Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Tanatos

Note: 2.82/5
(2.82/5 pour 17 avis)

Les aventures d'un anti-héros à la fantômas : Tanatos qui à la veille de la première guerre mondiale est prêt à tout pour s'enrichir même à tuer sans scrupule.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Détectives privés

A la veille de la seconde guerre mondiale les Balkans sont "au bord de l'abîme", la tension politique est à son paroxysme. C'est alors qu'un super vilain fait son apparition Tanatos, doté de nombreux moyens techniques et financiers, il va manipuler l'opinion afin de favoriser aux mieux ses intérêts. Il n'hésite pas à enlever, séquestrer et même éliminer de nombreuses personnes pour arriver à ses fin. Quel est son véritable but ? Qui est il ? jusqu'où ira-t-il dans l'horreur et la destruction, c'est ce que vont essayer de découvrir un détective privé et un célèbre inspecteur de la sûreté. Mais leurs tâche ne sera pas facile car l'ennemi est sans scrupule ni aucune pitié.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Octobre 2007
Statut histoire Série terminée (1er cycle de 2 tomes) 4 tomes parus
Couverture de la série Tanatos

Par Jérem
Note: 3/5

Après la lecture des 4 tomes. Tanatos est une série difficile à évaluer car elle a pas mal de belles qualités tout comme un certain nombre de défauts plutôt gênants. J’ai été assez impressionné par la maitrise graphique de Delitte. Les planches sont toute de grande qualité avec un soin remarquable apporté aux décors. L’ambiance de l’époque se trouve de fait très bien rendue malgré quelques anachronismes maladroits. L’idée de mettre en scène un génie du mal tirant les ficelles de l’histoire dans l’ombre, sorte d’avatar de Fantômas, est intéressante et originale. Malheureusement tanatos, avec ses moyens dignes d’un état, son avance technologique et son armée privée, aurait mérité d’être présenté. Le « super méchant » débarque dans l’histoire comme un cheveu sur la soupe. C’est assez frustrant de ne pas avoir un mot d’explication sur lui. Peut être les auteurs avaient le projet de dévoiler le bonhomme plus tard. J’ai trouvé tous les tomes plaisant à lire mais la narration classique et un peu molle empêche le lecteur de complètement plonger dans l’intrigue, d’autant qu’il y a une certaine redondance dans l’action et les « tours » de Tanatos qui mystifie le monde avec une facilité assez peu crédible. Par ailleurs, ce dernier en tant que génial inventeur possède une technologie digne d’une œuvre de SF qui jure trop avec le cadre historique d’une époque assez fidèlement retranscrite. Enfin, la saga est bloquée au tome 4 depuis 2011 et la chance de voir un jour la suite semble assez hypothétique. 2,5/5

22/03/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Le retour de Fantomas, oups de Tanatos, ben oui il y a du Fantomas chez ce grand méchant, quoique. A vrai dire je suis un peu embête pour mettre ma note. Jean Yves Delitte est un très grand dessinateur lorsqu'il s'attaque aux bateaux, constructions, costumes, par contre c'est carrément la catastrophe lorsqu'il s'agit de dessiner des êtres humains, proportions guignolesques, les visages sont tous identiques et ne se différencient pas les uns des autres, une moustache par ci un chapeau par là sont les seuls signes pour repérer qui est qui, j'oubliais juste les femmes qui ne sont que des caricatures. Bon passons, avec un peu d'effort on peut toutefois savoir qui est qui et suivre ces aventures rocambolesques. Le premier diptyque est plutôt correct mais comme l'on noté certains de mes petits camarades précedents le méchant Tanatos en devient presque comique de suffisance: "Je suis un génie du mal , mes plans sont les meilleurs" tout ça en étant poursuivi par la police. En fait j'imagine que tout ça est un hommage aux feuilletons d'antan, Rouletabille, Rocambole, Fantomas et Arsène Lupin, quoi qu'il arrive le méchant retors à souhait gagne toujours à la fin. Si donc le premier diptyque tient la route cahincaha que dire du deuxième qui nous embarque dans un truc de ouf comme on dit et qui fait se côtoyer à distance Einstein et un autre savant génial, le naufrage du Lusitania, un coup de Tanatos forcément. J'ai l'esprit large et ouvert mais parfois trop c'est trop et si je n'ai pas éprouvé de déplaisir franc à ma lecture, les différents points que j'ai cité plus haut font que je ne peux recommander l'achat même si un emprunt en bibliothèque reste possible.

