Les Maîtres de l'Orge

Note: 3.8/5
(3.8/5 pour 44 avis)

1993 : Prix France Info de la Bande dessinée d’actualité et de reportage (tome 1). Les empires industriels sont les cathédrales des temps modernes et, comme elles, ils ne peuvent s'ériger que grâce à la passion, l'enthousiasme et l'obsession des hommes. Cette fresque d'une exceptionnelle envergure retrace en huit albums l'épopée d'une famille de brasseurs de bières de père en fils et de mère en fille dans la plus pure tradition des grandes sagas.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune 1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle 1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale 1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles 1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale A travers les âges BD adaptées en séries télévisées live Bouffe et boisson Glénat Les sagas familiales Prix France Info Van hamme

Dorp (Belgique) 1854, Charles Steenfort est moine et étudiant dans une abbaye qui fabrique une excellente bière. mais une aventure avec la jeune Adrienne va tout bouleverser: il ne prononcera jamais ces voeux et sera chassé du monastère! Au village Franz Texel enterre son père... et retrouve Charles son ami d'enfance Les deux jeunes hommes vont s'associer pour créer une nouvelle bière, les recherches seront longue et les essais nombreux, mais les efforts de Charles Franz et Adrienne ne seront pas vain: ils vont réussir a créer une nouvelle bière qui remporteras le grand prix de la 11° foire agricole du brabant... Mais De Ruiter ne l'entend pas ainsi, il est le seul brasseur de Dorp, éternel vainqueur de la foire, et ne souffre pas la concurrence! aussi propose t il un marché à Charles: diriger sa brasserie et ainsi économiser le temps et l'argent qui lui seraient nécessaire pour développer une entreprise de taille comparable; la seule contrepartie que demande :De Ruiter que Charles quitte Adrienne et épouse sa fille Elise De Ruiter.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1992
Statut histoire Série terminée 8 tomes parus
Couverture de la série Les Maîtres de l'Orge
Les notes (44)
Cliquez pour lire les avis

17/08/2001 | wayne shelton
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J'ai hésité à mettre trois étoiles à cette série, mais j’avoue que cela aurait été quand même pas mal à l’arrache, car je n’ai pas franchement été emballé. Van Hamme a souvent des scenarii très « hollywoodiens », très cinématographiques. Ici, ce serait plutôt dans le téléfilm, la série télé de l’été qu’il donne… J’avoue être particulièrement réfractaire à ces sagas familiales mêlant romanesque et grande histoire, avec moult rebondissements. Contrairement aux « Buddenbrook » de Thomas Mann, qui racontait le déclin d’une riche famille, Van Hamme décrit ici l’ascension de la famille Steenfort, et ses difficultés à « rester au sommet » au milieu de la recomposition de l’économie mondiale et des générations de la dynastie. La fresque s’étend sur près de 150 ans, dans l’univers des brasseurs de bière (j’avoue en plus ne pas trop aimer la bière, ce qui fait de moi un posteur atypique si j’en crois les forums du site…). Les points positifs de cette série sont le dessin de Vallès, très classique mais plutôt bon (même si les personnages sont un peu « figés »), et le personnage de Margrit, vraiment très riche – et autour duquel aurait dû se concentrer la série : tous les autres personnages ne m’ont pas paru sortir d’un moule hélas trop convenu. J’ai trouvé l’ensemble trop long, avec des retournements trop prévisibles, très feuilleton télé. Et avec pas mal de fortes incohérences. Par exemple à propos de Charles et de ses retournements de veste subits en fin du premier album éponyme (où il abandonne en deux pages ses valeurs, sa droiture et accessoirement la femme qu’il aime en une page) et en fin de deuxième album (où Margrit convertit le patron égoïste qu’il est devenu en socialiste, là aussi en une page !). La plupart des péripéties m’ont peu intéressé. Le dernier tome est carrément sans intérêt, puisque sensé boucher des trous dans les biographies des différents personnages, mais sans originalité ni surprise, quelques images accompagnant des textes peu passionnants de Van Hamme – on est là je trouve dans ce que je n’aime pas chez lui, que ce soit dans ses Largo Winch ou dans Histoire sans Héros. Un album dont la série aurait clairement pu / dû se passer ! Bref, pour moi, c’est très loin d’être la série culte que beaucoup semble voir dans cette surproduction à mon avis très très surcotée. Note réelle 2,5/5.

