Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Beluga

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Les histoires d'un voleur, qui travaille "à l'ancienne", spécialisé dans les oeuvres d'art.


Voleurs et cambrioleurs

Beluga ?... C'est un voleur spécialisé dans les oeuvres. Mais il travaille "à l'ancienne". Pas question pour lui de gadgets électroniques. Il a pour complices Kader et la belle Lili. Ses "exploits" se passent surtout dans les quartiers chics de Paris. Problèmes : quand ce ne sont pas le propriétaire d'une toile renommée qu'ils trouvent "suicidé" et sa veuve qui est tout sauf éplorée, ce sont de mystérieux intervenants de pays de l'Est qui ont organisé des faux. Tout cela va mener ce trio dans des intrigues pas piquées des vers, où police, maffia, poursuites et contacts dans les bars louches se mélangent dans une action pétaradante...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2001
Statut histoire Une histoire par tome (série terminée) 2 tomes parus
Couverture de la série Beluga

17/12/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Je me range entièrement à l'avis de Mac Arthur, je m'attendais à une Bd policière pas vraiment sérieuse, mais sympa, dans le style de Léo Loden que j'aime bien, et effectivement, ce n'est pas très relevé, et ces 2 albums manquent cruellement d'une trame construite, bien élaborée et solide, malgré d'évidentes qualités qui pourraient percer, mais justement, ça n'est pas du tout emballant. Les scénarios n'ont aucun fond travaillé, c'est creux et plein d'incohérences, l'humour est simpliste, on se retrouve avec un héros meneur qui connaît bien son affaire, avec un acolyte qui joue les comparses comiques, et de belles pépées... mais ça ne décolle pas. Le tout se résume à une suite de séquences sans queue ni tête, c'est à se demander ce que les auteurs avaient décidé de conter dans ces histoires fades et sans fondement. C'est dommage, parce que cette petite équipe de bras cassés est plutôt attachante, et aussi parce que j'aime beaucoup ce dessin semi-réaliste aux jolis contours, mais ça se limite uniquement à ça. Encore du gâchis, car avec un tel concept sur un cambrioleur sympathique, il y avait un potentiel intéressant.

28/01/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Dans les petites séries policières qui ne se prennent pas trop au sérieux, j’ai testé Beluga. Bof … Pourtant, j’étais de bonne humeur, et à la recherche de quelque chose de pas trop casse-tête, mais cette série manque cruellement de consistance. Dans la même lignée qu’un Léo Loden, ce Beluga n’atteint pas la même qualité, ni au niveau des dialogues, ni au niveau du dynamisme. Comme dans bien des séries du genre, les auteurs nous offrent un couple vedette avec un héros rusé/intelligent et pince-sans-rire et un « adjoint » qui joue les pitres de service. Le grave problème du comparse de Beluga, c’est que son humour à deux balles m’arrache difficilement un sourire. Les dialogues manquent de naturel et de fluidité et les « citations » humoristiques de Kader sont insérées dans l’histoire avec la finesse d’une tractopelle. Comme dans bien des séries du genre, une présence féminine est assurée par un second rôle sexy. Dans le cas présent, ce rôle est assuré par une pickpocket (Beluga, lui-même, est un cambrioleur) dont le champ d’action est des plus limités. En résumé : c’est une vraie potiche ! Comme dans bien des séries, le scénario offre de nombreux rebondissements et courses-poursuites. Le problème de ce Beluga, c’est que l’ensemble manque cruellement de dynamisme. Les courses-poursuites semblent se trainer et les rebondissements n’ont pas suffisamment d’originalité pour me surprendre. Comme dans bien des séries, les tomes se finissent par le … Ah, ben non, tiens, les auteurs ont mal calculés leur coup dans le deuxième tome, et n’ont même pas le temps de développer un gag final. Il faut dire qu’à force de se trainer, cette histoire était encore loin de sa conclusion à deux planches de son terme. Le graphisme est à l’image de la série. De prime abord sympathique, il se révèle manquer de profondeur à l’usage. Le trait d’Alain Maury est d’une agréable lisibilité, ses décors (lorsqu’ils sont présents) sont agréables à l’œil, mais ses scènes d’action manquent de dynamisme, d’explosivité, une caractéristique importante dans ce genre humoristico-policier. Décevant …

06/11/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Une bonne série, qui par certains aspects me fait penser à ces vieux Gil Jourdan des années 50/60. De trames somme toute convenues, Robberecht arrive à livrer des scénarios "à tiroirs" de bonne facture. Qui sont les bons ?... qui sont les "méchants" ?... C'est au lecteur qu'il décide d'en juger ; car le "héros" est quand même un fieffé voleur. Beluga ?... C'est une bonne série policière à l'action bondissante, aux personnages bien campés, où des pointes d'humour désamorcent au bon moment l'intensité dramatique. Dommage que Robberecht utilise des "raccourcis" qui coupent un peu le suivi de lecture des enquêtes. Personnages et ambiances parisiennes (des quartiers chics aux bas-fonds) sont bien rendues par le graphisme de Maury (petit point négatif à mes yeux : le peu d'ombres portées rendues par les personnages, ces derniers étant parfois un peu trop "plats" dans les cases). Le dessin ?... Du semi réalisme bien lisible, clair, qui rend la lecture vraiment agréable. Beluga ?... Une bonne série, qui ne "pète pas des flammes", aux scénarios parfois un peu convenus, mais qui se démarque de par la profession de son "héros". Les albums : Deux opus cartonnés parus chez Casterman.

17/12/2006 (modifier)