Debaser

Note: 1.33/5
(1.33/5 pour 3 avis)

Paris 2020, Mundial l'unique major du disque, impose à la France sa pop mielleuse et fade. Toutes les musiques jugées subversives sont interdites par le gouvernement.


La BD au féminin Label 619 Manfra ou Franga Musique

Paris 2020, Mundial l'unique major du disque, impose à la France sa pop mielleuse et fade. Toutes les musiques jugées subversives sont interdites par le gouvernement sécuritaire en place, qui montre son soutien à la musique made in Mundial. Il reste tout de même certaines personnes qui résistent en redécouvrant la vraie musique. Réunis un peu malgré eux, 2 jeunes, Joshua le rebelle et Anna l'intello, vont faire face à la censure gouvernementale. Mais quand on joue des sons prohibés, il faut courir vite, très vite !

Scénariste
Raf
Dessinateur
Raf
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Juillet 2008
Statut histoire Série terminée 8 tomes parus
Couverture de la série Debaser
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

28/07/2008 | pol
Modifier


Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Debaser, c'est une histoire un peu déjantée, basée sur une idée de départ intéressante (et pas forcément complètement délirante), racontée avec humour et sur un rythme soutenu. Le dessin est très vivant, très caricatural, avec des mises en page assez mouvementées, toujours très en phase avec l'action. Contrairement à d'autres aviseurs, je n'ai pas été gênée outre mesure par le parler "djeuns" des protagonistes de l'histoire, au contraire, j'ai trouvé cela plutôt amusant et en tout état de cause indispensable pour faire s'exprimer les acteurs de cette histoire, les faire parler "normalement" aurait été assez inadapté je pense. Après la lecture du premier tome, je n'avais pas été emballée plus que ça par l'histoire, j'ai fini pour finir et je n'étais vraiment pas sure de lire la suite quand elle sortirait, l'avenir de ces chanteurs rebelles n'étant pas ma préoccupation majeure à l'époque. Et puis finalement, cette suite n'est pas si mal. Elle est de plus très ancrée dans la triste réalité actuelle puisque Joshua, un des personnages principaux, est abusivement mis en prison pour le motif non prouvé de téléchargement illégal de musique sur internet et pointe du doigt une fois de plus l'industrialisation de masse de la production musicale par des majors toutes-puissantes et l'abrutissement des foules par des émissions débiles sensées découvrir les talents de demain. L'humour et la dérision sont toujours là et bien là, c'est complètement déjanté, c'est stylé, bref, ça se lit et je vais peut-être bien continuer ! Bon, après la lecture, fastidieuse, du T3, je rebaisse ma note : la seule possibilité pour moi de lire cette histoire, c'est à doses homéopathiques : c'est tellement n'importe quoi au niveau du dessin (dont le style n'est pas si désagréable), des dialogues et du scénario que c'est épuisant à lire...

30/11/2008 (MAJ le 02/02/2010) (modifier)
Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Hum. je crois que pol n'a pas saisi le sens profond de cette oeuvre qui fera date dans l'histoire de l'édition française. D'abord les dialogues sont vrais, ils sont prononcés tous les jours par les moins de 15 ans. Le dessin c'est trop de la balle, Raf nous fait des cadrages qui déchirent sa mémé. Moi je kiffe trop la zikmu, alors faisez comme moi lecturez "Deux Baiseurs". Bon j'arrête là, c'est insupportable. La seule idée de cette série est son point de départ : une société complètement engluée dans un système bien-pensant où les media dictent tout à une jeunesse décervelée et formatée. C'est peut-être la société qu'on nous prépare dans le futur, et franchement ça ne fait pas très envie. Pour le reste... L'histoire ne ressemble à rien, mis à part peut-être à un gros délire d'adolescent qui invente une histoire faussement rebelle dans son carnet de croquis/journal. Le dessin de Raf n'est pas entièrement mauvais, mais ce serait pas mal qu'il le débarrasse de certains tics afin de le rendre plus lisible. Et par pitié, qu'il arrête de faire des cadrages dans tous les sens, sans aucun sens de l'équilibre de l'estomac, j'ai dû aller faire un tour aux toilettes pour le finir ! Bref, c'est pas de la balle. Du tout même.

28/07/2008 (modifier)
Par pol
Note: 1/5
L'avatar du posteur pol

Tiens un manga qui sort sous le label 619, le même que des séries sympa comme Mutafukaz ou encore plus récemment Freaks' Squeele. Malheureusement sur un plan qualitatif, pas de comparaison possible. Debaser nous projette en 2020 dans une France où la censure a interdit tous les styles musicaux excepté la mauvaise variété sans saveur issue des émissions de télé réalité style « pop star academy ». C’est dans cet univers que Josh et Ana, deux ados un peu différents, vont se révolter pour le droit à une musique différente. Les clichés sont un peu nombreux, l’histoire peu intéressante. Et les dialogues sont… stupéfiants. Entre les fautes de grammaire (« je sais c’est quoi ») et les bien trop nombreuses expressions pour faire djeun’s (« kikoo lol, Jessie comme tu lui déchires trop grave sa teté »), on a droit a chaque page, quand c’est pas à chaque case, à une tripotée d’injures (le bon sens m’interdit d’en reproduire un exemple ici). Qu’il est difficile de lire ce manga. Je ne sais pas si les ados seront fans de cette série, en tout cas ce n’est pas tout à fait le genre de lecture que je souhaite pour mes enfants.

28/07/2008 (modifier)