Les Chroniques de Conan (Conan The Barbarian)

Note: 4/5
(4/5 pour 5 avis)

Barry Smith, John Buscema, Neal Adams... dessinent et font vivre Conan sur des scénarios de Roy Thomas. D'après l'oeuvre de Robert E Howard.


Conan le Barbare Marvel

Les Chroniques de Conan sont une reprise incontournable de Savage Sword of Conan. Cette réimpression intégrale de la série la plus significative retraçant l'épopée de Conan est présentée par ordre chronologique, année par année. De Barry Smith à John Buscema et Neal Adams, une lignée d'artistes prestigieux ont donné vie aux scripts de Roy Thomas, d'après l'œuvre mythique de Robert E. Howard. Chaque volume comporte en outre une sélection d'articles parus dans les magazines d'origine. Un must pour tout vrai fan de Conan ! Cet album présente les premiers « Savage Sword » of Conan ainsi que le début de la saga explosive « Savage Tales ».

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Février 2008
Statut histoire Histoires courtes 25 tomes parus
Couverture de la série Les Chroniques de Conan
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

16/04/2008 | JJJ
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ces recueils Panini ne font que reprendre les récits que j'ai connu dans les années 70 par les pockets Arédit et les brochés grand format Lug, mais c'est une bonne initiative pour les nouvelles générations. Je préfère évidemment mes pockets qui faisaient la joie de tous les ados de mon époque. Quand on a découvert le film avec Schwarzy en 1982, ça a été un véritable choc, parce que ce mec peu connu avec la musculature qu'il avait, était pour nous Conan en chair et en os. L'univers qu'a crée Robert Howard dans ses nouvelles était totalement nouveau dans les années 30 (il est mort en 1936) et ne fut redécouvert qu'en 1966 par les couvertures de Frazetta ; c'est à partir de là que la jeunesse américaine s'intéresse au musculeux guerrier de l'âge Hyborien, et que le mythe prend forme. Le genre heroic fantasy jusqu'alors méconnu et seulement abordé par des romanciers anglais (dont le plus fameux est Tolkien) qui lui avaient donné un niveau littéraire d'une grande richesse, est lancé et va connaître le succès que l'on sait. En 1970, Roy Thomas et le dessinateur anglais Barry Smith donne vie en BD à Conan en imposant la fantasy du style "peaux de bête et gros serpent" différente de la fantasy anglaise à la Tolkien. De grands artistes vont illustrer le monde de Conan, comme Gil Kane, Esteban Maroto, Mike Kaluta, Neal Adams entre autres, mais c'est pour moi John Buscema qui donnera au personnage sa véritable dimension et une grande vigueur par son trait à la fois fluide et puissant, qui représente toujours le Cimmérien les muscles saillants et le visage dur ou rageur. Les séquences de batailles y sont farouches et violentes, les personnages féminins très glamour, surtout que Conan considère les femmes comme des monnaies d'échange ou des objets de plaisir. Pour s'opposer à la force brutale d'un tel guerrier, les auteurs lui associent parfois Red Sonja, pendant féminin de Conan qui connaîtra ensuite ses propres aventures sous le crayon de Frank Thorne. Contrées hostiles, cité de Zamora, le dieu Crom, Stygiens ou Hyrkaniens, sorciers, souverains cupides, créatures de cauchemar sont parmi les ingrédients de cette Bd qui brille par ces qualités graphiques et son imaginaire chaotique et fascinant. A essayer d'abord en biblio pour les non-initiés.

30/06/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu les nouvelles de Conan écrites par Robert E. Howard et j'aime bien. C'est donc avec intérêt que j'ai lu cette série scénarisée par Roy Thomas, un grand scénariste que je connaissais surtout de nom, car je n'avais lu de lui que quelques histoires de Spider-Man. Le résultat est très bon. Les histoires sont des adaptations des nouvelles de Howard ou des histoires originales écrites par Roy Thomas. Il m'a fallu un peu de temps pour m'habituer à la narration des récits, mais dès que je suis totalement rentré dans les histoires j'étais captivé du début jusqu'à la fin bien que certaines histoires soient un peu moyennes comparées à d'autres. Il y a plusieurs dessinateurs pour illustrer ces aventures et j'ai aimé la plupart d'entre eux qui font du bon travail en noir et blanc (je ne sais pas si c'était en noir et blanc durant la parution en comics quoique). Bref, à lire si on est fan de Conan, un barbare plus intéressant qu'il en a l'air.

