Secrets : Samsara

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 18 avis)

Un trésor et un secret de famille, perdus dans les jungles de l'Inde britannique, au XIXe siècle.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Ere Victorienne Inde Le Colonialisme Secrets Secrets de famille...

Manchester, 1885. Dans une école des quartiers pauvres, Elizabeth Griffith fait rêver ses élèves sur une carte de l'Inde. Femme de coeur, elle cherche à faire partager son émerveillement pour le joyau de l'empire britannique aux élèves de la "New School". Malheureusement, dans sa famille, ce pays dont elle a tant rêvé fait l'objet d'une véritable loi du silence. Qui plus est, son féminisme, son militantisme en faveur de l'éducation des plus défavorisés la met à l'écart de la société... Aussi quand sa petite soeur se marie avec un riche héritier et qu'ils partent en voyage en Inde, elle saisit cette occasion pour partir à Khandapur les rejoindre. Elle ne sait pas encore que ce voyage va la pousser à marcher dans les pas de sa mère qu'elle n'a pourtant jamais connue. C'est ainsi qu'elle va devenir l'héroïne d'une incroyable aventure sur les traces de sa propre histoire familiale et du fabuleux trésor du Sultan de Golconde...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Août 2007
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Secrets : Samsara
Les notes (18)
Cliquez pour lire les avis

23/08/2007 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Ce « Samsara » est un diptyque d’aventures se déroulant dans l’Angleterre victorienne (très « Dickens » pour l’arrière-plan social et les adversaires qu’affronte Elisabeth pour son école, en particulier le personnage du propriétaire) – et son Empire des Indes (avec, pour cette région, une ambiance très « Kiplingesque »), qui se laisse lire agréablement. Même s’il y a quelques longueurs (certains flash-back lus par des protagonistes par exemple), et que certains passages frôlent parfois la mièvrerie (mais pas trop quand même !). Et même si l’on a l’impression qu’on nous sert deux fois le même plat, avec des aventures qui semblent se répéter, à trente ans d’écart, avec une nouvelle génération de protagonistes (mais c’est le sel de l’histoire, alors…). Le dessin de Michel Faure est souvent impressionnant ! Avec un travail à l’aquarelle des plus chatoyants. C’en est presque parfois trop léché, mais ne boudons pas notre plaisir, c’est de la bel ouvrage. Deux albums qui procurent une lecture divertissante, mais au final qui n’est hélas pas trop originale – et les « redites » accentuent ce côté « prévisible » et gâchent un peu la lecture. Il aurait sans doute aussi fallu conclure avec plus d’originalité pour redresser cette impression, et j’ai été quelque peu déçu par la fin un peu trop mélodramatique (pour la partie indienne), et trop facile (pour l’épilogue à Londres).

03/07/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette histoire démarre bien, et comme toujours chez Frank Giroud, tout est bien orchestré, précis et parfaitement échafaudé, à la différence qu'ici, le récit s'encombre de quelques complications, mais sinon l'histoire se lit avec intérêt. Le début est un peu long à démarrer, mais il faut planter le décor et les personnages ; dès la découverte du journal par Elizabeth, l'intrigue prend véritablement forme, le récit est lancé, on découvre la tragédie de la première expédition dans ces Indes mystérieuses et pleines de périls. Plus l'intrigue avance et plus le lecteur a envie de savoir ce qui s'est passé, et ce qui va se passer, Giroud tient son lecteur hypnotisé par une banale chasse au trésor, avec tous les ingrédients qu'une telle expédition implique, mais l'ambiance lourde qu'il installe, la sensation de fascination insidieuse qui règne dans cette jungle indienne du XIXème siècle sont carrément captivantes. On peut reprocher la répétition de la première expédition dans le tome 2, mais justement, elle est justifiée, c'est la ressemblance quasi identique des 2 expéditions qui détermine tout le sel de ce récit tragique. En tant qu'amateur de Bd de jungle et d'aventure mystérieuse en territoire hostile, je n'ai pu qu'apprécier cette bande qui alterne étrangement le ton très exotique et l'aspect social grâce au combat mené en Angleterre par Elizabeth pour maintenir sa " new school ". Le dessin de Faure est absolument sensationnel, c'est un dessinateur qui peut facilement changer de style graphique, et ici il livre un dessin d'aspect très pictural, en mode aquarelle de toute beauté qui embellit littéralement l'aventure, et tout à fait adéquat pour les scènes de jungle, de même que ses visages de femmes sont très beaux. J'aurais pu noter 4 étoiles, mais le petit couac de ce diptyque est son final un peu théâtral et son épilogue un peu gâché ; j'ai eu l'impression qu'après avoir accompli un effort dans cette lecture prenante pleine de péripéties, d'un seul coup tout s'écroulait, donc tout ça pour ça ? Une petite déception finale, mais une belle aventure.

