Chimère(s) 1887

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

Paris, 1887. La France de la Troisième République s'engage virilement sur la voie du progrès technique, de la croissance économique. Le canal de Panama devrait être le symbole du rayonnement de la France à l'étranger, tout comme le sera la Tour Eiffel à Paris. La jeune Chimère est vendue pour 1000 louis aux bons soins de la Perle Pourpre, lupanar (maison close) des plus sophistiqués où les messieurs en haut de forme vont trouver le repos du guerrier.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Maisons closes et prostitution

Paris, 1887. La France de la Troisième République s'engage virilement sur la voie du progrès technique, de la croissance économique. Le canal de Panama devrait être le symbole du rayonnement de la France à l'étranger, tout comme le sera la Tour Eiffel à Paris. La jeune Chimère est vendue pour 1000 louis aux bons soins de la Perle Pourpre, lupanar (maison close) des plus sophistiqués où les messieurs en haut de forme vont trouver le repos du guerrier. Pauvre enfant, laissée à 13 ans par ses tuteurs entre les mains d'une mère maquerelle et d'hommes concupiscents... Pauvre enfant, en vérité ? Sous son air de douce et innocente victime, Chimère n'est que force et volonté obstinée. Elle est prête à tous les sourires et à toutes les faveurs pour gagner la liberté qu'elle n'a jamais eue, pour se venger d'une enfance dépossédée. Elle a en tête que le chemin entre elle et son but est une ligne droite qu'elle pourra tracer rapidement et les poings serrés. Mais la vie à la Perle se chargera de lui montrer qu'il n'y a pas de lignes droites. Du moins, pas pour les prostituées.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Septembre 2011
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Chimère(s) 1887
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

08/09/2011 | Miranda
Modifier


Par Miranda
Note: 2/5

Note 3,5. C’est indéniablement le style de Vincent qui m’a attirée, coloré et plein de vie, les planches sont bien remplies sans aucune lourdeur, graphiquement on est servi et bien servi, on en a plein les yeux et c’est excellent. Côté scénario on y trouve, aux côtés de Melanÿn, Monsieur Arleston qui signe cette B.D. sous son vrai nom Christophe Pelinq, je n’aurais d’ailleurs pas soupçonné sa présence, ce qui est plutôt bon car je n’ai eu de ce fait aucun apriori sur lors de ma lecture. Le récit est prenant, c’est un fait, il se divise pour l’instant en deux parties bien distinctes, l’une concernant la vie de Chimère et l’autre sur le contexte historique de l’époque, avec notamment la construction de la Tour Eiffel et du Canal de Panama. Les deux histoires se rencontreront certainement par la suite, car la scission entre elles pour l’instant est assez nette. J’attends de lire la suite pour peut-être augmenter ma note, car deux ou trois petites choses m’ont un peu dérangée. Tout d’abord j’ai trouvé que Chimère est une petite salope bien trop accomplie pour une pucelle de 13 ans, même en ayant assisté à des orgies son attitude envers la gente masculine relève plus de la croqueuse d’hommes que de la novice, et j’espère que sa désinvolture sera expliquée par la suite, mais j‘avoue qu‘à mes yeux ça a ôté un peu de crédibilité à l‘histoire. Par ailleurs, ce premier tome est assez classique, si ce n’est le fait de m’avoir donné par moments des envies de castration masculine, tant certains hommes s’y sont montré pervers pour certains et juste répugnants pour d’autres. En même temps 75% du récit se déroule dans un bordel, alors que peut-on y espérer d’autre ? Je suis curieuse de connaître la suite car les personnages sont assez attachants, en espérant un peu plus d‘originalité. Tome 2 J'ai relu le premier avant d'entamer la suite et j'ai fini par décrocher. La Chimère est trop parfaite, limite agaçante. Je pensais aussi qu'on finirait par sortir de ce maudit bordel mais non en fait, on y est on y reste. Les histoires trop colorées de prostituées ne m'interpellent pas plus que ça. Le dessin reste très joli.

08/09/2011 (MAJ le 20/02/2016) (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Les points forts de cette série sont le cadre historique intéressant, le dessin beau et dynamique et la narration fluide avec un bon rythme. Malheureusement, malgré ses qualités je n'ai pas réussi à rentrer totalement dans l'histoire et je trouve que le scénario est au mieux moyen. Le problème que j'ai est qu'hormis Chimère je ne trouve pas que les personnages sont attachants. Ils ne sont que des stéréotypes pour moi (mention spéciale pour la patronne du bordel qui est évidemment méchante avec la pauvre Chimère). Le scénario a des bonnes idées, mais le tout est un peu trop classique à mes yeux pour que je trouve le récit passionnant.

