Tigresse blanche

Note: 2.91/5
(2.91/5 pour 11 avis)

Pour la jeune et belle Alix, le moment est venu d'accomplir sa première mission de mouche rouge, agent secret de première classe du parti communiste chinois.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Chine Histoires d'espions Hong Kong Prequel Yann

Pour la jeune et belle Alix, le moment est venu d'accomplir sa première mission de mouche rouge, agent secret de première classe du parti communiste chinois. A Hong-Kong, l'intrépide espionne recherche tumultueusement une grosse fille qui attise bien des désirs, dont ceux du prude agent britannique Sir Francis Flake. Les premières aventures de l'héroïne de la série "Les Innommables".

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2005
Statut histoire Série en cours - cycle(s) terminé(s) (premier cycle de 2 tomes) 7 tomes parus
Couverture de la série Tigresse blanche
Les notes (11)
Cliquez pour lire les avis

30/08/2006 | Quentin
Modifier


Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Avec Tigresse blanche, on retrouve les débuts de la belle Alix de Les Innommables. Le premier diptyque est sympathique à défaut d’être prenant. Cette quête de fat girl par différents groupuscules est traitée de manière classique et tout à fait honnête. Peut-être même trop car on aurait pu s’attendre à quelque chose de moins sage avec Yann. Bref, ceux qui espéraient y trouver l’atmosphère des innommables y seront pour leurs frais. J’ai moins accroché aux deux tomes suivants dont le seul intérêt est de se raccrocher à des éléments historiques. Il doit y avoir des nœuds dans le fil conducteur que je n’ai pas réussi à défaire. Bref, peu marquant de mon point de vue. Côté dessin et édition, c’est la déception également : format d’édition trop grand ; Cases larges (3 bandes par page) ; dessin trop propre et qui n’arrive pas à combler l’impression de vide. Je jette l’éponge pour la suite …

12/01/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Bon, d'abord je n'ai pas lu Les Innommables, je peux donc aborder ce prequel sans arrière-pensée ou déception comme j'ai pu en voir dans les avis précédents. L'apprentissage de la belle Asiatique Alix Yin Fu au sein des Tigresses Blanches servant le parti, révèle des aventures très animées et distrayantes. C'est vrai que les exploits de cette James Bond rouge s'inscrivent au sein d'une époque trouble d'après-guerre mondiale, au milieu de personnages et de lieux authentiques, entre Hong Kong, Shangaï ou Londres... où triades chinoises, communisme version Mao et guerre froide se mêlent adroitement en jouant avec le feu. Sur ce fond de guerre froide, de tensions et de psychose atomique où les services secrets occidentaux et orientaux se renvoient la balle, les auteurs brossent une galerie de portraits plutôt atypiques, un véritable bestiaire politique assez jouissif, d'où se détachent des personnages intéressants comme Rousseau, ce Français surnommé Dragon aux 3 couleurs, qui a rallié la cause du Grand Timonier, et puis bien-sûr la belle Alix Yin Fu, à la silhouette de rêve dans ses impeccables qi pao traditionnels, que Conrad étrangement, n'est pas tenté de dénuder sans cesse comme le feraient sans doute d'autres dessinateurs. C'est probablement le personnage le plus humain de la série, à la limite trop sentimental même, et on se demande comment une fille gentille comme elle parvient à évoluer avec une telle aisance dans le vivier corrompu et nauséabond de cette Asie d'après-guerre. Bon, cette relecture de l'Histoire avec un humour noir à la clé, est bien illustrée par le trait vif et nerveux de Conrad, qui me rappelle certains dessinateurs du journal Tintin au dessin semi-réaliste assez semblable ; j'aime bien ce style, et Conrad sait s'adapter à tous les styles, il n'y a qu'à voir ce qu'il a fait sur Astérix chez les Pictes. Malheureusement, il y a un hic dans cette série : je trouve que le fond qui est très bon, n'est pas servi par une narration claire, le tout est embrouillé, c'est un déferlement d'action et de situations jetées un peu au hasard à la suite les unes des autres, sans réelle unité, ce qui fait qu'on a l'impression d'être baladé au milieu d'un univers de folie sans retenir quoi que ce soit, et ce malgré références, clins d'oeil et dialogues savoureux. Il y a aussi des images et des dialogues que je ne comprends pas ou qui sont superflus. Dommage que cette impression foute tout par terre, alors que la série possède une idée de base intéressante. Une semi-déception.

