Calcutta

Note: 2.17/5
(2.17/5 pour 6 avis)

Je fais commerce d'articles de luxe pour apaiser les riches. Ils m'ouvrent leurs demeures. Je fréquente leurs serviteurs, les soudoie et compile les ragots. Je vends le jour, et le soir je retranscris fidèlement les scandales de la ville. Une habitude perverse, mais gratifiante.


Inde Photo et dessin

Calcutta, XVIIIe siècle. La seconde capitale de l'Empire bruit de scandales. Abravanel Ben Obadiah Ben Aharon Kabariti, Juif de Syrie et négociant en frivolités, aphrodisiaques, zèbres, côtoie les officiers coloniaux et les élites locales, dont il consigne chaque nuit les écarts de conduite dans un journal relié plein cuir intitulé Les Tribulations du Chat-Huant; Paris, années 50. Un exemplaire de ce très rare ouvrage refait surface dans une brocante de Montmartre. Londres, 2002. Tard le soir, un téléphone sonne dans l'East End. Pablo, un jeune Indien, apprend la mort de son grand-père, qui lui lègue un poste de radio, une moto vintage et son exemplaire des précieuses Tribulations du Chat-Huant. La suite est une chaîne d'événements bizarres impliquant des Babus excentriques, un aristocrate obsédé par les footballeuses, l'inventeur de la cartographie psychique, un building de bureaux hanté, et au centre de tout, Digital Dutta, voyageur immobile et gardien de mille secrets. Un étourdissant tourbillon d'époques, de faits et de révélations, destiné à mettre à nu les rouages subtils du Raj britannique et d'une ville-monde, Calcutta, dont aucune littérature n'a épuisé les charmes et les mystères. Texte : Editeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Mars 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Calcutta
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

01/12/2007 | cac
Modifier


Par vidal
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Magnifique d'humour et d’autodérision car vu le nom de l'écrivain c'est un indien ! J'ai appris plein de choses sur l'Inde les mœurs et us et coutumes très étranges pour nous occidentaux comme le malheur et le déshonneur de mourir chez soi !!!!

24/02/2017 (modifier)
Par Jérem
Note: 1/5

Comme les posteurs précédents, je ne suis jamais rentré dans cette histoire. Et pourtant, je me suis forcé à aller au bout de ma lecture … qui a été un calvaire du début à la fin. J’ai rarement vu une narration aussi confuse : l’auteur passe d’une époque à l’autre sans transition, nous abreuve de tout un tas de personnalités de Calcutta aussi inintéressantes qu’anecdotiques qui s’insinuent sans logique dans la trame principale (elle-même déjà très brouillonne). C’est clairement illisible. L’album est beaucoup trop bavard et les textes sont très ennuyeux. Pire au lieu de nous faire découvrir l’histoire et la culture de la ville, Barnejee s’évertue à nous proposer une foule de faits divers décalés et accessoires. Incompréhensible et assommant, Calcutta est un roman graphique à éviter absolument !

12/07/2013 (modifier)
Par Ems
Note: 1/5

De temps en temps il m'arrive de bloquer sur une BD. "Calcutta" en fait désormais partie. Ce genre me plait bien en général mas j'ai abandonné au bout d'une centaine de pages. Je n'ai pas réussi à rentrer dans le récit. L'histoire m'a paru pénible voire même indigeste. L'auteur passe du coq à l'âne, le dessin ne m'a pas aidé à passer outre ce blocage. J'ai perdu mon temps et cette expérience fut négative à tous points de vue. A éviter.

01/04/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Prenez un jeune occidental qui se rend à Calcutta à la recherche d'un livre rare, ajoutez-y une foule d'anecdotes détaillées sur le passé de cette ville et de ses habitants, saupoudrez le tout d'une intrigue autour de l'immortel Juif Errant ou encore du Comte de St Germain et vous aurez un imbroglio quasiment incompréhensible nommé Calcutta. Pourtant sur la base de ces 3 thématiques, j'imaginais quelque chose d'intéressant et d'original. Au lieu de ça, l'auteur a rendu le tout totalement indigeste. La narration est tellement décousue que même une lecture studieuse et assidue ne permet pas de s'y retrouver parfois d'une case à la suivante. L'ensemble n'est même plus bavard, ça ressemble plus à un ramassis d'érudition fourré page après page, sans suivi ni vulgarisation. Assemblage de noms compliqués qu'on oublie à peine lus, de potins certes édifiants ou surprenants mais qu'on peine à dater et à mettre en perspective que ce soit avec l'Histoire ou avec l'intrigue de la BD. La lecture est tout simplement pénible quand elle n'est pas ennuyeuse car à peine intelligible. Quant au dessin, j'ai apprécié les quelques mélanges de photos et de dessins. Par contre, quand le dessin est seul présent, il fait trop vite preuve de son inconsistance et de son manque de maîtrise technique. Je me suis donc forcé à lire cet album, espérant qu'il se révèlerait sous un jour nouveau au fil de la lecture, mais ce ne fut pas le cas. Pénible.

26/10/2008 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Je n'ai pas lu Corridor, du même auteur, mais je ne suis pas sûr d'en avoir envie. L'auteur est visiblement originaire de Calcutta, dont il raconte l'histoire à travers des anecdotes de certains personnages illustres ou plus modestes. Pourquoi pas ? Mais en fait c'est une fausse bonne idée. Avec comme fil rouge la quête de quelques objets appartenant à son grand-père, on a droit à une sorte de catalogue de figures de Calcutta, sans véritable ordre, avec des aller-retours dans le temps, et du coup ç'en devient très confus. On perd très vite le fil, d'autant plus qu'un personnage évoqué est abandonné au bout de deux ou trois vignettes. C'est vraiment frustrant. Bannerjee se reprend brièvement en fin d'album en nous contant l'origine et l'évolution du terme "babu", ce qui nous permet d'apprendre une infinitésimale partie de la culture indienne. Frustrant.

06/04/2008 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Dans la suite de Corridor, l'atypique auteur indien Banerjee propose une suite d'histoires se passant dans la ville de Calcutta comme l'indique le titre de cet album. Au final on en apprend assez peu sur la ville elle-même ou son histoire mais on suit plutôt des habitants dans leur quotidien et leurs habitudes. C'est intéressant à voir à travers les yeux d'une personne locale et non d'un touriste qui raconte ses vacances sous forme de carnet de voyage dessiné. Côté dessin c'est le même style d'expérimentations que dans son premier opus, mélange de noir et blanc, de couleurs, de photographies, avec un petit bonhomme qui se balade sur ces photos.

01/12/2007 (modifier)