Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Pleine lune

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 27 avis)

Les tribulations d'un fonctionnaire une nuit de pleine lune


Chabouté

Edouard Tolweck est un fonctionnaire comme on les déteste : bête et méchant. Un soir son chef lui demande un service, déposer une lettre chez quelqu'un, tâche dont il s'acquitte avec mauvaise grâce, parce qu'il risque de rater le début du match de foot. Arrivé sur place, il est pris pour un flic et se fait courser par des gitans. Il leur échappe en montant dans un train en marche. Surpris par le controleur, sans billet ni argent, il est jeté du train à la gare suivante. Maudissant tour à tour les pauvres, les étrangers, les jeunes, et tous les autres, il tente de rentrer chez lui par cette belle nuit de pleine lune. Est-ce sa bêtise qui l'a plongé de la sorte dans une merde noire ? Ou sont-ce simplement les effets néfastes de la pleine lune ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Septembre 2000
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Pleine lune

Par Seube
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Seube

Premier Chabouté. Soyons spontané dans la critique, faisons jaillir notre nature profonde maintenant que Chabouté nous a filé un coup de main. Qui n'a pas envie de tabasser soi-même Edouard Tolweck? Qui ne jubile pas de le voir prendre cher à répétition? Voilà les questions posées par Chabouté à ses lecteurs (ou peut-être a-t-il simplement voulu se lâcher comme un sauvage!). Et je pense sincèrement qu'il en a piégé plus d'un ! Si un aviseur d'ici explique ne pas avoir ressenti de dégoût ni de plaisir quant à suivre les péripéties de cet idiot exécrable, je ne le croirais pas. Piqué au vif, impossible de rester neutre. Chabouté exorcise notre nature profonde, on oublie notre conscience, on oublie la justice, on se veut héros des victimes, sauf que nous crions à la vengeance, et pourvu qu'elle lui fasse mal. On ne ressort pas léger de cette lecture, et avec encore un peu de recul, on y repense en se disant que ce gars-là, l'auteur, bah il a réussi son coup. On culpabilise, on s'dit qu'on devrait pas... Mais quelque part, ça fait du bien ! Cette histoire c'est la bêtise humaine à son paroxysme, celle qui fout tout par terre. Et on n'hésite pas à sélectionner les clichés les plus courants et pousser le curseur à l'extrême pour donner ça : une vermine facho qui bosse à la Sécu, qui tire tout le monde vers le bas, s'embarque bien malgré lui dans l'une des nuits les plus interminables qui soient, face à des gens à l'esprit aussi dégueu que le sien, sinon autrement dégueu. Et si Chabouté laisse place à quelques espoirs sur certaines scènes et certains silences (et casse par cela-même les clichés...), ça n'est que pour confirmer que la violence n'amène à rien. Au contraire: par elle, le vice va plus loin et la connerie des individus s'entérine jusqu'à devenir in-cu-rable. Je meurs d'envie d'apporter plus de commentaires sur l'épilogue et ces quelques cases qui répondent à notre questionnement en offrant une cohérence d'équerre. Précisément, je retrouve tout ce que l'auteur a voulu dire à travers le dernier dessin. Bouleversé. Emballé comme ça, je me suis forcément dit que le dessin y était pour quelque chose. Voilà une parfaite adéquation avec l'ambiance du récit. Quand l'auteur est scénariste ET dessinateur, ça se sent. Glauque, sale, noir, violent. Si les phylactères sont relativement peu présents, on reste marqué par les propos de cet individu détestable. Et il ne faut pas croire que l'histoire se parcoure si rapidement : et paf le chien, dès le départ j'étais scotché par ces premières planches. Elles ont une puissance et une profondeur. Paradoxalement au scénario (qui joue un peu avec notre répugnance consciente), on peut être amené à contempler ces planches, d'un noir et blanc absolument époustouflant. Je m'arrêterai là. A travers un enchaînement de "simples" péripéties, Chabouté réussit un coup de maître en explorant de nombreux thèmes et en jouant avec nos émotions comme nul autre. Le noir et blanc de ce dessinateur est à classer parmi les meilleurs. En tout cas il m'a conquis ici. Et n'y voyez pas d'ondes négatives, lâchez vous et gardons en tête que personne n'est impassible, jamais. Devenez le Malin le temps d'une lecture. A posséder sans scrupule !