15/03/2015 (modifier)
Par Thobias
Note: 3/5

C'est bien mais je ne me suis pas fait aux différents changements de personnages, on n'a pas le temps de s'attacher aux nouveaux. De ce fait les 4 derniers albums m'indiffèrent totalement alors que j'avais beaucoup aimé les premiers et adoré le tout premier. En dehors même des personnages les histoires me semblent nettement moins intéressantes. Et puis un personnage comme Margrit est irremplaçable, son absence se fait sentir.

22/05/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Au début, je ne trouvais pas le sujet très bandant, je me disais "encore une saga familiale, et sur des industriels en plus", d'habitude, je n'aime ce genre de sujet qu'en feuilleton TV comme avec les Rois Maudits ou les Gens de Mogador... qui ont fait les beaux jours d'une télé française de qualité. Finalement, j'ai été agréablement surpris par la lecture de cette histoire, c'est même réellement passionnant. C'est une fresque d'une envergure exceptionnelle, comparable à ces grands feuilletons TV, qui se rapproche aussi d'un ton comme celui des Oiseaux se cachent pour mourir, ou la Dynastie des Forsythe, avec une bonne dose de romanesque. D'ailleurs, la bande fera l'objet de 2 adaptations TV en 1996 et en 1999. Curieusement initié par la télévision, le projet est avorté jusqu'à ce que celle-ci décide enfin à produire ces adaptations. Scénarisée par Van Hamme qui délaisse un temps Largo Winch, la fresque retrace la destinée des descendants de Charles Steenfort dans la grande tradition des sagas familiales, avec une astuce ingénieuse : chacun des albums décrit une génération de 1854 à 1997. Elle met en lumière le grand essor de l'industrie et celle de la bière au milieu du 19ème siècle qui progresse dans toute l'Europe ; c'est ainsi que dans les Ardennes belges, Charles Steenfort, enthousiaste et passionné, renonce à une vie monacale et fonde sa première brasserie qui sera à l'origine d'un grand empire industriel. Cette aventure humaine au pays des brasseurs belges dépeint à travers l'extraordinaire parcours de cette famille entièrement vouée à son industrie, un siècle d'amour, d'ambition, de douleurs et de rivalités, où se greffent des épisodes sentimentaux et des coups de théâtre sur fond d'histoire politique et économique de la Belgique. Le tout est orchestré avec justesse par l'un des meilleurs scénaristes du moment, au service d'un dessin superbe, fluide et précis de Vallès qui a effectué un gros travail de documentation. Du roman-feuilleton revisité avec efficacité.

20/09/2013 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5

Les Maîtres de l'Orge sont une grande saga familiale dans le monde de la brasserie belge du milieu du 19ème siècle jusqu’à nos jours. Van Hamme est une fois de plus diablement efficace. Dans la narration d’abord, chaque volume a pour héros l’héritier de la brasserie familiale à une époque différente. Le ton est très romanesque et le suspense toujours présent. Un mot tout de même sur les dessins de Vallès, qui bien que très classiques, sont plutôt jolis et détaillés. Une bonne lecture détente et prenante.

06/12/2011 (modifier)

Profitant de l'intégrale N&B petit format à tout petit prix, j'ai enfin pu découvrir l'intégrale de cette série. Autant dire que Van Hamme était en forme lors de l'écriture, et que le dessinateur Valles a fait un très bon travail pour cette mise en images. Concernant l'histoire sur fond historique (j'aime beaucoup les rappels au début de chaque volume), elle raconte la vie d'une famille de maîtres brasseurs sur plusieurs générations. Le style de narration et les diverses intrigues politiques et financières ne manqueront pas de faire penser à Largo Winch (le côté "fun" des héros en moins). Bref, c'est passionnant. Si toutes les productions du scénariste pouvaient être de cet acabit, ce serait top !

