Intrus à l'Etrange

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 7 avis)

Angoulême 2012 : Prix du Polar Suite au décès de son grand-père adoré, Martial découvre sans le vouloir un bien curieux « héritage ».


Angoulême : récapitulatif des séries primées La Bête du Gévaudan La Boite à Bulles Limousin Petits villages perdus

Suite au décès de son grand-père adoré, Martial découvre sans le vouloir un bien curieux « héritage » : deux mystérieuses valises closes, destinées à un certain Félix Larose et une boîte remplie de lettres d’amour rédigées par un certaine Georgette Blizard résidant à Magnat l’Etrange. Mis à la porte par sa compagne et passablement désœuvré, Martial met le cap sur ce petit village de la Creuse où il espère retrouver non seulement Georgette mais également Félix. Une bourgade rurale comme tant d’autres si ce n’est que sa population semble toute entière hostile à l’un d’entre eux, au point de défendre celui qui l’a sévèrement passé à tabac. En outre, depuis quelque temps, les nuits, en ces abords du Camp militaire de la Courtine, sont anormalement riches en chauve-souris de tous horizons. Ce phénomène étrange attise la paranoïa des autochtones et attire une poignée de journalistes, de scientifiques et… de chasseurs de vampires… Inutile de préciser que l’arrivée de Martial et les explications de ses motivations toutes personnelles laissent songeurs les habitants du village… Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Juin 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Intrus à l'Etrange
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

02/06/2011 | Alix
Modifier


Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

Une bonne BD, que je ne rangerais pas dans mes inoubliables, mais qui a de belles choses en réserve. J'avais repéré le titre depuis longtemps, et j'avais quelques attentes à son propos. Il ne m'a pas déçu ! Le dessin est l'une des premières choses que j'ai notées, avec ce noir et blanc légèrement tremblotant, qui s'entrecoupe régulièrement de pagination originale. Les environnements sont travaillés, on se sent plongé dans ce petit village perdu dans un obscur coin de la France. C'est d'autant plus important que ce cadre participe à l'enquête, où l'on cherche à deviner ce qui se cache dans ce village très typique. Le scénario est une enquête bien menée, avec une progression de l'intrigue qui permet de dérouler en douceur les différents liens de l'histoire. La révélation, longue et sans parole, m'a beaucoup plu. C'était osé de faire une telle chose, et l'auteur se l'est permis. Je crois bien que c'est la première fois que je vois une telle façon de résoudre une intrigue. Je regrette juste de ne pas avoir compris deux trois points de détails (comme le contenu de la valise), mais je pense qu'à la relecture la lumière se fera. En terme de bonne BD, elle se place dans le divertissant et qui surprend, mais comme dit plus haut, je ne la range pas dans les meilleures. C'est un bon moment de lecture, sans rien de plus. A lire !

06/11/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai lu cet album sans savoir à quoi m'attendre. J'y ai découvert le récit de la découverte par un jeune homme d'un village de la Creuse aux habitants un peu loufoques dont l'ambiance m'a rappelé des albums comme Qui a tué l'idiot ? ou Il faut y croire pour le voir. Le jeune homme est là pour retrouver la trace d'un mystérieux homme dont il ne sait strictement rien si ce n'est qu'il a probablement été l'ami de son grand-père récemment disparu. J'ai bien apprécié la plus grosse moitié de ce récit, tout ce qui tourne autour du village et de la rencontre du héros avec ses habitants. Il y a une part d'absurde et de mystère qui m'a tenu en éveil et m'a amusé. J'aime bien ce type d'histoire. D'autant plus que le dessin de Simon Hureau est très appréciable et parfaitement adapté à ce type de récit avec sa foule de petits détails et sa rondeur qui accentue la légèreté de l’atmosphère. Une fois passée la moitié de l'album, quand le héros rentre plus avant dans le coeur du sujet et fait ses découvertes nocturnes, j'ai un petit peu décroché. J'ai décroché parce que l'ambiance tournait plus à l'exploration aventureuse d'une part, mais aussi parce que les explications du mystère ne sont pas des plus claires. Difficile d'en parler sans dévoiler trop l'intrigue mais disons que j'ai eu du mal à comprendre les motivations des uns et des autres et leurs choix de vie. J'ai donc terminé l'album sur une note légèrement désabusée, comme restant sur ma faim. Mais ce fut quand même une agréable lecture.

19/09/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Etrange enquête que celle-ci… J’ai grandement apprécié le ton décalé et l’univers rural dans lesquels baigne ce récit. Le look du personnage principal apporte en outre une petite touche désuète, touche encore accentuée par la narration et par le côté « hors du temps » dans lequel vit ce village reculé. L’enquête est bien menée et avance avec lenteur mais sûrement. L’intrigue est originale, tout comme la solution du mystère. Les nombreux seconds rôles sont bien typés et apportent chacun leur écot à la réussite de cet album. je regrette juste quelques longueurs. Je pense qu'avec un récit plus concentré, l'impact de cet album aurait été encore plus marquant. L’auteur a eu l’audace de placer à un moment crucial du récit un long passage sans paroles… et ça fonctionne très bien (même si le dessin manque parfois d’un peu de netteté et de lisibilité). Ce passage original nous plonge encore plus dans la peau du personnage central alors que nous l’accompagnons en silence. Le dessin en noir et blanc est à la fois fouillé et (généralement) lisible. Par moments, il m’a fait penser au travail de Nancy Pena, ce qui de ma part est plutôt un compliment. Mais, comme je l’ai dit plus haut, sur certaines planches, les décors manquent malheureusement de lisibilité. Cela ajoute certes au mystère mais j’aurais préféré pouvoir plus facilement décrypter ce dessin. Ceci mis à part, dans le genre et dans l’ensemble c’est bien fait et toujours au service du scénario. Au final, voici un bon petit album. A lire et à posséder.

