Saint-Barthélémy

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

Paris, août 1572 : 2500 morts au nom de Dieu.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Les Guerres de Religion Les meilleures séries terminées en 2017 Paris Spiritualité et religion

« Arrive un moment où la question de tuer au nom de Dieu ne se pose plus… Nous tuons, nous prions… et nous recommençons… » Les guerres de Religion gangrènent la France dans sa totalité. Le fanatisme s’instille patiemment, incontrôlable, dévastateur, aveugle. En 1562, Élie de Sauveterre, un jeune protestant, rejoint l’armée du prince de Condé pour retrouver son frère et sa sœur enlevés par les papistes. Des premières escarmouches au déchaînement ultime de la Saint-Barthélemy, emporté comme les autres par cette vague de violence frénétique, il sera bien malgré lui le héros de cette histoire-là. (texte : Les Arènes)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Août 2016
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Saint-Barthélémy
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

18/08/2016 | Spooky
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Pas mal sans plus, je sais cela peut paraitre un peu dur pour une BD d'un duo d'auteurs accomplis mais je me suis fait un peu chier pendant ma lecture, peut être est ce du au fait que j'ai eu l'impression d'avoir déjà lu tout ça. Bien sur le scénario c'est du cousu main ça déroule sans problème, le mariage entre la grande et la petite histoire fonctionne bien, mais que vous dire rien qui ne me scotche vraiment , le dessin de Stalner est plutôt bon en tous cas meilleur que sur "La zone " par exemple ou ses personnages avait des têtes de gravures de mode un peu figées. Sur cette période trouble et sanglante de l'histoire de France, ah les joies de l'idéologie religieuse!, j'aurais espéré un peu plus de souffle. Bien content de ne pas avoir investie, vive les médiathèques.

26/12/2017 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Je suis toujours avec attention les scénarios de Pierre Boisserie, son niveau d'exigence au niveau de ses éditeurs mais aussi de celui des sujets me force au plus grand respect à son endroit. Pour son deuxième projet aux Arènes, il a choisi de nous faire revivre l'un des épisodes les plus sombres de l'Histoire de France, à savoir le massacre de la Saint-Barthélémy... Le scénariste prend tout son temps, expliquant les enjeux des différents personnages, même s'ils sont parfois obscurs et sujets à discussion (la réaction du Roi de France par rapport à ce qu'il a ordonné, par exemple, n'est pas sûre). Alors bien sûr, se cantonner au seul côté historique, avec les seuls "grands" protagonistes, aurait pu être barbant, il a donc rajouté des seconds couteaux, qui sont les héros de l'histoire dans l'Histoire. L'horreur a déjà commencé, mais la fin du premier tome -sur trois- laisse présager la véritable hécatombe, qui survient dans le second tome. Mais ce n'est pas terminé, loin de là, et Elie va avoir du mal à passer entre les balles ou les coups d'épée... Dans le tome 3 il y parvient, mais l'inéluctable survient tout de même, et je n'en dirai pas plus. Pierre Boisserie parvient à bien conclure sa trilogie, alliant petit drame familial et grande Histoire. C'est maîtrisé de bout en bout. Côté dessin on ne présente plus Eric Stalner, auteur de nombreuses séries à costumes, mais aussi de séries contemporaines ou anticipatives, où la finesse de son trait s'est affirmée au fil des années. Il atteint ici, probablement, son apogée graphique, avec des visages et des décors d'une élégance jusqu'ici inédite.

