Sept naufragés

Note: 2.13/5
(2.13/5 pour 8 avis)

Les habitants d'une petite île perdue voient leurs habitudes perturbées par l'arrivée du jeune Aràn. Ne tardant pas à se lier d'amitié avec six autres enfants, le nouveau venu sème néanmoins le trouble et la discorde en révélant le but de sa présence parmi eux : il est là pour éteindre le phare. Or la seule règle de l'île, c'est justement que le phare ne doit jamais, jamais s'éteindre.


Les phares Sept...

Les habitants d'une petite île perdue voient leurs habitudes perturbées par l'arrivée du jeune Aràn. Ne tardant pas à se lier d'amitié avec six autres enfants, le nouveau venu sème néanmoins le trouble et la discorde en révélant le but de sa présence parmi eux : il est là pour éteindre le phare. Or la seule règle de l'île, c'est justement que le phare ne doit jamais, jamais s'éteindre.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Janvier 2012
Statut histoire One shot (Saison 2 de la série Sept) 1 tome paru
Couverture de la série Sept naufragés
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

13/02/2012 | iannick
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Dès le début de Sept naufragés, on sent qu'il y a quelque chose de bizarre, de faux, dans cette île assez paradisiaque, avec son gentil village, ses paisibles habitants et ces enfants qui s'amusent ensemble. On se croirait dans un jeu vidéo d'aventure à l'ancienne tellement tout semble artificiel. La belle île, les jolies maisons avec leurs jardinets, la plage ensoleillée, les gens souriants, les gamins turbulents mais qui s'entendent bien quand même... Ça agace un peu le lecteur au début, qui se dit que ça sonne faux, avant qu'il réalise que c'est justement cela qui est au centre de l'intrigue, de comprendre pourquoi ça sonne faux et ce qui se cache derrière. Le dessin n'est pas mauvais, assez coloré et gai, mais je ne suis pas trop fan de son style un peu trop à l'américaine, type Disney, et sans réel charme. Je n'ai pas non plus accroché aux personnalités des protagonistes que je n'ai pas trouvés attachants. Ils me paraissent trop creux et stéréotypés. Et j'ai trouvé trop convenue la façon dont l'intrigue est racontée. Cela joue trop sur le mystère imposé, avec la majorité des personnages qui savent la vérité mais, oh non, ils ne peuvent pas la dire parce que... ben on ne sait pas pourquoi en fait puisque, à la fin, la vérité finit par être dite et qu'il suffisait de le faire pour que tout aille mieux d'un coup. Ça aussi, cela sonne artificiel et ce n'est pas au bénéfice de la qualité du scénario. Et puis au final, on s'en doutait bien de cette révélation finale qui fait bien déjà-vu et si on y réfléchit, ça ne tient guère la route. Malgré ces reproches, j'aurais aimé laisser une note moyenne car je trouve qu'il y a du bon dans cet album. Le cadre de cette île étrange est assez agréable, le dessin est techniquement de bon niveau et la narration a une certaine touche d'originalité en semant le trouble dans l'esprit du lecteur avant de révéler que c'est bien normal qu'il soit troublé. Mais la clé de l'intrigue est trop cliché, les dialogues sonnent faux et les personnages ne sont vraiment pas charismatiques.