26/07/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Dans la première partie, Chabouté nous dresse un portrait au vitriol du personnage principal, petit fonctionnaire aux ambitions minables, célibataire asocial se morfondant dans une vie étriquée et monotone. Un pauvre type qui ne possède pas beaucoup de qualités, Chabouté chargeant vraiment la barque de ce beauf content de lui et de ses petits triomphes, aux dépends de ceux qui viennent quémander sa mansuétude au guichet de la Sécurité sociale où il travaille. Puis, à la suite d’une série de hasards malencontreux, ce pauvre type va vivre une nuit d’enfer, confronté à tous ses cauchemars de misogyne, raciste, beauf et anti jeunes qu’il est. Lui, chantre de l’ordre, du droit (du mâle blanc adulte s’entend), se voit traité comme ceux qu’il honnit et avec lesquels il se trouve assimilé, à son corps défendant (il y a clairement un peu de « Monsieur Klein » en lui, même s’il ne réagit pas de la même manière). Si un court passage (l’éléphant avec le cirque ambulant) fait un peu tomber la tension et apporte un peu de poésie et d’humour, l’album baigne dans une violence, une atmosphère glauque, le « héros » s’enfonçant à chaque fois qu’il croit pouvoir sortir de son cauchemar. Un peu du Céline du « Voyage au bout de la nuit », l’humour en moins. Une histoire intéressante. Mais il manque peut-être un peu de nuance pour que cette farce noire soit plus crédible, même si l’on peut prendre du plaisir à voir tomber une sorte de justice immanente sur ce pauvre type, vraiment haïssable. A ce titre, la chute est plutôt marrante. Reste le dessin de Chabouté, qui utilise comme souvent un Noir et Blanc très classique, mais très réussi : cette aventure nocturne est bien mise en images. Un défouloir à découvrir. Note réelle 3,5/5.

10/03/2017 (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

Ce diable de Chabouté nous livre un récit très particulier mais malgré tout agréable à lire . Je vais rapidement parler de son dessin car comme d'habitude il est superbe et le noir et blanc colle parfaitement au récit. Tous les personnages de cette BD sont tous aussi repoussants les uns que les autres ce qui est le but recherché par l'auteur je suppose. Maintenant venons en à l'histoire, elle est sympathique, voilà tout. J'ai apprécié ma lecture mais je ne suis pas sûr de vouloir un jour me replonger dans ce one shot. Le personnage principal est ignoble , raciste, misogyne et en plus il travaille à la sécurité sociale . Déjà que les fonctionnaires n'ont pas bonne réputation, j'espère que les lecteurs ne s'imagineront pas qu'ils sont presque tous comme ce pauvre type. Par contre le scénario m'a vaguement rappelé une des histoires du film La Quatrième Dimension (sorti sur les écrans dans les années 80), celle ou le raciste se retrouve dans la peau de plusieurs personnages issus de différentes minorités ou ethnies et qu'il se retrouve dans des situations pour le moins embarrassantes (il se retrouve dans la peau d'un juif sous l'Occupation pour ne citer que cette expérience). Le récit de Chabouté se rapproche vaguement de cette histoire même si le fantastique est beaucoup moins présent que dans le film . Par contre notre charmant héros se retrouve dans des situations aussi glauques les unes que les autres. Mais chut , je n'en dis pas plus pour ne pas gâcher la lecture de ceux qui se plongeront dans ce sympathique one shot. Je conseille donc la lecture de cet album de Christophe Chabouté même si ce n'est pas celui que je préfère.

18/06/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Yannou D. Yannou

Exactement du même avis que Don Lope et hipopom. Comment peut on faire un scénario aussi minable ? Une intrigue déjà vue des milliers de fois et surtout, l'ensemble de la BD est un ramassis de clichés que ça en est étonnant. Ca doit être fait exprès, j'imagine ou j'espère, mais dans quel but ? Mystère... Un dessin certes beau (on ne va pas non plus poser un cierge) mais qui ne se suffit pas. Les non-fan de Chabouté peuvent passer leurs chemins tranquillement.

11/01/2013 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Cette BD est particulière. Le protagoniste est détestable au possible (raciste, misogyne etc.), ce qui semble avoir dérangé certains lecteurs. C’était pourtant le but de l’auteur : dresser le portrait d’un personnage horrible, puis au travers d'une série de situations plus loufoques les unes que les autres, le mettre face à ses pires cauchemars et préjugés. Malgré des personnages et situations un peu clichés j’ai trouvé cette course en avant vraiment hilarante, à chaque fois qu’il se tirait du pétrin j’attendais l’obstacle suivant avec impatience. Lors de la lecture on se dit que l’auteur y va fort, et que notre antihéros n’a vraiment pas de bol, mais la fin vient nous expliquer cette avalanche de malchances… bien vu ! Un bon moment de lecture.

