Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les Cinq Conteurs de Bagdad

Note: 3.61/5
(3.61/5 pour 36 avis)

2007 : Prix Canal BD Il y a bien longtemps, le Calife de Bagdad organisait un concours de conteurs destiné à récompenser le meilleur d'entre eux. Pour le gagnant, la célébrité et la richesse sont au rendez-vous. Pour le perdant, c'est le supplice du pal.


Fabien Vehlmann Les prix lecteurs BDTheque 2006 Mille et une nuits, l'orient doré... Prix des Libraires de Bande Dessinée

Il y a bien longtemps, le Calife de Bagdad organisait un concours de conteurs destiné à récompenser le meilleur d'entre eux. Pour le gagnant, la célébrité et la richesse sont au rendez-vous. Pour le perdant, c'est le supplice du pal. Cinq conteurs, réputés les meilleurs malgré leurs différences, décident alors de s'allier et d'accomplir un voyage afin de préparer ce concours. Dans un vertige narratif parfaitement maîtrisé, un récitant dit l'histoire des cinq conteurs, dans laquelle se racontent toutes sortes d'histoires. Ce qui donne lieu à une brillante réflexion sur la force de la parole, et, en passant, un débat amusant sur l'audimat de l'époque. Les contes sont-ils faits pour divertir le travailleur, ou pour tenter de changer le monde ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Octobre 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Cinq Conteurs de Bagdad

07/10/2006 | Ro
Modifier


Par Superjé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Fabien Vehlmann et Frantz Duchazeau n'ont plus rien à me prouver. En effet, j'ai apprécié La Nuit de l'Inca et lorsque je lisais la revue 'Capsule Cosmique', Dieu qui pue, Dieu qui pète faisait partie de mes séries préférées. Alors évidemment, je partais sur un bon a priori en ouvrant cette BD, a priori qui s'est confirmé. Je ne me souviens moins de Dieu qui pue, Dieu qui pète, mais j'ai bien l'impression que ces "Cinq conteurs de Bagdad" est le récit le plus intelligent, dense et fort que j'ai pu lire de ce duo d'auteurs. Le scénario est juste génial (et dans le même esprit que "Dieu qui pue, dieu qui pète !") ! Il est très beau et très poétique, mêlant aventure, exotisme, rêve, mythologie, action, etc... La construction du récit est très intelligente, et, Vehlmann en annonçant le déroulement de l'album dès le début, arrive quand même à nous surprendre. J'ai aussi aimé les contes ingénieux, poétiques et touchants que j'ai pu lire (bien loin de nos fades "Cendrillon" ou autres standards occidentaux). Et le dessin de Duchazeau est un régal pour mes yeux (et me parait meilleur que lorsque j'ai lu La Nuit de l'Inca): hachuré, torturé, fait en alternance au pinceau et à la plume (ce qui lui donne du dynamisme). Il alterne les cases très chargées et d'autres plus épurées. Le seul reproche que je peux lui faire, ce sont ses visages que je ne trouve pas toujours beaux ni trop expressifs. On est pas loin du 5/5 là, je suis époustouflé.

21/06/2011 (modifier)

Waaah ! Alors, drôle, prenant, intelligent... Tout est particulier dans ce livre. Beaucoup plus construit qu'une "bande dessinée d'auteur à la Sfar ou Blain", beaucoup plus cohérent sur tous les points, même si de cette école on retrouve des personnages égarés, une ambiance changeante, les récits qui s'enchaînent sont tous très différents par le degré d'écoute avec lequel il faut les lire et cette multiplicité fait la force de cette histoire. L'arbre à palabres est particulièrement réussi, et l'histoire de l'homme qui reste pas autant à mon sens. Cette bd est si riche que... j'pense pas qu'elle laisse qui que ce soit indifférent.

