Masquerouge

Note: 3.1/5
(3.1/5 pour 10 avis)

Octobre 1624, Masquerouge pousse son premier cri. Richelieu règne sur la France aux côtés du jeune roi Louis XIII. En terre de Gâtinais, ariane de troïl prend conscience de la misère qui règne dans les campagnes. C'est alors que réapparait celui qui, il y a quelques années, était connu sous le nom de masquerouge.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII De cape et d'épée Double vie Les 7 vies de l'épervier Pif Gadget Vécu

Ariane de Troïl qui a quitté sa terre d'enfance, arrive à Paris sans le sou. Meurtrie par un passé douloureux, elle prend son destin en main. Masquerouge et son épervier font alors leur apparition. Ils livrent un combat sans merci au vice et à l'injustice des puissants. Prise dans les tourments de la grande histoire de france, Ariane qui ne fait qu'un avec masquerouge, continue parallèlement à ses exploits secrets, de souffrir.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1984
Statut histoire Série terminée 10 tomes parus
Couverture de la série Masquerouge
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

15/07/2002 | SAGERA
Modifier


Une série de 10 tomes s'intercalant entre les tomes 6 et 7 de la première époque des "7 vies de l'épervier". Ayant découvert cette série dans Pif Gadget il y a très très longtemps, je pensais qu'elle était plus enfantine qu'elle ne l'est réellement (en fait les premiers tomes sont très accessibles, malgré un vocabulaire assez costaud quand même, mais la série rejoint petit à petit la noirceur des "7 vies de l'épervier") . Plus axée sur l'action que la série d'origine sur les 6 premiers tomes, et moins ancrée dans le contexte historique fort et omniprésent de la première série, elle est pourtant très adulte dans certaines scènes. Les 4 derniers tomes quant à eux reviennent en arrière dans le temps et expliquent clairement comment le Masquerouge de la série est "né", et introduit la deuxième époque des 7 vies de l'épervier (Plume aux vents). Cette partie est très orientée sur l'Histoire et très peu sur l'action, et est parfaitement au niveau des "7 vies de l'épervier". J'aime au final beaucoup cette série, alors que certains la jugent indigne de la série mère (totalement à tort à mon avis).

20/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Les 3 albums dessinés par Juillard content la genèse de Les 7 vies de l'épervier, c'est une suite de récits complets qui s'enchaînent (mais indépendants), formant ainsi la légende de Masquerouge, personnage qui prendra corps dans une oeuvre bien plus ambitieuse, la série-mère. Publiés en 1980 dans Pif-Gadget pour un public jeune, ces récits renouent avec la verve du genre cape et d'épée (on y voit en effet de nombreux duels), et paradoxalement se situent après le tome 5 de Les 7 vies de l'épervier; le cavalier rouge imaginé par Cothias et Juillard faisait alors figure d'un Zorro historique, mais ces épisodes ne sont pas à dédaigner car ils servent à mieux étoffer certains personnages et événements. On est alors en 1624, un peu après la fin de la série-mère, lorsque le pouvoir appartient à Louis XIII et à Richelieu ; en Gâtinais, Ariane de Troïl reprend le flambeau laissé vacant quelques temps avant par un gaillard vêtu de rouge. Au tout début, le dessin de Juillard est encore un peu grossier, mais déjà maîtrisé, il s'affirmera doucement. En 1982, dans Circus, les auteurs décident de concevoir une saga plus adulte (les 7 Vies..) en reprenant leur idée d'origine d'un vengeur masqué, jusqu'à ce qu'en 1992, une fois cette saga achevée, Cothias revienne de nouveau à "Masquerouge" avec cette fois Venanzi au dessin. Les tomes qui vont suivre permettront à Cothias de préciser encore des détails qui enrichissent l'ensemble formant un tout, avec même Plume aux vents, suite directe des 7 Vies, alors que la plupart des autres séries dérivées n'apportent rien. Dans cette reprise au tome 4, Venanzi est digne de Juillard puisqu'il est déjà très appliqué, surtout dans les décors d'un Paris attractif du XVIIème siècle, histoire de bien se rôder pour sa propre série, Hidalgos. Pour les fans, "Masquerouge" est donc indispensable, pour les autres, c'est une bonne série historique qui sans se hisser au niveau de Les 7 vies de l'épervier, reste tout à fait honorable et soignée.