17/10/2016 (modifier)
Par Jetjet
Note: 2/5
L'avatar du posteur Jetjet

Aïe aïe aïe.... Allons droit au but : sans l'apport de ce tome dans la série des "Sept", je n'aurais jamais lorgné vers ce bouquin qui ne doit sa légitimité que dans cette collection et n'aurait surement jamais été publié tel quel en one shot indépendant. Alors que je suis d'habitude très clément sur cette série, celui-ci est l'exemple parfait pour TOUS ce qu'il ne faut pas y reproduire au sein de la thématique comme en général par ailleurs... Le thème est éculé et reprend exactement la trame d'une certaine série télévisée bien connue (avec une fin identique d'ailleurs) que je ne vais pas citer mais que vous pouvez trouver facilement en quelques secondes de réflexion de par les thèmes... D'ailleurs les indices sont tellement grossiers jusqu'au nom d'un personnage "clé" et certains flashbacks qu'il faut probablement avoir le niveau d'un enfant de 4 ans ou lire cette bd complètement bourré pour ne pas se douter de l'issue... Il s'agit en fait d'une petite communauté vivant sur une île de façon particulièrement insouciante. 6 enfants sont rejoints par un 7ème venant de s'échouer et cherchant "la vérité" sur leurs conditions de cette île. En effet tous les enfants vivent avec des parents adoptifs sans se douter véritablement du pourquoi et comment ils sont arrivés aussi. Seul le mystérieux phare placé de l'autre côté de l'ile et qu'il ne faut surtout pas éteindre leur fournira les réponses à leurs questions existentielles mais selon les habitants adultes de l'ile, il ne faut SURTOUT pas éteindre ce phare et la prophétie de malédiction s'abattant dès que 7 enfants sont réunis risque de s'abattre à nouveau sur leur village... Voilà donc à l'exception d'une jolie ellipse temporelle complètement voulue, le reste n'est qu'une accumulation de clichés et de dialogues sans intérêt. Pire les 7 enfants ne sont absolument pas attachants ou charismatiques et leurs prénoms à coucher dehors n'aide pas à l'identification. On retrouve hélas le même principe d'une "bonne" idée qui aurait pu se tenir sur une vingtaine de pages tout au plus mais est étalée vulgairement sur plus de 60 pages qu'il va falloir remplir de la façon la plus absurde et grotesque : par du remplissage insipide et des dialogues inintéressants. Effectivement lorsque le seul but de poursuivre cette lecture laborieuse (lu en 4 ou 5 fois, c'est dire) est de vérifier si on avait vu juste et non seulement c'est le cas mais il n'a guère d'émotion ou de plaisir à en tirer... Tony Semedo s'en sort mieux avec ses dessins au style très manga européen façon Winx ou Elfées calibré pour les gosses avec une colorisation rose bonbon pastel qui loupe le coche de l'ambiance anxiogène pourtant nécessaire pour créer un suspense ou une tension qui n'apparaitront réellement jamais. Je n'aime pas son style mais ce serait être d'une mauvaise foi absolu que de prétendre qu'il ne sait pas dessiner bien au contraire. C'est d'ailleurs lui qui sauve les meubles et auquel j'évite la note rédhibitoire minimale par son talent et certains décors fort jolis. Mais le design de ses personnages est trop lisse et je n'ai guère apprécié la mise en page des phylactères un rien frigide. C'est donc un beau gachis et tout ce qu'il ne faut pas faire. Je ne connais pas Andoryss et commence à craindre pour sa trilogie du Cercle que je possède mais n'ai toujours pas lu avec le talentueux Nesskain aux dessins mais cet essai non transformé ne me rassure guère. Un petit deux d'encouragement pour inciter David Chauvel à choisir de bien plus chouettes scénarios pour sa série concept que j'apprécie beaucoup et également pour Tony Semedo qui a surement beaucoup de talent à revendre et que j'espère revoir dans de bien meilleures dispositions que le présent album qui aurait du s'appeler "C'est un Naufrage".

12/02/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Bon, bin je vais faire assez court, puisque je n’ai franchement pas accroché du tout à cet album, et que Bof me paraît un peu soft par rapport à mon ressenti (ma note réelle serait 1,5/5). Tout d’abord je n’ai pas apprécié le dessin, qui n’est vraiment pas mon truc. Il n’est pas mauvais en soi, mais je n’aime pas du tout ce style. Mais c’est surtout au niveau de l’histoire que le bât blesse ! Je me suis franchement ennuyé à la lecture, que j’ai finie péniblement. C’est très très long à démarrer, il ne se passe rien, et quand enfin « ça » démarre… et bien il ne se passe pas grand-chose non plus et en tout cas ça ne m’intéresse pas du tout ! Bref, un album que je ne suis pas prêt de rouvrir !

05/06/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Une déception avec cet album... Ca ressemble un peu à un boulot de commande, on a l'impression que la scénariste n'a pas trop su quoi faire de son sujet... Ca partait bien pourtant, puisque se retrouve avec une bande d'enfants qui débarquent sur une île aux propriétés bien particulières, un mystère qu'ils vont vouloir percer... Mais hélas l'album s'avère bien verbeux, et assez mal géré en termes de timing... Ca traîne véritablement en longueur, et le final, la révélation, ne sont pas à la hauteur des promesses... Côté dessin, j'ai trouvé le trait de Tony Semedo assez sympathique, quoique pas transcendant. Son style semble hésiter entre plusieurs influences, sans se décider, ce qui donne du semi-réaliste pas désagréable, mais un peu sans originalité. les couleurs sont de qualité par contre.

09/10/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Un autre one-shot sans intérêt venant de cette collection. Le scénario ne m'a pas captivé et le suspense est inutilement étiré. Cela ne m'aurait dérangé si le dénouement et la fin étaient exceptionnels, mais ici c'est à peine moyen. En plus, les personnages ne sont pas du tout attachants et je n’avais pas vraiment envie de lire ce qui allait leur arriver. Le pire vient probablement du dessin. Je n'ai pas du tout aimé les têtes et les visages des personnages. J'avais l'impression de voir des acteurs jouant mal leurs textes et c'est la principale raison pour laquelle je ne suis pas rentré dans l'histoire.

