Victorian Undead

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Un récit captivant que subliment les dessins de Davide Fabbri.


Auteurs britanniques Ere Victorienne Londres Sherlock Holmes et cie Wildstorm Zombies !!!!!!

Un météore, tombé près de Londres en 1854, a réveillé les morts. Transformés en zombies, ceux qui dormaient jusqu’ici en paix deviennent avides de chair humaine. Vingt ans plus tard, les services secrets de Sa Majesté ont réussi à les maîtriser. Le calme est revenu… mais pas pour longtemps. Un dénommé Moriarty a l’intention de se servir des morts-vivants On supplie Sherlock Holmes d’empêcher une catastrophe.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Octobre 2011
Statut histoire One shot (?) 1 tome paru
Couverture de la série Victorian Undead
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

05/11/2011 | jurin
Modifier


Par fab11
Note: 3/5

Il ne serait pas inexact de dire que le "phénomène zombies" est à la mode. C'est donc encore une histoire de morts-vivants qui vient s'ajouter à de nombreuses autres séries telles que Walking Dead, Zombies (Soleil) et je ne les citerai pas toutes. Ce comics (a priori en un seul tome en France) reste agréable à lire, il faut signaler que les dessins sont très réussis. Mais par contre j'ai un reproche à lui faire c'est que les zombies ne sont qu'un prétexte à un nouvel affrontement entre Holmes et Moriarty. Dans un premier temps les morts vivants sont l'intérêt principal de l'histoire, puis rapidement ils sont relégués au second plan, car on retrouve la prédominance d'un Moriarty certes " zombifié" mais toujours aussi machiavélique. Le scénario reste donc classique pour une histoire qui semblait être originale jusqu'à la moitié du récit. Les scènes de combat dans Londres et la quasi destruction de celle-ci font partie des idées intéressantes de ce one shot. Au final on peut conseiller ce comics, même si sa lecture n'est pas indispensable.

17/12/2011 (modifier)
Par AqME
Note: 3/5

Les zombies sont de plus en plus utilisés dans des domaines où l'on ne les attend pas. Après une tentative délirante de Ankama de mettre des zombies dans le domaine du rock, ou encore chez Panini Comics avec les héros de Marvel en morts-vivants affamés, on se retrouve avec un comics dans lequel les zombies vont être confrontés à Sherlock Holmes, personnage emblématique de l'Angleterre du XIXème siècle crée par Sir Arthur Conan Doyle. Enfin, c'est plutôt Sherlock Holmes qui va devoir se coltiner une horde de zombies qui a les crocs. Que peut donner ce mélange intrigant? Peut-on aimer les romans de Doyle et apprécier aussi bien ce comics qui tend à donner à notre héros une enquête surnaturelle? Le scénario est assez basique, car, comme pour toute histoire de zombies, ce qui intéressant c'est de voir du gore et une critique sociale acerbe, un peu comme le fait papy Romero au cinéma. Ici, le scénario reste assez brouillon, surtout au tout début. En effet, on nous parle d'une comète qui aurait contaminé une source d'eau et rendu les gens malades, puis ensuite, on nous balance un grand méchant qui peut contrôler les zombies. Du coup, on ne sait plus trop la cause des morts et c'est assez gênant. Par contre, le déroulement narratif est très intéressant. En effet, les quelques allers et retours entre les deux dates sont assez claires et tout se lit avec un certain plaisir. D'ailleurs l'ennui n'est pas de mise avec ce comics puisque l'action va à cent mille à l'heure et les parties calme entre Holmes et Watson sont assez rares. Il est peut être vrai que le mythe de Holmes n'est pas forcément respecté. La partie enquête est amoindrie en privilégiant les attaques répétées des morts sur Londres et les défenses de l'armée de la reine. Les dessins sont sublimes. je ne trouve pas d'autres mots pour qualifier le travail de Davide Fabbri sur ce comics, car tout est somptueux. Holmes est juste le grand gaillard charmant typiquement anglais, alors que Watson est un vieux vétéran de guerre totalement dévolu au détective. Tous les personnages sont intéressants et on les différencie relativement bien. Du coté du gore, on en a pas mal. Les zombies sont sans pitié, ça mord, ça déchire, ça tranche, ça saigne et on en a pour notre argent. Moi qui suis un fan des films d'horreur, j'ai été comblé. Si je devais un reproche du coté des graphismes, c'est que au final, le tout fait assez informatisé et pas assez dessin fait main. Les couleurs sont bien foutues mais elles renforcent ce coté numérique et je trouve que cela enlève du charme à la BD. Enfin, les puristes des belles années londoniennes seront forcément choqués par l'artillerie lourde de l'armée mais l'explication à cela reste très sympathique, et un peu de Steam Punk n'a jamais tué personne! Au final, Victorian undead reste un bon comics, sympathique, léger et sans prise de tête. Un concentré d'action avec des dessins remarquables et une narration classique qui donne un récit dynamique mais assez surprenant. Les fans de Holmes crieront peut-être au scandale, comme pour le film de Guy Ritchie, mais quand c'est bien fait, un de nouveauté dans le monde des héros littéraires ne fait pas de mal!

06/11/2011 (modifier)
Par jurin
Note: 3/5

Encore une histoire de morts-vivants ! Oui mais le dessin est attirant et cerise sur le gâteau , la présence de Sherlock Holmes pour défendre Londres contre des hordes de zombies. L’histoire n’est pas vraiment dans l’esprit logique et raffiné de Sir Arthur Conan Doyle, mais elle est divertissante. L’action est omniprésente et bien rythmée, assez peu d’intrigues et au final notre ami Sherlock est sous employé, une aventure où son électroencéphalogramme n’est pas trop surchargé. Une BD divertissante et bien faite, le dessin fouillé est assez beau, la colorisation agréable. Le livre est constitué de 6 tomes d’une vingtaine de pages, on retrouve les couvertures US en fin de livre (01/00/2010-01/06/2010). Note : 2.5

05/11/2011 (modifier)