Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les interviews BD / Interview de Ptiluc

Profitant de son passage à Angoulême, je suis allé interviewer Ptiluc, auteur que j'avais envie de rencontrer depuis quelques séances de dédicaces mais que j'avais raté. Après une séance de dédicace, c'est à même le stand et avec son habituelle détachement que Ptiluc m'accorda une interview, toujours dans son style et dans sa façon d'être !

Voir toutes les séries de : Ptiluc


Photo de PtilucVas-y, vas-y. Du coup tu as commencé en 82, c’est ça ? Le premier bouquin est sorti en décembre 82, oui. Et comment ça se fait que tu sois tombé dans la BD ? Comme plein d’auteurs BD, en dessinant des BD quand j’étais petit et en n’arrêtant pas quand j’étais grand. Et comment tu en es venu à faire des rats ? Ben ils ne ressemblent pas vraiment à des rats. Si tu regardes vraiment, les rats c’est un peu trapu, ça a des toutes petites mains … Moi ils sont longs comme la panthère rose. Après je les ai un peu modelés avec le temps, ils sont devenus un peu plus potelés. Un peu plus « Ratatouille ». Mais avec mon dessin qui était super raide au début, c’est vraiment des fils de fer mes premiers rats. Accéder à la série BD Rat'sJ’avoue ne pas bien connaître, moi je t’ai surtout découvert avec La Geste de Gilles de Chin et du dragon de Mons. Ah oui, maintenant c’est un peu oublié ça. Le premier tome n’existe plus si mes souvenirs sont bons. Le deux existe toujours, mais alors dans une libraire tu ne trouveras jamais un bouquin oublié sorti il y a trente ans. Mais si tu le commandes, tu l’as. De toute façon maintenant les livres il faut les commander, on n’arrive même pas à avoir en magasin tout ce qui sort chaque mois. Alors dès que tu t’intéresses à ça … Avant il y avait les bacs avec les noms des auteurs, maintenant c’est fini, il y a trop de choses. Je me posais aussi la question : tu avais aussi commencé un blog, pour Jeux sans frontières, avant qu’il ne soit édité chez … Chez Paquet, mais c’est un petit peu comme si je l’avais foutu à la poubelle. Accéder à la série BD La Geste de Gilles de Chin et du dragon de MonsAh, pourquoi ? Ben si tu veux devenir clochard tu travailles chez Paquet. Il est gentil Paquet, mais il fait mal son boulot lui. Si tu prends un bouquin, tu dois le défendre, c’est ça le boulot de l’éditeur. Quand tu sors des bouquins en espérant que sur dix bouquins il y en ait un qui cartonne et en négligeant les neuf autres… C’est ce qui s’est fait pendant des siècles dans l’industrie du disque, ben tu fais pas ton boulot. Un boulot d’éditeur c’est de dénicher quelque chose auquel on croit, et lancer le truc. Parce que c’est pas … Il avait des bonnes idées pour lancer mes bouquins, Paquet, mais il s’est pas donné les moyens de le faire. C’est totalement passé à la trappe. Ils sont [les livres] sur le festival parce que j’ai demandé qu’ils y soient. Mais par contre il l’a fait, alors que Vent d’ouest a pas mes bouquins, alors que le stand est à côté. C’est des guéguerres de clocher, ça. D’accord. Et avant d’être auteur, tu as fait philosophie ? Ah non, j’ai rien fait. Enfin, j’ai rien fait … J’ai traîné deux ans en fac de médecine, et après j’ai eu un accident, j’ai arrêté mes études et mes parents m’ont laissé faire de la BD parce que je pouvais pas continuer mes études. Je rempilais déjà ma première année, alors ils m’ont dit, un peu désespérés : « T’as plus qu’à faire de la BD. ». Ils m’auraient jamais laissé faire de la BD, mes parents. Ils étaient de la vieille école ? Évidemment, j’ai 63 ans moi, c’est vraiment la vieille école. C’est l’époque où tu faisais droit ou médecine, les autres facs c’était mal vu. Fallait faire son droit ou sa médecine. Finalement ça va, tu as une belle carrière. Oui, je ne me plains pas de ma carrière. Il y a eu des creux, mais, heureusement, arriver chez Dupuis ça m’a un peu remis dans les rails. Accéder à la série BD Les Méchants de l'HistoireTu y es arrivé avec les albums Staline et Hitler, c’est ça ? (Les Méchants de l'Histoire) Oui, c’est le scénariste Bernard Swysen qui est venu me chercher pour que je participe à sa collection. C’est moi qui lui ai demandé de me laisser Hitler et Staline, parce que ce qu’il me proposait d’autre dans sa collection ne m’intéressait pas trop. Après je me suis un peu embrouillé avec lui, parce qu’il n’a pas voulu reconnaître officiellement ma part de boulot, mais j’ai quand même rajouté. Le scénario du Staline, à l’origine, il faisait soixante pages, j’en ai rajouté 42 quand même. Et quand je lui ai dit que j’aimerais bien que ce soit écrit que j’ai participé au scénario, il a pas été d’accord donc … Et maintenant comme Dupuis ils sont contents de ces deux bouquins là plus que des autres, maintenant je bosse tout seul pour eux. C’est très bien, c’est parfait. Swysen je le remercierai toujours de m’avoir amené chez Spirou. Je trouvais que collaborer avec lui c’était bien, parce que c’était efficace, il apportait son truc j’apportais mon truc, mais il aurait fallu qu’il reconnaisse ma part de boulot. Je trouve qu’il