Châteaux Bordeaux

Note: 3.58/5
(3.58/5 pour 12 avis)

Passions amoureuses et dissensions familiales au coeur du Médoc. A voir aussi : Châteaux Bordeaux - A table !


Bordeaux Bouffe et boisson Corbeyran Les sagas familiales Sud-Ouest

Suite au décès de leur père, les trois enfants Baudricourt héritent de l'exploitation vinicole familiale, un vaste domaine situé au coeur du Médoc. Les deux frères comptent se séparer rapidement de la propriété et des dettes dont elle est criblée. Mais leur décision est aussitôt remise en cause par la détermination de leur sœur, Alexandra, qui voit dans cet héritage l'opportunité de rebâtir sa vie sur les terres de son enfance. Décidée à reprendre en main le vignoble paternel, Alexandra se retrouve rapidement au pied du mur. D'un côté, elle affronte l'hostilité de son entourage, de l'autre, elle sait que pour réussir elle va devoir tout apprendre, car la fabrication d’un grand cru ne s’improvise pas. Avec humilité et courage, Alexandra se consacre dès lors entièrement à son nouvel univers qui deviendra - au fil du temps - sa passion...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Mars 2011
Statut histoire Série terminée 9 tomes parus
Couverture de la série Châteaux Bordeaux
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

21/03/2011 | pol
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

La couverture est de toute beauté. C'est même la plus belle de l'année à mon sens. Elle invite véritablement à découvrir cette bd tel un bon vin que l'on déguste paisiblement au milieu d'un vignoble. Une belle jeune femme va reprendre l'exploitation d'un domaine dans la région de Bordeaux suite au décès d'un père distant. Elle va être confrontée à ses deux frères ainsi qu'à une multitude d'ennemis cachés qui ont des visées sur le devenir des terres de son enfance. Il lui faudra de l'humilité et du courage pour relever le défi et sauver l'entreprise familiale d'une faillite annoncée. C'est vrai que la trame de cette saga au coeur du Médoc est plutôt classique. Cependant, j'ai apprécié sa redoutable efficacité. J'avais peur d'un repompage tiré des fameuses Gouttes de Dieu dont le synopsis était plutôt ressemblant. Pour autant, le récit va prendre une autre dimension plus mélodramatique et surtout une autre direction. On se situe un peu dans l'ambiance d'un Dallas du vignoble à la manière des Maîtres de l'Orge pour ne citer qu'un exemple. J'ai aimé ce côté un peu terroir dans la description des métiers du vin. C'est introduit tout en finesse. Par ailleurs, le dessin est sublime par cet aspect réaliste qui fourmille de détails. La maîtrise du scénario semble parfaite. A travers chaque tome, on découvre un aspect et une facette du vin. Que cela soient les différents millésimes ou les classements, pour ne citer qu’un exemple. On se rend compte qu’il y a beaucoup de métier autour du vin avec ses différentes spécialités pour passer de la récolte du raisin à la table : l’œnologue, le vendangeur, le courtier ou encore le négociant. La lecture du tome 2 confirme tout le bien que je pensais de cette série. Il commence à y avoir une âme dans la reprise de ce domaine vinicole au coeur du Médoc à savoir le Chêne Courbe. On arrive à sonder les profondeurs de la terre et des racines de ce domaine tant convoité. On voit également le rapprochement de cette série avec les fameuses Gouttes de Dieu mais en moins comique, sur un registre plus drame familial. C'est certainement ce qui va faire la réussite de cette saga qui est riche de précision et de réalisme. On voit d'ailleurs l'apparition du célèbre Michel Rolland dans son propre rôle. Cela donne de la crédibilité à l'ensemble. Oui, nous avons là un grand cru 2012. Le tome 3 a une magnifique couverture qui renoue avec la beauté de la première. Au niveau de l'intrigue, cela se corse un peu et on en apprendra davantage. Il reste toujours le charme de découvrir du bon vin notamment lors de la séance de dégustation. J'admire la pugnacité d'Alexandra Baudricourt à vouloir conserver à tout prix le domaine familial malgré l'adversité et les coups foireux de la belle-soeur avide d'argent. C'est encore un épisode plein de saveur à consommer sans modération. Le tome 4 poursuit une intrigue plutôt efficace avec des retournements de situation. On en apprend toujours davantage sur les secrets de cette famille de vigneron. Alexandra semble relever la tête pour poursuivre son combat et produire une cuvée digne de ce nom. Il y aura encore de belles séquences qui nous font découvrir le monde du vin. Bref, une fresque familiale à réserver aussi bien aux amateurs de grands crus qu'aux néophytes comme moi. Que dire du tome 5 ? Cela semble être un tome de transition qui règle un peu les comptes avec le passé. On aura droit à une petite escapade américaine à Atlanta qui n'apporte pas grand chose à la trame générale du récit. C'est comme si on rajoutait artificiellement des épreuves à la pauvre Alexandra. Il y aura également un coup de projecteur sur la domestique qui donne tout son salaire à un affreux racketeur. Bref, la crédibilité semble prendre un sacré coup! Cependant, le pire est l'erreur grossière qui est commise. En effet, l'action se passe en 2008 car la date est précisé d'emblée à l'ouverture de ce tome. Par la suite, quand Alexandra se recueille sur la tombe de son défunt père, on peut lire qu'il s'est éteint en 2010 soit 2 ans après dans le futur. Encore une fois, je ne pardonne pas aux auteurs de commettre ce genre d'erreurs. Il faut se relire avant de mettre en vente des milliers d'exemplaires. L'amateurisme n'a pas de place à ce niveau. En conclusion, un mauvais millésimé malgré le classement ! Le tome 6 affiche une belle couverture. Il faut dire qu'Alexandra est une magnifique demoiselle ayant beaucoup de ressources. La saga au coeur du Médoc se poursuit avec ses drames et ses complots familiaux. On en apprendra un peu plus également sur le métier de courtier. Le vin est véritablement au coeur de cette intrigue pour notre plus grand plaisir de dégustation. A la lecture du tome 7, on en apprend toujours davantage sur les secrets de cette famille de vigneron. Alexandra semble relever la tête pour poursuivre son combat et produire une cuvée digne de ce nom. Il y aura encore de belles séquences qui nous font découvrir le monde du vin. Les vendanges constituent une étape forte importante. Avec le tome 8, on part à la découverte du négociant, qui sert d’intermédiaire entre le producteur de vin et les acheteurs. Le métier a beaucoup évolué puisque autrefois les négociants possédaient leur propre unité de production qu’ils ont dû abandonner au début des années 90. En effet, il y a eu beaucoup d’évolution technologique qui nécessitait des investissements de plus en plus coûteux. Le négociant s’est ainsi peu à peu repositionné sur le cœur de son métier, à savoir le commerce. On a envie de se plonger dans ce « Châteaux Bordeaux ». Cela promet d’être un grand cru de bd ! Cependant, inutile d’attendre des années que cela mûrisse ! Vous pouvez y goûter sans modération ! Note Dessin: 4.25/5 - Note Scénario: 3.75/5 - Note Globale: 4/5

