Photonik

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Black out sur New York... Les Ténèbres tombent sur la ville. Dans l'unité de recherche nucléaire de l'université, le destin de Taddeus Tentehook va se jouer. L'humanité découvre son pire ennemi et son meilleur défenseur, Photonik, l'homme lumière.


La BD au féminin Super-héros

Taddeus Tenterhook est un adolescent orphelin, solitaire, bossu, complexé. Il est transformé accidentellement en Photonik suite à l'explosion d'un "luminotron". Il devient ainsi "l’homme lumière", doté de supers-pouvoirs. Avec l'aide du docteur Nazel D. D. Ziegel et de Tom Pouce, Photonik traque les pires créatures et criminels. Sa tâche pourtant salvatrice pour le monde est mis à mal par le lieutenant Wilcox de la police New-Yorkaise qui voit en Photonik un perturbateur de l’ordre public.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1999
Statut histoire Une histoire par tome 2 tomes parus
Couverture de la série Photonik © Delcourt 1999

22/12/2006 | Pierig
Modifier


Par Gregduth
Note: 5/5

Quel plaisir de retrouver photonik un super héros français crée par le talentueux Ciro Tota qui pour moi dépasse bien des comics américains meme si la filiation avec Spiderman est évidente Ciro ne s’en est jamais caché... commencez par lire un photonik et vous aurez envie de les lire tous c’est obligé et pour ma part dire que ça a mal vieilli je ne penserais pas à la bd mais plutôt à celui qui sortira cette réplique ! Bonne lecture et attention au Minotaure !!!!

23/10/2021 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Pour ma part j'ai eu un peu de mal avec cette série. Certes, j'étais un grand fan de comics de super-héros dans ma prime jeunesse. Comme Ciro Tota, l'auteur, j'attendais impatiemment la sortie du dernier "Strange", et d'autres fascicules émanant de Lug-Marvel (à l'époque). Puis j'ai arrêté, pour en racheter quelques-uns récemment. Et je ne retrouve plus l'enthousiasme de l'époque. Ca me semble théâtral, vain, mal écrit, même si j'apprécie toujours le dessin en général. "Photonik" procède pour moi de la même dynamique. J'en avais lu un peu il y a... quelques années, et maintenant que je le redécouvre, cela ne m'enthousiasme guère. Tota, en vrai fan-boy, recycle tous les poncifs de ce type d'histoire, avec la naïveté qui va avec. Rebondissements capillotractés, répliques à la limite du risible, métamorphose qui arrive à point nommé, tout y est. Et c'est un peu lassant. Du moins dans le premier tome. Dans le second, "Les enfants de l'apocalypse", le rythme est plus effréné, la narration gagne en fluidité. Par contre certains détails graphiques sont à proscrire : les visages des enfants sont des modèles de laideur. Ils doivent ne refléter aucun sentiment, ok, mais de là à en faire des endives... Mais bon, le dessin de Tota est très dynamique, c'est un vrai hommage aux auteurs des années 70 et 80 du genre, et on peut se surprendre à admirer quelques belles planches. Dommage en revanche que Delcourt n'aie pas publié les toutes premières aventures de l'homme-lumière, ç'aurait pu être sympa.

19/01/2007 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Photonik est une des premières publications de Ciro Tota (juste après "Blek le rock", le petit trappeur). Bien que néophyte en comics de super-héros, il me semble que Ciro Tota reprend tous les codes du genre : un garçon plutôt chétif et discret dans la vie va, suite à un accident fortuit, se trouver doter de superpouvoirs pour sauver le monde de multiples dangers. Publié initialement par les éditions Lug (Semic maintenant) dans les mensuels Mustang puis Spidey de 1980 à 1986, la présente réédition Delcourt reprend les épisodes 23 à 26. Le lecteur est donc plongé au milieu des aventures de Taddeus Tenterhook (alias Photonik). Ce choix éditorial curieux (pourquoi ne pas reprendre tout depuis le début ?) se justifie sans doute par le fait que les premiers épisodes n’étaient pas extraordinaires (au dire de certains). Ce choix est, me semble t-il, judicieux car on rentre directement dans le vif du sujet sans pour autant être perdu car le passé de Photonik fait l’objet de commentaires réguliers. Cela donne aussi une certaine consistance au récit plutôt bienvenue qui n’aurait pas existé si tout avait été repris de A à Z. Les deux histoires sont intéressantes bien que ne s’affranchissant pas des caricatures de superhéros. La narration est un peu simpliste et désuète (bon nombre de choses dites sont découvrables par le lecteur) et les dialogues sont parfois un peu kitch. On y trouve des phrases bateau du genre "Photonik, ton heure est venue, tu ne m’échapperas pas" ou encore "ça y est, c’est la fin, je suis perdu". Bref, ça fait sourire mais n’oublions pas que ces histoires ont plus de 20 ans ! Le travail poussé sur les protagonistes constitue certainement le point fort de la série. Notamment concernant le héros qui reste partagé entre l’utilité de ses superpouvoirs et les nuisances causés par ceux-ci à ses proches (Dr. Ziegler et Tom Pouce). Côté dessins, c’est du tout bon ! On peut déjà y déceler le trait de Ciro Tota qui n’a pas pris une ride ! Le travail de recolorisation de Delphine Rieu a permis de donner une nouvelle fraîcheur aux planches du tome 1. La colorisation du tome 2 par Christian Goussale n’a malheureusement pas eu la même réussite (couleurs trop informatisées). Bref, une série qui a vécu mais qui reste intéressante à découvrir . . .

22/12/2006 (modifier)