L'Assassin Royal

Note: 3/5
(3/5 pour 8 avis)

Adaptation de la série de romans de Robin Hobb.


Adaptations de romans en BD

Fitz est le fils illégitime du prince Chevalerie, héritier du royaume des Six-Duchés. Conduit à la forteresse des Loinvoyants alors qu’il n’est encore qu’un enfant, il est confié au maître des écuries tel un rejeton bâtard de peu d’importance… Jusqu’à ce que le Roi Subtil le remarque et décide d’en faire son assassin personnel. Commence alors pour Fitz une longue initiation semée d’embûches, objet malgré lui de manigances dont il tente, en dépit de son jeune âge, de comprendre les enjeux… Adaptation de la série de romans de Robin Hobb.

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Septembre 2008
Statut histoire Série terminée 10 tomes parus
Couverture de la série L'Assassin Royal
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

06/10/2008 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

Robin Hobb, connue également sous l’autre pseudonyme Megan Lindholm, est assurément une grande dame de la fantasy. Le succès commercial de ses romans et sa flopée de récompenses parlent pour elle. Toutefois je ne me suis toujours pas donné le courage d’entamer les nombreux tomes composant L’Assassin Royal, sa première série et pour le même coup premier best seller. J’ai entendu dire que c’était long et lent à mettre en place et en matière de fantasy classique longue et lente à mettre en place j’ai déjà suffisamment de lecture avec Le Trône de Fer de George RR. Martin. Donc cette BD est un peu l’occasion rêvée de lire l’histoire en condensé sans avoir à me farcir toute la saga. Franchement pour ce qui est du rythme, l’adaptation de Jean-Charles Gaudin est plutôt fidèle à l’œuvre d’origine, longue et lente à mettre en place. Peu d’action, peu d'intrigues dignes d'intérêt, mais de l’ennui dans les trois premiers albums, l’histoire se concentrant pour l’essentiel sur la phase apprentissage du héros. D’ailleurs j’ai été très surpris. Moi qui pensais que L’Assassin Royal était une fantasy pour adulte, c’est en réalité davantage destiné à un public adolescent. Les atermoiements, pleurnicheries et autres complaintes geignardes du héros Fitz ont fini par me rendre à l’évidence, je ne suis pas le type de lectorat visé. L’Assassin Royal tire vers le récit initiatique et un type de fantasy qui plaira davantage en somme à des lecteurs qui cherchent une alternative à Harry Potter comme héros avec des problèmes, des questionnements, des rêves et des désillusions d’adolescent. Le personnage est tout de même plus complexe que la création de Rowling pour nuancer. Je devine que les romans de Hobb font la part belle au traitement psychologique des personnages et une qualité d’écriture simple mais plus riche, mais comme nous sommes ici dans une bande dessinée ces aspects là sont survolés, et ne reste plus qu’une intrigue confuse et assez soporifique dans son premier tiers. On notera un sursaut de vigueur sur les tomes 4 et 5 mais j’étais déjà lassé à ce moment là pour tout dire. Cette série est-elle adaptable dans un autre format que le roman ? Peut être, mais en tout cas je ne crois pas que cette adaptation-ci rende un bel hommage à cette saga tant le scénario présenté par Gaudin se révèle quelconque, parfois incompréhensible, vidé de ce qui pouvait en faire toute la saveur et la magie. Pour exemple cette scène où le prince Rurisk trouve la mort, empoisonné par Fitz. Je n’ai absolument rien compris. Pourquoi avale-t-il le vin empoisonné alors que le mec lui dit que c’est du poison et qu’il va en mourir s’il en boit ? Ça n’a pas de sens. Un exemple parmi d’autres. Une bien piètre adaptation pas très inspirée donc et pas jolie du tout en plus. Que ce soit Laurent Sieurac ou Christophe Picaud, j’ai trouvé que les visages manquaient d’expressivité, que certains personnages étaient difficilement identifiables. Fitz enfant ressemble à une petite fille asiatique, je dis ça je dis rien mais je lui trouve un côté tantine quand il se ballade avec son panier sous le bras. Le reste du dessin est toutefois correct. Concernant les couleurs de Fabien Alquier je ne suis pas emballé non plus. Tantôt trop flashy, tantôt trop terne, il y a un manque d’unité qui ne me plaît pas. Je suis même déçu par les illustrations de couvertures de Jean-Sébastien Rossbach qui m’a habitué à mieux, et pourtant c’est un de mes illustrateurs favoris. Les illustrations de Didier Graffet en revanche sont plus classes, surtout celle pour le tome 1. Je ne suis pas allé au-delà du tome 5. Il me semble que ceux-là correspondent aux trois premiers livres de poche ou la première intégrale VF de la série. Peut être que j’ai tort de ne pas persister car l’action semblait enfin décoller dans ce cinquième album. J’ai cru comprendre que pour mieux saisir le deuxième cycle de L’Assassin Royal, il était conseillé d’aborder au préalable la série dérivé Les Aventuriers de la Mer. Cela tombe bien qu’elle soit aussi adaptée en BD chez le même éditeur. Pour les adultes qui veulent une fantasy avec un véritable assassin et un scénario plus mature, je ne peux que recommander Gagner la Guerre de Jean-Philippe Jaworski et son soudard culte Benvenuto Gesufal. À quand une adaptation ?

