Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Showman Killer

Note: 3/5
(3/5 pour 6 avis)

Mercenaire de l'espace, le showman est un super-assassin né de l'imagination démoniaque d'un généticien. Dénué de toute émotion, formé à l'art des combats, il a été conçu pour tuer et seul l'or ou les joies simples propres à la mécanique de destruction lui procurent du plaisir. Pourtant, le destin de l'implacable showman prend une nouvelle tournure quand il croise, lors d'une mission, la fascinante Ibis...


Tueurs à gages

Mercenaire de l'espace, le showman est un super-assassin né de l'imagination démoniaque d'un généticien. Dénué de toute émotion, formé à l'art des combats, il a été conçu pour tuer et seul l'or ou les joies simples propres à la mécanique de destruction lui procurent du plaisir. Pourtant, le destin de l'implacable showman prend une nouvelle tournure quand il croise, lors d'une mission, la fascinante Ibis...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Novembre 2010
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Showman Killer
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

19/11/2010 | Miranda
Modifier


Par Thobias
Note: 4/5

Très dur de noter cette nouvelle série de Jodorowsky. Le pire et le meilleur s'y côtoient. On retrouve toujours les mêmes délires généticaux incestueux (par une abracadabrance du scénario, dont Jodorowsky est passé maître, le fils adoptif du Showman killer est en réalité.... son oncle). La BD souffre peut-être d'un scénario qui se fait plus redondant que d'habitude (certes toutes les bds de Jodorowsky brassent les mêmes thématiques : filiation, inceste, quête spirituelle, quasi invulnérabilité du héros etc. mais là on a vraiment un copier-coller du personnage du meta-baron et on retrouve donc un peu trop d'éléments similaires à La caste des meta-barons et L'incal). L'histoire reste prenante, la grande méchante, la suprahiérophante est extra et réellement flippante et certains persos secondaires sont particulièrement réussis, notamment le médecin fou et son paléo-chien au début ou encore la reine Anthéa, malgré sa très courte apparition. Je déplore le changement de ton qui s'opère dans la deuxième moitié du dernier tome où tout semble devenir une véritable farce et Showman killer devenant un pantin risible. C'est dommage on décroche de l'histoire qui jusqu'à présent était sérieuse. Je pense que l'univers de Jodorowsky est suffisamment second degré comme cela avec des délires assez énormissimes, Jodo n'a pas besoin de forcer le trait et de dynamiter son histoire en la transformant en mascarade. Les gamineries entre oncle et neveu sont lamentables et les dialogues deviennent assez nazes. Certaines fautes de goût sont à déplorer comme le bouffon à tête de phoque ou certaines transformations du Showman un peu too much (sa transformation en Anthéa la défunte reine pour réveiller son grand-père qui veut coucher avec : c'était quand même limite). Le dessin est souvent très réussi, notamment pour les décors qui sont impressionnants ou les créatures et transformations de Showman, par contre c'est parfois bâclé notamment dans le troisième tome sur certains détails ou visages, en particulier celui de Non. Les couvertures des tomes 2 et 3 sont superbes. Bref, j'ai beaucoup aimé, parce que j'adhère totalement à l'univers de Jodorowsky mais j'avoue que c'est parfois un peu nanardesque sur les bords et que la fin avec ce changement de ton m'a déçue.

14/12/2014 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Commençons par le dessin qui offre de très belles cases, mention spéciale aux couvertures! Le scénario , ben c'est du Jodorowski quoi, même si effectivement le sexe et l'inceste ne sont pas la clé de voûte de l'histoire. Nous sommes toujours dans des interrogations de rédemption, de messianisme, élévation de l'individu vers un graal quelconque. C'est vrai qu'à force c'est un peu redondant, le mieux d'ailleurs n'étant pas de lire plusieurs BD du même auteur à la suite. Ma note est motivée par un ton finalement plus "léger" que d'habitude chez Jodorowski et un visuel vraiment réussi.

