Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Soeur Marie-Thérèse des Batignolles

Note: 3.48/5
(3.48/5 pour 48 avis)

La soeur Marie-Thérèse n'est pas une soeur comme les autres. Elle aime boire du vin, fumer des petards, ne se plie à aucun réglement(alors dans un couvent) et supporte pas les enfants. Néanmoins, elle revendique parfois son status de femme (avec une forte musculature) et de bonne soeur qui tente de s'amuser dans le monde austère des couvents.


Magazine Fluide Glacial Spiritualité et religion

Soeur Marie-Thérèse des Batignolles est tout sauf une soeur ordinaire. C'est même plutôt la catastrophe du couvent. Joueuse, colérique, obsédée, elle n'est jamais contre fumer un petit join ou draguer les frères du monastère voisin... Elle s'attire toujours les foudres de la mère supérieure mais s'en sort toujours à bon compte. Toute la série est une satyre féroce de la religion mais toujours dans un grand bain d'humour. Toutes les images sont prétextes à une multitudes de détails que l'on repère au fil des (re)lectures.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1989
Statut histoire Histoires courtes 7 tomes parus
Couverture de la série Soeur Marie-Thérèse des Batignolles © Glénat/Fluide Glacial 1989

12/07/2001 | ethan
Modifier


Par karibou79
Note: 3/5
L'avatar du posteur karibou79

Issu du Fluide Glacial de la grande époque, SM-TB en est un parfait résumé: de la grosse caricature pour se marrer un bon coup avec des personnages hauts en couleur, un peu comme un album de Renaud période Gérard Lambert. Aucune retenue, transgressif et pourtant jamais fondamentalement méchant, c'est ce qui permet à chacun d'y trouver ce qui le fera marrer. Vous avez des réticences sur la religion? Vous rirez tout de même du bataillon des bonnes soeurs. Vous êtes pointilleux sur le racisme façon Michel Leeb ? Vous poufferez en écoutant le petit Portugais remballant notre grande gueule. Une grande gueule parmi beaucoup d'autres, Maester est un caricaturiste hors-pair. Un de ceux qui ont inspiré tous ces croqueurs de portrait sur les places touristiques, faisant bomber les poitrines et grossir les nez à l'extrême. Bien sûr très redondant, car destiné à une lecture de mensuel, en lire un de temps à autre ne pourra que faire du bien à votre moral!

05/08/2022 (modifier)
L'avatar du posteur bamiléké

J'ai probablement du rater quelque chose à l'humour de monsieur Maëster. Après trois volumes j'ai abandonné tellement je trouve cet humour indigeste comme le gros rouge qui tache que boit Marie-Thérèse (vieille expression d'antan). La caricature est un art qu'il faut préserver dans l'un des rares pays du monde qui l'autorise sans limite ou presque. Mais là qui caricature-t-on? Des vieux, des enfants, des religieuses, la religion catholique? Ou peut être une représentation fantasmatique de ces derniers. Je trouve que l'on est si loin de la cible que je laisse à ceux qui apprécient. Ceux censés être caricaturés n'ont pas grand chose à craindre, d'ailleurs ils ne se plaignent jamais. Un "gag" m'est particulièrement odieux. C'est celui où sœur Marie-Thérèse reçoit des analyses médicales lui faisant croire qu'elle est atteinte du SIDA. Elle se trompe mais que son angoisse est désopilante ! (porteuse sainte) Pour avoir personnellement accompagné de nombreuses personnes qui attendaient ces fameuses analyses médicales avec angoisse, je ne souhaite à personne de connaître une telle situation.

11/10/2021 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaendoul

Poilante (et poilue ?!) et avec un dessin de haute volée, Sœur Marie Thérèse n'est pas passée loin du 5 étoiles. Les dessins sont vraiment excellents (j'insiste !) et le personnage principal tout simplement génial. Seul le fait que certains gags et histoires sont moins bons fait qu'elle ne l'aura pas (pour l'instant ? elle lit peut être ces lignes, pas envie de prendre une torgnole, gloups)... Bref, c'est une bd qui ne laisse pas indifférent et vous saurez rapidement si vous aimez ou pas, alors foncez emprunter le tome 1 et acheter l'ensemble :)

25/05/2021 (modifier)
Par dmarger
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur dmarger

Les dessins exquis de monsieur Maëster, avec ses caricatures, ses tronches sorties d'on ne sait où, ainsi que des scénarii atypiques, font la richesse de cette série. À lire et à relire, grâce aux petits détails disséminés au gré des cases. Bravo !!

