Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Coeur brûlé

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 6 avis)

Germain Grandpin qui apparait dans les sept vies de l'épervier d'une manière vraiment trés peu flatteuse (il viole Ariane, il laisse Henry IV se faire trucider par Ravaillac), est suivi dans cette série de manière privilégiée.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Canada Indiens d'amérique du nord Les 7 vies de l'épervier Nouveau Monde Vécu

Croyant Ariane morte, Germain décide d'embarquer pour le Canada afin de la venger. Les chemins de Germain et du Condor (père d'Ariane) vont se croiser en terre nouvelle. Germain va s'affirmer en grand guerrier. La sagesse sera au bout du chemin. Ayant finalement décidé de repartir en France, Germain sera tué. Une nouvelle ironie du diable qui tire décidément toutes les ficelles.

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1991
Statut histoire Série terminée 7 tomes parus
Couverture de la série Coeur brûlé
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

21/05/2002 | SAGERA
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

"Coeur Brûlé" est le lien entre la fin de Les 7 vies de l'épervier et Plume aux vents qui est sa suite directe ; peut-être Cothias avait-il déjà l'idée de "Plume aux vents" lorsqu'il entreprit "Coeur Brûlé" qui prépare à cette suite ? mais d'un autre côté, je me demande si cette série était vraiment utile, car l'histoire s'étire beaucoup trop, ça aurait pu se solder au moins en 4 albums. Certes, le récit se focalise sur Germain Grandpin qui bien-sûr possède assez de potentiel pour déclencher une série ; c'est l'un des plus intéressants personnages de la saga 7 Vies, et il rencontre de nombreux autres personnages. De toutes les séries dérivées des 7 Vies, celle-ci est celle qui est le plus tournée vers la grande aventure exotique puisque seuls les 2 derniers albums se déroulent à Paris, après que la majeure partie de l'action ait été consacrée à l'immensité du Nouveau Monde, avec une bonne description des tribus indiennes qui y vivaient en ce XVIIème siècle où les colons et les soldats n'étaient pas encore trop nombreux. La série est finalement très dépendante de la série-mère, et d'ailleurs les 3 derniers albums se recoupent avec elle au niveau des informations, ainsi qu'avec Masquerouge et Le Fou du Roy ; tout s'imbrique. Graphiquement, ça ne me convient pas : les 2 premiers albums dessinés par Dethorey sont acceptables, mais le dessin de Méral m'a été pénible à supporter, d'aspect brouillon, vilain et comme pas fini, un vrai gâchis.. Bref, une série assez sympathique, où l'on prend plaisir à retrouver des personnages entrevus ailleurs, avec des clins d'oeil intéressants comme la rencontre des 3 mousquetaires et de d'Artagnan qui reste un détail amusant ; une série qui n'était pas absolument indispensable, trop longue, mais qui une fois plongé dedans, sait être attractive. Son gros défaut reste le dessin calamiteux et pas du tout adapté au genre historique et à l'unité graphique de l'ensemble des séries dérivées, surtout quand on passe après Juillard, Wachs, Goepffert, Venanzi ou Robet... L'achat est réservé avant tout aux fans.

04/04/2014 (modifier)

Bon, ça commence déjà un peu difficilement, avec Germain Grandpin qui essaie de faire la traversée de l'Atlantique à la rame en solitaire... en 1625. Certes, ça rate, mais quand même... De manière générale, ceci illustre un des problèmes de cette série : mal située entre la BD historique, qui demande une certaine crédibilité, et la BD d'aventures, qui demande plus de rythme que ce récit souvent laborieux. Les motivations des personnages sont de plus en plus simplistes et peu crédibles, et le scénario a une nette tendance à tourner en rond. L'explicitation du rôle de Léonard Langue-Agile, à la fois Diable et incarnation du scénariste, devient franchement lourde : merci, on avait compris ! Ceci dit, avec Plume au Vent, il s'agit d'une des moins pires suites des Sept Vies de l'Épervier. Pour être honnête, les deux premiers tomes sont même tout à fait lisibles. Mais à partir du changement de dessinateur au tome 3, ça devient franchement pénible. Je n'ai rien contre le dessin "de caractère", bien au contraire mais d'une part, ce n'est pas forcément le mieux pour une BD historique ; d'autre part, ce dessin-là en particulier, je le trouve juste moche. Verdict : pour les deux premiers tomes, pour les suivants.