21/05/2011 (MAJ le 25/10/2017) (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Châteaux Bordeaux est une saga familiale qui se déroule dans l'univers viticole. Suite au décès de leur père deux frères et une sœur héritent du domaine familial. Les deux garçons veulent vendre, alors que la jeune fille qui vient de perdre son emploi veut reprendre en main l'exploitation. Et ainsi démarre l'aventure. Sans surprise on retrouve absolument tous les ingrédients qu'on s'attend à trouver. La jeune fille est belle, a de solides compétences de management et de gestion d'entreprise. Évidemment ses frères ne voient pas d'un bon œil qu'elle reprenne le domaine, c'est donc la porte ouverte à tous les complots et autres trahisons. Enfin, le fils du négociant est un joli cœur qui ne tardera pas à émouvoir notre héroïne. Bref, difficile d'enfoncer plus de portes ouvertes. Pourtant la lecture est très agréable pour qui aime ce genre de récit, car justement les codes sont respectés. En plus le dessin est soigné et colle bien à l'ambiance de la région. Cela dit, ce premier tome reste un peu trop introductif, il manque à l'intrigue un soupçon de piment et de péripéties inattendues qui tiendraient le lecteur en haleine. C'est également très fourni en détails sur le monde du vin, beaucoup de vocabulaire et de coutumes sont détaillées, un peu trop sans doute, car on aimerait voir l'histoire prendre plus d'ampleur. Une série qu'il faudra juger sur la longueur, mais le début laisse entrevoir pas mal de potentiel. Quoi de neuf au bout de 6 tomes ? La série suit son cours, le cahier des charges est rempli même si le déroulement réserve quand même assez peu de surprises. La trame est en fait bien linéaire. Chaque tome apporte son nouveau problème, on a le choix entre une trahison, une tentative de déstabilisation d'un rival, voire carrément un coup fourré visant à détruire les vignes ou le château... Et malgré les coups durs, la force de caractère de la jeune héroïne lui permet de se relever et de se battre avec toujours plus de convictions pour atteindre son but : redorer le blason du château et produire un grand vin. A coté de ça chaque tome a son aspect didacticiel sur le monde de l’œnologie. Quand on ne nous explique pas les techniques de fabrication, c'est les métiers du vin qui nous sont présentés. Le courtier, le négociant, ... et c'est l'occasion d'introduire un nouveau personnage tout en expliquant son métier. C'est plus ou moins bien intégré à l'histoire, c'est plutôt intéressant quand ça ne traîne pas en longueur, car il faut reconnaître que ça ne fait quand même pas avancer l'intrigue bien vite. Au final l'univers est là, la série est plaisante, bien dessinée, agréable à lire, intéressante par son aspect éducatif, mais elle manque de péripéties et de surprises. Une tension plus soutenue, un peu plus de rythme et un focus plus important sur les complots et autres coups bas auraient sans doute permis à ce Châteaux Bordeaux d’être un grand cru.

