Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Zoé

Note: 2.95/5
(2.95/5 pour 22 avis)

Une jeune fille s'installe dans la maison de sa grand'mère décédée, dans un petit village. Elle pensait certainement être enfin tranquille...


Chabouté Petits villages perdus

Une jeune fille, récemment sortie de prison, décide de s'installer dans la maison de sa grand'mère, décédée, dans un petit village d'apparence tranquille. Elle fait la connaissance des gens du coin, des paysans surtout, bourrus, fermés. Et puis il y a Hugo, l'idiot du village, qui collectionne les crânes des animaux, mais pas que des animaux... Et puis il y a Amélie, la vieille folle, qui s'en prend à certaines personnes... et qui connait certaines choses... Et puis il y a des morts bizarres, des secrets qui refont surface, pas si tranquille que ça le village ! Evidemment, les secrets c'est fait pour être gardé, alors certaines mesures s'imposent...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1999
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Zoé
Les notes (22)
Cliquez pour lire les avis

L'avatar du posteur Noirdésir

C’est visiblement l’une des premières œuvres de Chabouté, mais on y trouve déjà son excellent coup de crayon, et une utilisation classique et très bonne du Noir et Blanc, même si son dessin va encore s’améliorer par la suite. Le Noir et Blanc, mais aussi le sujet (un lourd secret, un village perdu et quelques villageois à la limite de la folie, etc.), Chabouté marche ici clairement sur les traces de Comès. L’intrigue se laisse lire – relativement rapidement malgré l’importante pagination, puisque de nombreuses cases sont muettes et qu’il n’y a pas de longs dialogues. Cela se laisse lire donc, mais sans plus serais-je tenté d’écrire, il y manque un petit quelque chose, pour faire sortir cette histoire du banal. C’est noir, mais somme toute prévisible, et je vous conseille plutôt un emprunt qu’un achat, pas forcément indispensable.

13/04/2017 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

J'ai plutôt apprécié cette histoire de Chabouté, même s'il faut bien le reconnaitre le scénario n'est pas d'une originalité folle. En effet dès l'arrivée de Zoé dans ce village perdu on sent bien que tout cela va tourner au drame. Allez, osons le mot, c'est un peu too much, une bande de copains qui tuaient pour s'enrichir pendant la guerre grâce aux indications d'un ancien officier allemand, je veux bien, mais bon les voilà reprit par l'esprit du mal. Deux, trois trucs m'ont fait un peu bizarre, comme cette fête au village ou en fait tout le monde tire la tronche. Bon ça tient a peu près la route mais trop de moments bancals ont gâché mon plaisir de lecture. Un point positif, le dessin en noir et blanc avec de véritables trognes, belle ambiance!

08/03/2015 (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

Je suis d'accord avec la majorité des posteurs précédents qui pensent que cet album n'est pas le meilleur de Christophe Chabouté , mais par contre je ne le trouve pas si mauvais que cela. J'ai trouvé intéressante l'histoire de cette jeune fille sortant de prison qui vient s'installer dans la maison de sa grand-mère décédée récemment, située dans un village isolé, dans lequel les habitants sont un peu particuliers. J'ai apprécié les deux personnages principaux, surtout le jeune "idiot du village" (contrairement à de nombreux posteurs). Christophe Chabouté a réussi , grâce à son dessin réaliste, à rendre les habitants de ce village très inquiétants. Ils m'ont tous fait froid dans le dos. Par contre certains points m'ont dérangé. Par exemple, n'est-il pas bizarre que la jeune fille qui avait l'air proche de sa grand-mère ne soit jamais venue dans sa maison ? Je trouve curieux qu'elle ne soit jamais allée durant les vacances scolaires chez sa "mamie", c'est étrange n'est-ce pas? Ensuite ce qui m'a également dérangé c'est qu'il se passe des choses étranges dans ce village depuis des décennies mais personne ne s'en inquiète, surtout pas la gendarmerie. Enfin cela s'ajoute au côté malsain qui se dégage de ce village. J'adore le dessin de Christophe Chabouté. Même si cet album est une de ses premières œuvres, je trouve que celui-ci était déjà abouti et maîtrisé. Le noir et blanc s'accorde parfaitement avec ce genre de récit. Alors je suis d'accord pour dire que depuis cet album Chabouté a fait de gros progrès, mais je ne déconseille pas la lecture de celui-ci, par contre faites comme moi empruntez le à votre médiathèque car l'achat est dispensable.

16/05/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

1.5 Je pense que c'est l'album le plus mauvais de Chabouté que je lis jusqu'à présent. Le seul truc bien est le dessin en noir et blanc qui permet de créer une ambiance glauque au récit. Le reste est franchement pathétique. L'héroïne censée avoir passé 10 ans de prison ressemble plus à un garçon qui aurait seulement quelques mois en prison et elle n'a aucun charisme. Sa relation avec l'idiot du village est sans intérêt. En fait, ce sont les deux personnages les moins intéressants de l'histoire et malheureusement ce sont eux que l'on voit le plus souvent. L'intrigue est mal amenée. En gros, il se passe des trucs louches durant un moment et à la fin les méchants révèlent tout. Aucun intérêt.