06/10/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Que cette série est bien fade au regard des 7 vies de l'épervier. Encore une série dérivée qui devait exploiter le filon. D'autres diront qu'il s'agit avant tout pour l'auteur de constituer une véritable fresque du XVIIème siècle. Par ailleurs, la série n'est pas du tout homogène puisque le début de cette série a été écrit avant la fin des 7 vies de l'épervier. Il faudrait d'abord lire la série mère mais seulement du tome 1 au 6. Puis revenir sur le 8ème tome de Masquerouge où Ariane va devenir progressivement ce fameux justicier masqué. On complétera ensuite par les 3 premiers tomes qui étaient publié en 1978 dans Pif Gadget et qui constitue des minis récits vantant les mérites de ce héros de cape et d'épée. On terminera enfin par le dernier tome des 7 vies de l'épervier. Quelle aventure ! Cette lecture ne m'a rien apporté de plus. Même pas du plaisir ce qui constituerait un minimum! C'est encore pire que Coeur brûlé. La naïveté du propos m'aura totalement achevé avec cet aspect « donneur de leçon ». Il faut dire qu'à l'origine, Masquerouge a été crée pour plaire à un public jeune. Bref, le scénario est aussi léger que les plumes d'un épervier pour me séduire. Les exploits de cette aventurière masquée sous le règne de louis XIII me laisseront de glace. Et puis, nous avons déjà eu droit à un Robin des Bois ou un Zorro masqué.

01/01/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Nous sommes dans la France du 17ème siècle... Masquerouge, tel un nouveau Robin des Bois, s'attaque à tous ceux qui -sous le couvert des lois- s'en prennent aux plus démunis. Mais qui se cache sous ce masque ?... Notre personnage fait son entrée dans le monde de la BD dans le Pif Gadget"n° 586 du 14 Juin 1980. Sous forme de courts récits, il y poursuivra sa carrière jusqu'en 1982. Cothias, le scénariste, semble avoir hérité des anciens feuilletonistes de la fin du 19ème siècle. Il fournit ainsi ample matière détaillée à André Juillard, le dessinateur qui, petit à petit et au fil des opus, épurera son graphisme. Avec talent ! Terminé pour Pif Gadget. Masquerouge revient, la même année, dans la revue Circus. Cette version sera un peu plus... adulte. Nouveau come-back, réussi, dès 1992 sous le graphisme de Venanzi. Les scénarios sont toujours de Cothias. "Masquerouge" ?... Une bonne série qui joue sur une page de l'Histoire. Bien scénarisé, il manque -personnellement- une sorte de "souffle épique" qui aurait pu en faire une très grande série. Au fait : qui est Masquerouge ?... Gabriel de Troïl ?... Son neveu Guillemot?... La belle Ariane?... A vous de vous en faire une idée à la lecture de cette série quand même bien réalisée.

27/08/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Je ne suis pas un très grand fan de Les 7 vies de l'épervier mais j'admets que cette série dont est tiré Masquerouge est bien foutue, intelligente et prenante. Mais là, par contre, avec Masquerouge, je trouve l'histoire largement moins captivante. Le dessin n'est pas mauvais, pas grand chose à en redire. Je ne le retiendrais pas comme étant exceptionnel mais il se laisse lire et n'est pas moche. Par contre, les histoires sont souvent des histoires courtes d'action et d'aventure, ne m'intéressant pas trop à la base dans le concept. En outre, je déplore le nombre de facilités scénaristiques que j'y recense (l'héroïne ne craint pas les balles sans qu'on sache pourquoi, elle est toujours là au bon moment, au bon endroit, peut s'infiltrer partout, sait tout, voit tout) : c'est du Zorro transposé à l'époque de Richelieu sans le charme ni l'intelligence naïve de Zorro. Chaque petite histoire se lit pour passer le temps mais il n'en ressort rien d'original ni de vraiment prenant. Bref, je n'aime pas franchement cette série qui joue sur le succès de Les 7 vies de l'épervier, mais j'estime qu'elle se laisse lire.