21/03/2011 (MAJ le 14/09/2015) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Une bonne série, sans réelle surprise. Techniquement, rien à redire. La narration est bonne, le dessin réaliste est soigné sans foisonner de détails, les personnages sont bien typés. Côté « situation de départ », on est proche du feuilleton de l’été. J’avoue être resté sur ma faim durant une bonne partie de l’album. J’étais face à une pâle variante des « Maîtres de l'Orge », mais avec un thème qui m’intéresse moins (on passe de la bière au vin) et des personnages trop rapidement enfermés dans leurs rôles. Et puis, à quelques pages du terme de ce premier tome, la situation se complexifie. Certains personnages commencent à nous montrer d’autres facettes de leur caractère, auxquelles je ne m’attendais pas. Voilà qui est bien mieux ! En tous les cas, cela m’a donné l’envie de lire la suite. Une série à suivre. Trop classique pour que je sois emballé mais bien faite et, pourvu que le thème du vin vous interpelle, intéressante car bien documentée.


Après lecture du deuxième tome, j’ai toujours le sentiment de lire le feuilleton de l’été de France3. L’intrigue me semble cousue de fil blanc et, s’il n’y avait ce côté instructif sur les principes de vinification, je pense que j’aurais beaucoup de mal à me passionner pour ces personnages très « roman-photo ». Grâce au côté « documentaire », la série reste pas mal à mes yeux mais son intrigue ne décolle toujours pas.
Après lecture des quatre premiers tomes (et donc relecture des premiers), je dois toujours faire les mêmes constatations. D'une part, la narration est bonne et le dessin est agréable. D'autre part, l'intrigue ne décolle toujours pas et j'ai un peu le sentiment que la série peut encore continuer sur une trentaine de tomes sans que quoi que ce soit de neuf n'arrive. Le côté documentaire est toujours présent et plaisant mais le moteur de l'histoire demeure identique au fil des pages (l'héroïne est enthousiaste ou désespérée en fonction qu'elle trouve ou non de l'argent pour continuer l'exploitation de son vignoble). Par ailleurs, je me demande toujours pourquoi Châteaux Bordeaux s'écrit avec un ''x'' à Château. Je suppose qu'une explication viendra dans les tomes suivants. Enfin, en relisant les deux premiers tomes, les approximations chiffrées m'ont agressé l'œil (que j'ai "comptable", déformation professionnelle oblige). Dans le premier tome, notre jeune héroïne, qui se vante d'être experte en gestion, s'avère incapable de faire une division par 10. Dans le deuxième, c'est un célèbre œnologue qui étale sa culture en affirmant qu'un vin est composé de 55% d'un cépage, de 35% d'un autre et de 15% d'un troisième... J'veux rien dire mais son verre déborde. Ces erreurs sont d'autant plus regrettables qu'elles surviennent à des moments où les personnages sont censé montrer tout leur professionnalisme et leurs compétences. Difficile de croire en eux lorsqu'ils commettent des erreurs qu'un gosse de 10 ans n'aurait pas commises. Bon, je continuerai la série parce qu'elle est agréable à lire mais je conseillerais plutôt l'emprunt en bibliothèque car j'ai peur que la série finisse par s'éterniser.