08/10/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Moi non plus, je ne connaissais pas les romans de Robin Hobb. Je constate tout simplement que le médiéval fantastique attire de plus en plus d’auteurs. Cela ira en croissant depuis le succès de la fameuse et grandiose série « Game of thrones ». Là, c’est quand même un peu la même chose à savoir les intrigues de palais mais sans les dragons. Pour autant, le fantastique n’est pas totalement absent puisqu’il est question de rentrer dans la pensée des gens ou des animaux afin de les manipuler. L’assassin royal est un adolescent qui doit subir un apprentissage que l’on va suivre au fil des tomes. Les informations seront distillées au compte-goutte. Je regrette que le passage à l’action ne soit pas plus détaillé alors que c’est l’objet même de la série, un peu comme si on n’avait pas voulu salir l’image de notre héros. Je crois que le procédé est trop facile et finalement ce n’est pas assez convaincant. Par ailleurs, les personnages sont beaucoup trop fades alors qu’on pourrait deviner une certaine complexité. Enfin, le graphisme n’est franchement pas à la hauteur à l’exception des couvertures attirantes (ce n’est pas le même dessinateur). Pour autant, c’est une série qui va doucement et qui instille petit à petit une certaine atmosphère. Il y a un côté assez constructif et plutôt intelligent dans la mise en scène au milieu des complots et des trahisons au sein d’un royaume. L’art et le vif n’auront plus aucun secret pour vous si vous découvrez cette série. De l'avis général, il vaut mieux se plonger dans le roman qui reste le support idéal.

22/01/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Je ne connais pas les romans, je partais donc sans a priori et sans aucune contrainte. D'emblée, je ne suis pas très attiré par le dessin de Sieurac que je trouve banal, en totale contradiction avec celui des très belles couvertures d'albums. Ensuite, il y a le ton étrange et confus qui me dérange, ça piétine et ça n'avance pas, il ne se passe rien durant les 2 premiers albums. Puis le dessin est nettement meilleur dès le tome 3, et s'améliore au fil des albums, mais ce changement de dessinateur n'enlève pas ce sentiment de récit embrouillé, pesant, un peu hermétique ; total, j'ai lu 6 albums sans comprendre grand chose et surtout sans aucun plaisir de lecture, tout en notant que l'univers développé est certainement d'une grande richesse, et agrémenté de costumes chatoyants, de coutumes originales... Mais je n'ai pu rentrer dans ce récit, il n'y a pas de chaleur, pas d'intensité, pas de passion, pas d'émotions, pas de personnage vraiment attachant, tout est si rigide, froid et strict. En définitive, je suis resté constamment dans le flou ou je suis passé complètement à côté du sujet.

20/05/2014 (modifier)
Par Puma
Note: 4/5

Histoire dense et magnifiquement ficelée, même si assez froide dans son déroulement. Dessin efficace à défaut d'être réellement somptueux. Parfois quelques confusions dans la reconnaissance des personnages par léger manque de distinction graphique. Quelques évènements ambigus ou qui semblent sortir du chapeau d'un magicien ; j'ai dû interroger un proche qui avait lu les romans pour avoir quelques explications et comprendre parfaitement certains détails qui me restaient flous ou incompréhensibles. Mais une telle qualité de scénario dans l'ensemble, est rare dans l'univers de la BD, et mérite largement avec le dessin et la colorisation de bonne tenue, un très bon 4/5.

