Frenchman

Note: 3.62/5
(3.62/5 pour 26 avis)

(*) Suite dans Pawnee. Le récit d'une traque dans la Louisiane du début du XIXème siècle...


1799 - 1815 : Le Premier Empire - Napoléon Bonaparte Indiens d'amérique du nord Les prix lecteurs BDTheque 2011 Nouveau Monde [USA] - Dixie, le sud des USA

1804. Bonaparte vient de céder à la jeune nation américaine la province de Louisiane cependant un contingent français est envoyé sur place pour maintenir l'ordre face aux rébellions indiennes. Parmi ces jeunes appelés, Alban Labiche, paysan normand qui est parti à la place d'un jeune noble de ses amis. Celui-ci, désireux de laver son honneur mais aussi pour plaire à la soeur d'Alban, part sur ses traces, en compagnie de deux chasseurs de primes rencontrés à la Nouvelle-Orléans. En effet Alban a tué un Américain arrogant en arrivant et s'est enfui avec un trappeur, un "frenchman"...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Septembre 2011
Statut histoire One shot (*) 1 tome paru
Couverture de la série Frenchman
Les notes (26)
Cliquez pour lire les avis

20/09/2011 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Bon, la première chose qu'on voit dans cet album, c'est le visuel. Ce style graphique en mode aquarelle semble séduire certains lecteurs, mais moi je n'y suis pas sensible, comme je le disais sur Canoë Bay ; je n'aime pas tellement ce type de graphisme pour une Bd parce que ça bouffe trop la narration, tout en reconnaissant que c'est du beau travail et qu'il y a une vraie recherche artistique dans les attitudes des personnages, les plans, la mise en page et les cadrages. Et l'aquarelle, je trouve ça très joli, j'ai des amis peintres dans mon association culturelle qui ne font que ça, mais pour une Bd, non ça ne me convient pas. Le décor de cette immense Louisiane et les Indiens constituent des éléments bien traités dans cet album qui m'a plus intéressé que Canoë Bay, car il dispose d'un scénario plus élaboré, d'une poursuite constante à travers une nature sauvage, mais sans plus, car le récit reprend des situations entrevues dans d'autres Bd sur le sujet, et du coup j'ai un sentiment de déjà vu, d'autant plus que je n'ai pas trouvé les personnages attachants ou sympathiques. Pour moi, ça reste une aventure assez bien contée, sans être exceptionnelle, et si la suite continue dans Pawnee, je peux attendre sans être pressé, j'ai tant d'autres Bd à lire avant...

22/11/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Le dessin est beau. J'ai admiré plusieurs planches et les couleurs sont sublimes. Mais un bon dessin ne suffit pas pour rendre une bande dessinée mémorable à mes yeux. Le scénario n'est pas mauvais, mais je le trouve un peu banal. Les personnages m'ont laissé indifférent et certaines parties ne sont pas très intéressantes. En fait, je trouve que le scénario ne devient intéressant que vers la page 50 et puis cela s’arrête soudainement. J'avais plus l'impression que je lisais le début d'une longue saga qu'une histoire complète. D'ailleurs l'auteur a fait une suite que je vais probablement lire un jour (je l'ai vue dans le catalogue des bibliothèques de ma ville), mais cela ne fait pas partie de mes priorités.

18/01/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Pas mal mais tendant vers le franchement bien, ce qui m'empêche de mieux noter c'est l'histoire qui est un peu trop basique avec des personnages pour lesquels je n'ai jamais été en empathie. Le trappeur taiseux, le trop vilain Big Jim, le fils du comte balloté par les événements. Seul le jeune Alban trouve quelques grâces à mes yeux. Mais... il y a le dessin de Prugne! Tout a été dit dans les avis précédents, aussi je n'en rajouterai pas sinon pour dire que c'est carrément superbe. A offrir un si beau dessin on en vient à vouloir un scénario du même ordre ce qui n'est pas tout à fait le cas. Achat conseillé pour le magnifique visuel.

