Elagabal

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

Elagabal et Colibrius doivent trouver la chenille chamane Rosalie pour guérir le roi de Champipolis atteint d’une étrange maladie.


Absurde

Elagabal et Colibrius doivent trouver la chenille chamane Rosalie pour guérir le roi de Champipolis atteint d’une étrange maladie. Mais c’est oublier que les frères Poupou sont aussi dépêchés par leur maître, le désagréable comte Tue-Mouche, pour ramener Rosalie, mais c’est oublier que les pirates de la route dépêchés par l’infâme docteur Rhimus sont aussi sur le coup... Ah mais alors, tout le monde en veut à cette chenille Rosalie aux étranges pouvoirs ? Elagabal et Colibrius usent de toute leurs ingéniosité pour accomplir leur étrange mission qui s’avère bien plus complexe qu’elle n’était prévue... Serait-ce parce que tout ne tourne absolument pas rond en Chapignance, le pays des champignons ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Elagabal
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

01/03/2010 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Ca devait arriver. A force d’hermétisme, de boursouflure de l’ego et d’indigence graphique, un album de Gabriel Delmas m’est tombé des mains. Passons sur le message où l’auteur donne une haute idée de lui-même qui constitue la couverture de l’album, pour nous concentrer sur l’histoire… Dans un univers peuplé de champignons, de chenilles et de personnages bleus, des ersatz d’agents secrets tentent d’accomplir d’obscures missions. Au bout de trois pages j’en avais déjà marre, c’était trop chiant pour mon petit cerveau reptilien. J’ai quand même essayé de m’accrocher, mais l’histoire m’est apparue trop insignifiante pour avoir un quelconque intérêt. J’ai fini par lâcher le machin aux trois quarts de l’album, après une énième joute verbale sans queue ni tête. Quant au dessin, eh bien cela ne ressemble pas à grand-chose. Il y a quelques représentations architecturales un peu baroques, mais n’est pas Lauffray qui veut, même si on travaille dans le même atelier… A oublier. Vite.

01/03/2010 (modifier)