La Vague

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 6 avis)

« L’histoire est-elle destinée à se répéter ?” Le slogan de ce roman graphique interpelle, surtout lorsqu’il vient souligner une couverture baignée de rouge, sur laquelle se découpent en ombre chinoise les silhouettes de jeunes gens marchant en rang et arborant un étrange insigne et un drapeau. Comme certains défilés dans l’Allemagne des années 30-40…


Adaptations de romans en BD Nazisme et Shoah Racisme, fascisme

« L’histoire est-elle destinée à se répéter ?” Le slogan de ce roman graphique interpelle, surtout lorsqu’il vient souligner une couverture baignée de rouge, sur laquelle se découpent en ombre chinoise les silhouettes de jeunes gens marchant en rang et arborant un étrange insigne et un drapeau. Comme certains défilés dans l’Allemagne des années 30-40… "La Vague" raconte ainsi comment un groupe de lycéens américains va se laisser happer par une idéologie de la puissance, se référant insidieusement au dogme nazi. Sous prétexte de faire comprendre à ses élèves comment le peuple allemand avait pu laisser faire les crimes du régime d’Hitler, un enseignant va les transformer en bons petits soldats, au cours d’une expérience qui va dépasser ses attentes…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Janvier 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Vague
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

05/02/2009 | iannick
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je n’ai pas lu le livre ni vu le film qui en a été adapté – et j’avoue même que je n’avais pas entendu parler de cette histoire (ou alors je l’avais oubliée). Je ressors de ma lecture avec un ressenti mitigé. En effet, on ne peut qu’être en accord avec le discours sous-tendu par cette histoire, et le professeur qui « lance » ce mouvement fasciste de « La vague ». Et une partie de sa démonstration est intéressante (même si je demande à voir dans la réalité, une partie de cette histoire manquant de fond ou de crédibilité). Mais voilà, les bonnes intentions ne suffisent pas, hélas. En effet, se voulant « pédagogique », le prof et l’intrigue, par les raccourcis, par les choix restrictifs qu’ils imposent, finissent par faire baisser l’intérêt d’un album qui par ailleurs se laisse lire assez facilement et rapidement. Si le propos était de faire comprendre comment Hitler et/ou le parti nazi avaient réussi à embrigader une société cultivée et moderne, il manque ici un certain nombre d’éléments (le choc de la Première guerre mondiale, de la « défaite », les enjeux de la Révolution russe, etc), mais aussi le jeu d’autres acteurs complaisants (industriels, presse, etc). Bref, l’idée est intéressante mais un peu simpliste. La fin – et le retour au calme et aux vieilles habitudes, comme si rien ne s’était passé, est elle aussi surprenant et décevante. Enfin, mais c’est là sans doute affaire de goût, je n’aime pas le dessin, qui est un mélange de manga et de certains comics, des influences graphiques qui ne me plaisent généralement pas. De plus, indépendamment de ces remarques, je n’ai pas trouvé le dessin très bon. Un album à emprunter, éventuellement, mais qui m’a clairement laissé sur ma faim.

08/05/2017 (modifier)
Par Jérem
Note: 3/5

Je suis assez d’accord avec l’avis précédent. La Vague est une BD plaisante, vaguement pédagogique et aux dessins honnêtes. Mais les auteurs (Strasser comme Kampmann) ne font que survoler les causes de la prise du pouvoir par les nazis dans les années 30. Et c’est bien dommage, vu l’importance de cet évènement dans l’intrigue. Mémoire et histoire passent au second plan. L’installation d’une communauté autoritaire dans un lycée est intéressante mais là encore, les auteurs ne vont pas au bout des choses, ne creusent pas suffisamment les mécanismes qui se mettent en place. Du coup, on est un peu déçu à la fin de sa lecture. A découvrir tout de même.

24/07/2012 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Cette BD est tirée d'un roman à succès également sorti en film. Son contenu est bien détaillé dans la fiche et les avis précédents. Le scénario est bien construit et est plaisant à suivre. Je regrette quand même un manque d'approfondissement du sujet qui ne me semble qu'effleuré. Il était peut être préférable de ne pas prendre trop de risques et de rester dans les clous. Cette BD peut faire réfléchir mais c'est tout de même un peu gros. Il faut adhérer au postulat de base sans se poser de questions. Le dessin est l'oeuvre d'une jeune auteur allemande. C'est dynamique et vivant mais son style à mi chemin entre le comics et le manga n'est pas celui que j'affectionne le plus. Je trouve que les mouvements et les expressions prennent le dessus sur le réalisme. "La Vague" est une BD divertissante, son scénario joue avec le feu mais reste démagogique. Note finale : 3.5/5

