Mon Gras et moi

Note: 2.92/5
(2.92/5 pour 12 avis)

Angoulême 2009 : Essentiel FNAC-SNCF Le Blog d'une grosse devient une bande dessinée.


Angoulême : récapitulatif des séries primées BD-Blogs Bichromie BoDoï La BD au féminin La Boite à Bulles Problèmes de poids

Gally nous raconte par le menu ses déboires, ses histoires de poids. La galère pour trouver des fringues, le regard des autres, le combat contre un pot de Nutella, tout y est. Gally s'en sortira-t-elle ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Juin 2008
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Mon Gras et moi
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

29/04/2008 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Mon gras et moi est une sorte de chronique humoristique sur une femme en surpoids qui n'arrive pas à faire un régime et qui s'apitoie sur son sort. On aurait envie de lui donner des conseils afin qu'elle se sente mieux dans sa peau mais elle refuse obstinément. On se demande alors pourquoi tout ces tourments ? On oscille souvent entre les rires et les larmes. J'ai bien aimé certains gags comme super grosse contre Nutellor à la manière des super-héros. Il y a également le fond comme la nourriture qui sert de subterfuge à un mal plus profond. Bref, c'est vraiment une oscillation entre l'humour et la tristesse. L'autodérision peut cacher une grande détresse que l'on perçoit.

18/02/2018 (modifier)
Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

Une BD très sympathique qui nous narre le quotidien d'une fille qui se considère comme obèse et le vit plutôt mal, dans sa peau et dans sa tête. Avec d'ailleurs des planches plus sombres que drôles, même si la BD est estampillé "humour". La BD possède un trait graphique très agréable, tout en douceur, rose et rond, parfaitement dans l'esprit de la BD, et très agréable à regarder. C'est suave comme visuel. L'incursion du trait de son copain dans la BD est agréable et ne me déplait pas non plus. Sur le fond, la BD est intéressante, avec beaucoup de bonnes choses quant aux personnes en surpoids et au chapelet de culpabilité qui peut leur tenir le cou. C'est puissamment mis en images par certains moments, tout comme l'obsession de la société à essayer de les remettre en forme. Une double lecture amusante car très réaliste. Pourtant je reste plus mitigé sur l'ensemble. J'ai peu souvent souri, et je trouve que la BD n'est pas un chef-d'oeuvre d'humour, genre qu'elle essaye pourtant d'avoir, et j'ai refermé avec un petit Bof, en me disant que je ne le relirais sans doute pas souvent. Ça n'a pas été déplaisant, mais je ne juge pas l'achat indispensable. A réserver au fan du sujet ou au personnes en mal de lecture.

30/03/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai lu cet album petit format sans déplaisir, mais sans réel enthousiasme non plus. Certaines de ces histoires courtes peuvent faire sourire, mais ça reste vraiment gentillet je trouve, et il n’y a pas trop de rupture de ton. Bref, c’est assez rapidement répétitif. C’est le défaut de beaucoup d’albums ou de séries adaptés d’un blog : ça tient difficilement sur la durée. Ce qui passe à petite dose et en pointillés est souvent décevant rassemblé dans un album, où les défauts, le manque d’originalité ou de renouvellement, font ressortir la faiblesse de l’ensemble. Bof bof donc, pas vraiment convaincu par cet album d’une autodérision trop convenue.

14/09/2014 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Un album sympathique, mais pas vraiment marquant. Je citerai les mêmes défauts que les autres posteurs. Il faut d’abord noter le côté répétitif des histoires. Ce genre de « BD Blog » est selon moi plus adapté à une lecture occasionnelle. Le regroupement en album est indigeste. Il faut ensuite avouer que l’ensemble est très superficiel et anecdotique. Le message reste simple (« Je mange trop parce que je veux, le regard des autres me pèse, je me déteste mais je continue quand même » etc.), et l’auteur choisit de ne rien développer, de ne rien expliquer. C’est son droit, certes, mais du coup c’est beaucoup moins intéressant pour le lecteur que je suis. Il y a du positif. L’humour est souvent bien vu, certaines histoires m’ont fait sourire. Le dessin est maitrisé et rempli de petites trouvailles graphiques bien vues. Un album gentillet et rigolo, à découvrir si le sujet vous branche.

24/03/2014 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Gally fait un tour d'horizon par des anecdotes d'une planche ou deux des différentes (més-)aventures et états d'âme d'une jeune femme ronde : un fort attrait pour la nourriture qui vous remplit, le regard des autres, un certain manque de volonté et de persévérance dans les multiples régimes essayés. C'est assez drôle, je pense qu'une telle bande dessinée sert aussi de défouloir, oui je suis grosse et je vous emmerde nous dit-elle à travers cet ouvrage. Ce n'est pas un choix d'être grosse mais on essaie de vivre avec. Le dessin est pour sa part tout à fait réussi et agréable. Le tout forme un petit livre divertissant où le mal-être se ressent mais tout n'est pas noir, l'auteur a de l'humour.