12/02/2013 (modifier)
Par AqME
Note: 3/5

Je tiens à dire avant cette petite critique que je n'ai pas encore lu les romans et que je compte bien m'y mettre un jour. Par contre, j'ai pu commencé l'assassin royal en BD et le résultat est plutôt pas mal. Le scénario est assez sympathique car il se situe à l'époque du moyen âge mais n'est pas axé sur la famille royale en elle-même. On va suivre les aventures de Fitz, fils bâtard d'un chevalier qui va devenir à la suite de rencontres, l'assassin du roi lorsque ce dernier va à droite ou à gauche pour des diners ou autres mondanités. C'est agréable et cela change des histoires moyenâgeuses entre guerres, histoires de cour et descendance. Mais c'est bien aussi parce que l'on suit notre héros depuis sa plus tendre enfance et on a le temps de s'attacher à lui et de voir ses progrès et son histoire. On a vraiment l'impression de suivre cet enfant et de ne pas prendre le train en route. Les dessins de Sieurac, déjà connu pour son travail que j'apprécie beaucoup sur Les Princes d'Arclan, signe une œuvre très jolie avec des traits fins et des décors assez jolis. Malgré tout, on notera parfois le manque de symétrie de certains visages et je pense notamment à Bourre-pif adulte qui n'a pas les yeux bien alignés et du coup, on dirait qu'elle a un strabisme. Puis certaines planches manquent de détails, surtout sur les vues de loin ou sur des plans de villages vus en contre-bas. Au final, l'assassin royal s'avère intéressant et j'attends donc la suite avec intérêt.

02/03/2011 (modifier)
Par Eckmül
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Je n'ai pas non plus lu le roman et je pense que cela aide à aimer la série en bande dessinée. On sent qu'il y a des raccourcis qui doivent avoir été pris mais cela n'empêche pas de comprendre l'histoire dans son ensemble. J'ai bien l'effet de style de faire le fond des planches noires quand l'action se déroulait la nuit. Cela donne vraiment une bonne mise en situation. Les dessins sont somme toute assez plaisants. Les plans sont souvent très rapprochés, ce qui rajoute à l'ambiance très noire de l'histoire. L'inconvénient, ce que nous avons peu de plans d'ensemble qui pourraient laisser apprécier des paysages.

13/10/2009 (modifier)

Je n'ai pas lu le roman, j'ai donc lu ce tome sans aucun à priori, ni aucune image en tête. Et j'ai bien aimé. Certes, on sent bien que certains passages sont coupés, on ne comprend pas forcément toutes les nuances, mais ça ne m'a pas plus gêné que cela. La narration est assez fluide, l'intrigue avance bien, les personnages sont attachants, les dessins m'ont plu (sauf Umbre). Je n'en demandais pas forcément plus. Je vais continuer à suivre cette série grâce à ce 1er tome qui m'a fait passer un bon moment, et vais même le relire rapidement pour voir si rien ne m'a échappé.

03/11/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ca m'a fait plaisir de redécouvrir le récit de l'Assassin Royal. Je n'avais pas relu les romans depuis quelques ans et l'adaptation est plutôt réussie ici. La couverture est assez impressionnante, quoiqu'un peu pompeuse. Le graphisme n'est pas en reste à l'intérieur de l'album et chaque planche a un bel aspect. Les couleurs sont également très réussies. J'ai apprécié de mettre une image sur les visages des personnages et les paysages que j'imaginais à la lecture. Je suis juste surpris du faciès du Fou que je n'imaginais pas ainsi (mais il semble que j'avais mal lu le roman) et un peu déçu par le visage d'Umbre dont l'aspect grêlé n'est pas des plus réussis. Pour le reste, je suis satisfait. Tout n'est pas visuellement parfait à mes yeux cependant. Tout d'abord, les décors me semblent un peu arides : trop de lignes droites, d'espaces vides. C'est austère et d'un niveau inférieur aux avant-plans et personnages. En outre, je trouve que les visages de nombre de personnages se ressemblent un peu trop. Entre autres, Fitz, la jeune Molly et le Fou semblent avoir exactement la même structure faciale. Quant au scénario, c'est l'adaptation directe du roman. Mais comme dans la majorité des adaptations, l'ensemble parait très condensé, un peu trop condensé à mon goût. Certains passages sont racontés tellement vite qu'on n'a pas le temps de les savourer et de les bien comprendre. A plusieurs moments, j'ai eu l'impression que si je n'avais pas lu le livre, je n'aurais pas compris ce qu'il se passait. Le Fou, par exemple, n'est quasiment pas présenté, et il faut le savoir pour le reconnaitre quand il vient faire sa prémonition à Fitz, prémonition qui d'ailleurs semble complètement inutile puisque les auteurs ne font pas du tout le rapprochement entre elle et les évènements ultérieurs avec le chien. C'est un exemple parmi d'autres. Globalement, je suis convaincu que quelqu'un qui n'a pas lu le livre manquerait une très grosse portion des explications et de la saveur du récit. Autrement dit, cette BD ne se suffit pas à elle-même, du moins pas pour approcher la valeur du roman original. Ca n'en reste pas moins une mise en image sympathique et plaisante pour qui veut relire ce qu'il a déjà lu.

06/10/2008 (modifier)