Global Frequency

Note: 2.8/5
(2.8/5 pour 5 avis)

Global Fréquency, une série en 12 épisodes, est une création de Warren Ellis et de 12 collaborateurs : -Steve Dillon, Glenn Fabry, Garry Leach, David Lloyd, Roy A. Martinez et John J Muth pour le premier tome. -Simon Bisley, Chris Sprouse, Lee Bermejo, Tom Coker, Jason Pearson et Gene HA pour le deuxième tome. -Couvertures de Brian Wood. Coloriste : David Baron. Êtes-vous sur Global Frequency?


Auteurs britanniques DC Comics Warren Ellis Wildstorm

Dans moins d'une heure un trou noir va s'ouvrir au milieu de San Francisco. Ou... un virus aérien pire que l'Ebola va être laché dans le centre de Londres. Ou... cent malades mentaux vont faire exploser le dernier étage d'un immeuble d'affaires, en se tuant avec leurs otages. Sauf si Miranda Zero a son mot à dire. Global Frequency est une organisation mondiale de sauvetage qui vient apporter l'espoir là où tout a échoué. Composée de 1001 membres, Global Frequency a des experts dans des domaines aussi variés que la conception d'armes biologiques ou la pratique du Parkour. Chaque agent équipé d'un téléphone vidéo spécial qui les garde en contact permanent avec Aleph, la super coordinatrice basée au central de GF, est choisi spécifiquement par Miranda Zero, l'énigmatique directrice de l'organisation, en fonction de leur proximité, de leurs compétences et, parfois en désespoir de cause! Êtes-vous sur Global Frequency?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Juin 2007
Statut histoire Histoires courtes 2 tomes parus
Couverture de la série Global Frequency
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

24/08/2007 | JJJ
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

2 tomes, 12 récits en tout avec autant de dessinateurs et Warren Ellis au scénario. Global Frequency, c'est mille et une personnes pour gérer des sauvetages d'ordre planétaire. Outre Miranda Zero la responsable et Aleph la clé de voute du système, chaque récit dispose de personnages différents. Pour résumer en quelques mots, on pourrait dire que la télé avait 24H chrono et que Ellis a inventé le 24 minutes chrono en comics. C'est très dense et rapide, chaque scenarii est une histoire à part entière, le niveau est globalement bon, à titre personnel, j'en ai trouvé qu'une peu intéressante. J'ai découvert des dessinateurs de talent, la palme revenant à Lee Bermejo que j'espère retrouver sur des comics plus conséquents. Ce n'est pas le meilleur Ellis mais un Ellis restera toujours meilleur que beaucoup d'autres productions... Note finale : 3.5/5

26/05/2011 (modifier)

Bof. Parce qu'avec Warren Elis aux commandes, on attendait au minimum... de l'engagement. Je n'exige pas du Transmetropolitan à chaque fois, ni un message politique à chaque page, mais, tout de même, un semblant de conviction aurait pu apporter ce supplément d'âme qui manque ici cruellement... Sinon ca va vite, très vite... et ca manque de matière même si la mécanique des scénarios est intéressante et très bien rythmée ! Là où ca me gène c'est que ces cas d'école sont intéressants sur la forme mais à la limite du second degré sur le fond. En fait, j'ai trouvé l'approche militaire un peu pathétique.