22/05/2012 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Voici une lecture qui, à l’image de son titre, se révèle bien étrange. L’histoire semble surannée alors qu’elle est ancrée dans notre présent. Cette impression faussée résulte du lieu où se déroule l’action (un bourg paumé dans la Creuse profonde) et de l’accoutrement de Martial (chapeau melon, vieille redingote et Mini Austin). Le récit accroche dès le début avec cette boite en carton contenant des correspondances sentimentales du grand papi de Martial et cette fameuse valise destinée au fantomatique Félix Larose. Le cas des lettres fut vite réglé. Par contre, la recherche de Larose posa davantage de difficultés. Ce fut d’autant plus difficile que Martial s’est mis la population du bourg à dos en ayant aidé les parias du village. On suit donc avec intérêt les investigations de Martial mais l'accroche s’étiole avec les révélations finales . . . Je les ai trouvées trop faciles et farfelues. Bref, pas crédibles. Déçu donc pour le coup. Une lecture s’impose quand même. Pour l’achat, à vous de voir . . .

16/02/2012 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Hey, belle découverte ça ! Dans une histoire qui oscille gentiment entre le récit un peu intimiste et le polar, Simon Hureau nous entraîne dans le fin fond de la Creuse, territoire un rien enclavé, pour une relecture un peu originale et moderne du mythe de la Bête du Gévaudan. Entre les introspections de Martial et sa confrontation à une population locale qui cache bien des secrets... Très vite on est pris dans les rêts de cette histoire, les personnages sonnent juste et Simon Hureau a -entre autres- le talent de happer son lecteur pour ne pas le laisser s'échapper. Il a un style graphique un peu particulier, une ligne claire apparentée à du pointillisme à rapprocher de celui de Nancy Peña, qui travaille chez le même éditeur. C'est joli, extrêmement lisible en général. Vraiment une chouette BD.

08/02/2012 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Ayant découvert Simon Hureau avec son L'Empire des hauts murs j’ai estimé bon mettre mon nez dans son dernier… roman graphique, j’ai du mal à écrire ces deux mots que j’ai en horreur, sa production précédente étant pour moi plus proche de l’aventure et de la découverte que du roman graphique, et celle-ci se donne des petits airs de polar plus que de roman graphique, ou alors c’est moi qui cherche à éviter ce terme à tout prix. J’ai été nettement moins emballée, mais cela reste une lecture très agréable. Le suspense en première partie est très prenant, par contre une fois découverts les tenants et les aboutissants mon plaisir est légèrement retombé. Je pense aussi qu’un peu de couleur n’aurait pas été de trop, car il y a de très belles planches qui auraient mérité plus de joyeuseté. Les personnages sont attachants, encore une fois l’auteur sait se caler au plus juste dans leur psychologie et leur comportement. De plus Martial, le personnage principal, a un petit côté Charlie Chaplin attendrissant avec son chapeau rond et ses déboires le jetant souvent dans l’impasse. La fille par contre m'a un peu agacée, trop gueularde et agressive à mon goût, mais bon elle apporte aussi sa dose de réalisme.

09/06/2011 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

De Simon Hureau j’avais déjà beaucoup aimé L'Empire des hauts murs, que j’ai découvert récemment lors de sa réédition, mais avec « Intrus à l'Etrange » on atteint des sommets… je me suis régalé ! J’ai adoré l’histoire : cette (en)quête personnelle nous emmène dans un village intriguant au possible. L’ambiance est campagnarde, le mystère est omniprésent et s’épaissit rapidement. Je n’ai pas lâché l’album avant d’en connaître sa conclusion. La révélation finale est bien pensée, et superbement mise en image (je pense à ce long passage muet et contemplatif). Je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher, mais j’ai vraiment adoré la tournure que prennent les événements. Le dessin est magnifique, et participe grandement à l’ambiance suscitée. Le style de Simon lorgne du côté de Tardi et Eisner (y a pire comme références !) tout en gardant un cachet bien à lui. Si je devais pinailler, je dirais que certains gros plans sur des éléments du décor sont un peu confus. Mais à part ça, c’est du grand art, et un vrai délice pour les yeux. Voila, je me suis régalé à la lecture de cet album, et à part de rares passages un peu chargés en texte, c’est pour moi un sans faute. Une des toutes meilleures BD du catalogue de la Boîte à Bulles, et un coup de cœur personnel.

02/06/2011 (modifier)