29/04/2011 (MAJ le 15/11/2013) (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

J'attendais la sortie du tome 4 pour aviser enfin cette série qui évidemment me touche de près, en tant que Bordelais. Je suis assez familiarisé avec le monde du vin ayant des amis viticulteurs dans le Pomerol et dans les Graves, mais élaborer une série de cette nature a été plus difficile qu'on le croit, car ce n'est pas un milieu d'amateurs, il fallait parfaitement savoir où mettre les pieds en s'aventurant ainsi chez les vignerons. Corbeyran habite à Bordeaux, il a donc des facilités, et ici, il a bénéficié de beaucoup d'aide, du soutien de personnalités éminentes dans le monde du vin (dont Michel Rolland, on ne peut rêver mieux) pour bien expliquer aux profanes comment se fabrique un grand vin, quel est le secret d'un bon maître de chai, et ce qui se passe dans les exploitations. De nombreuses phases de vinification sont donc expliquées de façon claire, la synthèse de l'histoire du vignoble bordelais qui se confond avec celle de l'Aquitaine est très juste, Corbeyran fait défiler tous les grands crus du terroir bordelais (Cheval Blanc, Haut-Brion, Yquem, Pétrus, Latour, Beychevelle....), bref, c'est une vraie opération de com pour agence touristique à laquelle il se livre à travers cette Bd. Tous ces éléments étaient nécessaires pour qu'il puisse bâtir ensuite une histoire qui tienne debout, et cet ensemble est tellement bien combiné que ça donne comme un assemblage de cépages nobles une excellente cuvée. En dépit d'un petit côté dallasien mais sans le côté ricain, les auteurs parviennent à restituer de façon très juste l'ambiance du vignoble médocain, celle des habitants de Bordeaux, du tempérament bordelais dans une optique très actuelle, nourrie de nombreux éléments (oenologie passionnée, science, argent, amour du travail bien fait, mondialisation...). Tout ceci est illustré par Espé de façon très fidèle, avec de belles images de vignes et de propriétés viticoles, mais aussi et surtout en s'appliquant à restituer des paysages conformes à ceux que je vois régulièrement autour de Bordeaux, sans parler des décors du Bordelais comme ceux de Bordeaux, de Saint-Emilion, de Margaux, de Pauillac, de quelques châteaux comme Pichon-Longueville ou Palmer, où là il n'a pas droit à l'erreur ; il a dû faire un paquet de croquis et de photos dans la région, et son effort est méritoire. Une véritable réussite qui a été saluée par les élus locaux et diverses personnalités du monde du vin. En plus d'une belle pub pour notre région.

08/11/2013 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Bon, je ne suis pas un amateur de vins, mais les réussites telles que Les Ignorants et Les Gouttes de Dieu m'ont incité à me pencher sur cette série, la perspective d'une rencontre avec Espé, le dessinateur, également. L'intérieur se révèle vraiment intéressant et complexe : nous avons une saga familiale assez complexe, avec des personnages très différents mais assez crédibles, avec en filigrane une petite intrigue policière (le patriarche est-il vraiment mort de la façon dont on le croit ?). Se basant sur une documentation solide (j'imagine bien Espé et Corbeyran faisant la tournée des caves et des domaines bordelais), c'est aussi (et surtout ?) un prétexte pour présenter le monde du vin et ses différents métiers : gérant de domaine, responsable de vinification, courtier, commerçant, oenologue... C'est vraiment intéressant. Le personnage d'Alexandra est assez fort, sans être outré, ce qui est à souligner. Espé a un trait assez classique, que j'avais déjà remarqué dans Le Territoire et "Le 3ème Oeil". Il se rapproche par moments de celui de Richard Guerineau, autre vieux complice de Corbeyran. Il semble prendre son pied dans cette chronique sociale, et c'est tant mieux. Au bout de quatre tomes la saga familiale se teinte d'une trame de thriller économique, et cette complexité n'est pas pour me déplaire. Les ennuis pleuvent sur Alexandra et son entourage, les masques tombent, et je suis curieux de voir comment cela va évoluer...

23/03/2013 (MAJ le 08/09/2013) (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pasukare

Un bon 3,5/5 pour être exacte. J'ai emprunté ce premier tome de la série franchement sans conviction et au bout du compte je suis très agréablement surprise. Je ne connais rien à l'oenologie et, malgré quelques passages un peu trop scolaires à mon goût, je ne me suis pas sentie perdue dans cette plongée dans le vignoble bordelais. Le scénario est très accrocheur en ce qui me concerne, le trio de frères et soeur qui viennent d'hériter du domaine, la face cachée du défunt père, la belle soeur qui magouille dans son coin, l'ex ami d'enfance dont on ne sait de quel bord il est, tout ça fleure la grande saga avec ses alliances, ses trahisons, ses histoires d'argent et d'amour compliquées. Ca pourrait faire une très bonne série de l'été sur TF1 et, contre toute attente, ça me plait ! Le dessin remplit très bien son rôle sans être exceptionnel, la narration est bonne et agréable à suivre. J'emprunterai la suite sans hésiter. Après lecture du T2 je suis toujours autant emballée par cette série qui m'instruit autant qu'elle me divertit. Le tome 2 nous apporte encore son lot de fourberies et autres malversations et je n'ai pas retrouvé ce côté scolaire trop lourd qui m'avait gênée dans le premier volume. Je confirme mon 4/5 car la série semble se bonifier au fil des tomes, j'attends la suite avec impatience, en espérant qu'elle continue sur cette lancée.

