Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Montgolfière

Note: 2/5
(2/5 pour 3 avis)

Un petit village d'Irlande décide de devenir une capitale scientifique et se cotise pour acheter une montgolfière...


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Iles Britanniques

Un petit village d'Irlande décide de devenir une capitale scientifique et se cotise pour acheter une montgolfière, premier outil de fabuleuses études astronomiques. Dès son arrivée, on place dans la nacelle l'idiot du village et on lâche l'aérostat. A sa descente, l'enfant à disparu. Ouvrant le champ à toutes les hypothèses que peuvent ensuite échafauder les villageois dans des discussions homériques.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Janvier 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Montgolfière
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

29/06/2007 | Sejy
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

J'avais envie au départ de mettre trois étoiles car l'idée de ce récit un peu fantastique était intéressante. Cependant, cette idée n'a pas été exploitée correctement jusqu'au bout. Quand cette histoire se termine, on se fait la réflexion suivante : "Tout cela pour ça ? Non, c'est pas possible !". La montgolfière fait partie des ratages que l'on peut rencontrer en bande dessinée. La faute à un scénario qui souhaite donner dans le mystère sans jamais apporter la moindre réponse. C'est clair qu'on ne peut pas être convaincu par une telle démarche versant dans la facilité la plus absolue.

02/10/2009 (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Je partage la même déception que Sejy. Pourtant, la lecture de cette bd est agréable avec un contexte complètement loufoque : An 1940, les habitants d’un village irlandais achètent une montgolfière pour surveiller l’invasion "bosh" et accessoirement s’adonner à des mesures scientifiques pour la renommée du bourg. Les dialogues sont assez délirants dans le sens où chacun se lance dans des pseudo élucubrations scientifiques pour tenter d’expliquer l’inexplicable, à savoir la disparition de "Simplet" dans la montgolfière. Sympa, intriguant même. Mais le final laisse le lecteur dans l’expectative la plus complète. Aucune indication ne nous permet d’élucider cette disparition mystérieuse et, du coup, cet album perd beaucoup de son intérêt. Reste des dessins N&B au trait suranné agréables à l’oeil. Mais la déception est d’autant plus grande que le potentiel pour faire quelque chose de vraiment bien était présent. Dommage . . .

23/11/2007 (modifier)
Par Sejy
Note: 2/5
L'avatar du posteur Sejy

L'ambition de l'auteur était-elle de donner une résonance poétique à un petit conte humoristique? A mon avis, c’est là qu’il pêche ! Proposer un postulat (la disparition de Simplet dans la montgolfière) prétexte à diverses théories alcoolisées et mystico-scientifiques des villageois, soit ! Mais nous balader tout au long du récit pour, au final, nous laisser dans l’interrogation, non ! Accordons que, si les délires (pseudo)comiques font quelquefois sourire, en revanche l’absence de réponse à l’énigme de départ irrite. Il semble bien que le procédé soit utilisé pour apporter une tonalité onirique à l’ensemble. Je trouve cela beaucoup trop facile et surtout carrément raté. Et quant à savoir s’il faut discerner une quelconque parabole ou autre message subliminal? Moi, ça m’est largement passé au dessus du cigare. Je suis peut-être trop bête ou mauvais client (ou les deux). Alors, si quelqu’un a les clefs… Juste un petit mot du graphisme, qui est assez plaisant. Avec de bonnes trognes pour les personnages. C’est un noir & blanc plutôt épuré. J’aime. Je pense que mon « deux » est sévère. Mais hormis les raisons ci-dessus, il est également motivé par le fait que l’album est un petit format genre roman, d’une trentaine de pages, qu’il se lit en à peine dix minutes et qu’il coûte, quand même, 10 euros. C’est peu être très matérialiste, mais ça fait cher la minute ! On m’avait dit tellement de bien de cette oeuvre…Hou la la ! Grosse déception. Ça me donne envie de (vraie) poésie, je retourne lire un peu de Nancy… Petit post-scriptum pour signaler ce petit commentaire au début de l’ouvrage : cette triste histoire s’inspire d’un passage du « troisième policier » de Flann O'Brien. Fallait-il lire le roman avant ?…

29/06/2007 (modifier)