08/08/2012 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

An de grâce 1625… Cœur Brûlé ?… c’est le surnom donné à Germain Grandpain, un ancien soldat du roi Henri IV qui traque un homme dans les vastes étendues du Canada d’alors. Cœur Brûlé ?… c’est aussi une suite aux « 7 vies de l’Epervier » de Cothias et Juillard. Si le premier cité est resté au scénario, le dessin est passé aux mains de Dethorey. Et j’ai quand même bien aimé. Dethorey y va d’un graphisme réaliste, différent de celui du « créateur ». L’ensemble est bien lisible et mêle agréablement ce réalisme –qui normalement se doit d’être sérieux- à certaines pointes d’humour. Les planches bénéficient également d’une colorisation bien enlevée qui –souvent- donne une vraie vie aux cases. Cœur Brûlé ?… son histoire a débuté voici bientôt 20 ans et ça n’a pas pris une ride ; preuve d’un bon travail.

09/01/2009 (modifier)
Par Lebroch
Note: 3/5

Coeur Brulé est une série historique de lecture agréable, qui, pour 6 tomes sur 7, se déroule dans le cadre épique de la Nouvelle France du XVIIe siècle. Dans ce cycle, Cothias avait l'ambition d'explorer plus en détail le caractère de Germain Granpin, l'un des personnages les plus attachants des 7 vies de l'épervier. Le projet avait de quoi enthousiasmer tant ce personnage est passionnant (du moins je pense) pour les amateurs des 7 vies, et tant il est intéressant à découvrir pour les nouveaux lecteurs. Mais quelques vices de création ont empêché cette série d'atteindre le stade de chef d'oeuvre : - les deux premiers tomes, dessinés par Dethorey qui pratique un style proche de celui de Juillard, sont très esthétiques, mais l'aventure peine à démarrer : Cothias n'a à l'époque toujours pas fini d'écrire les 7 vies et ne sait pas exactement où il veut en venir avec son personnage, qui va de mésaventures en mésaventures au long du St-Laurent sans que cela ne serve vraiment l'intrigue - à partir du tome 3, le scénario prend enfin un tour plus net et se raccroche non sans succès à la saga de l'Epervier... Seul souci, Cothias a changé de dessinateur. Le style de Méral est très déroutant, et, même s'il s'améliore de tome en tome, il brise l'unité de la série et choque les amateurs de la ligne claire à la Juillard... Bref, une bonne BD que je vous conseille très vivement de lire si : - vous avez aimé les 7 vies de l'Epervier - vous êtes passionnés par le Nouveau Monde Sinon, il y a tant d'autres choses à lire...

04/01/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Cette série fait partie du cycle des 7 vies de l'épervier. Nous suivons les aventures de Germain Grandpin qui est à la recherche du soi-disant meurtrier de sa bien-aimée Ariane de Troil. Il traversera l'Atlantique pour rejoindre le Nouveau-Monde afin de poursuivre sa vengeance contre le chevalier Condor. Visiblement cette série est la parfaite transition entre Les 7 vies de l'épervier et de sa suite Plume aux vents. Je me devais de la lire pour comprendre l'enchaînement des événements. Cette série est passée aux oubliettes et n'a pas eu le succès escompté. Cela se voulait une fresque naturaliste et sensible qui nous fait découvrir le Nouveau-Monde et ses habitants les tribus indiennes ainsi que le mode de vie des colons. Il est vrai que j'ai tiqué sur bien des aspects du scénario à commencer par cette idée folle de traverser l'Atlantique avec une barque de fortune au temps du Roi Louis XIII où il fallait plus de 2 mois avec un bon voilier muni d'un équipage chevronné. Dethorey a juste dessiné les deux premiers volumes. Meral a prit sa succession avec un style tout à fait différent qui n'apporte pas un sentiment d'unité à cette série qui peine déjà par un scénario improbable. A lire juste pour faire le lien nécessaire...

28/12/2008 (modifier)
Par SAGERA
Note: 2/5

Ma note pitoyable vient surtout du traitement graphique vraiment limite... Au niveau du scénario, cette série n'était pas indispensable. Elle plagie de manière pathétique les sept vies de l'épervier.

21/05/2002 (modifier)