Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Urban Games

Note: 2.44/5
(2.44/5 pour 9 avis)

Série abandonnée mais reprise/refondue dans la série Urban avec un autre dessinateur. Bienvenue à Monplaisir, " l'endroit le plus fou de la Galaxie ". Loin des planêtes industrieuses, loin des villes©dortoirs, Monplaisir offre enfin de vraies vacances à tous les travailleurs. Répartie en deux décors hallucinants, cette incroyable cité vous propose des milliers d'hectares entièrement consacrés aux loisirs, au repos et à tous les plaisirs.


Reprises / Refontes

Premier volet de l'urban games, un jeu interactif à échelle humaine, excessivement cruel, organisé en direct live dans les rues de Monplaisir par Springy Fool, grand magnat des années 2050. Le décor est posé, celui d'une ville futuriste où tout n'est que plaisir, luxure, vice et jeux, bien sûr. Le plus connu de tous est l'urban interceptor : un crime est commis dans la ville, et l'un des interceptors (super flic à la solde de Springy Fool) en poste à Monplaisir est chargé de l'arrestation de l'assassin. Orchestré par l'ignoble Mister Fool, affublé d'une parure de lapin blanc, accompagné de sa sexy et subversive complice Stella - une blonde sadique - le jeu consiste à prendre des paris et à miser sur les différents scénarios possibles : la côte d'une mort infligée par l'interceptor est de 3 contre 1, celle de la mort d'un innocent au cours de l'affrontement, 23 contre 1…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1999
Statut histoire Série abandonnée (abandon par le dessinateur) 1 tome paru
Couverture de la série Urban Games © Les Humanoïdes Associés 1999

18/03/2002 | dut
Modifier


Par Jetjet
Note: 4/5
L'avatar du posteur Jetjet

"I'm goin' in To sin city I'm gonna win In sin city Where the lights are bright Do the town tonight I'm goin' in To sin city " Ce titre de AC/DC inspire l'actuelle histoire au jeune Luc Brunschwig. Malheureusement pour lui, un autre auteur "méconnu" répondant au sobriquet de Frank Miller a déjà utilisé ces deux mots pour immortaliser sa vision du polar noir dans une ville gangrénée par l'injustice. Qu'à cela ne tienne ! La vision novatrice de la ville corrompue portera le nom alternatif de "Urban Games" en hommage à cette surenchère de violence télévisée. Bien avant les immondices de la télé réalité arrivées peu après sur nos chaines nationales, Luc Brunschwig met en scène des émissions futuristes tournées en direct entre une victime présumée et un ange de la rédemption, l'Interceptor. Sin City devient Monplaisir, une immense métropole futuriste à considérer comme un parc d'attractions géant où tout individu vient claquer son pognon et s'inventer une nouvelle vie dans un bal costumé géant. Overtime débarque incognito du futur pour poursuivre un dangereux criminel..... mais les apparences ne sont pas ce qu'elles présentent et quelques rencontres fortuites peuvent s'avérer dangereuses... Tout ceci ne serait il qu'un miroir aux alouettes ? L'histoire est confuse ? Cela vous rappelle t-il une autre bd ? :) Il peut paraître curieux pour moi d’aviser une série d’une part abandonnée dès le premier tome et d’autre part après avoir lu les 3 tomes disponibles à ce jour de sa refonte/remake sous le nom de « Urban » par le même scénariste mais avec un tout nouveau dessinateur, Roberto Ricci. Mais pourtant ce premier tome portait déjà en lui toute la force et la subtilité de ce qui deviendra quelques années plus tard la jolie série d'anticipation que tout le monde connait. Luc Brunschwig était alors accompagné d'un jeune dessinateur inconnu pour ma part et au style bien plus simple que celui plus travaillé de Ricci. Pourtant le travail de J-C Raufflet n'est pas du tout vilain, simplement beaucoup plus dans un ton enfantin et coloré pouvant rappeler dans une certaine mesure le travail de Moebius dans l'Incal auquel ce péché de jeunesse fait inconsciemment référence. C'est un véritable plaisir que de retrouver le scénario des deux premiers tomes de Urban sous un découpage différent, non pas seulement une ébauche mais également une nouvelle distribution des rôles notamment sur le personnage "fantomatique" de Overtime qui est au cœur d'une pirouette scénaristique géniale dont je vous laisse la découverte ! Raufflet nous gratifie d'une splendide double page, de quelques cadrages audacieux et l'ensemble se laisse lire tambour battant jusqu'à l'âpre conclusion qui a du en laisser plus d'un sur le carreau à l'époque. Par chance, la suite se lit dans Urban mais vous le savez surement déjà :) Pourquoi cette série initiale a t-elle été coupée dans son élan et abandonnée ? Mystères et boules de gomme et dans un sens, Urban est plus joli à regarder et plus travailler à lire mais il serait réellement injuste de dénigrer sa genèse alors qu'elle est à portée de main. Urban Games est donc plus que hautement recommandable si vous appréciez Urban, un bonus qui permet de voir le travail d'écriture entre les deux moutures et une oeuvre qui aurait mérité d'être amenée à son terme même si ce flottement d'une dizaine d'années nous a permis la naissance d'Urban Games 2.0 soit ... Urban !

