Une bande dessinée dont tu es le héros

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Enquête au Louvre, un champion d'échec enlevé au cirque ou le petit Lulu qui a disparu à la fête foraine : des bandes dessinées dont vous êtes le héros ou l'héroïne.


Albums jeunesse : 6 à 10 ans BD dont vous êtes le héros Format à l’italienne Le Musée du Louvre Ligne Claire

Enquête au Louvre, un champion d'échec enlevé au cirque ou le petit Lulu qui a disparu à la fête foraine : des bandes dessinées dont vous êtes le héros ou l'héroïne. Le héros de ces bandes dessinées, c'est le lecteur. A lui de résoudre le mystère des vols commis au Louvre, de sauver son père enlevé ou de retrouver ce garnement de Lulu... Pour cela, il aura le choix de ses actions et des objets qu'il veut emporter avec lui.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1986
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Une bande dessinée dont tu es le héros
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

17/02/2009 | Ro
Modifier


Par Chéreau
Note: 2/5

Un livre concept amusant, qui surfait sur la mode des livres dont vous êtes le héros. L'auteur est un des piliers des éditions Bayard Presse, père de Marion Duval : Yvan Pommaux. Le dessin en ligne claire est agréable et adapté au public cible, l'ambiance mystérieuse de ce musée du Louvre plein de passages secrets, où évoluent des personnages étranges plaira sans doute aussi aux jeunes lecteurs, sans les effrayer. Mais le livre souffre des limites inhérentes au genre "dont vous êtes le héros" : l'histoire tourne parfois un peu en rond ou se termine trop vite, voire en queue de poisson. Ajoutons à cela que le livre n'étant pas très épais, les scénarios possibles ne sont ni innombrables ni très développés. Bref, un album adapté au cœur de public du journal Astrapi : les 7-10 ans. Mais pas au delà. Un bon point pour finir : pas de héros ou d'héroïne. Le personnage principal, androgyne, n'a pas de prénom et sera du sexe que choisira le lecteur... ou la lectrice.

26/02/2014 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note : 2.5/5 Dans les années 80 et le début des années 90, les livres dont vous êtes le héros étaient très à la mode. Certaines BD sont également parues sur le même principe. Dans le cadre d'une création du magazine Astrapi, Yvan Pommaux (Angelot du lac) et Claude Delafosse ont successivement créé 3 albums de ce type à destination des enfants de 7 ans et plus. Les albums sont présentent sous un format italien, avec un strip de 3 ou 4 cases en moyenne par page. Régulièrement, en fin de page, le lecteur avait le choix des futurs actes du héros ou de l'héroïne qui l'amenaient alors à se rendre à telle ou telle autre page pour savoir la suite des évènements. Un système de livre-jeu un peu éculé de nos jours mais toujours sympathique à parcourir. Le dessin d'Yvan Pommaux est dans un style ligne claire un peu désuet mais plaisant et efficace. Ceci étant dit, après relecture récente et lecture par ma fille de 6 ans, je trouve que ces petits albums ne sont pas exempts de défauts. Pour commencer, leurs scénarios ne sont pas très prenants. Le public visé est enfantin, certes, mais certains rebondissements et péripéties sont quand même assez plats. Mais surtout, ces albums ont le principal défaut des histoires "dont vous êtes les héros" amateurs : trop de ramifications tuent l'intrigue ! En effet, certes le fait d'avoir plein de choix et donc plein de déroulements différents de l'histoire est sympathique, mais quand les ramifications sont trop nombreuses, on se retrouve avec une BD de plus de 50 pages lues en 2 minutes à peine. Alors, oui, on reprend aussitôt le récit depuis le début pour essayer une autre version de l'histoire, mais elles sont à chaque fois tout aussi courtes et vite expédiées. Car avec autant de choix possibles, il reste bien peu de pages par "version d'histoire" pour étayer son propos. A mon goût, une histoire "dont vous êtes le héros" est nettement plus réussie quand elle présente simplement quelques petites ramifications mais qui ramènent ensuite presque toutes à certains événements clés quelque soit la version de l'histoire que l'on lit : cela permet une intrigue mieux construite et plus intéressante. Alors, ma fille de 6 ans a lu une fois l'album avec le sourire, a voulu tester toutes les possibilités de choix, mais très vite elle s'est lassée et a voulu passer à un autre livre au récit plus consistant.

17/02/2009 (modifier)