Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Brigade Chimérique

Note: 3.32/5
(3.32/5 pour 19 avis)

Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X. Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal. Les feuilletonistes ont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.


Les super-héros 'à la française' Les Uchronies

Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X. Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal. Les feuilletonistes ont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Août 2009
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série La Brigade Chimérique
Les notes (19)
Cliquez pour lire les avis

25/08/2009 | Spooky
Modifier


Par Jérem
Note: 4/5

J’ai trouvé le concept de cette série extrêmement intéressant. Je ne lis que très peu de comics et encore moins de BD de super-héros mais la lecture de La Brigade Chimérique m’a enchanté. L’univers de la saga est incroyablement riche en références littéraires et historiques ; on sent que les auteurs se sont beaucoup documentés pour nourrir cette saga. On découvre nombre de feuilletons, romans et personnages réels ou fictionnels des années 30 ; un peu à la manière d’un Allan Moore avec la Ligue des Gentlemen Extraordinaires. Certes, la profusion d’allusions, de clins d’œil et de références peuvent parfois un peu déroutée ou interpellée le lecteur mais cela ne nuit pas à la compréhension du scénario mené d’une main de maitre par Lehman et Colin. L’idée d’une guerre entre les super-héros européens transposée dans le contexte historique de la fin des années trente est à la fois audacieux, atypique et passionnant. Cette relecture métaphorique de la montée des fascismes et de la faillite des démocraties propose un angle de vue des plus intéressants. D’autant que les auteurs ont privilégié le développement de l’histoire aux scènes d’action entre héros. Cependant, dans la pléthore de personnages présents, beaucoup font de la figuration et c’est bien dommage. La série aurait peut être gagnée à être un peu plus longue pour développer davantage ses (trop ?) nombreux éléments. Le dessin de Gess, que je trouve très proche du trait de Mignola, est agréable et donne un visuel proche du comics. L’ensemble, très lisible, est de belle facture et colle bien à l’atmosphère de la série. J’ai lu La Brigade Chimérique d’une traite et avec énormément de plaisir. Riche, dense et intelligent, ce récit est une très belle surprise.

29/08/2016 (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Voici une des séries les plus audacieuses et déstabilisantes dans l'horizon franco-belge. Il s'agit du pari un peu fou de Serge Lehman de remettre à égalité les récits de super héros européens et qui plus est français côte à côte des oeuvres que les Etats Unis font régulièrement depuis plus de 70 ans. Bien sur Alan Moore et ses Watchmen sont passés par là, cette fameuse Brigade en gardant la noirceur et le côté adulte désespéré mais en fait un récit singulièrement différent en l'ancrant au coeur des préoccupations de notre histoire la veille de la seconde Guerre Mondiale. Il y a un côté également Ligue des Gentlemen Extraordinaires avec cette énumération sans faille de références littéraires et culturelles typiquement gauloises. Qui connaissait le Nyctalope ou le tigre Félifax ? En cela ce récit massif est une incroyable compilation de références pédantes qui flirtent dangereusement avec l'abandon du lecteur en cours. C'est effectivement le principal reproche au culot du scénariste : larguer toutes les amarres connues ou presque (on y reconnait bien Superman ou Francis Blake ainsi que The Shadow ouf) mais la construction en 12 chapitres parsemées d'autant de petites histoires internes est assez déstabilisant. Jean Severac le héros renferme en lui une puissance insoupçonnée, la Brigade Chimérique, une équipe constituée de 4 héros légendaires afin de préserver le mince équilibre géopolitique menacé par le professeur Mabuse et un fascisme croissant... D'alliances rompues en sombres machinations, c'est toute l'Europe qui est effectivement en péril dans un monde en constante mutation depuis les radiations de la Grande Guerre qui ont développé un nombre incroyable de créatures diverses et toutes sous l'influence d'un pays ou d'une puissance. Difficile de ne pas être perdu dans cet immense gloubi-boulga généreux mais confus. Les chapitres passent d'un personnage à un autre sans que le lecteur ne possède toutes les clés indispensables à une compréhension globale. Lire la Brigade Chimérique, c'est s'accrocher, continuer et passer également à la lumière les (trop) nombreuses références littéraires inondées par l'auteur. Après il faut aimer le style graphique de Gess. Volontairement rétro et vintage, on a pas mal comparé_à tort ou à raison_son trait de crayon à celui de Mignola. Certaines planches semblent baclées, d'autres incroyablement réussies mais je ne suis pas convaincu qu'il s'agisse du meilleur atout séduction. Les formules utilisées, les dialogues semblent être sur un pied d'égalité pour perdre un peu davantage le lecteur. Lire la Brigade Chimérique a un prix : continuer coute que coute et si possible tout lire en un espace temps réduit afin que l'ensemble garde de sa cohérence narrative. Car contre toute attente, la Brigade Chimérique séduit, réussit à faire tenir son monde incroyablement trop riche sur la simple ligne de l'imaginaire. Et lorsque l'imaginaire rejoint la réalité pour une conclusion des plus abruptes et inattendues qu'il soit, alors le pari est réussi. Les nombreux spin offs (homme truqué, oeil de la nuit, masqué) sont là pour compléter cette expérience harassante mais instructive, l'hypermonde imaginé par Lehman est tout à fait crédible et offre des portes nouvelles excitantes pour de nouvelles intrigues passionnantes mais qu'il fut clairement difficile de continuer à trouver de l'intérêt au milieu de formules narratives exigeantes.