14/01/2015 (modifier)

Le dessin est correct même si on a l'impression par moment qu'il a été bâclé, ça devient brouillon avec des couleurs criardes. L'histoire démarre tranquillement et les auteurs s'amusent à nous lancer sur une fausse piste, j'ai trouvé le principe assez sympathique. Malheureusement tout se gâte par la suite et se termine en queue de poisson sans doute pour ménager le suspense. Désolé mais la j'ai décroché, visiblement je n'ai pas du être le seul puisque cette série a été interrompue.

17/03/2007 (modifier)
Par Thorn
Note: 2/5

Mouais... L'idée de base est pas mal, mais je suis déçue par la façon dont elle est mise en scène, trop fouilli peut-être. Les dessins sont corrects, le décor aussi, mais rien de spécialement original. C'est pas une BD qui m'a beaucoup marquée, peut-être la suite relèvera-t-elle le niveau... si elle sort un jour.

06/10/2003 (modifier)

13/20 On retrouve dans cette vue du futur celle de jodorowsky dans L'Incal ou plus précisément dans John Difool Avant l'Incal... et c'est bon! le scénar et les dessin sont bons,ça se laisse lire sans probleme... mais quand viendra la suite ????

28/12/2002 (modifier)
Par Kael
Note: 3/5

La première chose qui m'a étonné avec cet album, c'est son épaisseur. Je suis un peu trop habitué aux 47 pages conventionnelles, alors ça fait plaisir de voir 80 pages d'un coup. Au niveau de l'histoire, j'ai été un peu déçu, je m'attendais à mieux, vu que j'aime beaucoup les autres scenar de Brunschwig. En fait, le plus gros défaut de cette bd est que le scénariste fait souvent appel à quelques facilités, quelques libertés, pour ne pas bloquer l'histoire. Ca se voit trop, dommage. Et la fin est limite bâclée... Le dessin est sympa, mais complètement flingué par les couleurs vieillottes, genre années 80's. Bref, faudra voir la suite...

09/06/2002 (modifier)
Par ArzaK
Note: 2/5

En fait si la fin parait baclée, c'est parce que l'album devait contenir le double de pages à l'origine et tenir sous un format moyen (façon Akira). Mais le dessinateur a connu quelques problèmes et l'éditeur, vu le retard, a décidé de sortir le 1e tome plus tôt (le scénariste en parle dans une interview sur BDparadisio). Il faudrait lire la suite pour pouvoir réellement juger cela mais la série ne semble pas d'emblée très originale. Et le dessin, honorable mais sans plus, hésite entre plusieurs genres.

09/06/2002 (modifier)
Par toce
Note: 2/5

Mouais... Ca commence plutôt bien, sur fond de futur à mi chemin entre celui de l'Incal (le grand manitou de la télé, l'esthetique des rues) et des classiques tels que "Running man" au niveau du principe du jeu totalement absurde... Mais ça s'embourbe quand meme pas mal sur la fin. Les dessins ne sont pas trop mals, mais les couleurs à l'ordi sont bien souvent sans âmes (sauf dans quelques rares planches)... La fin est un peu trop seche.. Qu'on garde le suspens intacte pour le prochain tome, ok, mais la c un peu maladroit... A noté les clins d'oeil des auteurs aux grand héros de la bd parmis les fêtards déguisés (Asterix (2x) et Obélix, tintin et milou, le bébé des rzmoket, Corto Maltese, etc.)

24/03/2002 (modifier)

Je suis assez partagé sur ce 1er tome. Bien que fort agréable à la lecture, il m'a laissé une curieuse impression. J'y vois une critique cynique et assez réussie de la société sous divers angles que les auteurs reprennent et amplifient pour illustrer une histoire qui somme toute n'est pas si éloignée de certains mécanismes (ou travers) de notre propre société. Non ?

23/03/2002 (modifier)
Par dut
Note: 1/5

Arg !!! C'est la bd que je voudrais ne pas avoir lu (et dire qu'on me l'a offert...) Les dessins ne sont pas si mal mais le scénario est totalement farfelu... En tout cas moi je n'ai vraiment pas apprécié cette bd...

18/03/2002 (modifier)