26/12/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Honnêtement, je ne savais pas trop comment noter cette série durant ma lecture, tant elle est contradictoire. D'un côté, il y a des aspects très positifs, avec une bonne idée de départ fondée sur un grand méchant dans le style de Fantomas, qui déclenche ni plus ni moins la Première guerre mondiale, un être sans scrupules, avide, cynique et diabolique, qui en veut à l'humanité tout entière. Le dessin est excellent, très soigné, surtout dans les décors intérieurs, architecturaux, naturels et techniques, avec une bonne reconstitution d'époque, et une bonne utilisation de l'Histoire qui s'imbrique dans la partie fictive de façon parfaite. De l'autre côté, on a un récit très lent et statique, limite soporifique par endroits, avec beaucoup trop de scènes intermédiaires inutiles et un peu trop de dialogues. On a des erreurs et des incohérences énormes, des facilités de scénario, des fautes d'orthographe en pagaille (j'ai compté au moins 3 "repère" au lieu de "repaire", et aussi "allier" pour "allié"...), et une pléthore de personnages à moustaches qu'il est parfois difficile d'identifier. Et surtout, on ne nous explique pas comment Tanatos obtient toute cette machinerie extravagante, ces engins et ces infrastructures qui font partie d'une gigantesque logistique avec un personnel nombreux ; c'est un peu trop facile de ce côté-là. Qu'il fasse son petit Arsène Lupin en se déguisant et en prenant l'apparence d'autres personnes, à la rigueur, je l'accepte, mais il y a donc tout un ensemble de choses qui me laissent dubitatif dans cette histoire. Le côté vantard et prétentieux de Tanatos qui se la pète complètement en rabâchant sans cesse "je suis le plus grand cerveau de la terre, j'ai tout prévu, je ne laisse jamais rien au hasard, mon plan se déroule comme je l'avais prévu...", ainsi que tous ses larbins qui le congratulent à tour de bras "ah patron, vous êtes vraiment le meilleur"... tout cet aspect a eu le don de m'agacer. Surtout que le Tanatos avec son costume et ces répliques théâtrales, a une allure de fanfaron qui contraste avec son côté machiavélique sérieux, ça le décrédibilise tellement que je n'ai jamais réussi à le trouver fascinant, au contraire d'autres grands méchants de bande dessinée. Le premier diptyque est assez réussi, effroyable dans sa description, mais le second m'a vraiment déplu, c'est le plus lent et le plus complexe, d'autant plus que l'un des héros est tué, et qu'à la fin, la moralité n'est même pas respectée. Bref, j'ai trouvé ce final détestable, et du coup étant arrivé péniblement au bout de ma lecture, je n'ai pas aimé du tout, d'où ma note basse, qui vaut uniquement pour le dessin de Delitte.. S'il y a un autre cycle, il est hors de question que je le lise.

25/03/2015 (modifier)

Quel dommage ! Cette série part sur un concept original, mais mal exploité, celui d’un grand bandit qui tire les ficelles de l’histoire de l’Europe. ... Le dessin et les couleurs sont très bons, notamment concernant les décors qui sont bien travaillés. Le voyage vers le début du XXe siècle est réussi. J'ai également apprécié l'originalité d'avoir des cases sur un fond noir. Bonne trouvaille aussi que celle de l'utilisation des manchettes de journaux, mais trop utilisée à mon goût (parfois de faux articles amusants y sont glissés, à ce propos, l’éditeur « L’association » prend très cher !). Le gros problème vient de l'histoire, avec un cruel manque de rythme, une lenteur indigeste qui confine à l'ennui. Du coup, l'envie d’aller plus loin que le tome 2 m'a fait défaut. De plus, le scénario manque aussi fortement de crédibilité: concernant les technologies utilisées par les personnages (Thanatos qui possède un hélicoptère, un hors-bord, la police qui possède un télécopieur...), mais aussi des anachronismes de toutes sortes, comme la présence d’un poster avec une croix gammée dans la chambre de l’assassin de Jaurès (en 1914...). Enfin, Tanatos qui arrive à berner tout le monde avec ses déguisements et des postiches, en singeant la voix des autres, ça peut passer une fois, mais sans arrêt...Faut pas pousser... Bref, un série lente, répétitive, et au final ennuyeuse. (236)