18/08/2016 (MAJ le 28/08/2017) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Le massacre de la Saint-Barthélemy est l’une des pires tragédies de l’Histoire de France. C’est le signe que lorsqu’on n’arrive pas à coexister ou à se mettre d’accord pour vivre en paix, cela se traduit par une purge. Il est vrai que la religion catholique n’était pas prompte à avoir une concurrence sur les âmes en ces temps-là. Les papistes contre les réformateurs dans un contexte de fanatisme religieux et on ajoute l’aide de la famille royale prête à toutes les compromissions pour se maintenir au pouvoir. On ajoute également un jeune roi fou et influençable et on connait le triste résultat. Néron n’avait pas fait mieux à Rome. On peut également prendre l’exemple récent de Bachar el Assad qui n’hésite pas à gazéifier une partie de sa population rebelle. Oui, l’élimination d’un groupe de population ne partageant pas les mêmes idées ou aspirations ou la même religion peut donner lieu à ce type d’extermination et de barbarie. Sur la forme, il y a deux récits qui se chevauchent entre les affaires royales autour du futur roi Henri IV et ce jeune homme protestant qui recherchent son frère et sa sœur qui ont été enlevé par des affreux papistes. J’avoue avoir perdu les pinceaux entre la reine Margot et l’autre héroïne qui lui ressemble. L’aspect romanesque était présent pour donner un peu moins de rigueur à l’ensemble. J’avoue avoir été plus marqué par la bd Charly 9 traitant du même sujet. Pour marquer la différence, je n’accorderais que 3 étoiles car ce n’est pas non plus le nec plus ultra en la matière malgré le savoir-faire des auteurs qui n’ont pourtant plus rien à prouver. Comme dit, c’est mon ressenti car franchement, c’était une lecture assez touffue.

09/05/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Boisserie et Stalner se retrouvent après La Croix de Cazenac pour un sujet très fort, sur les guerres de Religion, mais au contraire de Les Chemins de Malefosse qui brassait une période plus étalée, ils centrent leur récit sur cette Saint-Barthélémy qui a ravagé les rues de Paris en aout 1572, pour l'un des plus effroyables massacres de cette période en France. La Bd aborde aussi le sujet de façon beaucoup plus construite que ce que j'ai pu lire dans la série Vécu de chez Glénat intitulée Le Chevalier, la Mort et le Diable qui bien qu'intéressante, n'était pas sans quelques défauts narratifs, mais elle vise surtout le grand début de ce massacre religieux entre papistes et huguenots, et aussi ce qui m'a intéressé, c'est que les auteurs évoquent les vrais débuts de ce conflit sanglant avec le massacre de Wassy par les Guise, ainsi que la bataille de Jarnac où Condé trouva la mort. On sent toute la haine exacerbée par les 2 factions, et on comprend que la Saint-Barthélémy est le massacre emblématique de cette sombre période, avec une Catherine de Médicis plus dure et plus déterminée que dans d'autres Bd sur le sujet, on sent sa volonté à annihiler le parti huguenot. Quelques épisodes célèbres sont montrés, comme l'attentat contre Coligny qui le blessa à l'épaule, puis sa mort atroce cette fameuse nuit de la Saint-Barthélémy, également les paroles choc du faible Charles IX entièrement sous le contrôle de sa mère, "Tuez-les tous pour qu'il n'en reste pas un pour me le reprocher"... de même qu'on assiste à cette vague de violence frénétique, une véritable boucherie dans les rues de Paris comme au Louvre, à peu près semblable à ce que l'on voit dans le film "la Reine Margot" en 1993 ; je ne serais pas étonné d'apprendre que Stalner s'en est inspiré pour certaines scènes. Pour éviter le côté trop didactique de ce sujet horrible mais passionnant pour l'amateur d'Histoire que je suis, les auteurs content ce récit à travers un jeune hobereau provincial, Elie de Sauveterre, qui recherche son jeune frère et sa soeur enlevés tous deux par les papistes ; son combat se mêle à celui de la Saint-Barthélémy, et je subodore que pour lui, la quête n'est pas finie, donc rendez-vous au tome 2 qui promet d'être captivant. Quand en plus, c'est dessiné par Stalner dont j'aime beaucoup le style graphique, ayant suivi toutes ses séries, je ne peux que me réjouir. Il se surpasse littéralement ici, où son dessin d'une finesse et d'une précision impeccables, magnifie aussi bien les décors, les édifices, les costumes, les petits détails que les visages des personnages, bref un vrai régal graphique et narratif.

03/02/2017 (modifier)