05/12/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

« Tigresse Blanche » est une bande dessinée d’aventure mettant en scène Alix Yin Fu, agent secret communiste et membre des Tigresses Blanches. Si les idées et l’atmosphère de la série sont bonnes, j’ai trouvé le scénario un peu brouillon. Il y a une volonté marquée de la part des auteurs de créer des histoires complexes et fouillées mais les solutions apportées à Alix pour résoudre les énigmes se dressant sur son chemin sont trop faciles. J’ai le sentiment qu’Alix subit l’action plus qu’elle ne la dirige… Ce qui est ennuyeux quand on est une jeune et jolie espionne maîtrisant les arts martiaux. Cette passivité s’explique selon moi par le fait que les auteurs ont voulu faire d’Alix une gentille par excellence : elle ne tue presque pas, et quand c’est le cas, c’était par accident ou pour se défendre. Une plus grande crédibilité aurait été atteinte si Alix tuait plus souvent comme sa mission le lui demande au lieu de trouver des excuses (sans conséquence pour elle vis-à-vis de ses supérieurs !). Le dessin de « Tigresse Blanche » est dans la plus pure tradition franco-belge. Le trait est rond, simple et clair. Les couleurs sont dans la norme mais mettent en valeur le dessin. Sans avoir été ébloui, j’ai trouvé le graphisme plaisant. « Tigresse Blanche » est donc une petite déception. J’attendais plus de complexité dans les missions d’Alix et une façon d’accomplir ses missions plus réaliste et moins facile. Pas mal dans l’ensemble mais cela ne vaut pas la peine d’acheter.

19/10/2009 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 2/5

Là où la série Les Innommables tape juste, c'est par son côté aventureux et humoristique que Tigresse blanche n'arrive justement pas à recréer. Le bouleversement, le petit grain de folie qui fait l'originalité de la première série n'ait pas présente dans ce récit sur la jeunesse d'Alix, par ailleurs redoutable agent du communisme. Je trouve que la série est décevante, sans surprise et ayant un rythme plutôt lent... Quelques personnages sont sympathiques malgré tout et réhausse l'ensemble, mais il manque de punch pour réellement m'accrocher. En fait le propos est creux par moment... beaucoup d'actions mais parfois pour pas grand-chose. Reste toujours la verve scénaristique mis en place par les auteurs, mais là aussi moins percutante que dans la première série. Un 2/5 un peu sévère mais qui reflète mon attitude du moment, très déçu de ma lecture au final !

23/05/2008 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

En tant que fan du premier cycle des Innommables (je n'ai pas lu les autres), j'ai passé un bon moment à la lecture des deux premiers tomes bien que cela ne vaut pas Les Innommables. Je m'explique. Dans Les Innommables, il y avait un heureux mélange d'humour, d'aventure et de politiquement incorrect. Ici, c'est surtout l'aventure qui domine et j'ai l'impression que le reste est ajouté pour montrer que c'est la préquel des Innommables. Néanmoins, j'ai rigolé à plusieurs gags comme la parodie de Blake et Mortimer qui est hilarante. Mise à jour du 5 Mai 2008:J'ai lu les autres tomes de la série et je garde ma première impression. C'est sympa sans plus.