25/06/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Une très bonne série à mes yeux, à condition d’en accepter le postulat de départ. En effet, le duo Convard-Delitte crée ici un personnage « à la Fantomas », méchant machiavélique et manipulateur hors normes. Avec ce genre de concept, il est inévitable que certaines incohérences se glissent dans les scénarios, mais je les ai acceptées avec d’autant plus de facilité que cette série n’est pas dépourvue d’humour, et que ce côté désuet est parfaitement assumé. Par contre deux, choses m’ont chagriné. La première provient des « unes » de journaux. Il est fréquent que les auteurs glissent dans celles-ci quelques private jokes. Mais, dans le cas présent, j’ai non seulement trouvé que le duo y avait trop souvent recours mais que, de plus, les propos tenus n’étaient pas toujours des plus adaptés. Ces petits articles finissent par me distraire de ma lecture et par me faire décrocher au lieu de me divertir un court instant. J’ai d’ailleurs fini par les ignorer. La deuxième chose qui m’a chagriné, c’est la façon dont Didier Convard parvient à s’auto-saborder. Je trouve ses scénarios bien construits et originaux mais le scénariste ne peut s’empêcher de dévoiler a priori les futurs rebondissements (via les propos tenus par des personnages qui, trop souvent, nous font part de leurs intentions), enlevant ainsi une grande part de l’effet de surprise auxdits rebondissements. Heureusement, je ne lis pas cette série spécialement pour son suspense, mais bien plus pour son univers, où certains éléments d’anticipation viennent se greffer sur un décor historique rigoureux, et pour la qualité du dessin de Delitte. Divertissante et belle, mais au suspense tout relatif, cette série m’est apparue d’une qualité suffisante pour que j’en conseille l’achat. Franchement pas mal bien, malgré ses imperfections.

23/03/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

1.5 Le dessin de cette série est excellent. Le dessinateur a du talent. Dommage que je ne puisse pas en dire autant sur le scénario qui m'a terriblement ennuyé. J'ai eu l'impression de lire du sous-Fantomas. Rien ne m'a intéressé dans l'histoire. Les ficelles sont tellement grosses que je n'y ai pas cru une seule seconde ! D'accord, c'est simplement de la fiction, mais ça ne veut pas dire qu'on a le droit de faire n'importe quoi. Le tome 2 m'est littéralement tombé des mains. Je ne saurai donc jamais la fin de l'histoire et je m'en fiche comme de ma première chaussette.

09/12/2009 (modifier)
Par Bedelisse
Note: 2/5

2/5 pour l’ensemble de l’album. Le dessin est vraiment magnifique (Ca mérite un 4/5). D’un point de vue architectural, c’est très détaillé, très fouillé et du point de vue des accessoires (voiture, avions etc.) d’un réalisme saisissante. Franchement très réussi Par contre coté scénar, c’est l’ennui le plus total. Je ne me rappelle pas déjà avoir lu une bd aussi linéaire que Tanatos. Il n’y a aucune surprise, on devine tout à l’avance, c’est mortel. Donc le scénar ne vaut pas plus de 1/5 et encore je suis généreux.

