Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Une maternité rouge

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Au Mali, une Maternité rouge, sculpture datant du XIVe siècle, est sauvée de la folie destructrice des islamistes par Alou, un jeune chasseur de miel. En compagnie d’autres migrants, soeurs et frères d’infortune, Alou prend tous les risques pour rejoindre l’Europe. Son but et son obsession : confier la précieuse statuette au musée du Louvre !


Afrique Noire Immigration clandestine Sculpture

Alou, chasseur de miel, se dirige vers les ruches sauvages d’un baobab. Circulant en 4x4, armés jusqu’aux dents, une bande d’islamistes radicaux foncent sur lui et font exploser le baobab sacré. Parmi les débris du baobab, Alou découvre, intacte, une statuette représentant une femme enceinte. Encouragé par son père, il se rend dans le pays Dogon présenter la statuette au sage du village, le hogon, respecté de tous pour sa culture. Le hogon reconnaît aussitôt cette Maternité rouge . Elle est l’oeuvre, selon lui, du maître de Tintam, dont une première Maternité se trouve déjà au Louvre, au Pavillon des Sessions. Pour le vieil homme, la sculpture, en ces temps de barbarie, sera plus en sécurité au Louvre, près de sa soeur, qu’ici, au Mali. Confier la statuette au musée parisien, c’est la mission d’Alou. Et pour la mener à bien, le jeune homme prendra tous les risques en traversant déserts et mers, en compagnie de migrants, ses soeurs et frères d’infortune. Christian Lax rejoint la collection Louvre avec un récit engagé, aux côtés de celles et ceux qui subissent la violence, la misère et la guerre et tentent de rejoindre nos côtes dans l’espoir d’une vie meilleure… Texte:L'éditeur

Scénariste
Lax
Dessinateur
Lax
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Janvier 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Une maternité rouge
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

15/04/2019 | Gaston
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

L’intrigue développée par Lax est assez linéaire – dans tous les sens du terme, puisque nous suivons un jeune Malien, qui transporte une statuette du Mali au Louvre, en France, espérant ainsi la mettre à l’abri. La fin est d’ailleurs ouverte et abrupte, puisque nous ne savons pas ce que devient cet adolescent. Mais en tout cas l’histoire se laisse très facilement et agréablement lire. Car elle est fluide. Mais aussi parce que Lax a très bien utilisé le contexte : poids des groupes Djihadistes au Mali, des milices et de la corruption en Lybie, et plus généralement l’univers atroces des migrants, qui fuient misère, guerre pour éventuellement, s’ils ont de la chance, pouvoir poser les pieds en Europe et y être parqués. Cet aspect est vraiment bien montré, ainsi que la détresse des camps cachés dans les recoins de Paris. Je suis juste surpris que Lax n’ait pas évoqué les débats actuels autour du « retour » des œuvres d’art africaines pillées durant la colonisation. Ce qui rend cet album encore plus agréable à lire, c’est bien sûr le très beau – c’est un euphémisme – dessin de Lax. Que ce soit pour les décors ou les personnages, je le trouve remarquable ! Et en particulier, s’il faut faire un distinguo, il est excellent pour les paysages africains. Un bel album à découvrir. Note réelle 3,5/5.

01/07/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Une maternité rouge est un récit basé sur les statuettes Dogon qui constituent des trésors précieux pour la culture en provenance du Mali. Or, les Européens avec la décolonisation de l'Afrique ont tout embarqué pour la sauvegarde du patrimoine mondial. Ainsi le Musée du Louvre en France a recueillie pas mal des œuvres d'art premier sous l'impulsion notamment de Jacques Chirac. Il faut dire qu'en Afrique, des groupes islamistes radicaux détruisent toute autre représentation que celle de leur dieu bienfaiteur. La religion dans son extrêmité semble être la cause d'une destruction du patrimoine ce qui est bien dommage pour la culture dans son ensemble. Encore une fois, ce n'est pas une de mes positions dites politiques mais bel et bien le sujet qui est traité par l'auteur Lax dans cette bd. Ainsi, notre héros va faire passer en France pour le donner au Louvre une statue dite maternité rouge. Cela ne sera pas facile pour ce migrant de passer de l'Afrique à l'Europe. On se rendra compte que derrière cela, il y a tout un drame humain mais qui n'a finalement que peu d'importance pour les conservateurs de musée. L'art avant les hommes. Notre-Dame avant les pauvres. Un discours maintes fois exprimé mais qui est tourné en dérision devant la sauvegarde d'un héritage culturel primordial. Cette œuvre soulève de bonnes questions. J'ai bien aimé ce traitement sur un sujet qui est devenu récemment d'actualité.

15/05/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Alors que dernièrement le gouvernement français a relancé le débat de remettre les œuvres d'art que les colonisateurs ont prises aux africains, voici que Lax fait une BD où un Malien va tout faire pour qu'une statuette soit en sécurité au Louvre ! J'ai été un peu surpris lorsque j'ai lu le résumé sur la quatrième de couverture et heureusement le traitement est plus nuancé dans la BD. Ainsi, Lax montre les torts des colonisateurs qui ont pris ces œuvres d'art et qui d'ailleurs traitaient souvent l'art africain avec mépris et si le héros va essayer d'apporter la statuette à Paris, c'est parce que le Mali est aux prises avec des islamistes extrémistes qui détruisent toute forme d'art et donc pour l'instant il serait préférable que la statuette soit au Louvre plutôt que de se retrouver détruite. Lax parle aussi des problèmes d'immigration clandestine vu que le héros va en devenir un pour pouvoir aller en France et l'auteur montre toutes les difficultés que ces gens rencontrent : des passeurs profiteurs, des co-voyageurs pas toujours sympathiques, le climat dangereux de l'océan, les problèmes qu'ils rencontrent avec la police, etc. Ceux qui connaissent l'oeuvre de l'auteur ne vont pas être surpris en voyant ses prises de positions politiques. Personnellement, j'ai trouvé que l'album était plus intéressant que la plupart des albums sur le Louvre de Futuropolis, mais j'avoue que mon intérêt variait un peu au fil des scènes. J'ai surtout apprécié les scènes qui traitaient de l'art. Le dessin de Lax est très bon comme d'habitude. En tout cas, un titre qui va sûrement faire plaisir aux fans de l'auteur.

15/04/2019 (modifier)