16/04/2004 (modifier)

Bon je conseille l'achat uniquement aux fans des 7 vies de l'épervier car la série de masquerouge s'intégrent entre 2 épisodes des 7 vies. Les premiers tomes de masquerouge sont un peu naïfs ( commes les BD juvéniles de l'époque, il ne faut pas oublier que Masquerouge parraissait dans Pif) mais la suite est bien meilleure et permet de s'attarder sur des événements des 7 vies racontés plus en détail. En résumé bonne BD mais uniquement pour lecteurs des 7 vies.

07/06/2003 (modifier)
Par Don Lope
Note: 3/5

Série antérieure à Les 7 vies de l'épervier, "Masquerouge" se laisse lire, sans plus. Ca tire un peu en longueur sur les derniers tomes cependant et je préfère nettement les dessins de Juillard (sur les premiers), qui a bien fait de se concentrer sur les 7 vies à l'époque, série qui donnera tout son souffle à l'univers de Cothias. Malgré tout c'est sans doute la seule autre série avec "Plumes aux vents" qui tienne la route, parmi tous les spin-off (souvent médiocres) qui ont été imaginés (et malheureusement publiés).

18/10/2002 (modifier)
Par okilebo
Note: 3/5

Je n'ai lu que les trois premiers tomes de la série , ceux dessinés par Cothias . C'est vrai que ce n'est pas transcendant mais c'est très agréable à lire . Chronologiquement , le réçit de Masquerouge se situe entre le tome 6 et 7 de la série Les 7 vies de l'épervier . Le dessin est moyen mais l'auteur est pardonnable car à cette époque , il était encore qu'a ces débuts . Une série qui n'est pas indispensable mais plutôt complementaire de la série mère .Si ce cycle vous interesse , lisez Les 7 vies de l'épervier , Masquerouge et pour finir Plumes au vent . Les autres séries parallèles sont inutiles !

17/10/2002 (modifier)

Whoua, quelqu'un a eu la bonne idée de poster Masque Rouge, l'ancêtre de son cousin l'épervier (du moins au début) qui me ravissait toutes les semaines dans mon Pif-Gaget de l'époque... J'en gardais un excellent souvenir... A la relecture je me dis que ma mémoire n'est pas très bonne... Et surtout les derniers développement en long, en large en travers, avec des albums qui n'apportent plus grand chose ne sont certainement pas la meilleure idée du scénariste (hélas, trois fois hélas) Snif...

22/07/2002 (modifier)
Par SAGERA
Note: 3/5

Il est dommage que juillard n'ait pas continué de dessinner les aventures de Masquerouge. Son trait précis et agréable offrait en effet à la série une once de plus value. Venanzi qui reprend la série au bout du tome 4 ne s'en tire pas mal, mais on sent sa technique moins aboutie que celle de son prédécesseur. Quant à l'histoire, elle est en fait, segmentée en plusieurs époques qui correspondent à celles qui marquèrent la parution de la série dans la révue "pif gadget". Il existe donc de grandes disparités de ton tout au long des 9 albums actuellement parus. Reste que les aventures de masquerouge sont plaisantes, même si elles sont bien loin d'égaler le cycle des 7 vies de l'épervier. En tous les cas, cette série est parmi toutes les autres du même cycle la moins ridicule.

15/07/2002 (modifier)