17/02/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 1/5
L'avatar du posteur sloane

Il faudrait faire une dissertation ou une thèse pour comprendre que l'idée de super héros européens ne fonctionne pas. Ici c'est le cas , autant le premier tome pouvait laisser penser qu'il y aurait matière à, mais non. Gros point qui ma dérange, c'est que ces super héros sont très très vieillots. Tôles en ferraille, hypnose, passe muraille, alors bon d'accord ça tombe bien nous sommes en 1900 et un peu plus, mais quand même. Comment peut on vouloir rivaliser avec les comics américains. Bien sur ce n'est pas le but mais quand même! Je passe au tome 2, nous voila embarqués dans le mouvement surréaliste avec des personnages connus mais très mal caricaturés qui s'agitent dans leur microcosme d'intelligentia parisienne qui n'apporte pas grand chose au récit. A trop vouloir faire dans le style feuilletonesque d'antant les auteurs nous perdent, tout est trop manichéen. Vraiment pas accroché, j'en remets une petite couche pour le dessin; ah les visages! un coup pas mauvais puis l'instant d'après n'ayant plus rien a voir avec ce qui avait été vu avant. Vraiment, sans blague, regardez. Vous me direz que ce qui compte c'est l'histoire, mais bon vous avez compris mon sentiment. Il parait qu'à la fin du tome 6 nous comprenons pourquoi les super héros européens ont disparus. Au tome 3, moi je sais pourquoi.

20/09/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu l'intégrale et j'ai arrêté après une centaine de pages tellement je m'ennuyais. Ce n'est pas une série dénuée d'intérêt car j'ai trouvé l'univers créé par les auteurs un peu intéressant, mais il y a deux choses qui ont fait que je n'ai eu aucun plaisir à lire cette histoire. La première est que je ne comprenais pas trop les enjeux du récit. Le prologue est complétement incompréhensible pour moi et lorsque j'ai vu le début du premier chapitre j'espérais enfin comprendre, mais malheureusement j'étais toujours aussi perdu et cela me frustrait. La deuxième raison est que le rythme est lent. Il y a des scènes d'actions, mais la plupart du temps j'ai eu l'impression que de lire une suite de discussions dont je ne comprenais que la moitié. Quant au dessin, je ne l'ai ni aimé ni détesté. Il est dans la moyenne sans plus.