31/01/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Je ne suis pas fan des BD provenant de la blogosphère. Je comprends mieux avec ce one shot. Il y a des bonnes idées, l'auteur ne manque pas d'autodérision mais on tourne vite en rond. Les idées ne sont pas assez développées, j'ai l'impression qu'il y a un problème de positionnement dans le traitement. L'humour n'est pas exceptionnel non plus, on frôle le larmoyant trop souvent. Les strips sont faits pour être lus indépendamment et les regrouper donne un résultat sans saveur. Le dessin est amateur, il fait le minimum pour mettre le contenu en images. Il y a pire mais aussi beaucoup mieux. Il aurait fallu reprendre tout et en faire une BD construite.

24/08/2009 (modifier)

Album primé à Angoulême, j’avoue que je ne me serai pas penché dessus sans ce prix. L’album est petit format avec un petit nombre de planches. L’album est en noir et dégradé de rose, des lignes courbes tantôt grasses (!) tantôt fluides agrémentées par des dégradés en nuances. Graphiquement ça n’est pas très joli mais ça tient la route. Côté scénario, on part sur un thème autobiographique : le surpoids. Au début de l’histoire, on sourit devant les tentations nombreuses de la vie quotidienne de cette femme forte et devant ses faiblesses. Et puis l’histoire ronronne, toujours la même chose, toujours les mêmes faux remèdes et toujours les mêmes réactions. Notre héroïne continue de grossir sans qu’on sache pourquoi. On ne fait que constater des faiblesses. A un moment, un petit passage sur le père sportif caricaturé (enfin je l’espère pour elle) pourrait laisser croire à une thérapie psychologique œdipienne. Et puis non en fait, on repart dans le pathos de la grosse qui mange à l’insu de son plein gré. Sa relation avec son ami est joliment croquée, c’est la seule chose que j’ai trouvé sympa dans l’album. Le trait va finalement très bien avec le thème dommage qu’à la fin on ait l’impression de n’avoir rien lu. Les méthodes sont connues, les réactions banales et convenues, bref l’ensemble est morne… On sourit au début car on peut se reconnaitre dans certaines réactions et envies, mais on n’adhère pas au dérapage progressif au-delà des 100kg. Album gentil, certainement utile pour l’auteur dans son cri qu’est cet album, et puis voilà… L’achat ne me parait pas nécessaire.

31/03/2009 (modifier)
Par Altaïr
Note: 4/5

J'ai été touchée par la lecture de "mon gras et moi", je l'avoue... Gally raconte ses problèmes de poids et la difficulté à assumer le regard des autres et son propre regard. Et même s'il s'agit ici d'un cas extrême, je pense que bien des gens peuvent se reconnaître quelque part en elle, dans une société de l'image qui exacerbe la beauté physique et dénigre tout ce qui ne rentre pas dans les canons de beauté véhiculés par le cinéma, la pub ou les magazines. Gally arrive à garder un juste équilibre entre l'auto-apitoiement et l'autodérision, et garde en permanence un ton léger et un humour qui fait mouche. Le dessin, simple mais maîtrisé, sert en permanence le propos. Il s'efface devant son sujet. Si j'avais un reproche à faire à ce livre, ce serait de n'être finalement qu'assez superficiel. Gally raconte sa propre expérience, c'est intéressant et bien fait, mais ce sujet appelle à des réflexions plus universelles me semble-t-il. En éloignant la "caméra" de son nombril, elle aurait pu je pense en tirer un livre d'une portée bien plus grande. Mais ne boudons pas notre plaisir, "Mon gras et moi" est un témoignage rare, donc précieux, et très agréable à lire. Une bonne BD, en somme, et ce n'est déjà pas si mal. P.S : j'avoue avoir été choquée par le commentaire de iannick, qui regrette que Gally n'ait pas dévoilé les problèmes intimes qui ont entraîné sa prise de poids. Même si je pense comme lui que cela pourrait faire un sujet de livre passionnant, il me semble qu'il y a quelque chose d'extrêmement indécent à reprocher à un auteur de ne pas se mettre totalement à nu dans son oeuvre.

