Les Gringos

Note: 3.17/5
(3.17/5 pour 6 avis)

Une magnifique épopée qui plonge au coeur de la révolution mexicaine.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Auteurs espagnols Charlier Mexique et mexicains Super As

Nous sommes en Mai 1912... Bien malgré eux, deux "gringos" (américains) vont se trouver entraînés dans la révolution mexicaine... L'un des deux possède un vieux biplan, objet de convoitises des divers partis qui s'opposent (ah, qu'il est si facile de bombarder à la dynamite, et ce vu du dessus). Comme "Arlequin serviteur de deux maîtres", leurs périgrinations, à défaut d'être pendus, vont les faire "travailler" pour les Zappatistes en volant 100 kgs d'explosifs. Le but ?... Faire exploser les convois de chemin de fer de l'armée régulière pour empêcher le renforcement rapide de ces troupes en hommes et munitions. Mais tout cela ne va pas -forcément- fonctionner sans heurts...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 1979
Statut histoire Série abandonnée 6 tomes parus
Couverture de la série Les Gringos
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

25/01/2007 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Grand lecteur – et admirateur – de Blueberry, j’ai évidemment été attiré par cette série de Charlier, dans un univers proche, même si légèrement postérieur (et clairement très inférieur en terme de niveau). Mais j’avais eu un peu de mal à compléter la série, certains albums (parmi les derniers en particulier) étant moins faciles à trouver. Comme à son habitude, Charlier (qui sera ensuite remplacé après son décès par Vidal) a concocté une intrigue assez dense – et quelque peu verbeuse. Il faut dire qu’en plus le texte abondant est souvent dans une police très petite (parfois avec un encrage médiocre sur les premiers albums, c’est un peu dur à lire quand même !), mais cela s’améliore à partir du troisième album. Et Charlier, en vieux routier, use habilement d’un contexte et de personnages historiques avérés et potentiellement riches (il prend soin de présenter contexte et personnages dans les deux premiers albums). Il réutilise ici l’exotique et révolutionnaire Mexique (déjà utilisé dans un très beau cycle de Blueberry), mais à une époque plus tardive, au début du XXème siècle : on est donc là dans un western très tardif, crépusculaire, proche par certains aspect du film « Il était une fois la révolution », à mi-chemin entre le western et l’aventure plus large. Les deux personnages principaux se trouvent embarqués malgré eux dans les méandres des différents partis qui se font la guerre au Mexique, tout en n’ayant de cesse de se chamailler, pour ne pas dire plus (leur duo mal – ou bien ? – assorti m’a d’ailleurs fait un temps penser au duo d’ « Amicalement vôtre »). Et c’est ainsi que deux Américains, un aventurier aviateur et un braqueur de banques, traversent cette guerre civile, au milieu des batailles (bien orchestrées par Charlier, qui sait y faire, un peu moins par Vidal, qui n’a pas son talent), cherchant à sauver leur peau au milieu des explosions. Et je dois dire que l’avion qu’ils utilisent est bigrement résistant ! Le dessin de De la Fuente (déjà vu sur pas mal de westerns), est assez gras et daté sur les 2 premiers albums, puis évolue ensuite vers quelque chose de plus clair (au niveau du dessin et de la colorisation, on peut presque parler de gros changements !). Il est en tout cas globalement bon, même si c’est inégal, certaines planches sont quand même un peu bâclées je trouve. Après la mort de Charlier, Vidal prend le relais (cela change 3 fois d’éditeur quand même en tout ! – 2 albums chez Fleurus, 2 chez Alpen, puis les 2 derniers chez Dargaud, qui reprend au même moment sous son nom l’ensemble des albums déjà parus). C’est d’abord dans la continuité, puis rapidement un peu plus poussif et moins intéressant après le tome 4. Le tome 5, « Viva Nez Cassé », est sauvé par la présence clin d’œil d’un Blueberry vieillissant, qui évoque certains souvenirs avec Chini. Mais l’album suivant (« Viva Zapata ») n’est pas très intéressant. Et l’histoire commencée ici n’est pas terminée, puisque l’album suivant et annoncé, « Viva Pulguita » n’est jamais paru. Mais ce n’est pas très grave, et Vidal avait dû voir que l’ensemble déclinait, et qu’il était temps de finir cette série. Le conseil d’achat ne vaut donc bien sûr que pour les 4 – voire 5 – premiers tomes, le dernier étant largement dispensable.

02/09/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je trouve que ce qu'a fait de mieux Charlier sont des scénarios de western (Blueberry, le premier tome de Jim Cutlass) et je fus donc content lorsque je suis tombe sur les deux vieux albums parus chez Fleurus. Malheureusement, ses deux tomes sont moins bons que les deux séries que j'ai nommé. La faute en partie aux deux personnages principaux qui forment un duo intéressant mais qui manquent un peu de charisme et à un scénario qui est sympathique à lire, mais qui ne m'a pas semblé captivant même s'il y a plein de rebondissement. C'est dommage car je trouve la période historique choisie à savoir la révolution mexicaine intéressante vu que dans la réalité il semble y avoir eu de nombreux rebondissements ! Heureusement que Charlier a écrit un texte expliquant la situation dans ce pays sinon j'aurais été perdu. Le dessin de De La Fuente est sympathique quoique je ne suis pas trop fan de son lettrage. Il y a eu des albums parus après la mort de Charlier et franchement cela ne m'intéresse pas de courir les bouquineries pour les trouver.

