In the clothes named fat

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

"Tant que je peux manger, tout va bien !"


Josei ou Redikomi La BD au féminin : le manga Problèmes de poids Shodensha

"Tant que je peux manger, tout va bien !" Noko Hanazawa est une jeune femme qui se bat pour trouver son identité face à un reflet d’elle-même qui ne cadre pas avec les “standards” de la société. Mais ce combat peut-il être gagné quand le surpoids devient obsession et que la pression psychologique se fait écrasante ? "In the Clothes Named Fat" est une chronique douce-amère, féminine sans être féministe, sur les dictats sans pitié imposés par notre société. (texte de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série In the clothes named fat
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

23/08/2006 | Spooky
Modifier


Par cac
Note: 3/5

Ce manga aborde un sujet assez courant dans nos sociétés à savoir les problèmes de poids qu'ils soient dans l'excès ou dans le manque. Le personnage principal de l'histoire est complexé, tout le monde le lui fait sentir, y compris les hommes dont elle ne sait pas ce qu'ils apprécient chez elle, ses rondeurs ? Elle ne se sent pas bien dans sa peau comme on dit et face à la pression sociale va aller dans l'excès inverse du régime tirant sur une boulimie maladive. J'ai été assez peu charmé par ce manga tant son héroïne est énervante au possible, tellement guimauve. L'auteur veut sûrement dénoncer les "standards" actuels de beauté à travers ce bouquin, sujet louable, mais c'est plutôt ennuyeux au final. Le dessin pour sa part est agréable, pas super beau et léché, mais correctement réalisé. A lire pour ceux qui sont intéressés par le sujet.

18/07/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Voici donc une nouvelle chronique sur un nouveau fléau qui ravage notre société, celle du regard qu'ont les autres sur les personnes fortes. Noko est grosse, et elle le vit relativement mal. Seul son petit ami semble ne pas lui en tenir rigueur, même si leurs rapports ne sont pas parfaits, loin de là. Par contre, ses collègues la traitent très mal, elle croise beaucoup de regards désapprobateurs dans la rue... Et puis un jour elle découvre que son petit ami la trompe... avec Mayumi, sa collègue la plus langue de vipère. Dès lors, de même que manger était devenu une obsession, Noko n'aura de cesse de maigrir, afin que le regard des autres change. Mais le regard des autres ne changent pas. Celui qui l'aimait pour ses rondeurs ne peut plus la voir. Ses collègues ont peur en la regardant. Elle-même n'est pas honnête dans son régime d'amaigrissement, car en fait elle se goinfre à qui mieux mieux, puis se fait vomir après chaque repas. Je dois dire que je n'ai été que très moyennement touché par cette histoire. Noko est à baffer du début à la fin. Elle reste, malgré sa volonté de changer physiquement, l'employée soumise, la collègue qui se goinfre au bureau, la petite amie pleurnicharde et naïve. Elle n'a aucune force de caractère. Et le style de dessin de Moyoco Annô ne m'a pas non plus transcendé. Anguleux, presque brouillon, j'ai eu du mal à m'y faire. D'autant plus qu'il y a quelques passages érotiques dans l'album, mal dessinés la plupart du temps. Cependant, c'est un style tout à fait particulier, et nul doute que d'autres sensibilités artistiques sauront s'y retrouver. En ce qui me concerne, j'ai juste trouvé cette lecture distrayante.

23/08/2006 (modifier)