fournissait une trame solide à partir de laquelle je pouvais rebondir, c’est comme ça que je le voyais. Tout ce qui est un peu rigolo, c’est moi qui l’ai rajouté, et avec une case où il y avait une tartine de texte, j’ai fait parfois une page. Une BD faut que ça vive ! C’est du découpage, j’ai réécrit beaucoup de dialogues à ma façon, pour que ce soit plus vivant quoi ! Et en plus, comme avec le Hitler j’osais moins parce que c’était le premier, mais que mes apports ont apporté à l’ensemble, avec le Staline je me suis plus lâché sur les scènes où il picole, où il roule ses clopes, tout ça … Et ça rend le personnage plus humain, plus accessible. Ça me rappelle le réalisateur du film La chute qui voulait justement qu’on se rende compte qu’Hitler n’était qu’un homme. La chute, c’est le bouquin sur Hitler dans son bunker, c’est ça ? Oui, ben faut se rendre compte qu’Hitler c’est le produit d’une époque. Accéder à la série BD La Foire aux CochonsUn con parmi tant d’autres. Je sais pas s’il était con. Il était fou, les politiques sont rarement cons. J’avoue que dans le cas de Staline j’ai un doute. Staline, c’est plus complexe, oui. Ils sont devenus fous, ces gens-là. Les deux, le pouvoir ça rend fou. Regarde Macron, au bout de deux ans et demi il commence déjà à péter les plombs. T’imagines quand tu restes 20, 30 ans au pouvoir ? Parce qu’Hitler, on ne connaît que la fin, mais il a vingt ans de carrière quand même. Le début de sa carrière, c’est les années 20. J’ai l’impression de voir un parallèle entre ces deux albums et ta série Rat's. Ah non, pas les rats. Les cochons ! Moi, mon bouquin sur Hitler et Staline c’est la foire aux cochons. C’était chez Albin Michel ça, où les dictateurs se réincarnaient en cochon. C’était ma façon de voir, et je traitais déjà le sujet. Rat's, c’est que du gag. Accéder à la série BD Pacush BluesÇa parle quand même de politique et de pouvoir. Ouais, mais c’est plus simpliste. Rat's, pour moi, c’était une déclinaison ado de Pacush Blues, avec des personnages typés. C’était un projet de dessin animé, Rats, au début il y a trente ans, en 90. Avant c’était Pacush Blues, qui a commencé dans les années 80 dans des petits magazines qui ont aujourd’hui disparu. Le premier c’était d’un ton un peu plus potache, mais dès le deuxième ça devient plus sérieux. Le deux est presque dépressif, mais il a un côté psychanalytique qu’il n’y a pas dans tous, il y en a où c’est juste une histoire que j’essaye de rendre plus ou moins intéressante et complexe, avec un labyrinthe scénaristique. Il y en a où tu vides ton sac, ça sert à ça aussi d’écrire : il y a des bouquins où tu te livres plus, il y a des bouquins où tu essayes juste de faire un bon bouquin. Et parfois il y a le mélange des deux. Mais quel que soit le mode d’expression c’est toujours ça une carrière artistique. C’est toujours un peu de toi et un peu de l’image que tu veux donner de toi. Moi je le vois comme ça. Du coup tu as signé chez Dupuis pour d’autres albums ? Oui, là j’en ai commencé un autre mais tout seul. Et ça sera carrément différent de ce que tu as fait jusqu’à maintenant ? Je reviens au vrai animalier, ça aurait pu être un Rat's ou un Pacush Blues, par le format et la manière de dessiner, mais c’est quand même des animaux, que des animaux mais pas habillés de costumes ou qui pilotent des avions. En gros des animaux dans un monde animal. Je reviens quand même à mes fondamentaux. Couverture du tome 5 de Les mémoires d'un motardEt tu continues également les chroniques de voyages que tu faisais ? Oui, mais ça c’est sur Internet. Il y en a eu 2 édités en albums, au début, chez Glénat (Les mémoires d'un motard). Ils étaient coédités avec Moto Magazine. Après Albin Michel a lu ça, ça lui a plu donc il a réédité les deux premiers et il y en a eu trois autres, puis Glénat a racheté Albin Michel et ça c’est tombé à l’eau. Donc c’est mort de ce côté-là. Non, parce qu’il y en a certains qui m’en parlent parfois, mais bon je cherche pas. Les récits de voyage, pour moi, ça a de l’intérêt maintenant tant que je voyage. Et j’ai du matos satellite pour écrire un article par jour, où que je sois. Même là sur le cercle polaire où je suis arrivé, je peux envoyer un article. Pour que les gens qui me suivent, tous les jours ils aient la chronique du jour. Tu voyages toujours tous les ans ? Tous les ans, depuis 95. Extrait du tome 5 de Les mémoires d'un motardToujours avec la même moto ? Oui, je l’ai acheté en 92. C’est une vieille BM, c’est facile à réparer. C’est une conception simple et je la connais par cœur. Tu as parlé auparavant d’adaptations, il y en a de prévues ? J’en ai déjà eu des propositions, ça va, ça vient. Je garde ça pour la retraite. Parce que tu envisages la retraite ? Oui, le jour où j’en aurais marre de dessiner. Serres m’avait dit – au début, j’ai connu Serres - « Faut jamais que tu atteignes le point où tu dessines pour payer tes impôts. » Merci, eh bien l’interview sera en ligne dans les prochains mois. Oh moi, tu sais, je m’en fous un peu.
Interview réalisée le 31/01/2020, par gruizzli.