17/10/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

On voit tout de suite que c'est du Charlier : un texte verbeux, des expressions U.S. et mex qu'on retrouve chez Blueberry, sans compter les situations inextricables que le scénariste a l'habitude de concocter habilement. Comme dans Blueberry où Charlier se servait du contexte des guerres indiennes, il utilise ici la révolution mexicaine des années 1910-1912 pour bâtir son scénario qu'il truffe de rebondissements et de solides scènes d'action mêlés à des événements réels, car il s'appuie sur des faits historiques à l'aspect très documenté. Ainsi, la série a un air de famille très proche de Blueberry, Charlier utilisant les figures de cet épisode mexicain, Pancho Villa, Huerta, le frère du président Madero... comme il le faisait avec les chefs indiens Cochise, Sitting Bull ou Red Cloud... c'est sa carte de visite, il jongle avec des faits réels tout en jouant avec l'aventure. Tout ceci est illustré de fort belle façon par un dessinateur que j'admire depuis longtemps, Victor De La Fuente, au dessin moins heurté, dont le trait est ici plus fin, mais aux cases toujours autant chargées par endroits. Malgré de petits lettrages qui fatiguent un peu à la lecture, il offre de belles images de batailles, d'attaques de trains, et de beaux visages mexicains burinés. Retardée par les activités de Charlier, puis stoppée par le décès de ce dernier, la série est momentanément arrêtée en 1980, après que je la découvre dans Super As ; attiré par le travail du dessinateur espagnol, alors que je ne me suis jamais trop intéressé à la révolution mexicaine, j'en apprends un peu plus sur cette période jusqu'à ce que la série redémarre en 1992 avec au scénario Guy Vidal, ex-rédac-chef de Pilote, qui en hommage à son ami Charlier, glissera un très beau clin d'oeil à Blueberry dans l'épisode Viva Nez Cassé ! Une belle série d'aventure/western, épique et pleine de souffle, mais hélas trop méconnue.

28/03/2014 (modifier)

Une série relativement peu connue de Jean-Michel Charrier. On reconnait très rapidement le style de l'auteur. Personnellement, j'aime, les tomes se lisent lentement avec beaucoup de texte, j'ai donc été content de mon achat. Malgré tout, cette série souffre de quelques défauts : le manque de charisme des 2 personnages principaux Chett et Pete, un scénario assez décousu (on passe très rapidement sur certaines séquences, des résolutions de situation difficile faites en 2 cases ...). Sinon, l'action est omniprésente dans ce Mexique du début des années 1900, l'histoire de la révolution Mexicaine est bien retranscrite, la présence d'un Blueberry âgé dans le tome 5 apporte une touche nostalgique. Les dessins sont assez fouillis sur les 2 premiers tomes, puis il a tendance à être plus épuré par la suite. Cela reste du très classique. A lire au moins si vous aimes les récits d'aventure / western, à acheter si comme moi Blueberry est votre livre de chevet.

23/11/2009 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 3/5

Au début du vingtième siècle, un expert en explosifs profite d'un aviateur pour fuir ses poursuivants et rejoindre le Mexique où il souhaite se mettre au service de la révolution, ou plutôt vendre au plus cher ses talents. Mais les dons de l'aviateur sont aussi enviés par les deux camps antagonistes. Une trame concoctée par un Jean-Michel Charlier inspiré, opposant le brun Pete, cynique et baroudeur, et le blond Chett, frivole et désintéressé, unis par les circonstances et qui vont croiser des patriotes convaincus, aussi bien que de dangereux ambitieux. Au hasard de nombreux retournements de situations, ils finissent par devenir proches de Pancho Villa et épouser sa cause, allant jusqu'à aider l'homme alors emprisonné. Servie par le dessin réaliste et efficace de De La Fuente, cette série est un concentré d'action sans pour autant négliger les caractères, ni les causes mises en jeu, s'appuyant sur une solide documentation en n'étant toutefois pas une oeuvre d'historien, comme à l'habitude du scénariste, qui sait se servir d'un cadre réaliste pour donner du piment à ses intrigues. Il n'a toutefois pas le temps de s'attarder sur cette série, et il laisse un troisième tome inachevé, terminé par Guy Vidal. Ce dernier poursuit les aventures des deux Américains avec un ton moins sobre mais plus généreux, et de ce fait avec un rythme plus nonchalant, sans toutefois démériter. Bien sûr, il faut souligner la présence d'un autre héros de Jean-Michel Charlier dans le tome 5, Blueberry. Une belle série western trop vite oubliée, à redécouvrir.

18/04/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Une très belle série western, dans la lignée des Blueberry et autres Mac Coy. Ce que j'ai apprécié ?... le scénariste s'est ici occupé de la période ayant trait à la révolution mexicaine, début du 20ème siècle, un peu hors des sentiers battus du Western traditionnel. Et ça pétarade à tout va !.. Référence aux westerns italiens de Leone ou Corbucci, tous les intervenants sont au plus "crade". D'explosions en fusillades, de vols en dynamitages, je n'ai soufflé d'aucun répit. Le graphisme de De La Fuente m'en a mis plein les yeux. Cadrages cinématographiques, découpage des planches de même type; on se trouve avec des "héros" plongés au coeur de l'action. Et il y en a ! Une très belle colorisation d'ensemble, un souffle épique évident, un scénario -basé sur des faits historiques- en béton, un dessin explosif, baroque : tout a été mis en oeuvre pour offrir une nouvelle série (à l'époque) au ton nouveau. A (re)découvrir. Rapidement. Les albums : Ed. Fleurus : 2 cartonnés en 1979-80 Ed. G. Vidal : 2 cartonnés en 1992-93 Ed. Dargaud : 2 cartonnés en 1995-96 A noter : nos héros font la rencontre de Blueberry -vieillissant- dans l'album 5 "Viva nez cassé".

25/01/2007 (modifier)