12/07/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Zoé est l’album par lequel j’avais découvert Chabouté il y a maintenant … ? Pfoouuuu, tout ça, déjà ?!? A l’époque, je m’étais fait la réflexion que l’artiste devait aimer Comès (Silence, La Belette). Même art du noir et blanc, même sens du cadrage, même goût pour les petits villages perdus aux inquiétants habitants. Cet album s’avérait donc prometteur, et le parcours réalisé depuis par l’artiste n’a fait que confirmer ce bon pressentiment. Cependant, il n’est pas dénué de défauts, d’erreurs de jeunesse. La faute en revient principalement à son découpage. Si ses planches sont (déjà) superbes et permettent de créer un climat oppressant très réussi, Chabouté y sacrifie son intrigue, qui avance par à-coups grâce à des confidences bien trop spontanées. Le final en est un bel exemple. De plus, certaines incohérences gâchent encore plus mon appréciation d’ensemble, à commencer par ce médecin allemand qui aurait été au courant de tous les déplacements de ses compatriotes lors de la grande débandade de 1944. C’est absurde, exagéré et, de plus, inutile car il y avait moyen de s’en sortir sans doter le personnage de pareilles connaissances. Toutefois, pour la qualité du dessin en noir et blanc, pour la qualité de l’ambiance, lourde, oppressante, et pour une note finale plus sombre que ce qui m’est habituellement servi, je m’étais dit (et je me dis toujours) « pas mal, pas mal du tout ». Aujourd’hui, l’artiste a réalisé des albums supérieurs en qualité mais je ne trouve pas qu’il ait à rougir de cette Zoé. Malgré les erreurs évoquées, l’album se lit toujours facilement et présente déjà quelques très bons passages d’ambiance.

27/09/2010 (modifier)
Par tolllo
Note: 2/5

Non…pas franchement convaincu… Autant l’univers petite ville avec ses secrets est bien retranscrit, autant le scénario n’est pas des plus emballant… pas assez approfondi, trop survolé par rapport aux derniers « Chabouté » lus dernièrement. Ce n’est pas mauvais loin de la, l’ambiance est bonne, le rythme n’est pas franchement rapide mais correspond bien à cette petit ville un peu endormie, mais les « péripéties » ne m’ont pas intéressé, le suspens n’est pas très inquiétant, les révélations pas franchement révolutionnaires. Heureusement les personnages sont assez intéressants, exceptée, le comble, l’héroïne, qui parait un peu fade… Bref rien qui ne m’a passionné… (9/20)

22/08/2009 (modifier)
Par Tomeke
Note: 2/5

Premier contact avec Chabouté, et me voilà déçu… Heureusement que les autres séries m’ont séduites ! L’histoire est assez plate, et la fin proposée ne m’a pas semblé extraordinaire. A décharge, l’album a été réalisé en début de carrière (je pense ne pas me tromper). Au niveau dessin, il est vraiment beau, tellement expressif et, par moment, caricatural. On aime ou pas, me concernant, c’est un vrai plaisir pour les yeux. En outre, l’auteur s’améliore également au fil de ses ouvrages. Quant à conseiller l’achat, si cette histoire fait partie de l’intégrale (avec Sorcières, Pleine lune et La Bête), je conseille l’achat ; en tant qu’album individuel, je le déconseille.

16/05/2009 (modifier)
Par Gros Bide
Note: 2/5

Le Chabouté que j’aime le moins pour l’heure. Il ne se passe pas grand chose tout au long de l’album. Et comme l'idée de base n'est pas bien originale, on s’ennuie très vite. Les personnages sont archi-caricaturaux. En plus, ils évoluent dans un environnement stéréotypé. Du coup, je trouve que l’ambiance en pâtie énormément. On aurait pu avoir une atmosphère oppressante, tenant le lecteur en haleine grâce à un bon suspense et à quelques petites touches plus légères. Malheureusement, on a là que le côté pesant, tendant vite vers le lourdeau. Manque le pendent « dérision ». Le tout est donc relativement indigeste. Zoé fait partie du recueil regroupant également Sorcières, Pleine Lune et La Bête. 25 euros les 4 titres, c’est très correct, d’autant que le recueil vaut globalement le coup.