19/08/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

La vague est tirée d'un roman qui a été également adapté en film au cinéma sorti en ce début de l'année 2009. Cela s'inspire d'une histoire plus vraie que nature d'un professeur voulant faire comprendre à ses élèves comment petit à petit tout un peuple peut basculer dans l'horreur du fascisme. On apprend que seulement 10% des allemands étaient nazis dans l'âme. Cela a suffit pour faire basculer cette grande démocratie dans le pire état fasciste qu'on puisse connaître. Ils ont quand même tué pas moins de 10 millions de personnes au nom de leur idéologie. Une élève pose une question tout à fait légitime: comment ont 'ils pu faire cela? Bref, elle pense que cela ne pourrait pas arriver. Or l'Histoire n'est 'elle pas destinée à se répéter? Le professeur n'a pas su répondre à cette question. Cela lui pose un problème. Il va alors créer le mouvement de la vague dont le communautarisme va influer sur la vie et le comportement des élèves. Le pouvoir par la discipline... Le pouvoir par la communauté... Le pouvoir par l'action... Un sigle, un chef et des promesses de victoire. Quand on fait passer la volonté du groupe devant ses propres convictions, on peut aller perfidement jusqu'à rejeter ceux qui ne sont pas des nôtres. Personnellement, je n'aime pas les groupes. Cela me met toujours mal à l'aise car il y a toujours un malin pour prendre le dessus sur les autres et les manipuler. Tout comme, je haïs du plus profond de mon être tout ce qui s'apparente au fascisme et au totalitarisme. Il n'y a qu'à voir en ce moment le simulacre de démocratie en Iran avec son guide suprême qui décide qui doit être le sous-fifre. Oui, cela me donne envie de vomir. Bon sang, réveillez-vous le peuple ! On est responsable de ce qui nous arrive. Le fascisme, ce n'est pas seulement l'affaire des autres... Ce livre est véritablement d'utilité publique pour comprendre les mécanismes qui peuvent conduire à ne plus être soi-même.

20/06/2009 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

"L'histoire est-elle destinée à se répéter ?" Voilà la question posée en couverture de cette BD, et à laquelle répondent Todd Strasser (auteur) et Stefani Kampmann (dessinatrice)... Tout se joue lors d'un cours d'histoire : une question sur l'aveuglement du peuple allemand face au nazisme, va déboucher sur une terrible expérience. Le prof d'histoire à l'initiative de celle-ci va rapidement se retrouver dépassé par son initiative... La réalité semble dépasser la fiction et les erreurs du passé reprendre du service... Todd Strasser nous propose une histoire efficace, bien ficelée et intéressante qui explique certainement son succès en librairie. Côté graphisme, l'adaptation allait-elle être réussie ? Je ne pourrais comparer avec l'oeuvre romanesque, n'ayant pas eu le loisir de le lire. Et bien, malgré un coup de patte qui m'a un peu surpris sur les 4 premières pages, je me suis fait ensuite embarqué par l'histoire. Je trouve en effet que les 2 premières doubles pages sont assez maladroites du point de vue du trait, limite gauche. On affaire à un dessin qui oscille entre manga et comics, au trait large et appuyé. Du point de vue de la composition et du découpage, ça s'arrange rapidement pour prendre un rythme soutenu qui colle parfaitement au propos. Stefani Kampmann a effectivement un très bon sens du rythme. Mes quelques réticences du début ont donc très vite été balayées. Voilà. Au final, sous des couverts de BD pour ados en mal de personnalité, "La Vague" met en avant la facilité déconcertante avec laquelle la liberté de chacun peut-être piétinée. A lire pour ne pas oublier que nous sommes toujours capables du pire pour les meilleures raisons du monde...

18/03/2009 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

C’est cette petite phrase sur la couverture : « L’histoire est-elle destinée à se répéter ? » qui m’a donné l’envie de lire « La vague ». En effet, j’ai toujours été convaincu que les erreurs du passé doivent servir de leçon (même si ça vient du temps de nos arrières grands-parents) et qu’il ne faut absolument pas les oublier si on veut éviter que ça recommence. Mais revenons sur cette bd, « La vague » est une adaptation d’un roman de Todd Strasser, c’est aussi –je l’ai su ensuite- une histoire vraie. Ce one-shot se déroule dans un lycée au Etats-Unis, un professeur d’histoire très respecté par ses élèves donne un cours sur la seconde guerre mondiale et notamment sur la montée du nazisme. Pendant son cours, cet enseignant est interrompu par une de ses élèves qui lui demande pourquoi les Allemands ne se sont pas révoltés contre le nazisme… incapable de répondre concrètement à cette question, le professeur va tenter une expérience auprès de ses élèves le lendemain pour essayer de leur faire comprendre comment le nazisme s'est développé… « La vague » m’est apparue comme une bd très intéressante qui doit être lue impérativement par les adolescents. Pourquoi eux justement ? Parce que cet album devrait les faire réfléchir -et surtout leur faire comprendre- sur les risques d’une société communautariste. Parce qu’aussi cette bd présente une narration dynamique et un graphisme –à mon avis- à la « mode » (c'est-à-dire inspiré du manga) qui devraient plaire aux plus jeunes d'entre nous. Cependant, n’allez pas croire que cette bd est inintéressante pour les adultes, bien au contraire ! Surtout, si on se remémore que le nazisme a été porté au pouvoir par des adultes et non par des adolescents ! Et puis, il y a le fait que l'événement raconté dans cette bd s'est réellement passé dans un lycée américain ! ça fait froid dans le dos non ?! Graphiquement, comme je l’ai dit plus haut, le dessin semble issu des mangas sauf que je n’ai pas retrouvé le style caractéristique des bd japonaises avec des personnages aux yeux immenses (oui, je sais, c’est caricatural ce que je viens d’écrire là…) et c’est tant mieux comme ça ! En fait, ce que j’ai retenu le plus dans ce dessin : le coup de crayon épais de Stefani Kampmann et sa mise en page d’une fluidité exemplaire, que j'ai aimés. Au fait, mention spéciale à la couverture qui –à mon avis- retranscrit bien le contenu du livre et qui a attiré mon regard ! « La vague » m’est finalement apparue comme une bd très captivante à lire d’une part pour son thème original (inspiré d'un fait réel !) qui devrait vous amener à vous creuser les méninges, et d’autre part par sa très bonne narration qui m’a fait accrocher à sa lecture. A lire impérativement !

05/02/2009 (modifier)