Myrkvun

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

L’Arctique, des nazis, un géant qui grince des dents. Le mythe de la terre creuse, Raspoutine murmurant à l’oreille d’Hitler. La folie des hommes, une apocalypse gelée. Myrkvun est un cauchemar, une œuvre démente. Celle du Comte Gusoyn.


Groenland

1938, Groenland. Le commando SS « Mû » découvre un vieux temple qui permettrait d’entrer dans la mythique cité de Thulé. Au terme de plusieurs jours de descente, une drôle de surprise attend les adorateurs des Hommes bleus…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Myrkvun
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

07/06/2010 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Ca commençait pas trop mal cette histoire… Une légende antique, des nazis qui partent en terrain totalement inconnu, à la recherche d’une civilisation démoniaque… Non en fait ça déconne déjà à la page 10. L’auteur introduit des personnages, des objets, et les abandonne aussi sec. Et puis c’est quoi ce dialogue entre Hitler et Raspoutine, tous les deux morts, le second contant de façon fantasmagorique (et fantasmée ?) l’ascension et la chute du IIIème Reich du premier ? Ce mélange entre mythes, philosophie de bazar et constructions cyclopéennes a fini par titiller mon esprit et par me rappeler un auteur aux œuvres si reconnaissables… Mais oui c’est bien sûr ! Gabriel Delmas ! Mis à part les visages des nazis, qui n’en demandaient pas tant en termes de laideur, tout est typique de l’auteur d’Elagabal… Et puis… « Comte Gusoyn » est le personnage central de sa première série, Le Psychopompe ; Gusoyn étant un grand-duc des Enfers, une entité démoniaque capable de répondre sur le passé, le présent et l’avenir, une sorte de super-devin qui peut éclairer le monde… Si j’avais su j’aurais pas v’nu, tiens. A la moitié de l’album j’ai eu clairement l’impression de perdre mon temps. Mais espérant un massacre un peu comme dans les BDs de Bec, je me suis accroché, lisant les récitatifs comme dans un rêve, tentant de trouver une cruauté dans le regard de ces monstres antédiluviens, mais… rien. Le dessin n’est pas mauvais sur les deux tiers des planches, mais c’est réellement peu. Allez, faisons un rêve : Christophe Bec écrit une BD avec Delmas comme illustrateur, un truc bien mystérieux avec une civilisation plus vieille que le monde, avec des créatures qui ne ressemblent pas à un pénis ou une vulve, chacun s’en tient à son rôle, Delmas arrête le chichon et on aura peut-être une histoire potable…

07/06/2010 (modifier)