06/08/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’aime la bière, j’aime les moines trappistes, les micro-brasseries, j’aime ces artisans passionnés qui mettent toute leur âme dans leur art. J’aime les maîtres de l’orge. J’aime les femmes de caractère, j’aime les personnages qui vont au bout de leurs convictions quitte à choquer les bonnes consciences. J’aime les maîtres de l’orge. J’aime les sagas. J’aime suivre l’évolution d’une famille, d’un lieu, d’une entreprise. J’aime en comprendre les rouages, l’esprit et les contradictions. J’aime les maîtres de l’orge. J’aime les montages financiers, les magouilles, les petites combines et les grands complots. J’aime les chefs d’entreprise audacieux et prêts à flirter avec l’illégalité, quitte à franchir une frontière de plus en plus floue. J’aime l’univers économique et dramatique de Van Hamme. J’aime les maîtres de l’orge. J’aime les fins de tome dramatiques et accrocheuses. Ces fins qui vous serrent le cœur et ne vous donnent qu’une seule envie : connaître la suite. J’aime les maîtres de l’orge. J’aime le dessin clair, directement accessible. J’aime la beauté des femmes, la sensualité des corps, la précision du trait. J’aime les maîtres de l’orge. J’aime les décors précis, les détails authentiques, la volonté des auteurs de créer un univers proche du réel (jusqu’à faire réaliser de vrais faux sous-bocks et de magnifiques fausses publicités). J’aime les maîtres de l’orge. Alors, tant pis si certaines perspectives sont ratées (principalement dans le premier tome), tant pis si la série cherche un second souffle les quatre premiers tomes passés (elle le retrouve au septième et dernier), tant pis si sa promotion sentait le marketing à plein nez (oubliez le tome « bonus » bien plus opportuniste qu’intéressant). J’AIME LES MAITRES DE L’ORGE ! (Qu’on se le dise).

09/06/2010 (modifier)
Par laikikou
Note: 4/5

Je n'adore pas le dessin, je le trouve un peu trop carré, mais le scénario est vraiment superbe. Je pensais que j'allais moins aimer les tomes plus modernes, après 1950. Mais finalement, je les ai aimés au moins autant que les précédents. J'ai aussi trouvé que le septième tome est génial. Je donne un 17.5/20

11/10/2009 (modifier)
Par Tomeke
Note: 5/5

Mais que voilà une excellente lecture… Je crois que cela m’a fait du bien de retrouver une production plus classique, bien que cela ne soit pas synonyme de mauvaise qualité ; que du contraire ! Encore une fois (Le Grand Pouvoir du Chninkel, SOS Bonheur ou XIII), Van Hamme réussit un véritable tour de force dans cette saga familiale de sept volumes. Ajoutez à cela un huitième album « hors série » d’une très bonne qualité (ce qui est souvent rare, je trouve, en matière de hors série), que demander de plus ? Le récit est très bien construit car il maintient en permanence des surprises dans le scénario et une cohérence générale. Je ne me suis jamais embêté, même si l’un ou l’autre tome semble plus orienté vers l’économie (venant de Van Hamme, rien d’étonnant…). Bref, concernant l’histoire, chaque tome amène le lecteur vers la grande impatience d’entamer l’album suivant ; rien à redire ! Au niveau du dessin, Vallès nous offre une belle réussite. Le style graphique réaliste me semble parfaitement adapté à l’histoire. En conclusion, j’ai éprouvé un intense plaisir à découvrir cette série que je recommande chaudement. Dans le genre, je ne me vois pas attribuer une autre cote que la note maximale… Chapeau bas !!

