi Les Ignorants, magnifique BD sur l'univers du vin, il était forcément attendu (par moi en particulier), et le voici qui signe la BD annuelle commandée par le musée du Louvre ! On se balade dans le Louvre à travers les yeux de Fabien, un gardien de musée, dont la belle famille va lui demander de voir pour faire rentrer une "croûte" d'un aïeul au Louvre. Voilà le pitch un peu loufoque. Mais là ou il est fort Davodeau, c'est d'arriver à raconter une histoire simple, mais d'y mettre le l'humour, des sentiments, mais aussi une touche de critique de la société (il ne peut pas s'en empêcher je crois). Je serais curieux de savoir dans quelle mesure il a été 100% libre de faire ce qu'il voulait, ou s'il a eu des demandes à suivre par le musée du Louvre, non pas que j'ai senti Davodeau brimé ou quoi que ce soit, mais juste par curiosité... Et le république du Louvre ? Pure invention ou est-ce véridique ? Graphiquement, pas de surprise, c'est du Davodeau, simple, mais très efficace. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cette BD !

30/12/2013 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Bon, après Les Ignorants, on attendait Davodeau au tournant. Il nous propose un album plus léger, cette fois-ci consacré au Louvre (avec lequel Futuropolis poursuite sa collaboration, donc). Une histoire de famille, contemporaine, fortement teintée d'humour, avec un poil d'absurde. Le récit avance de façon assez logique, faisant naître de discrets sourires sur la face du lecteur. Davodeau insiste, mais sans en faire trop sur le contraste entre les parisiens et la campagne, sa campagne, d'ailleurs. On se marre, mais sans y trouver une satisfaction intense. Sympathique.

03/11/2013 (modifier)