23/01/2016 (modifier)

Chaque case de ce diptyque est un tableau à part entière. Celui-ci comporte 156 planches et chaque planche, probablement, en moyenne 8 cases...faîtes le calcul. Un petit musée à chaque page et un ravissement pour les yeux. De Michel Faure, je connais Les Fils de l'aigle, Les Pirates de l'Océan Indien, Le Baron Fou et Camargue rouge. L'impression que je conserve de ces lectures est celle d'un dessin toujours irréprochable ou presque ( Ma bohême album n°6 des Fils de l'aigle semble un peu bâclé ), souvent fameux, mais ici, dans Samsara, sa composition est magistrale et la couleur directe rend la beauté de certaines planches étourdissante. Côté scénario si l'ensemble se tient, le dépaysement lui est total. Giroud s’accommode de quelque approximations qui servent le déroulement de son récit ; nous sommes en 1885 et le voyage au long cours depuis l'Angleterre via l'Afrique jusqu'aux Indes et le trajet parcourant le courrier parvenant des Indes pour rejoindre cette même Angleterre se fait bien vite dans le premier tome. La trame, elle, régulièrement alambiquée, parfois tarabiscotée ne gâche néanmoins pas le plaisir. Faure, lui, appartient aux plus grands.

28/09/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

A ce jour c'est la meilleure histoire de cette collection Secrets que j'ai pu lire. J'ai particulièrement apprécié l'ambiance dans laquelle nous plonge ce récit et ce dès les premières pages. De l'Angleterre Victorienne, nous basculons aux Indes dans une histoire banale de chasse au trésor, mais curieusement en parallèle à ma lecture j'ai replongé dans des souvenirs d'anciennes lectures, notamment Kipling. L'Inde de ce temps était fascinante pour les européens, s'y côtoyait le mystère, le mysticisme, les images des maharadjas vivant sous les ors, les chasses aux tigres, les capitaines d'industries anglaises, les révoltes réprimées dans le sang. Les auteurs arrivent à rendre tout ce monde, par petites touches véritablement efficaces. Le dessin de Michel Faure a été pour beaucoup dans le plaisir que j'ai pris à cette lecture. Tout en couleurs directes, bien souvent j'ai pris du temps pour admirer certaines cases toutes en teintes pastels. Comportant des accents qui ne sont pas sans rappeler de vieux films hollywoodiens, j'étais pendant ma lecture en totale immersion dans l'histoire qui m'a fait voyager et rêver. De la très bonne BD.

09/03/2015 (modifier)
Par Superjé
Note: 2/5

Je suis bien déçu par la fin de ce diptyque, alors que j'avais beaucoup aimé le premier tome. Le premier élément frappant en ouvrant le premier album, c'est le dessin qui est magnifique (chose rare, le dessin à l'intérieur des pages est même plus joli que celui de la couverture). Même si je ne lis pas souvent des BDs de ce style graphique, mon œil ne peut rester insensible face à ces magnifiques planches. Le style est tout en couleurs directes, sans encrage avec des teintes vives et chatoyantes. Grâce à ce style pictural (utilisant la peinture) on a souvent l'impression de se retrouver devant des tableaux pointillistes. Mais bon, il faut reconnaitre que j'ai trouvé certaines planches du 2nd tome moins réussies, voire bâclées (brouillonnes, déformées, pas très lisibles ni très précises, au dessin un peu figé, plusieurs termes pour vous dire qu'autant de soin ne fut apporté à chaque page de cette série). Dans le scénario, je trouve le début très prenant. J'aime l'ambiance de cette Angleterre de la fin du XIXème (on se croirait dans une œuvre de Dickens) avec des conflits entre différentes classes sociales. Par contre, je ne suis pas fan du tout des trop longs flash-backs, je trouve le procédé un peu artificiel, il coupe le lecteur dans son élan et n'est pas toujours très efficace. Et ce passage qui ne m'a pas particulièrement plu, je l'ai lu deux fois, sachant que, pour accentuer le côté "malédiction familiale", les péripéties du tome 2 sont quasiment identiques à celles du tome 1. Du coup je me suis ennuyé. Cette première approche de la collection 'Secrets' de Faure fut une petite déception quand même.

02/04/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Deux tomes assez inégaux. J'ai dévoré le premier tome tellement je voulais savoir le secret de cette famille. La première partie est bien menée et en prime le dessin est absolument parfait. Cela ressemble à de la peinture et j'aime comment le dessinateur dessine ses personnages même si parfois ils semblent un peu trop figés. Malheureusement, mon intérêt est retombé après avoir appris le secret. La partie en Inde ressemble à une banale répétition de l'expédition du premier tome. L'histoire d'amour ne m'a pas captivé et la fin m'a semblé banale. Enfin, ça se laisse, mais le premier album m’avait donné espoir que je lisais une série 'franchement bien'.