07/06/2009 (modifier)
Par Cévenol
Note: 4/5

Nombreux sont ceux à avoir qualifié la série des « maîtres de l’orge » de saga familiale… comme quoi la majorité peut avoir raison (scoop). L’originalité est que cette famille aux reflets de série B n’est pas le seul fil directeur des sept volumes qui composent la série puisqu’en réalité le véritable « héros », j’entends par là le seul à intervenir dans tous les épisodes, est… une brasserie. Bon bien évidemment il y a les personnages (7 volumes multipliés par 55 planches pour une brasserie, soyez sérieux une seconde). Alors certes présenté comme ça ce n’est pas très vendeur. Il manque un peu de strass et de paillettes… Et si l’on y ajoute une bonne dose de trahison, de guerre et de coucheries ? Ah là je dis oui ! Malgré le caractère racoleur que présente parfois le scénario, surtout suite à cette petite présentation, cette série a de quoi rencontrer son public. On prend ainsi un certain plaisir à suivre cette saga au travers des épisodes cruciaux qui marquent la succession et la pérennité de la brasserie steenford. Steenford ? C’est le nom de cette famille qui décidément aime beaucoup la bière, ou du moins sa valeur. Pour information il n’est pas nécessaire d’avoir une addiction au houblon pour aimer "Les Maîtres de l'orge" qui aurait très bien pu porter sur la porcelaine de limoges à la condition bien sûr de ne pas se dérouler en Belgique et de changer de nom… Toujours est-il que sous ses airs de série américaine (rappelez-vous « trahison, guerres, coucheries ») les épisodes choisis nous donnent une certaine vision des grands bouleversements des XIXe et XXe siècle. Si cela est à mes yeux un des grands atouts de la série et qui me ferait qualifier de « culte »* les premiers albums, cela devient progressivement un défaut puisque les derniers opus s’attachent à des époques beaucoup moins intéressantes. Pour exemple le dernier se déroule en 1997 ! Personnellement à part le décès de Paul Préboit rien ne m’a marqué cette année là. Bref la série perd peu à peu en intensité, ce qui semble être une constance chez Van Hamme (et encore on tape pas les 19 ou 29 albums dans le cas présent). Pour résumer les fans de Van Hamme et tous ceux qui trouvent un intérêt dans les BD historiques (c’est pas du Murena non plus) trouveront ainsi leur bonheur, et c’est mon cas… Pour les autres, à vous de voir. * Je ne suis pas totalement impartial puisque c’est quand même cette série qui a permis mon retour à la BD. En tant qu’adulte j’entends (2ème scoop) !).

07/01/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

L’histoire d’une saga familiale tout au long du XIX ème et XXème siècle sur les propriétaires d’une brasserie. Chaque album s'attaque à une période dans le temps (de 1854 à 1997) à travers le destin d'un personnage de la famille des Steenfort. C'est signé par celui que je considère comme l'un des meilleurs scénaristes de la bande dessinée à savoir Van Hamme qui excelle dans son art de conter le destin de cette famille. C'est passionnant de bout en bout ! L’approche de prendre un personnage de la famille Steenfort à une époque donnée est une bonne idée qui contribue à la richesse de cette série très hétérogène. En général, il s'écoule 25 ans entre chaque épisode, ce qui n'empêche pas certains personnages d'apparaître dans plusieurs tomes d'affilée. Une belle fresque mêlant amour, argent et trahison tout en foisonnant de détails historiques intéressants (la lutte sociale, les progrès technologiques, la montée du nazisme…). Le dernier volume, Les Steenfort, est un recueil d'histoires courtes qui font la lumière sur différents événements se produisant entre chacun des autres tomes. Cette oeuvre se concentre sur la psychologie des personnages plutôt que sur l'action pure et dure. Il y a également un arrière fond historique assez intéressant pour comprendre les évolutions de notre monde occidental. On part de la création d’une brasserie en Belgique à la fin du XIXème siècle avec une méthode artisanal du brassage de la bière pour aboutir à une multinationale ayant son siège aux Etats-Unis à l’aube de l’an 2000. C’est un véritable grand moment de bd grâce à un scénario soutenu et un graphisme sans faute! Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4.5/5 – Note Globale : 4.25/5

14/02/2007 (MAJ le 05/12/2008) (modifier)