29/04/2007 (modifier)
Par picado
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Merci BDthèque de cette découverte ! Un très beau dessin à mon sens, d'une grande finesse, servi par des couleurs superbes. Ceci fait un ensemble haut en couleurs, permettant de développer des ambiances magnifiques, qui servent de support à un superbe voyage. Autant d'ambiances que de destinations... Le conte est en lui-même magifique et le fait qu'il soit basé sur des contes lui-même lui donne une impression de "récits dans le récit", que j'apprécie, et qui est maîtrisé, alors que ce genre de procédé narratif est parfois bancal. L'idée de la prophétie est bien utilisée et nourrit le suspens, qui fait que l'on glisse très bien jusqu'à la fin. Les personnages sont admirablement bien construits, et leurs discussions sur l'art et sur l'apport des contes à la société ont une certaine contemporanéité, qui me touche totalement, puisque ce sont des questions que je me pose très fréquemment : quel est l’apport de l’art à la société ? On est loin cependant du conte philosophique un peu gonflant. Un très bel ensemble donc qui m’a transporté loin de la grisaille et du froid actuel !!

30/12/2006 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur iannick

J’avoue que sans ce titre, je pense que je n’aurai jamais feuilleté ce livre. En effet, le nom de cette BD me rappelle beaucoup les aventures des « une et mille nuits » de ma jeunesse que j’apprécie tant. Alors en le feuilletant, je m’attendais à revoir des scènes où les héros s’affrontent sur des tapis volants ou un génie sortant d’une lampe magique… mais rien de tout cela dans « les cinq conteurs de Bagdad ». Et pourtant, malgré l’absence de ces séquences, j’ai été charmé par cette histoire. L'album met en scène 5 personnages qui s'ignorent plus ou moins et qui vont s'affronter sur un concours de contes (ça, je crois que vous l'avez déjà deviné...). Mais un jeune homme, fils du calife de Bagdad, va rencontrer ces conteurs qui figurent comme grands favoris de l'épreuve, il va leur proposer en échange de pécules de se réunir pour voyager afin de raconter à la fin du périple ce qu'ils ont vécu chacun à leur façon. Ce scénario a l'air classique comme ça, c'était sans compter sur la grande originalité des petits récits racontés par les différents personnages que vont rencontrer les conteurs lors du voyage. De plus, les principaux protagonistes se révèlent très attachants et ont chacun leur propre personnalité : du gentil garçonnet jusqu'à l'inquiétant vieillard en passant par une femme au caractère trempé. Bref, même si le récit ne comporte pas des scènes issues des « mille et une nuits », l’album est suffisamment féerique, aventureux, plein d’humours et poétique pour nous captiver jusqu’au bout. De plus, les dialogues jonglant avec l’ironie et la philosophie sont un vrai régal. Le dessin de Duchazeau n’est pas vraiment un style que j’aime énormément, il a le mérite d’être assez personnel. La mise en couleurs est adaptée au récit, elle reproduit bien les ambiances. Ce one-shot figure, à mon avis, comme l’un des plus beaux contes de cette année. Le récit est original, captivant, drôle et intelligent grâce à ses dialogues savoureux. L’histoire se situe dans un univers riche et énigmatique qui –je suis sûr- me passionnera de nouveau lors de la relecture. A découvrir !

03/12/2006 (modifier)
Par bab
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur bab

"Les cinq conteurs de Bagdad" est une heureuse surprise. Découverte par hasard, j’ai adoré. L’histoire est simple, belle, sans temps mort et d’une grande fluidité. Elle s’apparente à un conte et pour cause… L’histoire de ces cinq conteurs partant à l’aventure afin de gagner le concours du meilleur conteur de Bagdad enchante et surprend presque à chaque page. Elle est formidablement sublimée par le graphisme de Duchazeau (qui, au passage, me l’a gentiment dédicacé !), qui illustre parfaitement l’ambiance du récit et des aventures de ces personnages originaux. Vous l’avez compris, j’ai beaucoup aimé.

21/11/2006 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur JAMES RED

J’ai été littéralement bluffé par cet album. On passe un très agréable moment, lors de sa lecture. Vehlmann est, sans nul doute, un des scénaristes actuels les plus doués de sa génération. Son histoire est construite comme un roman initiatique qui touche au conte, à la poésie et même à la philosophie. La recherche du conte parfait nous conduit dans une aventure tout à fait sympathique et particulièrement originale. Les personnages sont très bien caractérisés et parfaitement attachants. L’univers que les auteurs ont choisi ; celui des mille et une nuits, celui du calife de Bagdad ; est tout à fait propice à ce genre d’histoires. La recherche du conte parfait, à travers le monde, par les 5 personnages, donne lieu à des découvertes et des voyages passionnants, voire drôles par moment et toujours très inventifs. Les univers approchés sont originaux, il y a de vraies créations totalement jubilatoires, comme ces oiseaux conteurs ou cet inquiétant homme en rouge qui est censé ne jamais quitter notre esprit. Par contre, le dessin de Duchazeau, même s’il est très stylisé, ne me plaît que moyennement. Je le trouve trop peu lisible. C’est le seul point faible de cet album qui aurait bien mérité une mention culte, s’il n’y avait pas eu ce dernier point.