15/07/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Wouah! Tanatos m'a réellement surpris à plus d'un titre. Je n'ai jamais rien lu de pareil ce qui est bon signe quant à l'originalité. Cela mélange la grande histoire avec une enquête policière sur fond d'uchronie. Or, loin d'être indigeste, ce cocktail s'associe très bien pour le plus grand plaisir du lecteur. Par ailleurs, on n'est pas très loin d'une nouvelle forme de comics. Tanatos renoue avec l'esprit des Fantômas... On a un mégalomane masqué fort intelligent qui vole la vedette au gentil inspecteur qui tente de déjouer sa machination. Pour l'instant, ce dernier fait pâle figure. Bref, les héros semblent inexistants. Enfin un méchant digne de ce nom qui a droit non seulement au titre d'une série mais qui gagne! Je préviens d'avance que ses réflexions pourront le cas échéant en énerver plus d'un (du genre "ah!ah!ah! Je suis l'incarnation du génie du mal! Mon plan en 5 actes fonctionne parfaitement bien!"). C'est trop kitch mais c'est super ! ;) Les dessins sont une véritable réussite. Un magnifique trait, des cases somptueuses jusque dans les décors, une mise en page et des couleurs parfaites... C'est vraiment beau ! J'apporte juste un petit bémol concernant les visages qui se ressemblent un peu. Juste un mot pour dire que Jean-Yves Delitte qui a été récemment auréolé du titre de « Peintre officiel de la Marine », c'est dire! Côté scénario, c'est un coup de maître que de rendre presque crédible une thèse sur les véritables causes de la première guerre mondiale. Bien sûr, il y a de l'exagération dans certaines scènes et des dialogues un peu convenus, mais cela concourt au charme de cette série où l'inventivité ne manque pas à l'appel. Le récit est d'ailleurs sombre et mouvementée. L'utilisation de l'Histoire et d'hommes politiques célèbres comme Jaurès est vraiment habile. Cet univers steampunk me fascine. Je suivrai avec la plus grande attention la parution d'un nouveau diptyque. Cette série est réellement basée sur un concept fort original. Néanmoins, elle va beaucoup plus loin. En effet, vous connaissez beaucoup des séries portant le nom d'un méchant qui réussi tous ses coups et qui sort toujours gagnant? Le 3ème tome qui nous plonge sur les véritables raisons du naufrage du paquebot le Lusitania est globalement moins bon que les deux précédents. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai été peut-être plus sensible au dialogue un peu répétitif. Nous avons droit en effet toutes les deux pages à "qu'est ce qu'il est machiavélique ce Tanatos!" comme pour inspiré un climat de terreur qui ne reste que verbal après tout. Cependant, cette série reste au-dessus du lot grâce à une véritable maîtrise aussi bien graphique que scénaristique. Note Dessin: 4.5/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4.25/5

