Ciao Jessica

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Des histoires courtes, presque des brèves d'agence qui bien que mises en couleur restent empreintes d'un noir profond.


Des histoires courtes, presque des brèves d'agence qui bien que mises en couleur restent empreintes d'un noir profond. Ces histoires courtes révèlent le quotidien d'une certaine amérique tout aussi profonde. .

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1988
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Ciao Jessica
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

29/09/2007 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

C’est un recueil d’une petite dizaine d’histoires courtes. La plupart sont plutôt réussies (mise à part la dernière, dont je n’ai compris ni le déroulé ni la chute). Courtes, ces histoires ne permettent pas un développement trop long. C’est sans doute parfois un peu frustrant, mais cela évite la dilution, et accentue le côté énigmatique de certaines d’entre elles (plus affaire d’ambiance que de narration complexe). Il y a un peu d’ « Alfred Hitchcock raconte » et de « La quatrième dimension » parfois, dans ces histoires usant parfois de fantastique (comme la première qui donne son nom au recueil), ou d’une ambiance thriller, avec quelques touches de Science-Fiction. C’est souvent noir. Le trait de Theureau est proche de celui de Prado. Classique, un peu daté, mais bon, voire très bon. Un album peu épais et très vite lu, mais une lecture sympathique que je vous recommande.

14/05/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Recueil de courtes nouvelles noires, cet opus m’a fait passer un agréable moment de lecture. Certes, il n’y a rien d’original mais tant la narration que le trait m’ont plu par leur efficacité, leur immédiateté et le soin qui leur a été apporté. Il y a cependant une nouvelle que je n’ai absolument pas comprise (du moins sa chute). Pas mal. J’ai emprunté l’album, mais si je l’avais acheté, je ne crois pas que je regretterais cet achat. Achat non déconseillé, donc, même si nous sommes face à un album très classique dans son genre (nouvelle noire teintée de fantastique).

01/06/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

J'aime assez en général les recueils d'histoires courtes. Si certaines de cet album tendent un peu vers le policier/thriller, elles sont en majorité teintées de fantastique voire de science-fiction. Cela devrait d'autant plus me plaire. Mais non... Pourtant le dessin n'est pas mauvais. Dans un style réaliste parfois un poil figé, il offre de jolis paysages américains. La colorisation est intéressante également. Les couleurs sont bien choisies, mais un peu entachées à mes yeux par des veines grisées un peu trop présentes et qui donnent de bizarres effets de transparence aux personnages. Le tout manque en outre un peu de profondeur. Mais c'est surtout le contenu de ces récits qui m'a déçu. Aucune histoire ne m'a marqué ni charmé. Les scénarios sont le plus souvent prévisibles et presque tous vains ou décevants. Certaines conclusions m'ont franchement pris de court, au mauvais sens du terme, me demandant l'intérêt de raconter une histoire pour en arriver à une telle fin, aussi... inutile. Bref, je n'ai pas accroché même si cela aurait dû être mon genre d'histoire.

21/07/2008 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Le dessin n'est pas une formidable réussite car les traits ne sont pas très précis ou discret. Mais on peut pardonner car il s'agissait du premier album aussi bien de Laurent Theureau que de Patrick Galliano. Ces histoires un peu noires ont pour toile de fond tous les fardeaux qui encombrent l'humanité : indifférence, incommunicabilité, solitude, désespérance, amour sans partage, amour non partagé, violence et mal de vivre. Cependant, les auteurs ne laissent d'abord rien transparaître, ce qui peut par la suite surprendre le lecteur. Or, j'aime ce procédé même si pour l'une ou l'autre histoire, ce ne fut pas tout à fait compréhensible. Bd à découvrir pour les amateurs de thriller noir.

29/09/2007 (MAJ le 12/03/2008) (modifier)