11/01/2013 (modifier)
Par js
Note: 1/5

Moi qui étais impatient de découvrir cette BD de Chabouté... Je suis tombé vraiment de haut ! J'ai entamé avec enthousiasme ma lecture mais dès les premières planches je me suis vite refroidi... Le héros, ou plutôt l'anti-héros, est détestable ! Alors oui, je suis d'accord, c'est le but de l'auteur et ce personnage est fait justement pour être détesté. Mais là, je ne sais pas, je n'ai pas réussi à trouver un quelconque intérêt à ce personnage... Je me suis désintéressé de lui de A à Z ... Il m'a gonflé, il n'est pas crédible, c*n comme ses pieds, ennuyant à mourir et a une bonne tête à claquasses. Puis l'enchainement de péripéties aurait pu fonctionner mais bis repetita, je n'ai pas accroché... J'ai trouvé les réactions du protagoniste débiles (encore le but de l'auteur je présume...). Les situations sont loufoques et d'habitude je ne suis pas récalcitrant aux histoires absurdes mais là vraiment c'était un peu trop... Seul le coup de l'éléphant m'a fait sourire et j'ai trouvé cela bien joué... Pour ce qui est de la fin de l'histoire, je m'en étais douté dès le début. Oui, c'est une bonne idée mais là encore je n'ai apprécié plus que cela. Le dessin est la note positive de ma lecture. Du noir et blanc maîtrisé, des décors retranscrits de façon très correcte, des personnages expressifs. Je n'ai pas du tout accroché à ce récit pourtant maîtrisé au niveau du dessin et du scénario... Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment car l'histoire aurait pu me plaire... Je suis peut-être passé à côté. Il y a parfois des lectures où il ne faut pas chercher, le scénario n'opère pas, c'est ainsi...

29/04/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Fanfan Villeperdue

Excellent... À mon avis un des meilleurs albums de Chabouté. Le dessin en noir et blanc, comme toujours, est superbe. L'histoire est bien pensée, l'anti-héros est détestable à souhait... Que demander de plus ? Alors oui, c'est peut-être un plaisir un peu sadique... Mais c'est un personnage de papier, alors il n'y a pas de mal à avoir à se faire de bien, n'est-ce pas ?

14/05/2011 (modifier)
Par tolllo
Note: 4/5

Le héros de notre histoire est un homme véritablement méprisable, nous assistons dans un premier temps, à une scène assez cruelle, mais néanmoins crédible, nous montrant en quelques instants le caractère de cet individu Par la suite, ça ne s’arrange vraiment pas pour lui… Mais que j'ai aimé détester notre héros ! Pour rebondir sur l’avis de Miranda, c’est vrai il est risqué de nous mettre un personnage odieux comme protagoniste principal, mais, que l’on est content par la suite de voir tout ce qui lui arrive, finalement il faut être un peu sadique pour apprécier ce récit. Pour se donner bonne conscience on peut se dire que tout arrive pour une bonne raison, que finalement il y a une justice… mais bon… C’est pour se donner bonne conscience, car finalement on est un peu sadique sur les bords quand même. L’histoire se poursuit. La construction de ce one shot est vraiment intelligente, tout y est vraiment bien pensé. On assiste à des scènes de plus en plus rocambolesques, maltraitant notre petit monsieur, certaines en sont presque burlesques parfois, mais finalement l’auteur arrive à nous les rendre crédibles. Le tout s’enchaîne indéfiniment, mettant bien à mal notre petit bonhomme, puis vient la fin aussi inattendue que jouissive. Jamais le mot justice et sadisme n’ont été aussi proches que dans cette série. (15/20)

13/04/2010 (modifier)
Par Tomeke
Note: 4/5

Certainement un des meilleurs albums de l’auteur. L’histoire est pourtant assez simple : un pauvre type (rien à voir avec un héros, que du contraire) se trouve embarqué malgré lui dans une cascade d’emmerdes, dont il ne risque pas de ressortir indemne. Par ce côté, cela m’a un peu fait penser à L'Autoroute du soleil. Sans en faire de trop, l’auteur distille habilement tous les ingrédients du genre. Quant au dessin, comme déjà dit dans d’autres avis sur les ouvrages de l’auteur, on aime ou pas. Personnellement, j’adore le côté caricatural et dynamique du trait. Le noir et blanc est parfait dans son encrage ; rien à redire. En conclusion, je conseille chaleureusement cet album, qui a su me séduire et me tenir en haleine du début à la fin.

16/05/2009 (modifier)
L'avatar du posteur carottebio

J'ai bien aimé ce road movie d'un pauvre type antipathique qui enchaîne les déboires. L'idée de base du scénario, malgré son originalité, reste très simple. La mise en situation est parfaite et le rythme du récit ne laisse pas de temps mort. On se demande toujours ce que notre crétin de héros va expérimenter à l'étape suivante. Et bien sûr, le dessin et le découpage de Chabouté assurent toujours autant.

08/04/2009 (modifier)