22/10/2008 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

Une bd qui parle des obèses racontée par une femme grosse (bin oui, n’ayons pas peur des mots !), c’est plutôt rare non ? Mais voilà, je suis ressorti très déçu de cette lecture car je n’y ai rien appris… Du constat, du constat et du constat, voilà en gros ce que nous raconte Gally ! Elle nous conte son quotidien, comment elle vit son surpoids, nous raconte comment les gens réagissent face à elle, nous fait partager les sentiments qu’éprouvent son tendre et cher pour elle. Tout cela est très bien raconté, je dirais même que la narration est très bonne et accrocheuse car il y a de la sincérité qui se dégage dans les propos de Gally. Mais, à mon avis, il manque l’essentiel : pourquoi une belle jeune fille comme elle en est arrivé à un surpoids de 40 kilos ? Ok, Gally n’arrête pas de manger, elle ne fait pas de sport, etc… tout le monde sait plus ou moins ce qui fait grossir, là n’est pas le problème. La plupart des gens savent même sans être obèse que le regard des autres sur les personnes fortes est dur, que cela risque d’entraîner des problèmes pour s’habiller, etc… bref, rien à se mettre sous la dent quoi ! (désolé pour ce genre de jeu de mot mais c’est vraiment que j’ai ressenti en lisant cette bd). Par contre, j’aurais bien voulu savoir ce qui l’a amenée à bouffer, bouffer, bouffer… à un moment de la bd, je me suis dit : « ça y est, elle se dévoile enfin, elle va nous dire ce qui cloche vraiment en elle ! » (c'est vrai qu'un autre côté, si elle savait vraiment d'où vient son problème, elle n'en serait pas là... mais bon...) en voyant la séquence où elle nous raconte sa relation avec son père pour finalement replonger dans ses constats, ses rêves de gourmandise, son excuse d’être obèse par hérédité… Bof quoi ! D’autant plus que l’auteure semble s’enfoncer de plus en plus dans son handicap comme si l’obésité était une maladie irréversible, sans note d’espoir de s’en tirer même elle raconte ses problèmes quotidiens avec un ton qui se veut humoristique. Graphiquement, je dois avouer que j’aime le trait de Gally, celui-ci m’est apparu très agréable à contempler. Son coup de crayon y apparaît souple. Le dessin est épuré mais ça suffit, à mon avis, amplement pour une bd de ce type. « Mon gras à moi » est une bd autobiographique très accrocheuse à lire mais qui ne m’a rien apporté de plus à ce que je savais : raconter son quotidien d’obèse avec humour ne suffit pas, dire pourquoi on en est arrivé là et apporter des solutions à ce problème même si ça n’a rien donné pour le moment, c’est franchement mieux ! C’est ce dernier aspect qui manque cruellement dans cet album ! Gally se lamente sans arrêt sur son obésité que ça en devient agaçant !

03/07/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Hum. Je n'ai pas apprécié cette lecture. Quand je dis ça, je ne donne pas un avis objectif sur les qualités de cette BD, je donne un avis sur mon ressenti. Cette lecture m'a plombé. Je l'ai trouvée déprimante. Tellement vraie mais déprimante. Au rayon des qualités de cette BD, il y a beaucoup de choses. Techniquement, la narration et le dessin fonctionnent bien. Ensuite, le sujet abordé est assez rare dans le domaine de la BD, surtout abordé avec autant de sincérité et de vécu. Et mine de rien, cet album est très instructif pour ceux qui n'ont pas de tels soucis de poids : on apprend beaucoup de choses sur des désagréments liés au poids auxquels on ne penserait même pas, sur l'atteinte au mental que cela peut engendrer, sur les sentiments que peuvent entraîner n'importe quelle petite phrase ou n'importe quel comportement des autres. Bref, on en apprend beaucoup sur la souffrance des obèses et sur leurs espoirs. Enfin, moi, avec mon simple excédent de poids et mes poignées d'amour, j'ai appris des choses. Mais je suppose que les lecteurs ou lectrices véritablement obèses doivent au contraire retrouver une part de leur vécu dans cet album. Je ne sais pas si cela leur ferait du bien ou pas, mais ils devraient en tout cas s'y retrouver. Par contre, malgré quelques pointes d'espoir et des petites touches d'humour, j'ai ressenti trop d'obscurité dans cette lecture. L'obésité comme une maladie irréversible, la culpabilité, le regard des autres, la souffrance psychologique et physique, le rejet, le sentiment ambigu d'haine/amour envers son propre corps, le fait que la narratrice n'arrive jamais à s'en sortir... J'ai trouvé ça très, trop, déprimant. Ca m'a miné. Je suis conscient qu'il s'agit d'un récit sincère mais je ne prends pas de plaisir et je ne vois que moyennement d'intérêt à lire ce genre de récit.

28/06/2008 (modifier)