29/04/2020 (modifier)
Par Ju
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ju

En voilà une série qu'elle est chouette! Avec Soeur Marie Thérèse (des batignolles), on est dans la caricature pure et dure. Et c'est ça qu'est bon! La chère Marie Thérèse s'ennuie sec au milieu de ses consoeurs et des curés, et agrémente son existence comme elle le peut : en allant au bistrot, en harcelant sexuellement Jésus (le concierge), en emmerdant la soeur supérieure ou en se castagnant avec le ou la première venue. Cette bonne soeur est immorale, horrible et c'est pour ça qu'on l'aime. Son look est, comme le dit justement Noirdésir, impayable. Car c'est vraie qu'elle a une bonne tronche, Soeur Marie Thérèse. Maëster la croque de façon admirable, et je peux me marrer rien qu'en la regardant, sur certaines cases. L'humour noir est ici acéré et me fait mourrir de rire. Et pour ce type de série, je trouve qu'il n'y a pas trop de gags lourdingues. D'habitude, dans les séries Fluide, même quand j'apprécie, je trouve certaines histoires un peu lourdes. Là, je trouve que c'est assez égal. La religion catholique est critiquée à tout va, et parfois assez intelligemment (bon, parfois, c'est plus brut mais toujours drôle). Bref, Soeur Marie Thérèse, c'est vachement chouette. Après, bien sur, ce type de bd ne peut pas plaire à tout le monde, c'est dans son ADN si j'ose dire. Mais c'est au moins à tester.

03/03/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

La couverture du premier tome de la série – excellente !, donne parfaitement le ton, et le lecteur sait d’emblée où il met les yeux : on est dans la caricature, la revisitation iconoclaste de la figure de la bonne sœur – et dans la foulée de l’univers de la religion chrétienne, puisqu’on sort du couvent pour rencontrer Dieu lui-même ! Que les choses soient claires, sœur Marie-Thérèse ne ressemble pas à l’image surannée qu’on peut se faire d’une telle donzelle, et encore moins à la version « modernisée » et stupide incarnée par Dominique Lavanant à la télé. En effet, notre Marie-Thérèse des Batignolles, avec sa face de mastard (à la J. M. Le Pen), sa corpulence et ses Doc Marteens impose d’entrée un look impayable. Ceci étant confirmé par un caractère plutôt fort : elle boit – beaucoup, fume (des pétards), possède un registre ordurier assez étendu, et a dû oublier quelque part ses vœux de chasteté (ou alors elle semble les regretter !). J’allais oublier qu’elle n’aime pas les mioches, qu’elle martyrise à l’occasion. Et quand on la cherche, on la trouve, et elle n’hésite pas à user d’une bonne gauche ! Alors, évidemment, avec une telle personnalité, elle s’accommode difficilement de la vie pieuse et recluse du couvent. Et a des relations assez conflictuelles avec sa mère supérieure (qui souhaite vivement sa disparition par tous les moyens au bout d’un moment : mais ni Dieu ni son confrère de l’enfer ne souhaitent l’accueillir…). C’était une de mes séries Fluide Glacial préférées. C'est que Maester a vraiment du talent. Les petites histoires composant les albums sont le plus souvent très réussies et franchement drôles, avec un dessin très précis (comme Gotlib ou Goossens savaient le faire dans le même magazine). A noter les nombreux détails hilarants en arrière-plan, et les non moins nombreux jeux de mots et autres délires verbaux qui ponctuent des dialogues souvent savoureux. C’est vraiment jouissif, et par-delà le côté amusant, c’est aussi une critique vacharde mais réussie et pas toujours second degré de beaucoup d’aspects de la religion chrétienne, et surtout de son interprétation par l’Eglise. Souvent excellent donc, même si j’ai été un peu déçu par les albums 5 et 6 (dont les couvertures sont aussi celles que j’ai le moins aimées). Pas aimé en plus que ce dernier soit en couleur. Pas aimé non plus la récente réédition colorisée des premiers albums. Cela gâche le dessin de Maester je trouve, en n’apportant rien de mieux (à part peut-être un format plus grand, mais bon…). Bien au contraire, j’ai trouvé cette colorisation mauvaise, parfois criarde ! Cela a juste été prétexte à un jeu de mot sur la « remaesterisation » de la série. Si l’on peut éventuellement s’abstenir des deux derniers albums, les quatre premiers sont vraiment à découvrir – en version d’origine Noir et Blanc bien sûr !