17/04/2008 (MAJ le 05/05/2008) (modifier)
Par nounours
Note: 4/5

Si les trois premiers tomes des "Innommables" (Aventure en jaune, Le crâne du Père Zé, Ching Soao) sont réellement formidables, les épisodes suivants le sont beaucoup moins et pêchent par un excès d’humour un peu « gras du bide » (la trame initiale de l’histoire ne devient plus qu’un prétexte aux aventures sexuelles des principaux personnages). J’ai fini douloureusement le cycle de Hong Kong et c’est avec une certaine appréhension que j’ai abordé ce spin off qu’est "Tigresse blanche" (surtout lorsque l’on sait qu’une « tigresse blanche » est en réalité une sorte de Shoalin du Kama Sutra). Les avis portant sur les deux premiers tomes (qui forment un diptyque) laissaient d’ailleurs craindre le pire… Je n’ai lu que les tomes 3 et 4 (à savoir « L’art du cinquième bonheur » et « Une espionne sur le toit ») après avoir découvert, par hasard, un commentaire de Joann Sfar sur tout le bien qu’il pensait de cette série, notamment à partir du troisième tome. Et j’avoue que loin de perdre son humour, l’histoire (de l’espionnage au début de la Guerre froide) sort en effet vainqueur de la suppression des jeux de mots (douteux) des derniers épisodes des "Innommables". Un vrai plaisir de lecture. Quant au dessin de Conrad, s’il reste un classique du style «gros nez » cher à Spirou, il est parfait : ça bouge, ça vit, les décors sont superbes. J’attends donc avec impatience le prochain tome.

11/10/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Yann et Conrad délaissent un peu leurs "Innommables" pour plonger dans une série bondissante où leur jeune héroïne, Alix, aura bien du mal à s'extirper des divers noeuds de vipères dans lequel elle a l'art de plonger. Les intrigues sont riches, précises, comme coupées au scalpel. Yann y fait preuve, comme d'habitude, d'une grande verve scénaristique. J'avoue ne pas trop "encaisser" le style graphique (l'âge peut-être ?) mais les histoires me font penser à ces bons vieux films -surtout par le découpage et la mise en page- de Kung-Fu du début des années 70. Un hommage ?...

20/02/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

C'est parce que j'adore le cycle de Hong-Kong de Les Innommables que j'ai lu avec grande impatience le premier cycle de Tigresse blanche, avec impatience mais aussi avec un peu d'appréhension car par contre je n'aime pas trop les derniers albums de ces mêmes Innommables. Au final, mon appréhension est un peu mitigée mais globalement positive. J'aime toujours autant le dessin et la narration graphique de Conrad. Je lis ses planches avec un réel plaisir et j'apprécie grandement son trait maîtrisé et ses couleurs discrètes. Par contre, là où Les Innommables marquaient par son cocktail détonnant d'aventure, d'humour et de politiquement incorrect, Tigresse blanche est beaucoup plus proche de la simple aventure, avec un minimum d'humour et un politiquement incorrect qui se borne à utiliser des personnages assez torturés ou vicieux. Ce sont donc des aventures que je lis avec plaisir mais sans qu'elles me marquent vraiment par leur originalité ou leur force. Bref, un bon divertissement, mais pas une série immanquable malgré mon affection pour l'oeuvre de ses auteurs.

20/01/2007 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 3/5

C’est un Yann en pleine forme que l’on retrouve sur cette série. Tigresse Blanche est une préquel des Innommables du même auteur. On y retrouve la belle Alix, dans son apprentissage d’agent communiste chinois. Yann et Conrad signent des albums de bonne facture. Ma note tend d’ailleurs plus vers 3,5. Comme toujours, les références sont nombreuses. On rencontre un Francis Flake, puceau, victime d’un complexe d’Œdipe étouffant qui le rend jaloux des amants de sa mère. Il s'agit, bien évidemment, d'une caricature de Francis Blake. Certains personnages des Innommables sont aussi présents, comme les Jardine. De ce fait, je pense qu'il faut bien connaître l'univers de Yann et Conrad pour apprécier à sa juste valeur cette série. Le tome 3 vient de sortir, mais Conrad est cette fois-ci seul aux commandes.

29/09/2006 (modifier)
Par TonTon
Note: 4/5

Le défaut de ce genre de BD c'est qu'on n'est pas surpris. C'est bon, c'est bien, c'est carré, c'est incisif, le dessin est joli comme d'habitude et l'héroïne est attachante ! Bon pourquoi pas 5/5 ?... Trop carré, trop "Conrad classique"... Mais bon, l'excellence peut être un défaut à force. Mais ça reste de l'excellence donc c'est très agréable à lire et très sympa.

12/09/2006 (modifier)