10/04/2011 (MAJ le 03/06/2012) (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Une série que je qualifierais de sympathique sans plus. L'histoire est convenue même si j'avoue que j'ai eu droit à quelques surprises durant la lecture des deux tomes. La belle jeune fille veut reprendre le vignoble de son père, mais il y a des gens de sa famille qui sont contre et il y a plein de complots contre elle... Ça me semble être du déjà vu. D'autant plus que le dessin réaliste que les autres semblent apprécier est justement le style de dessin sans personnalité qui me laisse de marbre. Pourtant, j'ai pris un certain plaisir à lire ''Châteaux Bordeaux'' car c'est bien fait dans son genre. Le scénario est solide et après une introduction un peu ennuyeuse j'ai trouvé le scénario prenant. Le seul truc qui m'énerve, c'est que les personnages manquent de vraie personnalité. Ils sont juste des archétypes que j'ai vus plusieurs fois. Je n'irais pas jusqu'à acheter les tomes, mais jusqu'à présent, j'ai au moins envie de savoir ce qu'il va se passer ensuite.

03/05/2012 (modifier)
Par dut
Note: 4/5

Etant amateur de vin, depuis quelques temps je me penche un peu plus sur les BD qui traitent du sujet. Châteaux Bordeaux est en fait plutôt une histoire familiale avec en trame de fond la vie d'un vignoble bordelais réputé. Cette histoire comprend des affaires de gros sous, de l'héritage, des tractations plus ou moins légales, des coups de putes etc ! Alors oui, dit comme ca, l'histoire pourrait très bien être le scénar du feuilleton de l'été sur TF1, mais j'avoue, j'ai bien aimé cette BD comme la ménagère de 50 ans aimerait son feuilleton l'été dernier avec Bernard Lecoq et Annie Duperey en acteurs principaux... Bon le truc sympa aussi dans cette histoire de pinard, c'est que ca permet quand même d'en savoir un peu plus sur les métiers qui gravitent autour de la vigne comme celui de négociant, de maitre de chais etc. Niveau dessin, c'est propre, pas exceptionnel, mais très correct et très classique chez Glénat dans la collection Graphica. Perso j'aime bien. Enfin tout ca pour dire que j'attends le tome 3, et comme le rythme de parution a l'air assez rapide, ça tombe bien :) Et comme y parait que ça ressemble aux Maîtres de l'Orge, j'ai bien envie de m'y pencher un peu ;) Edit apres la lecture des 4 tomes : la qualité ne baisse pas, l'intrigue est assez intéressante, je vasi continuer à suivre cette série avec plaisir !

26/04/2012 (modifier)

Un premier tome très bien rempli où l'histoire avance, où l'intrigue se met en place, où les personnages sont dévoilés et les masques tombent. Bref, une saga familiale autour du vin qui commence très bien, tout en gardant du suspense pour la suite. Les dessins sont très agréables, réalistes, on identifie facilement chaque personnage et la région bordelaise est bien retranscrite.

08/11/2011 (modifier)
Par jurin
Note: 4/5

Difficile de ne pas penser aux Maîtres de l’orge lors de la lecture de châteaux Bordeaux, voici donc une saga familiale dont l’enjeu est une magnifique exploitation vinicole. L’histoire démarre très vite, le rythme est soutenu et les différents acteurs sont déjà bien en place, bref une très bonne introduction claire et passionnante. Ce style de BD donne l’impression de ratisser large à l’image de certaines séries télévisées mais j’ai été agréablement surpris par le scénario classique mais correct ainsi que par la description du milieu vinicole. Je suis assez optimiste pour la suite, la fin du premier tome laisse pas mal de possibilités au scénariste pour ne pas sombrer dans la facilité. Le dessin de Espé est classique, la précision et le détail sont au rendez vous, un petit bémol pour les visages à divers endroits.

26/07/2011 (modifier)