La Vague déchaînée, ou l'imbroglio de la poupée noire

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Un peu comme dans la mythique série Les Livres dont vous êtes le héros, Edward Gorey vous propose après chaque vignette de choisir vous-même la suite de la narration selon votre humeur....


BD dont vous êtes le héros Format à l’italienne Une image par page

The Raging Tide, ou l'imbroglio de la poupée noire (1987) est un récit absolument surréaliste, absurde, goreyen. Trois personnages interlopes se retrouvent dans un monde peuplé de pouces plantés dans la terre : un chien hyper poilu (Skrump), une sorte de poupée de chiffons blancs sans visage (Naeelah) et un animal non identifié, entièrement noir et aux bras démesurés qui porte le nom de Figbash. A peine entrent-ils en interaction que les coups bas pleuvent entre eux.

Scénario
Dessin
Traduction
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Novembre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série La Vague déchaînée, ou l'imbroglio de la poupée noire © Le Tripode 2015
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

05/02/2024 | Cacal69
Modifier


Par Cacal69
Note: 3/5
L'avatar du posteur Cacal69

Avec ce comics, je découvre une autre facette du talent d'Edward Gorey puisqu'il ne propose pas une histoire, mais bien différentes déclinaisons possibles avec les mêmes vignettes, suivant les choix du lecteur. En effet, ce livre propose à chaque dessin une option, celle d'aller à telle ou telle page et ainsi de suite pour arriver à une des deux fins possibles. Elles sont toutes les deux, on ne peut plus glauques. Du Gorey, quoi ! Je ne suis pas certain qu'on puisse faire plus absurde et surréaliste, une histoire qui n'a ni queue ni tête avec pour décor des pouces plantés dans le sol et des personnages des plus farfelus : Naeelah qui ressemble à un fantôme, Skrump à un Yéti de petite taille avec une corde autour du cou, Hooglyboo à une peluche au bras bandé avec une casserole sur la tête et enfin Figbash à rien. Un livre destiné à un lectorat jeunesse qui ne m'a pas emballé plus que cela, je n'y ai pas retrouvé cette espèce de folie intelligente qui caractérise son œuvre. Graphiquement, on reconnaît au premier coup d'œil le style inimitable de Gorey, un noir et blanc où les hachures sont reines et comme toujours une image par planche dans un beau format à l'italienne. Une vignette sur chaque page de droite accompagnée par une phrase sur celle de gauche. Somptueux. Pour les curieux.

05/02/2024 (modifier)