06/08/2012 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Cette deuxième saison de la série des sept est décidément bien fade. Après les mornes Sept personnages et Sept clones, on peut constater que sept naufragés ne fait guère mieux. Cela reste assez décevant. On se dit que cette collection aurait mieux fait de s'arrêter au 7ème tome. On reprochera tout d'abord un rythme assez lent du récit ponctué par des dialogues qui ne font pas beaucoup avancer les choses. La caligraphie choisie d'ailleurs pour les bulles n'est pas très adéquate. Le dessin semble tout à fait correct même si cela fait très jeu vidéo par moment. Le constat amer vient plutôt du scénario. En effet, celui-ci se contente de faire durer le suspense sur le mystère qui entoure cette île. Si seulement, la conclusion valait cette attente. Or, cela ne sera pas le cas. A aucun moment, on ne sera surpris par la tournure des évènnements. Par contre, on sera surpris par le titre de cet opus qui est en trompe l'oeil car les enfants ne sont pas des naufragés venant de la mer. Encore une déception...

18/02/2012 (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

Ce dernier one shot ( pour le moment) de la série Sept est tout simplement correct, mais il n'y a pas de quoi être beaucoup plus enthousiaste que je ne le suis. Le scénario qui avait l'air d'être plus élaboré qu'à l'accoutumée est finalement très prévisible, en tous cas pour moi. La fin me semble si évidente qui j'ai failli mettre un 2/5 à cette bd, mais finalement en y réfléchissant bien, j'ai toujours voulu lire ce récit jusqu'à la fin, à aucun moment je n'ai eu l'intention d'arrêter ma lecture, un 3/5 me paraît donc justifié. La trame prend donc un bon départ avec l'arrivée d'un septième enfant sur une île mystérieuse où ces chers bambins ont l'air d'avoir un rôle important à jouer. Ce dernier arrivant n'a qu'un seul but , c'est d'éteindre le phare de l'île qui apparemment ne doit jamais être éteint. Je n'en dirai donc pas plus, pour éviter d'empêcher certains d'entre vous qui liront ce post d'acheter (ou d'emprunter) cet album. En ce qui concerne le dessin, là par contre je n'ai pas du tout accroché avec celui-ci, ce qui ne veut pas dire qu'il est moche, mais moi je n'apprécie pas du tout ce style. On pourra donc dire que la deuxième saison de la série Sept se poursuit avec ce nouvel épisode que je qualifierai de moyen, mais pas catastrophique comme d'autre tomes (que je ne citerai pas) de cette série qui je l'espère prendra fin au tome sept de cette deuxième saison.

16/02/2012 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

Pour moi, « Sept naufragés » est l’exemple type de bande dessinée où l’idée est bonne mais mal exécutée. Contrairement à ce que le titre laisse imaginer, il ne s’agit pas à proprement dit d’une histoire qui met en scène sept naufragés. Enfin , je vous laisse découvrir ce que ce récit nous raconte pour ne pas vous gâcher la surprise de lecture. Sur ce plan-là, on peut dire que ce scénario est très original. Mais… Hélas, mille fois hélas, cette bd souffre –à mon avis- d’un gros défaut : Qu’est ce que les dialogues sont nombreux et souvent inintéressants ! A tel point que j’ai failli lâcher mon feuilletage à la moitié de l’album ! Et puis, l’introduction est longue… Les personnages (enfin, disons, les enfants puisque le scénario se focalise sur eux) ne me sont pas apparus très attachants. En fait, j’ai eu souvent du mal à reconnaître tout de suite qui est qui dans ce récit alors que dans la plupart des autres albums de cette collection, je n’ai jamais eu l’impression de confondre les héros. Est-ce que ceci est du à un manque de concentration de ma part relative aux bavardages incessants entre ces protagonistes ? Sûrement ! Le dessin ? Je trouve que c’est relativement bien réalisé et le coup de patte de Tony Semedo est assez personnel. Mais, je n’aime pas ce graphisme car la mise en couleurs m’est apparue trop chargée et parce que je n’apprécie pas non plus le style de ce dessinateur. « Sept naufragés » est un des albums que je préfère le moins dans cette collection à cause de l’omniprésence des dialogues. Dommage car l’idée est bonne et le dénouement de cette bande dessinée m'est apparu assez surprenant.

13/02/2012 (modifier)