06/06/2008 (MAJ le 22/11/2008) (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Avis sur le tome 1 "Les années sanglantes" : En lisant « Tanatos », j’ai cru revivre un épisode adapté en bd du long métrage cinématographique « Fantomas ». Bon, il y a quand-même quelques grosses différences entre ce film et cette nouvelle série dessinée par Jean-Yves Delitte et scénarisée par Didier Convard : Premièrement, l’histoire se déroule au début du XXème siècle juste avant la première guerre mondiale. Deuxièmement, l’inspecteur Juves joué par Louis De Funès est remplacé par un policier très crédible qui connaît parfaitement son boulot, qui ne joue pas le rôle du comique et qui est accompagné par un autre enquêteur du même type. Troisièmement, la plupart des protagonistes qui évoluent dans « Tanatos » sont des personnages qui ont réellement existé comme le fameux député Jean Jaurès. Et enfin, la bd met en scène des personnages dans des lieux qui ont marqué cette période (par exemple : l’usine Schneider). Le tout donne un scénario, à mon avis, imaginatif, prenant et assez passionnant parce que j’ai eu l’impression que les faits auraient pu se dérouler comme le décrit Didier Convard ! Cependant, j’ai moins apprécié le personnage de « Tanatos » qui m’est apparu comme un méchant superhéros. A la décharge des auteurs, je n’ai jamais aimé les histoires de superhéros… Tanatos ressemble physiquement à Batman mais dans sa façon de penser et de s’exprimer, il s’assimile beaucoup à Fantomas. Ainsi, il m’est apparu franchement arrogant, égocentrique et immodeste, bref, c’est le parfait personnage détestable et un peu trop caricatural aussi à mon goût… Petite remarque en passant, j’ai trouvé curieux de constater quelques « piques » de la part des auteurs sur l’éditeur « L’association » et le magazine bd « Bodoï », elles sont rédigées dans les articles où apparaissent de faux journaux d’époque… N’empêche, j’ai tout même apprécié ce premier tome grâce au contexte historique dans lequel se déroule l’histoire et grâce au dessin de Jean-Yves Delitte. Delitte possède un don, oui, je dis bien un don ! Pourquoi ? Parce que cet auteur est capable de réaliser deux à trois albums par an aux décors fouillés et très réalistes tout en étant architecte designer ! Mais comment fait-il pour être si productif ??! A-t-il une grosse banque de photos de l’époque où se déroule cette série ? Le dessin de Jean-Yves Delitte est assez personnel, il est surtout précis et fort détaillé. Personnellement, je serai curieux de voir une de ses bd entièrement réalisées en noir et blanc car j’aime son trait. La mise en couleurs m’est apparue bien adaptée au récit. Je trouve que la mise en page et le découpage sont efficaces. En tout cas, je n’ai pas de remarque particulière à faire sur une éventuelle incompréhension du sens de lecture dans ce premier tome. Malgré un personnage central qui m’est apparu caricatural et qui est une sorte de mélange de Fantomas/Batman (je n’aime pas les superhéros), j’ai aimé ce premier tome de « Tanatos ». J’y ai apprécié sa situation au début du XXème siècle et l’intégration de personnages qui ont réellement vécu, dans ce récit. Le tout donne une bd de fiction qui propose une histoire terriblement réaliste. Chapeau donc aux auteurs pour ce scénario original et ce dessin au trait précis ! Le deuxième album de la série sort en Janvier 2008, soit exactement et seulement 3 mois après ce premier tome… mais comment fait-il Delitte pour dessiner aussi vite ?! Note finale : 3/5 Avis sur le tome 2 : « Le jour du chaos » : Autant j’avais apprécié « L’année sanglante », autant le deuxième album m’a ennuyé… Ce qui faisait l’originalité, la surprise du premier tome s’estompe -à mon avis- très rapidement dans « Le jour du Chaos » d’autant plus que des longues scènes paisibles et sans gros intérêt sont présentes dans le second album. En fait, il y a deux grosses choses que j’ai détestées dans ce deuxième tome : - des personnages très stéréotypés : d’un côté, on a des gentils en la personne de flics incorruptibles, et de l’autre, on a des méchants avec des protagonistes bêtes, orgueilleux, imbus d’eux-mêmes… point barre ! Et je ne vous parle pas des dialogues et des scènes ridicules entre le héros Tanatos et son second… - un dénouement digne des feuilletons sans fin où le méchant réussit à s’en tirer au nez et à la barbe des inspecteurs (désolé pour le spoiler mais je pense que vous vous en seriez doutés…). En utilisant cette ficelle, le scénariste tient là de quoi pouvoir réaliser une vingtaine de tomes jusqu’à ce que les lecteurs s’en lassent (et les chiffres de vente se tassent, mais là, c’est une autre histoire !)… Plutôt de critiquer l’éditeur « L’association » à travers des faux articles de journaux dans le premier tome, les auteurs auraient mieux fait de s’inspirer de leurs meilleurs séries pour réaliser une bd aux personnages plus complexes qui nous procurent des émotions au lieu d’un fade remake de « fantomas ». En s’inspirant de faits historiques réels pour concevoir « Tanatos », Didier Convard semblait bien parti pour m’intéresser à son récit… c’est loupé à cause de la présence de personnages très ridicules du côté des malfaiteurs et un dénouement très classique qui me fait craindre une série à rallonge. Malgré un dessin qui me plait, je ne lirai pas les tomes suivants. Note finale : 2/5

21/11/2007 (MAJ le 02/08/2008) (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et la surprise a été plus que bonne. Cette histoire est un habile mélange entre steampunk et uchronie, même si aucun des 2 genres n'est très marqué. C’est vraiment très bien imaginé et très bien raconté. Ce dytique réécrit l’origine de la première guerre mondiale. Un mystérieux personnage, le comte Tanatos, agit dans l’ombre et manipule les hommes politiques de l’époque. Et c’est à cause de lui et de son plan machiavélique que la première guerre mondiale a éclaté. J’ai aimé parce que j’ai trouvé l’idée excellente et que l’histoire est prenante. Au début on se sait pas quelles sont les motivations de Tanatos et on découvre son plan petit à petit. Le 2e tome est peut être un peu moins bon car l’intrigue avance plutôt lentement. Mais qu’importe, je me suis éclaté. En plus le dessin est bon. Que demander de plus ?

22/03/2008 (MAJ le 15/05/2008) (modifier)