20/01/2013 (modifier)

Au départ j'étais juste curieux. Je pensais avoir affaire à un genre de Rahan. Finalement je suis agréablement surpris, car c'est bien plus que ça. C'est très qualitatif, limite surprenant quand on voit le boulot sur certaines planches. Le dessin est très réaliste et colle vraiment au récit. L'ouvrage en lui même est très solide. Le texte est un peu lourd au début, les formulations sont très austères, puis rapidement on se met à l'accepter. La préface qui explique l'oeuvre d'Howard est d'ailleurs bien vue car sans cette "lumière" on pourrait passer à côté de la véritable essence de Conan. Ce personnage, cet univers, est finalement l'oeuvre d'un homme (Howard), allant au bout de ses convictions. Son écriture est sans concession et construit peu à peu un univers crédible, dense et profond. (La démarche est "en gros" similaire au Seigneur des Anneaux.) Alors il faut se laisser porter et on découvre peu à peu une uchronie intéressante. Pas d'exactitude historique donc, mais c'est comme si, car la période est "crédible". D'ailleurs l'auteur a choisi beaucoup de noms rappelant l'Histoire (la vraie) et on s'y retrouve donc intuitivement. A lire au moins pour la culture, car l'ouvrage est solide et rend bien hommage à la démarche du créateur.

05/06/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Poussé par les avis de fans tels que JJJ et Hevydevy, je me suis lancé dans l'achat de ces chroniques de Conan pour découvrir le personnage que je ne connaissais que via le film. Je craignais d'y trouver un barbare idiot et taciturne dans des récits d'action naïfs et puérils. Au lieu de ça, j'ai été très agréablement surpris. Conan est un barbare, certes, un type musculeux et fier qui fonce droit devant lui, tape, tranche et emporte la femelle comme un sac à patates sur son épaule. Mais je ne sais comment, ses récits se révèlent très prenants et il y a un vrai charme qui s'en dégage. Et mine de rien, autant les récits sont simples dans leurs trames, autant ils se révèlent bien construits et parfois presque profonds par leur rude austérité. Une puissante efficacité qui ressort très bien en BD. Le dessin est en outre généralement bon, avec me concernant une mention particulière pour le superbe dessin de Barry Windsor-Smith. De belles oeuvres noir et blanc qui, une fois n'est pas coutume, me parait meilleur dans les récits les plus anciens que dans les plus récents inclus dans cette intégrale. Conan s'est révélé à mes yeux être vraiment un personnage à part. Comment ai-je pu m'attacher à ce macho brutal aux muscles surdéveloppés ? Et pourtant, il a un véritable charisme. Sa hargne, son comportement instinctif, sa manière d'aller toujours de l'avant et de dominer son entourage de sa force et de sa volonté. Honnêtement, il m'a donné envie de m'identifier à lui et de trancher dans le vif, à la manière d'un jeu vidéo ou de rôles d'heroic-fantasy, prenant et défoulant. Et puis il m'a fait rire bien des fois avec ses comportements vis-à-vis des femmes, ses répliques cinglantes et phallocrates, tout en ayant ses faiblesses, notamment vis-à-vis des femmes de tête dont certaines comme Valéria et Sonja la Rouge l'égalent presque à l'épée. Le contenu de ces albums "Chroniques de Conan" par Panini est en outre très bien pensé. Le premier tome m'a permis de découvrir à la fois le personnage de Conan par un prologue bien écrit, sa terre, la Cimmérie, par un joli poème illustré en BD en introduction, et l'ensemble de l'Ere Hyboréenne par une longue chronologie en BD en fin d'album. Et pour le reste, les histoires sont bien choisies, toutes au minimum plaisantes et certaines presque excellentes. Mention spéciale évidemment à l'histoire Les clous rouges inclus dans ce même tome 1, mais j'ai aussi beaucoup aimé d'autres récits comme le Colosse Noir joliment dessiné par Buscema dont le style a bien changé depuis l'époque. Une lecture plaisante, simple mais tellement efficace, un peu vieillot dans le dessin mais parfois tellement beau. Je suis tombé sous le charme. "Assez de palabre, femme, je te veux !"

06/05/2008 (MAJ le 06/05/2008) (modifier)
Par JJJ
Note: 4/5

Enfin une anthologie consacrée à Conan digne de ce nom. Ce premier recueil regroupe des aventures de Conan parues entre 1971 et 1974 dans les « Savage Sword » et « Savage Tales ». Conan est le pilier de l'ère Hyboréenne dépeinte par Howard. Un personnage marquant et imposant. Roy Thomas est le scénariste de la période faste de Conan en BD. Il entraîne le barbare dans des aventures variées et passionnantes, souvent directement adaptées des nouvelles d'Howard. Conan est barbare, voleur, mercenaire... Un personnage cruel, obéissant à un code d'honneur qui échappe au commun des civilisés. Les histoires de ce livre histoires sont marquantes, on retrouve par exemple "Les Clous Rouges", un chef d'œuvre, illustré de main de maître par Barry Smith. Il y a également des histoires dessinées par Jim Starlin, Neal Adams, ou John Buscema, un artiste qui a énormément travaillé sur ce personnage. En plus de la dizaine d'histoires présentes, plusieurs suppléments alléchants enrichissent cet album : Un poème d'Howard mis en image, des informations sur "Les Clous Rouges" avec de vieux dessins, « L'ère Hyboréenne » retracée sous forme de BD. Enfin les couvertures originales des Savage Tales et Savage Sword réalisés par les talentueux Boris Vallejo, Neal Adams et bien d'autres noms prestigieux, sont présentes en fin de volumes. Un immanquable pour les fans de Conan. JJJ

16/04/2008 (MAJ le 16/04/2008) (modifier)