27/09/2014 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

La première chose qui saute aux yeux ici, ce sont évidemment ces splendides dessins à l’aquarelle, dédiés en grande partie aux paysages des Grandes Plaines US et d’une beauté immersive, comme pouvait l’être la nature dans ces régions encore très sauvages à l’époque de la conquête de l’Ouest. Des aquarelles aux tons quasi surnaturels (arbres bleus sur ciel ocre…), dans un style proche de l’impressionnisme. Une association réussie avec la ligne plus « BD » qui se réserve pour les humains et tout ce qui est à leur échelle. Le trait est élégant mais les visages apparaissent un peu fades et parfois difficilement reconnaissables. L’album se termine d’ailleurs par des croquis, annotations et essais de couvertures, un petit bonus bienvenu qui montre que Patrick Prugne prend son travail au sérieux… où l’on peut vérifier notamment qu’un grand soin a été porté sur le cadrage et la mise en page. Si l’action est bien présente dans ce western écolo, elle semble étrangement s’être diluée dans les aquarelles. Cela plaira peut-être aux esprits contemplatifs, moins sans doute aux amateurs de scénarios mouvementés. Je n’ai pour ma part pas été complètement convaincu de la crédibilité de certaines situations, de la même façon, les personnages manquent quelque peu de relief. Ne connaissant pas du tout cet auteur, c’est d’abord par la couverture que j’ai été attiré par ce titre. Et là, je n’ai pas été déçu, c’est vraiment de la belle ouvrage. Heureusement qu’il y avait ça, car l’histoire en elle-même n’est pas si transcendante. Cela étant, pour moi qui n’ai jamais été trop amateur de western, j’ai trouvé ça dans l’ensemble plutôt concluant. J’ai d’ailleurs bien apprécié le petit rappel du contexte historique en avant-propos ainsi que la reproduction de la carte d’époque sur le contreplat. Par contre, je n’ai pas bien compris pourquoi Napoléon avait eu besoin de lever une armée (en octobre 1803) pour se rendre dans ces contrées alors qu’il venait de vendre la Louisiane aux Etats-Unis, même en faisant des recherches sur le net… si un historien ou spécialiste de la question tombe sur ma critique, qu’il n’hésite pas à m’en dire plus…

12/01/2014 (modifier)
Par fab11
Note: 4/5

Oh le bel album que voilà ! Patrick Prugne nous renvoie à nouveau dans l'Amérique du début du XIXème siècle, après l'avoir fait avec le sympathique Canoë Bay .C'est une période historiquement intéressante finalement et que l'on ne connaît pas trop sauf si l'on est fan de Blek le roc ou de Cap'tain Swing, même si l'album de Patrick Prugne se déroule vers 1800 alors que les deux séries précitées se déroulent plutôt vers 1770 . Ce dessinateur de talent nous fait voyager en grande partie grâce à son superbe dessin , à de magnifiques couleurs , mais aussi grâce à une histoire bien plus intéressante que celle du précédent one shot que j'ai cité un peu plus haut. L'auteur nous transporte dans ce nouveau monde ou le danger est permanent . Par contre on s'aperçoit vite que ce ne sont pas les indiens les plus dangereux finalement. Un jeune noble de Normandie part pour ces nouvelles contrées afin de retrouver un garçon de condition plus modeste qui fut enrôlé de force dans l'armée à sa place .Bien sûr le jeune Comte part à la recherche de ce pauvre malheureux car il est amoureux de sa sœur et qu'il lui a fait la promesse de lui ramener son frère. Vu comme ça cette histoire peut paraître un peu "simple" mais finalement on s'y plonge avec plaisir et l'on ne s'ennuie pas le moins du monde. Prugne nous montre une Amérique telle qu'elle devait être à cette époque . Il nous décrit la manière de vivre de ses habitants qu'ils soient indiens ou européens avec la précision d'un historien. Je suis d'ailleurs persuadé qu'il s'est énormément documenté pour arriver à ce résultat. Je ne peux que dire bravo à Patrick Prugne qui nous livre un album de toute beauté grâce à un dessin époustouflant. Quel talent ! Mais bon je me répète car j'avais déjà vanté les mérites de son magnifique graphisme . Il me tarde donc de lire Pawnee la suite de cet album. D'ailleurs je vous laisse car je ne peux plus attendre et j'y vais de ce pas.

12/12/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Moi qui ne suis pas franchement un fan de cette période historique, j'avoue que le travail graphique de Patrick Prugne m'a littéralement absorbé le temps de cette lecture. Ça m'a replongé dans ma toute jeunesse où je récupérais au gré de mes coups de chance chez les bouquinistes les aventures de Blek qui paraissaient dans le mensuel Kiwi. Ici le point commun ne concerne que la trame de fonds, car si Blek ne brillait pas spécialement par la qualité de son dessin et de sa colorisation, Prugne au contraire nous en met ici plein les yeux. Quelle maîtrise de l'aquarelle ! Ses planches sont tout simplement magnifiques. Certains pourront lui reprocher de nuire à la narration... moi je dis : profitons de la vue et du paysage ! On ne va quand même pas regretter qu'un auteur nous sorte le grand jeu pour un album qui s'y prête en plus merveilleusement ! Et puis, rien n'empêche de suivre le fil du récit pour revenir ensuite prendre le temps de contempler les planches de ce très bel album. Concernant l'histoire en elle même, si comme de l'avis général je ne la trouve pas extraordinaire, elle est pour moi pourtant bonne. C'est juste que le dessin étant si bon, on aurait tendance à attendre un scénario du même cru... Là, il fait juste son boulot, servi par un dessin, une mise en page et en couleur plus qu'efficaces, qui nous plongent dans les atmosphères et les ambiances de cette Amérique encore sauvage. A lire pour passer un très bon moment ; à relire pour le plaisir des yeux !