17/08/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cette bd est étonnante à plus d'un titre. Elle raconte le destin plutôt triste d'une jeune adolescente puisqu'elle va atterrir dans une maison close de luxe dans le Paris de l'année 1887. Parallèlement, on va suivre le périple de Ferdinand de Lesseps en proie à d'énormes difficultés pour réaliser son rêve de relier l'océan Atlantique à l'océan Pacifique. Bref, il y a une véritable ambiance historique qui est reliée à une histoire plutôt dramatique. On sait que les destins vont certainement se croiser pour notre plus grand plaisir. En tout cas, cette première partie est plutôt convaincante. Pour ne rien gâcher , le dessin est soigné et très précis. On se rend compte également qu'il y a un véritable rapprochement entre les maisons closes de luxe et les hommes politiques. 125 ans après, les choses n'ont pas vraiment changé. Le scandale peut encore faire varier le destin d'un pays. Chimère parvient à nous faire ressentir de véritables émotions en jouant de manière subtile sur une corde assez sensible. On ne pourra être que toucher par la grâce de ce personnage dans un milieu aussi sordide de luxure et d'oisiveté. Pour autant, je dois avouer que j'ai fini par décrocher par la longue suite qui n'est plus du même acabit.

13/05/2012 (modifier)

On m'a offert ce premier tome, et c'est plutôt un heureux hasard étant donné que si j'avais posé les yeux sur la couverture en magasin, je ne suis pas sur que je l'aurais ouverte ! Donc quelle bonne surprise pour moi quand j'ai commencé Chimère. Des dessins excellents hauts en couleur très vivants de la part de Vincent. Véritablement un bonheur à regarder. Le scénario lui est tout aussi bon, l'histoire de Chimère et d'un bordel parisien sur fond d'une lutte acharnée entre politiques, manipulation, corruption... J'attends avec impatience la suite !

29/01/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette série nous propose d’entrer dans un bordel parisien au moment de la construction du canal de Panama. Celui-ci se révèle être un gouffre financier (le canal, hein, pas le bordel) et son refinancement se motive à l’aide de pots de vin et de filles de joie. Au menu : luttes d’influence entre filles et… luttes d’influence entre hommes. Chimère, le personnage principal, m’est apparue assez irréaliste. Trop dégourdie, trop futée, trop déterminée pour ses 13 ans. D’un autre côté, puisqu’elle est vouée à devenir l’héroïne de l’histoire, c’est pas plus mal que son profil sorte du commun. De plus, le fait que les personnages soient dessinés d’une manière légèrement caricaturale décale le ton. On sort du purement historique, du réaliste pur jus graphiquement aussi. L’ensemble reste donc homogène. L’histoire, elle, n’a pas encore réellement débuté à la fin de ce premier tome, qui se concentre sur la présentation des personnages et du contexte historique. Mais les jalons ont été posés et on devine aisément dans quelle(s) direction(s) l’intrigue va se développer. J’ai particulièrement apprécié le travail réalisé au niveau du dessin. Les personnages sont bien typés, légèrement caricaturaux, tandis que les décors sont très soignés dans un style réaliste net et sans bavures. L’histoire est intéressante par son contexte historique et un poil piquante par le lieu dans lequel se déroule la majeure partie de l’intrigue. L’âge de l’héroïne m’aurait mis mal à l’aise si les séquences scabreuses s’étaient multipliées mais les auteurs ont l’intelligence de rester dans la sobriété de ce point de vue. Ils choisissent de suggérer plutôt que de montrer, un choix que j’apprécie. Ne subsiste donc que la détermination de cette héroïne peu crédible pour tempérer mon enthousiasme. Pas mal du tout, une série que je continuerai à suivre.

10/10/2011 (modifier)
Par JeePee
Note: 4/5

J’avais aimé « L'Ecole Capucine » et « Albatros » je n’ai pas été déçu par Chimère(s). Les histoires de maison closes sont à la mode en ce moment (film, TV). Ici l’histoire de « filles » sur fond d’histoire, de politique et de gros sous est très vivante et crédible. Le dessin est toujours fourmillant de détails, plein de vivacité et de couleurs. J’allais dire qu’il y a du Loisel dans ses dessins de femmes et dans sa truculence. On ne sait pas trop d’où vient l’héroïne (un peu trop rouée pour son âge) et par où elle est passée mais en tous cas on a hâte de savoir où elle va nous conduire.

09/10/2011 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

La couverture est vraiment chouette et une fois la BD ouverte, il n'y a pas tromperie sur la marchandise. Le dessin est du même acabit, le trait est agréable, les plastiques féminines aussi. Par contre je suis plus mitigé sur le scénario. L'histoire est loin d'être déplaisante, mais il n'y a rien de marquant dans celle ci. Le background historique est pourtant intéressant mais pour l'instant c'est trop secondaire. Les recoupements avec l'histoire principale ne sont pas encore assez poussés. L'histoire principale elle s'articule autour de la jeune Chimère, 13 ans qui découvre la vie dans un bordel. Et là c'est assez mince. Rencontres avec les clients, amitiés ou rivalités avec les autres filles, traitement sévère de la patronne... il manque probablement un élément clé pour donner plus de densité au récit. Pas mal donc, mais l’absence d'un fil conducteur fort risque de faire rentrer cette série dans la catégorie des BDs qu'on oublie assez vite après les avoir lues. A voir si dans la suite l'intrigue s'emballe et change la donne.

14/09/2011 (modifier)