13/04/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

C'est parce que je suis très intéressé par tout ce que fait Warren Ellis et parce que certains ici m'ont conseillé cette lecture que j'ai acheté les deux tomes de Global Frequency. Car je dois avouer que le sujet ne m'intéressait pas trop : une équipe façon Agence Tout Risque à l'échelle planétaire qui sauve tous les jours la planète, mouairf... Et le peu que j'en avais feuilleté ne m'avait pas attiré : trop d'explosions, de personnages me rappelant de banales séries américaines... Les récits sont en effet un peu trop souvent orientés vers l'action, le grand spectacle. Et puis la structure en histoires courtes s'est révélée, comme je le pensais, incapable de permettre une vraie intrigue sur la longueur, juste de petits épisodes de divertissement trop courts pour être vraiment développés. Les fins assez abruptes et sans épilogue m'ont régulièrement frustré. Par contre, j'ai reconnu l'imagination débordante de Warren Ellis. Une jolie galerie de personnages. Et quelle variété de dangers qui pourraient menacer la planète ! Ca fait froid dans le dos à quel point Ellis va chercher ses idées dans la société moderne, dans les développements scientifiques, les armes exotiques, les dangers extra-terrestres plus ou moins crédibles... J'ai retrouvé là avec satisfaction le don pour l'anticipation sociale et technologique de Warren Ellis, don qui à mes yeux trouve son apogée dans sa série Transmetropolitan. Pour le reste, les dessins sont variés, puisque réalisés par des auteurs différents pour chaque histoire, mais ils sont tous plutôt bons et relativement dans le même ton à chaque fois. Et la narration est bonne ce qui permet des lectures plaisantes et assez prenantes. Sur l'ensemble des deux tomes, quelques histoires m'ont moyennement convaincu, 1 ou 2 sur le premier tome, et 2 ou 3 sur le second, mais dans l'ensemble ce sont des récits de bon niveau. J'aurais cependant aimé davantage de développement et de suivi dans les intrigues et les personnages. La structure en histoires courtes indépendantes me frustre trop souvent et interdit à la série de gagner en profondeur à mon goût. Un bon divertissement mettant en scène le don pour l'imagination de Warren Ellis mais pas une de ses meilleures oeuvres. Je lui préfère nettement Transmetropolitan pour l'anticipation sociale et Planetary pour le groupe de super-héros confrontés à des dangers aussi variés et fantastiques que palpitants.