03/11/2006 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Les Cinq Conteurs de Bagdad est une BD originale, pleine d’humour et de poésie, dont l’histoire m’a vraiment enchanté. C’est fin, c’est intelligent, mais sans verser dans le prétentieux ou l’intello… La fin est chouette, et parvient à surprendre malgré le fait qu’une voyante la prédit au tout début de l’histoire… fort non ? En plus comme le dessin est très joli, et que l’histoire se termine en un tome, je ne peux que vous conseiller ce petit bijou que je pense relire assez souvent… Un coup de cœur !

30/10/2006 (modifier)
Par Mido
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Je suis tout à fait d'accord avec Ro ! Vehlmann a signé un récit à la fois captivant et intelligent, drôle et profond. Qui plus est, cet album est superbement mis en image par Duchazeau, dont le dessin est devenu beaucoup plus personnel (depuis La nuit de l'inca, par exemple), avec de très belles variations de style. Cela faisait longtemps qu'une BD ne m'avait pas autant enthousiasmé !

08/10/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ro

Si j'avais dû me fier à la seule couverture qui ne paie vraiment pas de mine, j'admets que je ne me serais pas intéressé à cette BD. Par chance, j'avais déjà beaucoup apprécié les deux oeuvres précédentes des deux auteurs : La nuit de l'inca et Dieu qui pue, Dieu qui pète. Grâce à cela, je ne suis pas passé à côté de ce bijou d'intelligence et d'imagination ! Le dessin de Duchazeau est assez typé. D'aucuns le comparent à celui de Sfar ou Blutch, moi je lui trouve un style bien personnel. Trait fin, beaucoup de hachures, quelques ombrages, il donne à mes yeux une atmosphère éthérée et magique qui relève le récit puisque c'est exactement ce qui lui convient ici. Quelques cases et planches travaillées - décors de Bagdad, de villes indiennes ou de palais des mille et une nuits - sont formidables. D'autres cases sont un peu plus épurées et font davantage ressortir leurs couleurs un peu trop simples : elles me plaisent un peu moins. Mais dans l'ensemble, j'aime. Ceci dit, je dois avouer que c'est surtout le scénario que j'admire dans cet album. Bourré d'intelligence, il surprend le lecteur à chaque page, chaque dialogue. Pourtant, le récit prend le choix difficile de raconter toute l'histoire dès le début par la prédiction irréfutable d'une devineresse. Mais c'est pour mieux contourner les prévisions, étonner le lecteur, permettre une narration que je considère comme parfaite de concision et de densité. Il se base essentiellement sur 5 personnages excellents, très différents et forcément complémentaires. Leurs dialogues regorgent de perspicacité mais aussi de beaucoup d'humour, un humour frais et moderne. L'intrigue s'attache en outre à réfléchir sur l'art du conteur, que l'on peut bien sûr rapprocher de celui de tout écrivain, cinéaste ou auteur de BD de nos jours. Comment chaque conteur s'adapte-t-il à son public, comment peut-il espérer faire changer l'esprit de ses auditeurs, le peut-il seulement, quelle est la force ou les pouvoirs d'un conte, comment peuvent-ils se présenter pour toujours évoluer ou se répéter inlassablement avec la même force,... Tant de réflexions qui passent avec douceur dans un récit captivant qui peut s'apprécier aussi bien sur l'aspect de l'aventure, de l'humour ou de la simple relation entre les personnages que sur le plan du débat d'idées. 64 pages d'un récit dense, admirable à tous points de vue, doux et léger, dur et lucide, drôle et intelligent, aventureux et bavard. Une mine d'intelligence et d'imagination. Chapeau messieurs Vehlmann et Duchazeau !

07/10/2006 (modifier)