30/03/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Je suis confuse, j'avais adoré Tout seul et La Bête, et là rien, il ne s'est rien passé. J'ai fini cette bd uniquement parce qu'elle se lit vite, n'étant pas très bavarde. Chabouté dans son scénario traite les crimes de façon accélérée et s'attarde trop sur les personnages de Zoé et de l'idiot, pour lesquels je n'ai ressenti qu'une profonde indifférence, alors comment s'intéresser à leur histoire ? La pauvre Zoé qui n'a pas eu beaucoup de chance dans la vie et qui subit tous ses malheurs avec patience, est typiquement le genre de personnage larmoyant qui ne m'émeut pas ; ni celui de l'idiot non plus, qui louche sur la culotte de Zoé... mais qui est gentil-gentil... pfff... et pour lequel évidemment Zoé éprouve de la compassion…pfff encore… Ma déception a été d'autant plus grande que même la fin ne m'a pas surprise. Je n'ai pas retrouvé le charme d'un Tout seul ni l'humour de La Bête… où les campagnards sont irrésistiblement drôles, alors qu'ici ils sont juste bourrins et méchants. Ce qui ne réconcilie pas non plus : son prix élevé et les dix petites minutes de lecture.

09/01/2009 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

Parce que j’ai adoré Tout seul et Henri Désiré Landru de Chabouté, je me suis mis à découvrir quatre autres œuvres de cet auteur pour le début de 2009. Et ça tombe bien ! Parce que j’ai apprécié le premier d’entre eux : « Zoé ». Zoé est une jeune femme qui vient de sortir de prison, elle y a passé dix ans de sa vie… elle va vivre dans un petit village perdu au fin fond de la France, là où sa grand-mère qui est décédée depuis peu lui a légué sa maison. Malgré les réticences des habitants qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’une « étrangère », Zoé aspire à habiter dans ce bled qui semble respirer la tranquillité. Elle va faire connaissance d’un simple d’esprit, d’une vieille folle dans le cimetière et de choses qui semblent très louches… On ne peut pas dire que c’est une lecture sympa que nous propose Chabouté parce que son histoire est assez noire, parce que son dénouement est désespérément immoral ! Mais voilà, moi, j’aime beaucoup qu’un auteur sorte des sentiers battus d’un « happy end » à la hollywoodienne, qu’un scénariste arrive à m’impressionner et ne me laisse pas indifférent à la fin d’une lecture ! Bref, j’ai trouvé cette lecture très captivante et attachante par son atmosphère étrange. Mais revenons un peu sur le récit proprement dit : Chabouté nous présente une galerie impressionnante de personnages du « terroir », ces derniers peuvent paraître très stéréotypés car ils s’apparentent la plupart du temps à des brutes, à des types forts en gueule très attachés à leur terre… bref, ce sont des paysans très conservateurs, à la limite idiots, en tout cas, ces gus sont très loin de ressembler à José Bové et ceux dont je garde de très bonnes relations ! L’arrivée de Zoé, la seule « étrangère » et aussi la seule jeune de ce patelin, va faire ressortir des vieilles histoires pas si innocentes que ça ! Et tout ceci prend sa source à partir d’une « mise à mort » d’une sorcière et d’autres trucs ésotériques de ce genre… ça peut absurde tout ça mais dans ma région (la Picardie), il existe des endroits où on trouve des tissus accrochés à des branches d’arbres au bord des petites routes départementales : ce sont des femmes qui les attachent lorsqu’elles viennent d’avoir un enfant, ceci afin que ça leur porte bonheur… alors, toutes ces croyances que nous balancent Chabouté à travers son récit, je me dis « Pourquoi pas ! ». Ce qui fort avec cet auteur, c’est que la plupart des personnages qu’ils soient mauvais, inquiétants ou pas me sont apparus captivants, Chabouté est à ma connaissance un des rares scénaristes à nous intéresser à ce point à ses protagonistes. Pour moi, Chabouté est actuellement un des meilleurs metteurs en scène de la bande dessinée : il le doit au format de ses livres qui lui permet de faire respirer ses récits, d’ailleurs, il serait assez intéressant de le voir à « l’œuvre » sur des albums standardisés aux 48 pages… Chabouté est aussi –à mon avis et de nos jours- un des meilleurs dessinateurs en noir et blanc. J’aime beaucoup son travail pour les ombres qui lui permet de créer des ambiances : ceux-ci sont de plus en plus noirs lorsqu’une scène va vers une atmosphère tendue. Seule, la représentation de Zoé ne m’a pas parue très convaincante car elle parait avoir 25 ans alors qu’elle vient de passer dix ans en prison… Il est clair que « Zoé » ne vous laissera indifférent à la fin de la lecture, un peu comme « Henri Désiré Landru » du même auteur… moi, j’apprécie beaucoup qu’un récit me marque à ce point (surtout le dénouement) ! Et ce, malgré des clichés sur les habitants du monde rural dont cette histoire se situe. Le dessin et surtout la mise en scène de Chabouté sont –à mon avis- comme d’habitude excellents. Pour tous les bédéphiles qui n’ont pas peur d’être découvrir un dénouement pessimiste : cette bd est à lire impérativement !

04/01/2009 (modifier)