26/11/2013 (modifier)
Par fab11
Note: 4/5

Je ne pense pas avoir déjà dit sur BDthèque que je n'étais pas un inconditionnel des comics et surtout des super-héros. Alors n'est-il pas étrange que je donne mon avis sur cette série qui traite de ce type de "héros"pour une fois européens? On peut estimer que oui, mais j'avoue avoir été conseillé par mon libraire attitré . Mais mon achat est aussi en partie dû au fait que l'intégrale de cette série était à un prix abordable et qu'elle comprenait un grand nombre de bonus. C'est pas tout ça mais venons-en aux faits. Cette bande dessinée n'est pas une uchronie, contrairement à ce que l'on pourrait croire, car l'histoire parallèle rejoint notre réalité historique en 1939. L'histoire de celle-ci est assez simple, elle raconte pourquoi et comment tous les super-héros européens ont disparu avec la Seconde Guerre mondiale. Les super-héros dont il est question ici sont nés sur les champs de bataille de 1914-1918 et sont devenus des icônes grâce aux auteurs de romans populaires qui écrivent leurs exploits. Leurs pouvoirs fascinent également les scientifiques qui les étudient. Ce qui m'a particulièrement plu dans cette série c'est qu'elle fait intervenir des personnages historiques (comme Marie Curie, Irène Joliot-Curie et un dont je ne citerai pas le nom mais qui est tristement célèbre en particulier à la fin des années 1930) et surtout des personnages littéraires tels que le docteur Mabuse (créé par Norbert Jacques et popularisé par les films de Fritz Lang), Gregor Samsa alias le Cafard, héros de la Métamorphose de Franz Kafka, Garou-Garou alias le "passe-muraille" ou encore Harry Dickson et j'en passe. Je sais que La Ligue des Gentlemen extraordinaires d'Alan Moore avait utilisé le même principe quelques années plus tôt mais je n'ai jamais lu cette série, je ne suis donc pas bien placé pour faire la comparaison de ces oeuvres. Ce que je trouve également remarquable dans cette étonnante série c'est que les auteurs font revivre un contexte géo-politique fidèle à la situation de l'Europe d'avant guerre. C'est un aspect attirant pour un passionné d'Histoire contemporaine tel que moi. Par contre le défaut majeur de cette série est le dessin, avec lequel je n'accroche pas énormément mais qui réussit quand même à s'adapter au récit. Comme vous l'avez compris j'ai donc apprécié ma lecture et d'ailleurs je compte m'attaquer rapidement à la série "Masqué " qui n'est rien d'autre que le prolongement de la Brigade Chimérique. Comme je l'ai dit plus haut c'est peut-être le fait de ne pas être un spécialiste des super-héros qui m'a permis d'apprécier autant cette série car j'ai très peu de points de comparaison. Alors si vous êtes dans mon cas (ou même si vous adorez ce thème) lancez-vous dans les aventures de cette Brigade Chimérique.

07/02/2013 (modifier)

Une série déroutante de prime abord, que j'ai suivie en m'accrochant et que j'ai appris à aimer voire même à adorer. J’écris alors que le 6ieme tome est écrit et que l'histoire est terminée. J'ai adoré l'uchronie décalée, le mélange entre un monde très banal des années 30 et des super héros déroutants ainsi qu'une super science omniprésente. cependant c'est une oeuvre dense qu'il faut lire plusieurs fois pour arriver à l’apprécier. Paradoxalement même la fin m'a déçu de prime, puis à la relecture, en laissant maturer l'affaire, en lisant l’encyclopédie (qui vient de sortir (01/11/2010) et qui décrit le contexte ainsi qu'un jeu de rôle autour de l'univers) j'ai fini par prendre la pleine mesure de l'ouvrage et de sa conclusion. Bref c'est une série qui est passée "in peto" de "2/5 - bof bof" à "4/5 franchement bien".

21/11/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Je n'ai malheureusement pas trop aimé ce récit de super-héros qui évolue dans l'entre-deux-guerre dans une espèce de monde uchronique. Il y a des idées et de l'originalité mais la combinaison ne passe pas très bien. Il manque quelque chose d'essentiel pour que le lien puisse se faire et la magie de la lecture opérer. Par ailleurs, le dessin qui m'a paru beaucoup trop imprécis dans un graphisme qui ne confère pas à l'harmonie. Je n'apprécie non plus les petites cases. Il est vrai que le scénario évolue trop lentement pour réellement attirer l'attention du lecteur. Faut-il laisser nécessairement autant de temps aux auteurs pour mettre un récit en place ? J'en doute un peu. Il y a trop d'attente pour pas grand chose. J'admets qu'objectivement, cette série sera potable pour un ensemble de lecteurs. Subjectivement, cela ne le fait pas. Désolé !

01/07/2010 (modifier)

