Alceister Crowley

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Cossu transforme Aleister Crowley, un célèbre sorcier anglais qui connut son heure de gloire au début du XXème siècle, en... Alceister Crowley, antiquaire. Mais, ses aventures demeurent étranges, voire magiques.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Journal Spirou Les mediums

Alceister Crowley est antiquaire, et toujours à l’affut de la pièce rare. Ce qui le mènera à vivre d’incroyables aventures. Au menu : un médium et sa fille, un autre monde, des soldats de plomb, une maison de poupées ou encore des gorilles bien étranges.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 1985
Statut histoire Histoires courtes (Histoires courtes + une histoire en un tome) 2 tomes parus
Couverture de la série Alceister Crowley
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

15/04/2009 | Mac Arthur
Modifier


Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Alceister Crowley est l’une de mes premières incursions dans un monde fantastique aux créatures délirantes inspirées par Lovecraft, chose que je n’appris que de nombreuses années après. D’où un certain regard original sur un monde où le quotidien se dispute le surnaturel dans une ambiance « début de siècle » plutôt délicieuse et feutrée grâce au talent d’illustration de Cossu et de ses couleurs mauves suaves. Je ne connais que les histoires du premier tome présenté ici et visiblement il y a peu d’intérêt à en lire le second. Dommage peut être que ces histoires n’aient pas eu plus d’écho car il n’y a pas le coté malsain ou gore de récits comme Dylan Dog dont cet Alceister est un peu le lointain ancêtre. Antonio Cossu est un auteur qui mérite véritablement d’être redécouvert et la relecture de ses petites histoires en quelques pages mérite largemment qu’on s’y attarde pour peu qu’on soit amateur du genre, l’auteur n’avait pas son pareil pour créer de véritables mondes oniriques cohérents et parfaitement illustrés dont cet Alceister Crowley se veut d’en être la première pierre fondatrice. Un classique injustement passé aux oubliettes.

21/05/2012 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je retrouve dans cette série des histoires courtes comme aimaient à en produire Cossu, Andreas et leur petite bande dans les années 80. Des récits très inspirés des nouvelles de Poe et autres Lovecraft, mélangeant ambiance post-victorienne, fantastique et magie. Le héros, Alceister Crowley, est antiquaire spécialisé dans les objets étranges, l'emploi idéal pour l'amener à découvrir de nouveaux mystères qui resteront inexpliqués. Ses aventures sont variées, l'emmenant à côtoyer des prestidigitateurs, des créatures venus d'autres temps et dimensions ou encore des plantes divinisées. Le premier tome est composé de quatre histoires courtes. Cossu est au scénario de chacune d'entre elles à l'exception de la dernière où Savary commence déjà à l'assister. Ce dernier sera scénariste du second tome composé cette fois d'une unique histoire dont l'ambiance et le charme sont très différentes de celles du premier album. Le dessin de Cossu me plait mais sa mise en page apparait parfois assez encombrée. Cet aspect embrouillé se rapproche de la narration des histoires d'Alceister Crowley qui est très dense, souvent trop rapide. Elle permet difficilement à l'ambiance de s'instaurer même si elle a l'avantage de proposer des intrigues complexes en peu de pages. Les scénarios sont originaux et diversifiés quoiqu'ils ont tous un petit air de déjà-vu pour qui a lu du Poe, Lovecraft ou divers récits fantastiques dans une ambiance fin 19e et début 20e siècle. L'abus de facilités scénaristiques ou de raccourcis rabaisse en outre sensiblement leur intérêt objectif. Ces albums sont loin d'être indispensables mais j'ai relativement bien apprécié ma lecture du premier tome dont le charme un peu suranné a su séduire mon âme de vieux fan d'Andreas, Foerster et consorts. Par contre, vous ne perdez pas grand chose à ne pas lire le second tome.

17/01/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Le premier recueil regroupe plusieurs courtes histoires au climat étrange et, par moment, réellement envoutant. Le second reste dans le domaine du fantastique, mais ne propose plus qu’une histoire complète et finalement assez conventionnelle dans ce style. Sur celui-ci, Cossu est assisté d’un scénariste (Louis Savary), ceci explique t-il cela ? Les modifications physiques d’Alceister Crowley entre ces deux tomes sont également assez significatives (sa coupe de cheveu, principalement). C’est regrettable car le personnage perd par la même occasion une part de son charme démodé. Le trait de Cossu, inabouti mais doté d’une réelle personnalité dans le premier tome, perd en originalité ce qu’il gagne en maîtrise dans le second. Une série inégale donc, dont je recommande l’emprunt du premier volume, qui plaira aux amateurs de courtes histoires étranges … et l’oubli du second, trop anodin pour convaincre.

15/04/2009 (modifier)