Chosp

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Tee-Ville est la cité la plus glamour qui soit. Tous ses habitants sont des personnes au physique avantageux. Même son gouverneur est marié à la plus belle actrice : Stella Star ! Mais dans ce paradis de la beauté, une note discordante résonne : Chosp, le fils du gouverneur. Il est tellement laid qu’il doute d’être le vrai fils de la belle Stella. Alors, il va partir à l’aventure, à la recherche de ses véritables origines.


Auteurs Italiens

Bienvenue dans un monde où tout n’est que glamour, beauté, luxe et superficialité. Un univers de rêve, jusqu’au jour où un horrible petit être, pourtant fils de deux splendides stars de ciné, décide de jouer les verrues dans ce monde idyllique et de revendiquer le pouvoir aux moches. Tee-Ville est la cité la plus glamour qui soit. Tous ses habitants sont des personnes au physique avantageux. Même son gouverneur est marié à la plus belle actrice : Stella Star ! Mais dans ce paradis de la beauté, une note discordante résonne : Chosp, le fils du gouverneur. Il est tellement laid qu’il doute d’être le vrai fils de la belle Stella. Alors, il va partir à l’aventure, à la recherche de ses véritables origines.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Octobre 2010
Statut histoire Une histoire par tome 2 tomes parus
Couverture de la série Chosp
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

19/10/2010 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Voilà une série tous publics très dynamique et sympathique. Le synopsis est moins idiot qu’il en a l’air et derrière son aspect lissé et cartoon cette série véhicule des valeurs pas si superficielles que ça. Mais bon, ça reste du divertissement, hein ! N’allez pas croire que vous découvrirez en ces pages la sagesse du grand Lama (d’autant plus que quand lama faché, lama cracher… ce qui en soit est préférable au lama malade qui lui ne peut s’empêcher de chanter, mais c’est une autre histoire et il me semble que je m’égare quelque peu). Le premier tome est majoritairement en noir et blanc. Ce que je trouve regrettable tant la colorisation de ces albums contribue à l’ambiance joyeuse et cartoon de la série. Le trait d’Alessandro Barbucci (que le grand public connait grâce à la série Ekhö, monde miroir) est un savant mélange de cartoon, de manga et de franco-belge. La rondeur est la règle et son aspect caricatural permet de très fortement intensifier l’expressivité des visages. L’humour se développe sur plusieurs niveaux de lecture, allant de l’humour pipi-caca et grosses prout à un humour plus adulte basé sur de nombreuses références cinématographiques. Grâce à cette amplitude chaque lecteur devrait trouver son bonheur. Et comme, à titre personnel, un peu d'humour pipi-caca judicieusement dilué dans un récit aux références cinématographiques amusantes n'est pas pour me déplaire... Les scénarios tiennent la route même si ça bondit un peu dans tous les sens (à l’image des personnages). Et si, d’habitude, ce genre de série survitaminée emmenée par des personnages survoltés me fatigue vite, je dois bien avouer que j’ai lu ces deux tomes avec grand plaisir. Enfin, chaque tome peut se lire de façon indépendante (même s’il vaut mieux commencer par le premier). Et si une suite est toujours possible, la série telle quelle se suffit à elle-même (même si le grand mystère qui sert de prétexte à ces aventures n’a pas encore trouvé d’explication). Une chouette découverte (et merci à Ro pour avoir attiré mon attention vers cette série). Peut-être que le 4/5 est un peu flatteur mais cette série vaut mieux qu'un simple "pas mal".

24/09/2018 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Note : 3.5/5 Chosp, c'est une histoire pleine de vie, d'action et d'humour, destinée à un public d'adolescents ou de jeunes adultes. Chosp, c'est le nom d'un garçon au physique de petit monstre, une sorte de version enfant d'un mix entre Abe Sapien et Hellboy. Manque de bol, c'est aussi le fils du gouverneur dans une ville à mi-chemin entre Las Vegas et Hollywood, où seule l'apparence et le look comptent aux yeux des habitants. Mais loin de se laisser abattre, il va d'abord se rebeller puis se mettre à chercher l'origine de sa différence, et peut-être ses vrais parents. Alessandro Barbucci est seul aux commandes du dessin, sans Barbara Canepa à la couleur. Son graphisme maîtrisé, dynamique et d'inspiration Disney flirte davantage encore vers le style manga dans ces planches qu'on pourrait facilement croire issues du Japon. D'autant plus que la pagination est élevée et que les pages passent en noir et blanc avec trames une fois le premier chapitre achevé, ce dernier étant le seul colorisé. Le ton de cette BD est résolument délirant. Il m'a parfois fait penser à du Zblucops, d'autres fois à du One Piece, avec également une foule de clins d'oeil aux films et dessins animés "geek" des années 70-80 qui amuseront les amateurs du genre. Le rythme est intense et la narration fluide. L'humour est parfois un peu pipi-caca mais également souvent bien drôle. L'intrigue n'est pas des plus profondes ni tellement novatrice mais on passe un bien agréable moment. Une bonne série de divertissement et d'humour pour jeunes et moins jeunes.

19/10/2010 (modifier)