08/04/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Elle m'a fait pleurer la bougresse! De rire. Voilà une bonne soeur comme on aimerait en voir plus souvent. En même temps j'en ai jamais fréquenté! Sa poitrine opulente lui donne l'air d'un char d'assaut mais l'on sent bien que derrière ses travers (aux yeux de l'église) il y a une femme pleine de bon sens et de coeur. Elle fustige les cons, les petits qui veulent se donner des grands airs et puis surtout elle vit sa religion comme elle l'entend sans se préoccuper des diktats de sa hiérarchie. Mais surtout elle est drôle et férocement non politiquement correcte. J'en redemande !

07/09/2014 (modifier)
Par Thobias
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Hillarantes au possible les aventures de cette bonne soeur pas comme les autres. Le tome 4 est un chef d'oeuvre et le dernier est très en dessous du niveau de la série (en plus c'était une connerie de passer à la couleur). La couverture du premier tome est purement géniale: c'est d'ailleurs elle qui m'a incité à lire cette série qui restera un sommet de la bande dessinée humoristique.

22/05/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Avec sa silhouette bien enveloppée et son visage poupin, voici une religieuse peu fréquentable, aux manières rudes, aux penchants qui frisent le péché (picoler au bistrot, fumer des joints, gueuler après les chieurs), et au langage d'une verdeur joviale. Mais la brave soeur des Batignolles qui se moque du ciel et de l'enfer, cache pourtant un coeur gros comme ça et aide bien souvent des malheureux. Fustigée par sa Mère-sup, elle est en réalité allergique aux bondieuseries ridicules et à la bigoterie exacerbée. Maëster se moque de la religion chrétienne (et de son hypocrisie) sous le couvert de l'humour, et montre que c'est finalement la charité, la générosité, les bonnes actions et l'amour du prochain qui comptent. Il y a dans ma famille des grenouilles de bénitier qui s'arracheraient les cheveux de la tête s'ils lisaient ces courts récits qui ont d'ailleurs valu à son auteur quelques petits ennuis avec l'Eglise. Mais le véritable atout de la bande, c'est bien le dessin de Maëster : avec un crayon à l'expressivité caricaturale fort habile et très soignée, un trait vigoureux, inspiré de Gotlib et de Coyote, il donne dans l'humour extrêmement vachard envers la religion, et manie la provoc avec brio. A cette qualité graphique rare dans les Bd humoristiques modernes, s'ajoutent une foule de détails, des fonds de cases qu'il faut bien regarder parfois, des têtes connues....bref, sa soeur anti-conformiste reste pour moi une des bandes les plus drôles de Fluide Glacial, et tout à fait dans l'esprit de ce journal. Il n'est pas nécessaire d'acheter toute la série (à moins d'être totalement fan), mais 1 ou 2 albums suffisent pour capter toute l'irrévérence subtile de cette bande.

30/07/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Voilà plus de 15 ans que j’ai commencé à lire Sœur Marie-Thérèse, j’étais gamin quand j’ai découvert cette bd et ça m’avait profondément marqué à l’époque. Quand vous êtes habitué à lire des séries drôles mais disons gentilles, inoffensives, et que vous tombez sur Sœur Marie-Thérèse, ça fait forcément un choc. Je n’ai passé que des bons moments avec les 6 tomes de cette série, des éclats de rire à chaque histoire. Maëster n’est pas le genre d’auteur à faire dans le politiquement correct ou le gag téléphoné. Maëster c’est plutôt le genre d’humour qui frappe fort, il distribue jeux de mots et répliques assassines comme Marie-Thérèse balance des coups de poings (nombreux, bien placés et c'est souvent dans la gueule), tout le monde en prend pour son grade : politiciens, piliers de comptoir, la classe moyenne, les bourges, les péquenots… et surtout l’Église catholique (bah oui c’est quand même l’univers de la bd). Franchement, si vous venez lire les avis sur cette série parce que vous hésitez à vous là procurer, je la conseille à ceux qui recherchent de l’humour bien hard, du genre qu’on peut rire de tout et de tous. Sinon, le dessin : Maëster est l’un des (trop) rares dessinateurs humoristes à attribuer une vraie importance esthétique à ses bd, l'exigence de la caricature oblige. Le dessin est d’une très grande qualité, très précis, vachement détaillé. D’ailleurs dans presque chaque cases on trouve un gag, ce qui donne d’autant plus envie de s’y attarder pour les chercher parce qu’ils ne sautent pas toujours aux yeux. Par exemple, le chapeau d’un cardinal va progressivement se transformer en un trimaran, un chiotte puis une capote. Bon, il faut le voir encore une fois, mais de part son dessin et ses histoires, Sœur Marie-Thérèse est devenue une bd culte dans son genre.

24/11/2011 (modifier)