14/10/2011 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Une chouette aventure, finalement assez classique, mais prenante et dépaysante au possible. Il y a certes une impression de « déjà vu » notée dans les autres avis (il s’agit après tout d’une bête chasse au trésor), mais je me suis laissé porter par les déboires de nos pauvres aventuriers, et j’ai beaucoup aimé ce parallèle entre les deux tomes racontant la même épopée, mais à deux époques différentes. Il faut aussi noter que le dessin est absolument superbe. Chaque case est une véritable peinture, et les paysages indiens sont superbement mis en image… un régal pour les yeux ! Juste un petit reproche : je déteste quand un scénariste français met des mots anglais dans ses dialogues, simplement pour faire plus « british ». Je trouve ça artificiel et surtout ridicule (« Oh my God, il est tombé dans le ravin », « Gosh, tu as raison, il doit être mort ! »). Voila, une BD traditionnelle et prenante, qui devrait ravir les fans d’aventure. Mais ne nous attendez pas à une réinvention du genre !

10/09/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Le dessin convient très bien au cadre de ce récit, tant il est luxuriant. Toutes les parties se déroulant dans les Indes sont visuellement très réussies, avec le temple tant convoité en point d’orgue. Le style de Michel Faure est également d’une bonne qualité au niveau des personnages. Ceux-ci se reconnaissent aisément, jusque dans les liens filiaux qui les unissent. Le scénario n’est pas mauvais du tout mais assez classique et sans surprise. C’est agréable à lire, historiquement intéressant (mais frustrant car peu développé) dans sa partie « anglaise », dépaysant et aventuresque dans sa partie exotique. Mais bon les thèmes de la malédiction familiale et de l’histoire qui repasse les plats, on me les a déjà si souvent servis que je ne peux m’emballer outre mesure devant cette trop classique histoire. Pas mal, et une garantie d’un bon moment de lecture, mais sans surprise.

21/04/2010 (modifier)
Par pewi
Note: 2/5

Le manque d'originalité du scénario est le plus gros point faible de ce diptyque. J'ai l'impression d'avoir déjà goûté à de (trop ?) nombreuses reprises cette soupe composée de névroses familiales et de malédictions. Le récit a tout de même réussi à ne pas m'ennuyer. Les passages en noir et blanc font regretter que le reste soit colorisé. Les couleurs sont parfois franchement désagréables.

11/02/2010 (modifier)
Par tolllo
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Bonne surprise que toute cette série « Secrets » et principalement ce gros diptyque. Comme à son habitude Giroud joue parfaitement avec ses personnages : on les aime, on apprend à les détester, on les subit, bref ils ne laissent pas indifférent et sont vraiment tous bien construits : un gros plaisir. Leur caractère, leur psychologie sont vraiment finement tracés, poussés au maximum, on peut voir la fragilité de certains êtres, comprendre la folie qui s’empare des autres, vraiment il y a bon nombre de personnages et ils sont assez époustouflants. Ensuite, toujours à son habitude, notre auteur développe un côté historique vraiment plaisant qui rend d'autant plus vraisemblable son histoire. Et pour finir comme il est d’usage pour notre scénariste… un bon scénario. Celui-ci est même excellent ! Il est rempli d’aventures, de vrais secrets de famille intéressants, avec des coïncidences troublantes, qui peuvent faire penser à une malédiction... Le tout est évidemment très bien construit, intelligent, réfléchi et nous donne également, si on le souhaite, à réfléchir. Plusieurs bonnes idées pour un diptyque, c'est une chose rare et satisfaisante ! L’histoire de base ! Une femme remplie de bonnes intentions va partir pour une sorte de course au trésor et une course vers les secrets de sa famille. Tout cela pour récupérer assez d’argent pour réouvrir son école des quartiers miséreux. Un postulat simple mais vraiment efficace grâce à la maestria de son compositeur. Le dessin n’est pas en reste : cette couleur directe est vraiment des plus belles, les personnages et la nature y sont vraiment bien représentés et m’ont bien aidé à rester dans cette histoire. Un scénario mené de main de maître de bout en bout. Des dessins très beaux dessins agrémentés de couleurs directes qui ne laissent pas indifférent. Les Indes, la course au trésor, les secrets, l’atmosphère est vraiment très bonne ! Des Personnages nombreux, crédibles, intéressants, flamboyants. (17/20)

17/08/2009 (modifier)