Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Oasis

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Quelque part entre les "Souvenirs entomologiques" de Jean-Henri Fabre et l'émission « Silence, ça pousse » sur France 5, Simon Hureau raconte par le menu comment il a peu à peu redonné vie à son jardin abandonné à la friche par son ancien propriétaire.


Agriculture et élevage Autobiographie Documentaires Nouveautés BD, comics et manga

Sans connaissances particulières sur le sujet, l'auteur, avec beaucoup de recherches, de passion et d'huile de coude, parvient à recréer à partir d'un no-man's land une véritable oasis de biodiversité, et témoigne ainsi des capacités de résilience de la nature, pour peu qu'on lui file un coup de main. Un livre d'autodidacte érudit, passionné et passionnant.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Juin 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Oasis
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

12/06/2020 | Mac Arthur
Modifier


Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Difficile, quand on a un jardin, de ne pas ressortir inspiré de cette lecture… inspiré mais aussi rempli d’humilité : la philosophie de Simon est presque diamétralement opposée à la mienne. Je réalise que j’ai une utilisation assez égoïste de mon jardin. Je prends beaucoup plus que je donne. Il s’agit surtout d’un terrain de jeu pour mes enfants (on a dégagé pas mal de buissons et plantes pour leur faire de la place) et pour faire pousser des légumes… MES légumes, que je protège des méchants envahisseurs (limaces en tête). Simon, lui, voit son jardin comme une oasis de biodiversité (la biodiversité étant le thème de la Journée mondiale de l'environnement cette année, justement). Il fait aussi pousser des fruits et légumes, et si la faune en consomme une partie, qu’il en soit ainsi. Quelle approche altruiste et rafraichissante ! J’adore aussi le fait qu’il recycle, replante, répare… et achète le moins possible. Par contre plusieurs fois pendant ma lecture je me suis fait des réflexions du genre « mais je n’aurais jamais le temps ou les compétences pour faire pareil »… bon, c’est une histoire de priorités peut-être. Mais alors, ça fait une BD intéressante tout ça ? Oui, à condition d’être réceptif à ce genre de thèmes. Moi, j’ai beaucoup aimé le message, et les pointes d’humour (par exemple quand il fait parler les animaux, genre les chats qui se font chopper en train de jouer avec une souris etc.) Les catalogages d’insectes, papillons, escargot sont rigolos (et superbement dessinés), et je me suis amusé à identifier les espèces de mon jardin… même si je dois avouer m’être un peu lassé de cet exercice sur la fin. Une lecture stimulante, qui m’a vraiment éduqué sur une autre façon d’approcher le jardinage… reste à voir si je passe aux actes !

17/06/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Simon Hureau nous fait visiter son jardin et nous explique sa démarche destinée à favoriser la biodiversité. Surtout, il nous fait partager son enthousiasme, sa curiosité, sa passion et ses expériences… Et j’ai adoré. Parti de rien, il va constamment chercher à enrichir cet espace vert. Non seulement en créant divers lieux d’accueil pour la flore comme pour la faune (mais l’un ne va pas sans l’autre) mais aussi en agrandissant progressivement ce territoire, en le débarrassant de l’inutile à la nature (les cotonéasters, par exemple, vont rapidement être éjectés) et en l’ouvrant au maximum au vivant. Les planches nous offrent très régulièrement des dessins de la faune de son jardin. Oiseaux, insectes, arachnides, reptiles, batraciens, petits mammifères sont ainsi dessinés avec justesse et simplicité. On peut donc à loisir reconnaître tel ou tel animal croisé dans son propre jardin (j'ai bien aimé la larve de dytique :) ). La flore n’est bien entendu pas en reste et l’auteur a l’intelligence de ne pas nous assommer de références scientifique. Toutes les descriptions restent accessibles au grand public, au même titre que son expérience car ce qui est décrit dans ce livre est faisable partout -pourvu que l'on ait un jardin- et par tous -pourvu que l'on ait envie de consacrer du temps à son jardin et de laisser de la place aux autres vivants-. La complicité nait, et je me suis senti de la même tribu que Simon Hureau. D’autant plus que l’auteur n’est pas donneur de leçon mais reste toujours dans le partage de passion… Et les gens passionnés demeurent à mes yeux les plus passionnants. Cette démarche se rapprochant beaucoup de ma philosophie jardinière, ce livre m’a enthousiasmé, me donnant l’envie d’encore créer plus d’espaces hôtes pour le ‘sauvage’ dans mon jardin. J’espère qu’il fera naître des vocations chez d’autres lecteurs. A mes yeux, en tous les cas, il s’agit d’un exercice parfaitement réussi. Je conseille vivement.

12/06/2020 (modifier)