01/05/2008 (modifier)
Par JJJ
Note: 3/5

Êtes-vous sur Global Frequency ? 'Global Frequency' est une série en douze épisodes, réalisés par différents artistes talentueux, répartis en deux albums. Warren Ellis nous fait une fois de plus profiter de sa maestria scénaristique. A partir d'un principe simple, vu plus d'un millier de fois, il parvient a créer une histoire de Science-Fiction autant haletante que passionnante. Les dessinateurs choisis, que ce soit sur ce tome ou le suivant ont tous un style et une personnalité. On est loin de l'uniformisation. Leurs contributions apportent un plus en donnant une identité propre à chaque segment qu'ils dessinent. Saluons le travail du coloriste qui officie sur l'ensemble de la série, David Baron, qui a su respecter tous les styles tout en y imprimant sa patte (les dessins de David Lloyd n'ont jamais été aussi beaux) et créer un lien entre les différents artistes. Enfin Les couvertures sophistiquées de Brain Wood, très représentatives de l'univers Global Frequency, méritent le coup d'oeil. Les six épisodes du premier tome sont indépendants. Le postulat de départ est toujours le même, une crise majeure se prépare quelque part dans le monde, Miranda Zero, la patronne de l'organisation mondiale GF, intervient. Un membre de l'organisation est alors contacté via un téléphone spécial par l'oracle de l'organisation, la mystérieuse Aleph... ensuite l'action démarre, les gens de GF se rendent sur les lieux et s'attaquent au problème donné. Un concept simple comme bonjour mais fonctionnant parfaitement pour de multiples raisons. Les histoires sont variées, le rythme narratif rapide insuffle de la tension au récit et les lieux de l'action ne se limitent pas à de grandes villes américaines. Jusque-là rien de bien original, et pourtant... Les personnages présents dans les histoires, héros à usage unique, sont différents, tant au niveau de leurs capacités propres, que de leurs compétences. Cette diversité permet d'offrir une grande variété tant dans les dialogues que dans les manières de procéder. Autre atout : Les histoires fonctionnent en stand alone mais la discrète présence de Miranda Zero et d'Aleph les lie toutes, ainsi pour une intrigue différente à chaque fois, le lecteur est en terrain connu car l'univers est le même. Warren Ellis peut alors faire débuter très rapidement ses aventures, sans planter un décor ni présenter les personnages... Cela ne veut pas dire que les protagonistes manquent d'épaisseur, l'auteur développe tout au fur et à mesure, tout en présentant l'intrigue et les lieux. Ensuite le scénario n'a plus qu'à se dérouler. En ce qui concerne les personnages, ils offrent eux aussi une particularité, dans GF les personnages principaux sont des gens de l'ombre. On ne sait quasiment rien d'eux. Si l'on se rend compte en lisant que Miranda Zero est à la fois l'esprit et le guide de Global Frequency, on ne sait rien de plus. Ses apparitions sporadiques la montrent comme étant une femme forte. Quand à Aleph, elle est la voix de Global Fréquency, très différente de sa patronne, Aleph est un personnage intéressant, une base de données vivante, elle ne déconnecte jamais de la fréquence. Une petite parenthèse pour les lecteurs de Batman. Aleph ne sera pas sans rappeler vaguement Barbara Gordon, ex Batgirl devenue Oracle... Il y a cependant bien trop de différences entre les personnages pour que l'on les assimile complètement l'une à l'autre. Un détail... Les deux personnages principaux sont des femmes, des femmes que les auteurs ont su rendre fascinantes en les faisant apparaître seulement dans quelques cases. Le fonctionnement de GF, n'est pas expliqué, de là à dire que c'est une organisation matriarcale... Il n'y a qu'un pas... Bien des questions se posent sur les personnages et les éléments de cette série à la lecture de ce premier tome. Ce que j'en pense est que les réponses ne viendront pas toutes dans le deuxième tome... C'est d'ailleurs le point qui risque d'être la faille la plus évidente de "Global Frequency". Je vois déjà les casse-c... pardon... les tatillons dire : Qui sont-ils ? Qui finance ? Comment sont-ils choisis ? Comment se fait-il que le membre de l'agence sur les lieux a toujours des capacités adaptées à la situation ? (là je caricature un peu). Ces questions, si elles sont légitimes, sont cependant balayées par l'aspect « entertainment » de cette bande dessinée. "Global Frequency" est une série divertissante et fun avant tout. Une série télévisée de douze épisodes tirée de cette série est prévue chez Warner. Si elle est spectaculaire, cette série n'en est pas pour autant inintelligente, d'ailleurs cette bande dessinée d'action pure est délicatement enrobée du cynisme qui caractérise les oeuvres d'Ellis. "Global Frequency" est une lecture plaisante, une création passionnante par l'un des auteurs les plus prolifiques du moment. C'est à lire. Après lecture du deuxième tome construit sur le même schéma, je révise ma note à la baisse. Ce deuxième tome est tout aussi soigné que le premier, aussi bien écrit. En revanche il répond à trop peu de question et n'apporte pas de valeur ajoutée marquante au premier, du coup l'impact de cette série s'en trouve amoindri. Si une suite est réalisée un jour, je serai curieux de la lire afin de voir quelle direction prendrait cette série, car en l'état cette série laisse un arrière goût de frustration après lecture des deux tomes. JJJ

24/08/2007 (MAJ le 20/04/2008) (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

La 1ere de ces 6 mini histoires ne m’avait pas convaincu. Trop courte, trop simpliste, trop bourrine. Et puis je suis petit à petit rentré dans l’ambiance, et j’ai finalement englouti les 6 histoires d’une traite. Alors bon, je trouve quand même qu’elles sont un peu courtes, et n’ont pas vraiment le temps de se développer, se limitant la plupart du temps à l’équivalent d’une scène d’action d’un film de Bruce Willis. Les personnages (masculins et féminins) sont tous très typés « gros dur macho », et les dialogues plutôt du genre « sévèrement burnés ». Reste que malgré tout ça, j’ai quand même trouvé cette BD sympa. Peut-être grâce au dessin, dont le style change à chaque histoire, apportant ainsi une certaine variété à l’ensemble. Les fans de scénarios remplis d’action devraient apprécier. Moi j’ai bien aimé sans plus.

18/10/2007 (modifier)