24/05/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

L’histoire n’est pas alambiquée, elle est même des plus bateau, classique, déjà vu ou lu. Mais cette simplicité du récit est parfaitement voulue pour mieux plonger le lecteur dans les superbes décors de cette Amérique encore sauvage et peinte avec brio par Patrick Prugne. Je parle de peinture parce que nous sommes d’avantage dans l’illustration et la démonstration technique que dans une BD. J’ai aimé cette longue fuite des deux personnages à travers ces terres où l’animal règne et je me suis laissé aller à imaginer et ressentir l’humidité des feuilles et des herbes superbement dessinées et coloriées à l’aquarelle dans les cases où nos héros se réveillent dès potron-minet. Ce fut aussi une surprise pour moi, ne connaissant pas Patrick Prugne, j’ai découvert un dessinateur des plus talentueux. J’espère le revoir sur un autre thème que l’Amérique du XVIIIème siècle dont c’est également ma première lecture en bande dessinée. Le carnet de croquis et d’essais de couverture à la fin rajoute un côté carnet de voyage à cet album.

08/01/2013 (modifier)
Par cac
Note: 4/5

Il doit y avoir l'unanimité sur la beauté visuelle de cet album, déjà rien que la couverture soigneusement choisie parmi plusieurs propositions comme le montrent les pages en postface est impressionnante, une quiétude s'en dégage avec cet indien accroupi sur une rive brumeuse avant la tempête qui s'annonce. J'ai pris l'histoire pour ce qu'elle est sans me poser la question du trop court ou non, de sa vraisemblance historique ou factuelle ou bien encore du caractère des personnages. Il faut avouer que sur un format court que reste malgré tout une bande dessinée face à un roman, il faut allier finement le graphisme et le fond. Certes les personnages sont un peu caricaturaux dans le genre un bonhomme = un trait de personnalité, pour certains candides et idéalistes, pour d'autres cruels et bas du front. Mais l'ensemble reste d'un bon niveau avec ce décor d'Amérique fraîchement indépendante où tout est à bâtir, y compris la cohabitation avec les indigènes. On suit Alban Labiche qui se retrouve injustement envoyé outre-Atlantique dans l'armée de Napoléon et où il va rapidement devenir une cible à abattre au milieu d'une faune nouvelle pour lui le petit français, aussi fascinante que dangereuse. A titre personnel je ne pense pas que j'aurais mis presque 20 euros dans un livre de ce type que j'ai lu en quasiment autant de minutes, mais ses dessins sont une vraie réussite qui en justifie presque l'achat bien que je privilégie plus souvent un bon scénario qu'un bon dessin. Mais on ne peut pas dire du tout que le scénario soit mauvais dans le cas présent.

05/12/2012 (modifier)
Par jc_denton
Note: 3/5

Voici une BD que l'on va acheter presque uniquement pour sa couverture. Puis on la feuillette et on se dit que chaque case aurait sa place dans une exposition. Et c'est là la force et la faiblesse de cette bande dessinée ; chaque planche est tellement réussie, les couleurs tellement belles (avec un léger bémol sur certains visages, pas assez vivants et trop figés parfois), que l'on perd énormément en fluidité de lecture. On est un peu trop dans la contemplation, certaines cases n'ont qu'un intérêt esthétique et ne servent pas forcément l'histoire, si bien que l'on a du mal à lire cette bd d'un trait. Mais on la posera sur une table en la laissant ouverte, tellement les dessins sont beaux et ce sont finalement eux qui nous inviteront à y revenir plus tard. L'histoire n'est pas très originale ni très intéressante d'ailleurs. Ce qui est dommage car le contexte de cette traversée de l'Atlantique et de découverte de l'Amérique coloniale au début du 19ème siècle aurait pu servir une histoire bien plus épique et mouvementée (je pense au film Le Dernier des Mohicans par exemple). Ici le rythme est lent, les personnages peu attachants, le guide à la Davy Crockett trop caricatural, et la fin tombe un peu à plat. En fin de compte, on retrouve les mêmes qualités et défauts que dans Canoë Bay du même auteur, bd à laquelle celle-ci ressemble finalement un peu trop.

18/11/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Je ne vais pas être très original, car l'essentiel de mon ressenti après la lecture de cet album a déjà été dit dans les avis précédents. C'est surtout un plaisir pour les yeux. Mais alors quel talent ! On a l'impression d'ouvrir le carton à dessins d'un peintre qui préparerait une exposition à thème. Quant à l'histoire (puisqu'une bonne bande dessinée n'est pas qu'une suite de dessins), elle est plus conventionnelle, et surtout semble avoir été bâclée. C'est bien dommage, car depuis les Hugo Pratt (Fort Wheeling entre autres), cette période de l'histoire de l'Amérique du Nord Est n'avait pas été très (bien) traitée (sur une autre trame Prugne avait participé à Canoë Bay chez le même éditeur).

06/11/2012 (modifier)