Pour comprendre tout a fait de quoi il s'agissait j'ai pris les mots de l'auteur : "Aux sources de La Brigade Chimérique, il y a une frustration et un étonnement. La frustration est sans mystère : non seulement il n’y a pas de super-héros en France, et plus largement en Europe continentale, mais il semble impossible d’en créer un qui ne soit pas un hommage, une parodie ou un décalque affaibli des grandes figures des comics US. Quelque chose « manque » dans notre imaginaire, sans qu’on puisse dire quoi exactement " Il s'agit donc au départ de combler un vide ?! pourquoi n’y a-t-il plus de super-héros en Europe ? En partant d'un existant, en reprenant comme point de départ un roman méconnu et non fini, l'auteur a décidé de répondre à la question ... en en rédigeant une suite ! Et dès la première page une citation de Nietzsche pose la question du sur-homme, comprenez du super-héros Le projet de cette BD est donc ... extraordinairement ambitieux ! On réalise tout de suite que cette Uchronie est le penchant européen d'un Watchmen, ou de la Ligue. Effectivement au long des tomes on va croiser énormément de mythes, de personnages imaginaires ou réels et l'on ressent rapidement cette volonté de rassembler au sein d'un seul ouvrage l'ensemble des mythes européens. Là où ca coince de mon point de vue c'est que cette unification n'est pas réellement convaincante. Beaucoup de références, d'allusions et d'hommages, mais pas réellement de cohérence, et assez peu de lisibilité tant dans le scénario que dans le dessin. Le plus gênant c'est que lorsqu’on amène une référence elle se justifie rarement et ne donne pas l'éclairage qu'on attend, n'apporte pas sa pierre à l'édifice. Du point de vue de la narration donc, on est a des années lumières de la virtuosité d'un Watchmen qui parallélise les narrations, et met en abyme le réel, l'imaginaire, le culturel, le livre lui-même etc. Ce n'est donc pas "génial", c'est... confus, et on a beaucoup de mal à comprendre les enjeux. Pour le coup on ne s'attache absolument pas aux héros. Et ceux-ci ne crèvent pas l'écran. Pour le dessin, certaines mises en page sont contestables, et ressemblent parfois à un mauvais redécoupage/redimensionnement. Les traits numériques piquent parfois les yeux. (Ce n'est pas du Mignolia quoi ...) Il y parfois des cases qui se promènent, et c'est assez étonnant. Plus étrange, sur le fond, c'est à la fois scientifique (on suit de près la fille de Marie Curie), on assimile rapidement la naissance de certain super héros à cette découverte majeure de la radioactivité. Et en parallèle, on se met à penser que ces héros seraient au fond le fruit d'un imaginaire collectif matérialisé. On nous parle donc de Freud, Jung et j'en passe. On traite donc rapidement la physique de la matière puis la psychanalyse. C'est donc assez casse gueule. Finalement il y a énormément de choses, mais après avoir fermé le troisième tome, je ne parviens pas à trouver cette cohérence extraordinaire qui était l'enjeu du projet. Vivement la suite tout de même car on a envie de dire : " Ca passait ... c'était beau !!! "

26/02/2010 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Je dois avouer que je n'ai pas forcément toutes les références que d'autres illustres confrères ont pu relever, j'ai quand même reconnu Superman. J'ai eu assez de mal à engager la lecture, j'ai même relu depuis le début ce que j'avais commencé la veille au soir pour le premier tome, et plusieurs fois les noms des différents protagonistes mentionnés sur le deuxième plat de l'album. J'ai trouvé l'histoire assez confuse au début. On se perd dans tous les personnages, et qui c'est le docteur machin et pourquoi ils sont réunis là et qui c'est les gentils et les méchants. On se dilue un peu, on ne s'approprie pas vraiment un personnage plus qu'un autre. Et puis il y a quelques bonnes idées comme d'introduire Mme Curie junior. La dite brigade chimérique fait finalement son apparition assez tard dans l'histoire. Mais finalement l'action a du mal à rester imprégnée dans mon esprit et ma mémoire. Les dessins sont franchement moyens de mon point de vue et surtout les couleurs sont assez laides je dois bien le dire. Rien à dire sur le travail d'édition, ces petits livres sont très soignés. Bref après avoir lu les trois premiers tomes, disons que le rythme et l'envie vont crescendo, je jetterai éventuellement un œil sur la suite si elle me tombe sous la main et histoire de voir comment les auteurs vont boucler leur histoire.

01/02/2010 (modifier)
Par Sonnic
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Ah ! Gros coup de coeur! Moi qui adore les Comics américains (essentiellement DC), et qui suis très frustrée de ne pas en voir en Europe, je suis comblée. Je recommande pour bien apprécier la lecture des 3 premiers Tomes, de faire un tour sur le site consacrée à la Brigade Chimérique (http://brigadechimerique.com/), qui complète parfaitement la BD : on y découvre les divers personnages croisés, leur origine (feuilleton, cinéma d'avant-guerre), et on voit que les auteurs ont fait un énorme travail de recherche. Ca permet d'apprécier encore le scénario, si des zones d'ombres persistent. J'aime aussi beaucoup le style de Gess, assez proche de Mignola je trouve (et comme j'aime Mignola...). Une uchronie magnifique, dont j'attends la suite avec impatience. Stellou

29/12/2009 (modifier)