Luna Park

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Le récit d'un vétéran immigrant désabusé luttant contre les tourments de son passé...


DC Comics New York Vertigo

"Alik Strelnikov vit dans les ténèbres de Coney Island, un monde où la rouille des parcs d'attractions et les manèges figés se moquent bien de son rêve de devenir un héros." "Il y a dix ans, il a troqué une existence violente au sein de l'armée russe pour la prometteuse Amérique où il a servi d'homme de main pour la mafia de Brooklyn. Aujourd'hui, il chasse ses démons comme Il le peut : alcool, héroïne ou sa maîtresse, Marina, une prostituée doublée d'une voyante." "Entre le futur prédit dans le jeu de tarots de Marina et les horribles souvenirs du passé d'Alik. existe-t-il une échappatoire à leur misérable destinée ? Cela dépendra d'un plan désespéré qui les placera au milieu d'une guerre des gangs et couvrira un siècle entre Coney Island aujourd'hui, la seconde guerre de Tchétchénie et la fascinante New York de la belle époque." Panini Comics.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Luna Park
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

24/06/2013 | Ned C.
Modifier


Par Ned C.
Note: 4/5

Savant mélange de tragédie historique, drame d'immigrant, thriller mafieux et histoire d'amour impossible, l'écrivain Kevin Baker nous a concocté un cocktail aux relents de tord-boyaux servi par le très talentueux illustrateur croate, Danijel Zezelj. Son graphisme indéniablement particulier, est puissant,violent et colle parfaitement à la narration complexe, bourrée de flash-backs. Il sculpte les ombres et d'un trait juste retranscrit parfaitement les émotions des personnages ou le climat oppressant d'un décor. Les visages semblent tourmentés, marqués par la rudesse de leur vie. Le scénario, quant à lui est assez compliqué et se durcit au fur-et-à-mesure du déroulement de l'intrigue. Les retours en arrière deviennent de plus en plus présents pour finalement nous faire totalement perdre pied (une volonté évidente de l'auteur). Il y a plusieurs niveaux de lecture qui s'entrelacent : passé, présent et futur mais aussi les interprétations: réalité et folie, conscient et inconscient. Personnellement j'aime bien les casse-tête ! Et au passage un petit cours d'histoire sur la Russie... Le choix du coloriste Dave Stewart de n'utiliser que quatre couleurs n'est pas dérangeant, au contraire. Les atmosphères ainsi dégagées paraissent revenir inlassablement hanter nos protagonistes, où qu'ils se trouvent.J'ai juste le regret que la qualité du papier ne rende pas véritablement hommage à celles-ci (le point noir de l'album). Bon album, intelligent, dramatiquement humain, magistralement illustré qui met nos neurones et notre imagination à l'épreuve.

24/06/2013 (modifier)