18/08/2014 (modifier)
Par jul
Note: 2/5

Cette série de Jodorowsky m'a plutôt déçu. En dehors de certaines scènes plutôt réussies c'est une pâle photocopie de plusieurs de ses scénarios (La caste des méta-barons, Les technopères... ). On est en terrain connu et c'est un peu gênant car sortir une série comme ça après moult chefs-d’œuvre c'est clairement un aveu d'impuissance à se renouveler. Je n'ai lu que le 1er tome mais il ne m'a pas passionné. Les dessins sont plus que corrects mais on a l'impression d'avoir vu cela trop de fois. Donc une série qui me fait approuver les critiques de certains sur le caractère redondant des scénarios de Jodorowsky. Après j’admets qu'en admirant les couvertures du tome 2 et du tome 3 (magnifiques et nettement meilleures que celle plutôt médiocre du 1er tome) je me laisserais peut-être tenter un jour.

24/01/2014 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Lorsque j’ai attrapé cette bd sur une des piles bd de ma librairie, attirée par sa magnifique couverture, j’étais un peu dégoutée d’y voir le nom de Jodorowsky apposé dessus, vu qu’il est assez rare que j’accroche à ses scénarios et me priver d’un beau graphisme me frustre. Résultat des courses : comme à son habitude le scénario est assez déjanté avec une bonne touche de moisi, il crée un univers futuriste mais en même temps simpliste, avec une petite dose de naïveté et une autre d’hémoglobine. J’ai eu l’impression qu’il a mis au goût du jour une vieille idée d’il y a au moins 40 ans, en y intégrant quelques avancées technologiques. Malgré ses défauts il a aussi quelques petites originalités et une chute intrigante. Ça m’a aussi fait penser à l’esprit qui règne sur Storm et ses facilités scénaristiques, ainsi qu'à L'Enfer des Désirs, avec son super-héros qui ressemble fortement à notre Showman killer, au niveau du questionnement du personnage sur ce qu’il ressent, tout en étant son opposé parfait puisque ce dernier est un tueur. Une lecture à prendre au second degré et sans trop se poser de questions, qui est dans ce cas là, prenante et agréable. Le sublime graphisme de Fructus a fait que je me suis plongée avec beaucoup de facilité dans le récit, il instaure une ambiance générale bizarrement envoûtante, j’ai même hâte d’avoir la suite, peut-être même que je lui accorderai une étoile supplémentaire. Suite et fin Le second tome est dans la lignée du premier, avec peut-être encore plus de sang, quant au troisième il est à l'opposé des précédents, autant ceux-ci se prennent au sérieux autant ce dernier se complait dans un humour léger et franchement plaisant, au point que je regrette même que les deux autres tomes n'aient pas été traités de la même façon et avec la même désinvolture. Lorsque je suis arrivée à la fin du second opus j'étais prête à revendre la série, mais le dernier tome m'a fait changer d'avis et j’appréhende les personnages et les situations de façon plus légère et donc plus plaisante, car prendre tout ceci au sérieux serait totalement débile. Le graphisme tout doucement se dégrade légèrement au fil des tomes, la colorisation est moins peaufinée et il y a moins de détails, c'est dommage, ça a aussi un peu contribué à mon détachement lors de ma lecture du second tome, mais le troisième et bien qu'il soit le moins réussi visuellement, rattrape le coup grâce à son humour.

19/11/2010 (MAJ le 27/09/2012) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai également l'impression que Jodorowsky semble tourner en rond avec cette nouvelle aventure qui ressemble encore à son univers développé dans La Caste des Méta-barons. Il perd petit à petit ce qui faisait le charme de ces récits d'antan qui savaient nous surprendre. On dirait une enième production assez psychotique. Le showman killer sera-t-il un nouveau messie ? Les thèmes semblent toujours les mêmes. Par contre, pour une fois, il n'y a point de sexe, ni d'inceste ! On est rassuré ! Et toujours cette atmosphère bien particulière à laquelle on reconnaît bien sa marque de fabrique. L'essentiel est de pouvoir s'évader le temps d'une lecture et de ce côté là, l'auteur n'a rien perdu de son talent. Il n'a rien à envier aux autres...

27/07/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Il ne se renouvelle pas Jodorowsky. Le Showman Killer me fait drôlement penser au Méta-Baron et les religieux qu'on voit me font penser aux mêmes qu'on retrouve dans l'univers de L'Incal. De plus, j'ai l'impression que cette histoire de tueur avec aucun sentiment va rapidement devenir très prévisible dans les prochains tomes. Toutefois, l'histoire se laisse lire. La narration est fluide et le dessin est très bon. Ça n'a rien de vraiment mémorable, mais le récit est tout de même divertissant et il y a des idées débiles que j'aime bien comme le phoque conseiller du roi.

18/06/2011 (modifier)